LeBriefdu 23 février 2022
La fin de service des réseaux 3G fait craindre un « alarmaggedon »Crédits : morfous/iStock

L'arrêt prévu d'ici la fin de l'année par plusieurs opérateurs de télécommunications américains de leurs réseaux 3G, au bénéfice de la 5G, pourrait empêcher de nombreux systèmes de sécurité à domicile, moniteurs d'alerte médicale, véhicules connectés et autres appareils de l'Internet des objets de fonctionner, souligne Axios, qui évoque un risque d' « alarmaggedon ».

AT&T indique que moins de 1 % de son trafic de données mobiles passe sur ce réseau, et a offert à ses clients environ 2 millions de téléphones 4G LTE gratuits ou à prix réduit pour les aider à se mettre à niveau.

Mais San Francisco a averti que plus de 650 systèmes d'affichage de prédiction dans les abribus qui s'appuient sur le service 3G d'AT&T cesseront d'afficher des informations en temps réel. Et jusqu'à 10 % de tous les bus scolaires publics à travers le pays perdront leurs services GPS et de communication.

Le comité des communications de l'industrie de l'alarme affirme qu'environ 2 millions d'appareils alimentant des systèmes anti-intrusion, des alarmes incendie et des alertes d'urgence personnelles seront déconnectés.

Un haut responsable de l'administration Biden a déclaré à Axios que la Maison Blanche « suivait de près les plans de transition 3G des opérateurs et partageait ses inquiétudes quant à l'impact potentiel de ces plans sur le fonctionnement des dispositifs de sécurité à domicile et d'alerte médicale ».

Cyberattaques : l'UE enverra une mission d'experts pour aider l'Ukraine

Le gouvernement ukrainien a demandé à l'Union européenne, dans une lettre vue par POLITICO, l'envoi d'une équipe d'experts en cybersécurité pour l'aider à combattre les cyberattaques dont elle fait l'objet dans le cadre de son conflit avec la Russie.

Le chef de la politique étrangère de l'UE, Josep Borrell, a déclaré lundi soir aux journalistes que l'UE « enverra une mission d'experts pour aider l'Ukraine à faire face aux cyberattaques », après avoir rencontré le ministre des Affaires étrangères de Kiev, Dmytro Kuleba, lors d'une réunion avec leurs homologues européens à Bruxelles.

La « Cyber Rapid Response Team » de l'UE comprend une dizaine de responsables nationaux de la cybersécurité de six pays européens — la Croatie, l'Estonie, la Lituanie, les Pays-Bas, la Pologne et la Roumanie — qui peuvent fournir une assistance aux pays victimes de cyberattaques. L'équipe relève du programme PESCO de coopération en matière de défense de l'UE ; ce sera son premier déploiement.

Bethesda abandonne son Launcher au profit de Steam

Le Launcher de Bethesda a été lancé il y a plusieurs années, notamment pour accompagner le lancement de Fallout 76. Puis le jeu a été disponible sur Steam et beaucoup ont préféré la célèbre boutique à l’utilisation d’un lanceur supplémentaire, lourd de surcroît.

Mais Bethesda a décidé d’arrêter les frais. En mai, tous les jeux seront basculés vers Steam. Dans la plupart des cas, les transferts de données seront automatiques, notamment les sauvegardes. Parfois, des opérations seront à réaliser manuellement.

Le compte Bethesda.net restera requis pour les fonctions qui le demandaient, par exemple dans certains jeux pour accéder aux DLC, objets achetés, skins, mods et autres.

De plus amples détails seront fournis début avril, quand le studio commencera à communiquer plus activement sur le transfert.

Bethesda n’aborde en outre pas une question qui peut sembler évidente : pourquoi Steam, alors que sa société mère, Zenimax, a été rachetée par Microsoft pour 7,5 milliards de dollars ?

Sans doute pour des questions de disponibilité et dans une volonté de toucher autant de joueurs que possible. Après tout, de nombreux titres de Bethesda sont maintenant disponibles dans le Xbox Game Pass, mais quelques ventes supplémentaires sur Steam ne peuvent pas faire de mal.

« Name & shame » fiscal : une mise en œuvre toujours pas effective

La loi de lutte contre la fraude de 2018 autorise la DGFiP à rendre publiques certaines sanctions fiscales dans une logique de « name & shame ». 

Après avoir obtenu l’aval d’une nouvelle « commission des infractions fiscales », les services de Bercy peuvent diffuser « sur le site internet de l’administration fiscale », pour une durée maximum d’un an : la nature et le montant des droits fraudés et des amendes et majorations appliquées, le nom du contribuable, l'activité professionnelle et le lieu d'exercice de cette activité.

Questionné par le député Romain Grau (LREM), qui l’interrogeait sur le nombre de personnes ayant fait l’objet d’une telle mesure, Olivier Dussopt, ministre délégué chargé des comptes publics, vient de lui répondre en substance : « zéro ». 

Et pour cause, « la mise en œuvre du dispositif prévu à l'article 1729 A bis du code général des impôts (CGI) n'est pas encore effective ». La raison tient à ce que le mécanisme ne s’applique qu’aux contrôles « portant sur des déclarations déposées ou dont la date d'échéance est intervenue à compter de la publication de la loi », soit le 24 octobre 2018. Bercy estime que les premières saisines de la Commission des infractions fiscales interviendront en 2022.

Pas de modification en vue du taux de TVA sur les disquesCrédits : Ismailciydem/iStock

Interrogée par la députée Marie-Ange Magne (LREM), la ministre de la Culture estime qu’une TVA à taux réduit permettrait « d'améliorer les marges du réseau de distribution physique »

Elle consoliderait « la situation de ses acteurs et notamment des plus petits (disquaires indépendants, notamment, qui sont des commerces culturels de proximité et contribuent à la vitalité des cœurs de ville et à la diffusion culturelle) » et enrayerait « la réduction progressive des linéaires consacrés aux disques dans les enseignes plus importantes, spécialisées ou non (Fnac, Cultura, grandes surfaces…) ». 

« Une baisse du taux de TVA pourrait aussi conduire à une baisse des prix de vente bénéficiant aux consommateurs », croit la locataire de la Rue de Valois qui se souvient de la dernière baisse de TVA en France en 1987 (de 33 % à 20 %, qui aurait entraîné une baisse des prix au public de 8 % en 1988)

Cependant, cette bonne idée n’est pas envisageable : « réserver le bénéfice d'un taux réduit de TVA à la musique enregistrée vendue sous la forme de supports physiques, sans en faire bénéficier également la musique dématérialisée proposée par les services de téléchargement ou de diffusion en flux (streaming), serait contraire au principe de neutralité technologique défendu avec constance, notamment en matière fiscale, par les autorités françaises ». 

De plus, « une telle mesure induirait une dépense fiscale élevée ». Surtout, cette réforme impliquerait celle de la directive TVA de 2006 pour ajouter  la musique enregistrée dans la liste des biens et services éligibles aux taux réduits. « L'introduction d'une telle modification implique d'emporter un consensus entre ces derniers, qui n'est pas acquis à ce jour ».

Exodus Privacy lance un kit pédagogique de sensibilisation à la vie privée numérique

Exodus Privacy cherche des personnes susceptibles de tester le premier prototype de kit pédagogique qu'elle vient de lancer en vue d'aider bénévoles ou professionnels à animer des ateliers autour des questions de vie privée et de smartphones.

Le kit, financé par la Fondation Afnic pour un numérique solidaire, est censé permettre d’animer un atelier d’1h30 destiné à un public débutant d’une dizaine de personnes maximum. 

Il comprend un guide d’animation pour la personne qui va mener l’atelier, un diaporama, une vidéo et une feuille A4 destinée aux participants synthétisant ce qui a été vu pendant l’atelier.

Exodus Privacy organise deux ateliers en ligne ce mardi 1er mars autour du kit et de sa démarche.

La Beta 4 d’iOS 15.4 introduit les mesures anti-stalking pour les AirTag

Les AirTag peuvent poser un risque de pistage quand ils sont utilisés à des fins malveillantes. Rien n’empêche en effet une personne de glisser l’un d'eux dans la poche d’une autre pour suivre ses déplacements.

Il y a un peu moins de deux semaines, Apple avait communiqué à ce sujet et évoqué les mesures en préparation. La Beta 4 d’iOS 15.4, distribuée hier soir, les inaugure.

D’une part, à la configuration d’un nouvel AirTag, un avertissement s’affiche : « Cet AirTag est exclusivement conçu pour suivre les objets qui vous appartiennent. L’utilisation de cet AirTag pour suivre des personnes sans leur consentement est considérée comme un délit dans de nombreuses régions du monde ».

Il n’est plus possible, dans les options, de désactiver l’alerte de sécurité qui se déclenche quand un iPhone détecte le suivi d’un AirTag à qui il n’est pas lié. Il est également possible de régler les notifications de suivi, en plus de celles de l’application Localiser.

Enfin, iOS 15.4 donne plus d’informations sur le type d’appareil suivant une personne. Plutôt qu’une alerte générique, le système pourra préciser par exemple qu’il s’agit d’une paire d’AirPods, en précisant le modèle.

Vie privée : Google Checks aide les développeurs Android à se mettre en conformitéCrédits : guvendemir/iStock

C’est le nouveau projet de l’incubateur maison, Area 120. Checks s’adresse aux développeurs qui peuvent se sentir un peu perdus face à un cadre juridique évoluant fortement depuis quelques années.

Les créateurs d’applications Android peuvent donc s’inscrire et ainsi vérifier, en fonction des marchés, ce qu’ils ont besoin de faire, où en est leur application, si la gestion des données respecte les meilleures pratiques.

Ce service, pour l’instant en bêta, peut également automatiser les démarches de mise en conformité et pointer les éléments pouvant poser problème. Les États-Unis, l’Europe, le Brésil et les Google Play Store Developer Policies sont pour l’instant pris en charge. Le RGPD fait évidemment partie du lot.

Bien que les fonctions de base soient accessibles à tous, Checks est un produit payant. Trois abonnements sont proposés : Core à 249 dollars par mois, Premium à 499 dollars et Enterprise, dont le prix est communiqué après demande.

Installation obligatoire d’un contrôle parental : la proposition de loi adoptée par les députés

La proposition de loi imposant l’installation d’un contrôle parental a été adoptée hier à l’unanimité par les députés hier soir à l’Assemblée nationale. « Un outil en plus pour essayer de faciliter la vie des parents », commente Bruno Studer, qui se félicite de l’adoption de son texte. 

Le texte (nos explications) terminera sa course parlementaire jeudi au Sénat.

En attendant, la Commission européenne a émis une nouvelle fois « des observations » à destination du gouvernement français, peut-être pour épingler les potentielles atteintes à la liberté du commerce : le texte frappera en effet les fabricants, mais aussi les distributeurs et les marketplaces, peu importe leur localisation en Europe. Le document n’a pas été diffusé. 

Facebook déploie ses Reels partout dans le mondeCrédits : ymgerman/iStock

Les Reels sont la réponse de Facebook à TikTok, avec exactement la même formule : de courtes vidéos, avec des outils pour les agrémenter de plusieurs manières.

Limitées aux États-Unis, les Reels sont maintenant disponibles dans le reste du monde, plus précisément dans un peu plus de 150 pays.

Une évidence pour le réseau social : « Regarder des vidéos compte pour la moitié du temps passé sur Facebook et Instagram, et les Reels sont de loin notre contenu à la croissance la plus rapide ». Bien sûr, qui dit nouveau format dit nouvelles pistes pour la publicité et outils de monétisation.

Ce grand lancement tient compte des annonces faites en septembre dernier, à savoir une durée maximale de 60 secondes et Remix, qui permet de reprendre tout ou partie d’un Reel existant. Prochainement, une fonction brouillon sera ajoutée et, dans quelques mois, des outils d’édition supplémentaires feront leur apparition, notamment pour les personnes diffusant en direct.

Pour celles et ceux que les Reels laissent indifférents, ce sera un contenu de plus en tête de flux. Et si personne dans votre entourage n’en publie, Facebook pourrait bien en suggérer automatiquement dans certains pays, sans dire lesquels.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !