LeBriefdu 31 mars 2022
Arc (Alchemist) : Intel dévoile ses premiers GPU mobiles, la carte graphique arrive

Comme prévu, le constructeur a présenté hier ses solutions pour PC portables, constituant une alternative aux GeForce et Radeon pour accompagner ses processeurs Core.

Le constructeur reste fidèle à sa segmentation 3, 5, 7, seule l'offre d'entrée de gamme étant désormais disponible à travers les A350M et A370M. Les A550M, A730M et A770M arriveront d'ici l'été, comme certaines technologies telles que XeSS.

Contrairement à AMD et NVIDIA, on apprécie que cette partie du marché ne soit pas occultée ou laissée à des modèles d'ancienne génération, trop castrés. Ici, la segmentation se fait surtout sur le nombre d'unités, les fréquences, l'interface mémoire et la quantité disponible, ainsi que le TDP.

Intel met bien entendu en avant ses technologies maison et annonce fièrement être le premier à mettre sur le marché des GPU avec un moteur vidéo capable de compresser l'AV1 matériellement, ce qui avait déjà été annoncé pour Arctic Sound M, visant les serveurs.

Reste maintenant à découvrir les PC portables qui intègrent ces puces et ce qu'ils ont dans le ventre. La première carte graphique d'Intel a également été dévoilée, visuellement. Elle devrait être lancée d'ici l'été elle aussi.

Notez enfin que de nouveaux pilotes graphiques Intel sont disponibles, les 30.0.101.1325. Ils apportent le support des premiers GPU Alchemist, mais aussi le panneau de gestion Arc Control, qui ne nécessite pas de compte pour être utilisé.

La Livebox 6 serait dévoilée le 6 avril

C'est donc la semaine prochaine qu'Orange devrait lancer la nouvelle version de sa box maison, plus compacte. La photo de teasing montre son indicateur de couleur, l'aspect tissu du revêtement et laisse entrevoir une petite lune.

Lorsque nous avions détaillé les caractéristiques de cette Livebox 6, nous l'avions déjà évoqué, puisqu'il s'agit de la fonction veille/consommation accessible via l'écran e-ink (voir cette photo). D'autres nouveautés sont attendues, notamment le passage à 2,5 Gb/s.

Il faudra maintenant voir si tous les bugs remontés pendant la phase de test ont été corrigés, quelles seront les fonctionnalités proposées et surtout l'offre commerciale qui en découle. Les promotions actuelles d'Orange se terminant le 6 avril, il y a de fortes chances que l'on en sache plus dès le lendemain. Nous étudierons les moindres PDF avec attention.

Déploiement de la fibre optique : Paris-Saclay demande à l’Arcep de mettre en demeure des opérateursCrédits : Daniel Chetroni/iStock

Il y a quelques semaines, l’agglomération tapait du poing sur la table et portait plainte.

Elle s’expliquait : « Dernier épisode de la gestion de crise dans le déploiement de la fibre sur l’est du territoire Parisaclaysien. Initié par les élus, exaspérés par les problèmes de raccordement rencontrés par les habitants et usagers, le dispositif de résolution des problèmes réunissant tous les opérateurs et délégataires est arrivé à son terme. En l’absence d’actions probantes, le Président de la Communauté Paris‐Saclay a annoncé le 28 janvier le recours au contentieux ».

Paris-Saclay annonçait que trois actions de recours allaient être engagées au nom de la Communauté d’agglomération :

  • Mise en demeure du SIPPEREC auprès du Préfet au regard du non‐respect des obligations concernant le déploiement ;
  • Dépôt de plainte en pénal suite à la dégradation du réseau et aux investissements portés par la collectivité ;
  • Saisine de l’Arcep afin de lancer une procédure de contrôle et de sanctions auprès des opérateurs et délégataires.

Le troisième chevron vient d’être enclenché. Grégoire de Lasteyrie, président de l‘agglo et maire de Palaiseau, s’est rendu à l’Arcep pour demander à l’Autorité « la mise en demeure des opérateurs Tutor Europ’Essonne, Orange, Bouygues Telecom et SFR afin qu’ils satisfassent à leurs obligations légales et réglementaires. Si cette mise en demeure reste infructueuse, la Communauté d’agglomération de Paris-Saclay formule une demande de sanction en application de l’article L.36-11 du CPCE. »

QNAP touché par la faille OpenSSL, le fabricant va tirer un trait sur TLS 1.0 et 1.1

Il y a deux semaines, les développeurs en charge d’OpenSSL ont publié un correctif pour une faille (CVE-2022-0778) entraînant une « boucle infinie ». « Si elle est exploitée, la vulnérabilité permet aux attaquants de mener des attaques par déni de service », indique QNAP.

QNAP ajoute par contre que, dans son cas, « il n'existe actuellement aucune atténuation pour cette vulnérabilité. Nous recommandons aux utilisateurs de vérifier et d'installer les mises à jour de sécurité dès qu'elles seront disponibles ».

Dans un autre registre, le constructeur explique que son « site et le Centre de téléchargement arrêteront la prise en charge des protocoles Transport Layer Security (TLS) 1.0 et 1.1 à compter du 30 juin 2022. À partir de cette date, toutes les connexions utilisant ces protocoles ne fonctionneront plus ».

Il faudra donc disposer de TLS 1.2 minimum, ce qui est le cas sur les systèmes QTS 4.2.6, QuTS hero h4.5.0 et QuTScloud c4.5.1 minimum.

Facebook a payé une campagne de déstabilisation médiatique de TiktokCrédits : Anatoliy Sizov/iStock

La société mère de Facebook, Meta, a mandaté l'une des plus grandes sociétés de conseil républicaines des États-Unis pour orchestrer une campagne nationale visant à retourner le public contre TikTok, révèle le Washington Post.

La campagne va de la publication d'éditoriaux et de tribunes libres dans les principaux organes d'information régionaux à la promotion d'histoires douteuses. Par exemple sur les tendances présumées de TikTok qui seraient en fait nées sur Facebook, en passant par l'incitation des journalistes politiques et politiciens locaux à « éliminer son plus grand concurrent ». 

Les employés de l'entreprise, Targeted Victory, ont travaillé pour saper TikTok par le biais d'une campagne médiatique et de lobbying à l'échelle nationale décrivant l'application détenue par la société ByteDance, basée à Pékin, comme « un danger pour les enfants et la société américaine », selon des e-mails internes partagés avec le Post.

Les lobbyistes ont également été encouragés à utiliser la notoriété de TikTok comme un moyen de « détourner les propres préoccupations de Meta en matière de confidentialité et d'antitrust ».

Certains des e-mails ciblant TikTok ont ​​​​été envoyés en février, peu de temps après l'annonce d'un Facebook ayant perdu des utilisateurs pour la première fois en 18 ans.

Dans un rapport interne divulgué l'année dernière par la lanceuse d'alerte Frances Haugen, les chercheurs de Facebook estimaient que les adolescents passaient « 2 à 3 fois plus de temps » sur TikTok qu'Instagram, et que la popularité de Facebook auprès des jeunes avait chuté.

Le porte-parole de Meta, Andy Stone, a défendu la campagne : « Nous pensons que toutes les plateformes, y compris TikTok, devraient faire l'objet d'un examen minutieux compatible avec leur succès croissant ».

Aujourd’hui, c’est le World Backup Day : et si vous vérifiiez vos sauvegardes ?

Cette initiative a pour rappel été lancée il y a maintenant onze ans. Elle se place la veille des poissons d’avril, car « certaines blagues ne sont pas drôles ». 

Avoir des sauvegardes c’est une chose, les gérer correctement en est une autre. Prenez le temps qu’il faut pour vérifier que tout se passe bien et que vous êtes bien capables de retrouver vos données en cas de problème.

Google Docs se met au Markdown

Pour être précis, ce n’est pas la première fois que Google ajoute des éléments Markdown dans son service, mais ce support était minimal : les listes (à puces ou numérotées) et les cases à cocher.

Comme annoncé dans un billet de blog, on peut cette fois parler de vrai support… en tout cas d’un début. Sont pris en charge les indentations de titres, le gras, l’italique, le texte barré et les liens. On est loin bien sûr des capacités offertes par les logiciels que nous avions testés, mais c’est déjà plus sérieux.

La gestion du Markdown, désactivée par défaut, est faite via la correction automatique. On gère celle-ci depuis Outils > Préférences.

On peut déjà citer deux problèmes avec ce support. Déjà, la prise en charge du texte barré s’effectue avec des - et non des ~. Surtout, l’utilisation du markdown est « absorbée » au fur et à mesure de la rédaction, Google Docs appliquant directement le style requis. Malheureusement, et contrairement à de nombreux éditeurs, il n’existe pas de mode d’affichage des balises. Une fois celles-ci interprétées par Docs, on ne peut plus le voir.

Au moins, le support de ces balises permettra aux personnes l’utilisant fréquemment de se servir du Markdown pour formater leur texte au fur et à mesure de la frappe. Plus besoin d’aller chercher la souris, de sélectionner le texte puis d’appliquer un format par un bouton ou un raccourci clavier. Quand on le maîtrise, le Markdown permet de vrais gains de temps.

Cet apport pourrait également servir aux personnes ayant des textes déjà formatés en Markdown et qui auraient besoin, pour une raison ou une autre, d’en publier une version sur Google Docs. Ce dernier interprétera correctement les balises principales. Sauf le texte barré.

La nouvelle fonction concerne tous les comptes, y compris grand public. Elle est en cours de déploiement. Pour celles et ceux ayant des besoins plus poussés en édition de texte, nous avions pris en main de nombreux logiciels :

La conférence Build 2022 de Microsoft se tiendra du 24 au 26 mai

La conférence Build est probablement le plus gros évènement de l’année pour Microsoft. C’est sa grand-messe pour développeurs, ainsi que souvent le théâtre d’annonces majeures, surtout pour Windows.

Il y aura comme d’habitude une conférence d’inauguration avec les principales informations importantes, suivie par de nombreuses conférences techniques. Point intéressant, Microsoft promet des contenus spécifiques à certains pays, dont la France, l’Allemagne ou encore le Royaume-Uni.

LAPSUS$ « de retour de vacances » avec un nouveau vol de 70 Go de donnéesCrédits : Photon-Photos/iStock

Sur Telegram, le gang de cybercriminels LAPSUS$ a partagé un lien torrent permettant de télécharger de nouvelles données prétendument volées avec un message expliquant que « Nous sommes officiellement de retour de vacances », constate The Verge.

LAPSUS$ affirme avoir volé 70 Go de données à Globant, une société internationale de développement de logiciels basée à Luxembourg, qui compte parmi ses clients certaines des plus grandes entreprises dans le monde.

Le chercheur en sécurité Dominic Alvieri a en effet partagé sur Twitter une capture d'écran d'un répertoire contenant une vingtaine de dossiers intitulés Abbott, BNP Paribas Cardif, DHL, Facebook, notamment.

Serait également concernée l'application BeHealthy de Globant, un logiciel développé en partenariat avec Apple pour suivre les comportements de santé des employés à l'aide des fonctionnalités de l'Apple Watch.

Globant a reconnu le piratage dans un communiqué de presse : « Selon notre analyse actuelle, les informations auxquelles nous avons eu accès se limitaient à certains codes sources et à la documentation liée au projet pour un nombre très limité de clients ».

Si elle est confirmée, la fuite confirmerait que LAPSUS$ n'aurait donc pas souffert de l'arrestation de sept de ses membres présumés par la police britannique la semaine passée.

Apple ne répare plus les iPhone signalés comme volés

C’est peut-être évident pour beaucoup, mais ça ne l’était manifestement pas pour Apple jusqu’à récemment.

Selon une note interne captée par MacRumors, Apple ne répare plus les iPhone signalés comme volés. L’information a été confirmée par MacGeneration, dont les sources précisent que c’est ainsi en France depuis décembre.

Le signalement d’appareil perdu ou volé se fait via le registre des appareils du GSMA, après information de l’opérateur par le client. L’opérateur fait alors remonter le signalement à la GSMA, dont la base de données contient tous les numéros IMEI des téléphones déclarés comme volés.

En outre, et comme le rappelle Alexandre Archambault, les opérateurs ont l’obligation de bloquer l’accès à leurs réseaux aux terminaux ainsi signalés.

WhatsApp améliore l’envoi et la réception des messages vocaux

La messagerie ajoutera au cours des prochaines semaines plusieurs fonctions bienvenues pour la gestion des messages vocaux, restés basiques dans leur approche depuis leur introduction en 2013.

WhatsApp va permettre par exemple de continuer à écouter un message commencé en sortant de la conversation en cours. Le lecteur s’affichera alors en haut de l’écran, avec les contrôles habituels.

Surtout, pendant l’enregistrement, il est enfin possible de faire pause et de reprendre, par exemple si l’on est dérangé. De plus, une visualisation en forme d’onde permet d’avoir un retour visuel sur ce que l’on enregistre. Et ce n’est pas tout, puisque l’on pourra écouter son enregistrement avant de l’envoyer.

Ces fonctionnalités d’enregistrement, considérées comme basiques depuis longtemps et disponibles dans de nombreuses autres messageries, dont Telegram, sont complétées par quelques ajouts pour la lecture.

Ainsi, si vous faites pause dans une lecture, vous pourrez reprendre plus tard où vous vous étiez arrêté. En outre, on pourra accélérer la lecture en x1,5 ou x2.

Il n’y a plus qu’à attendre l’arrivée de ces nouvelles fonctions.

Solomon Hykes, fondateur de Docker, lance Dagger, une nouvelle plateforme DevOps

Nouvelle aventure pour Hykes. Il est déjà à l’origine d’une révolution dans le domaine des conteneurs avec un petit projet qui avait besoin d’un financement participatif à l’époque : Docker.

Quatre ans après avoir quitté l’entreprise, il se lance dans un nouveau projet. Baptisé Dagger, il s’agit d’une plateforme DevOps dont la bêta est disponible depuis hier. Dans la foulée, Solomon Hykes a annoncé une levée de fonds de 20 millions de dollars.

Elle fait suite à deux précédentes levées pendant la gestation du projet, de 3 et 7 millions de dollars. La nouvelle inclut notamment la participation de Y Combinator, Nat Friedman (ancien PDG de GitHub), Brian Stevens (ancien directeur technique de Google Cloud et Red Hat) ou encore Ellen Pao (ancienne PDG de Reddit).

Hykes est aidé dans ce projet par deux anciens de Docker, Sam Alba et Andrea Luzzardi. L’équipe ne s’est pas rassemblée autour de l’idée de proposer « un système d’exploitation DevOps ». C’est l’inverse, selon Hykes : en discutant, les trois compères se sont demandés quels problèmes ils pouvaient résoudre en mettant leurs compétences en commun. Le processus DevOps aurait rapidement été identifié comme l’un des principaux goulets d’étranglement.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !