LeBriefdu 7 janvier 2022
Voici le programme Wi-Fi Certified 6 Release 2Crédits : shutter_m/iStock.Thinkstock

Il y a un an, l’Alliance lançait son programme de certification pour le Wi-Fi 6E, c’est-à-dire sur la bande des 6 GHz. Cette norme avait été annoncée en janvier 2020.

Cette certification permet aux fabricants de s’assurer que les produits Wi-Fi 6E sont interopérables entre eux. L’Alliance rappelait à l'époque que cette certification pour le Wi-Fi 6E se faisait « dans le cadre du Wi-Fi Certified 6 », qui peut donc concerner l’ensemble des fréquences (2,4, 5 et 6 GHz). 

C’est également le cas de la nouvelle certification Release 2 (il ne faut pas confondre la norme et le programme de certification). Cette seconde version ajoute le support du « multi-user multiple input multiple output » (multi-user MIMO) sur la liaison montante. 

On retrouve également trois fonctionnalités sur la gestion de l’énergie pour des applications d'entreprise, industrielles et l’Internet des objets ; c’est notamment le cas du Target Wake Time (TWT). Tous les détails se trouvent par ici.

Nous avons pour rappel consacré un dossier sur la norme Wi-Fi 6 avec toutes les nouveautés, qui inclut notamment le TWT et le multi-user MIMO en liaison montante. Désormais ces fonctionnalités sont dans le programme Wi-Fi Certified Release 2.

Twitter s’inspire fortement de TikTok et propose de citer un tweet avec une réaction

Cette fonctionnalité n’est pour le moment proposée que sous la forme d’un test à certains utilisateurs sur iOS. En plus des fonctions classiques pour retweeter ou citer un message, le réseau social propose une troisième alternative.

« Quote Tweet with reaction » vous permet de répondre avec une vidéo (ou une photo) dans laquelle le tweet en question est incrusté. C’est exactement ce que propose TikTok depuis longtemps pour répondre à des commentaires en vidéo.

Mozilla suspend temporairement les dons en crypto-monnaies

La fondation Mozilla vient d'annoncer sur Twitter qu'elle suspendait la possibilité de recevoir des dons en crypto-monnaies.

Techcrunch précise que cette annonce fait suite à la polémique engendrée la semaine passée, après qu'elle ait tweeté qu'elle acceptait des dons en dogecoin, bitcoin et ethereum via Bitpay. De nombreux donateurs avaient en effet réagi en lui répondant qu'ils allaient dès lors annuler leurs donations, dénonçant sa surconsommation énergétique, ou son côté pyramide de Ponzi.

Mozilla explique désormais que la discussion sur l'impact environnemental des crypto-monnaies avait beaucoup changé depuis qu'elle avait commencé à accepter de tels dons, et qu'elle allait donc examiner « si et comment notre politique actuelle sur les dons en cryptos correspond à nos objectifs climatiques ».

Numérama, qui revient longuement sur la polémique, rappelle que cela fait 7 ans que la fondation accepte les dons en crypto-monnaies, quand bien même ses engagements en matière climatique évoquent notamment le fait de réduire son empreinte en vue de la la neutralité carbone.

La page de dons de la fondation continue cela dit à renvoyer à celle qui permet, sur Bitpay, de lui envoyer des cryptos, et la page de son Wiki afférente n'évoque toujours pas, ou pas encore, l'impact climatique des cryptos.

Une vidéosurveillance illicite peut justifier le licenciement d’une employée

Les salariés d’une pharmacie à Mayotte avaient été informés de l’installation de caméras de vidéosurveillance dans l’officine. 

Une salariée fut par la suite licenciée pour faute grave, suite à plusieurs indélicatesses avec la caisse (ventes de produits à un prix inférieur au prix de vente, ou encore ventes sans enregistrement), prouvée par l’exploitation des images. 

En appel, le licenciement fut annulé. Si l'utilisation de systèmes de vidéosurveillance est autorisée dans ces lieux ouverts au public particulièrement exposés à des risques d'agression ou de vol, l'employeur aurait dû informer cette personne qu’il se servirait des images pour exploiter des informations concernant cette employée personnellement.

« Usuellement, la Cour de cassation jugeait cette preuve irrecevable » commente le cabinet d’avocats Ox Avocats. La haute juridiction vient néanmoins d’annuler l’arrêt rendu en 2019 par la cour d'appel de Saint-Denis de La Réunion. 

Dans sa décision du 10 novembre 2021, la chambre sociale de la haute juridiction estime qu’une preuve illicite « n'entraîne pas nécessairement son rejet des débats, le juge devant apprécier si l'utilisation de cette preuve a porté atteinte au caractère équitable de la procédure dans son ensemble, en mettant en balance le droit au respect de la vie personnelle du salarié et le droit à la preuve ».

Ce droit à la preuve peut ainsi « justifier la production d'éléments portant atteinte à la vie personnelle d'un salarié à la condition que cette production soit indispensable à l'exercice de ce droit et que l'atteinte soit strictement proportionnée au but poursuivi ».

L'entreprise française PayFit lève 254 millions d’euros et devient une licorne

La jeune pousse développe un outil de SaaS (Software as a Service) pour la gestion des paies et des ressources humaines. Elle est donc la première licorne de 2022. 

Avec cette levée de fonds de 254 millions d’euros menée par l’américain General Atlantic, la société est valorisée 1,82 milliards d’euros. Elle compte recruter 400 personnes cette année. 

« Avec PayFit, nous avons construit une entreprise saine, avec un modèle rentable, où les gens sont heureux de travailler, et qui peut avoir un impact réel sur ses clients. Cette levée doit nous permettre de continuer la croissance rapide que nous avons depuis le début », explique Firmin Zocchetto, CEO et cofondateur de l’entreprise, à BFM

En 2022, Jeedom mettra fin au support de sa V3 et de l’ancien système de DNSCrédits : Zoonar RF/Thinkstock

L’équipe en charge du projet explique que, « depuis la mise à disposition en stable de la V4 de Jeedom, le nombre d’utilisateurs en V3 a drastiquement chuté, cette version ne recevant plus que des mises à jour de sécurité depuis ». Conséquence : « le support de la V3 cessera définitivement au 31 décembre 2022 ».

Concernant le DNS, Jeedom rappelle que « l’année dernière, nous commencions à mettre en place une nouvelle infrastructure relatives aux accès à distance sécurisés officiels de Jeedom avec l’aide de quelques bêta-testeurs ».

« Un an après, cette nouvelle infrastructure est totalement déployée et fonctionnelle et apporte des améliorations notables en termes de performances et de simplicité d’utilisation (adresse unique terminant en eu.jeedom.link). C’est pourquoi nous avons planifié la fin du support de l’ancien système de DNS à la date du 31 août 2022 ».

Si vous accédez à votre Jeedom depuis l’extérieur par une adresse finissant par dnsX.jeedom.com (avec X compris entre 1 et 6), il est donc recommandé de « migrer dès maintenant vers la nouvelle infrastructure DNS sécurisée ».

Voici la procédure : « La migration s’effectue depuis votre profil sur le Market Jeedom, onglet "Mes services" puis en cliquant sur le bouton bleu "Configuration" du premier menu "Accès à distance facilité". Cliquez ensuite sur le bouton orange "Migrer sur le nouveau DNS" ».

« Ensuite, revenez sur votre installation Jeedom en connexion locale et dirigez-vous vers la configuration générale, onglet Mises à jour/Market et cliquez sur le bouton permettant de Tester la connexion au Market (pour que Jeedom récupère les nouvelles informations de connexion) puis redémarrez le DNS Market depuis l’onglet Réseaux ».

Log4j : le CERT-FR met (encore) à jour son bulletin d'alerte

Le CERT-FR vient, pour la huitième fois, de mettre à jour son bulletin d'alerte consacré à la vulnérabilité dans Apache Log4j.

La version 2.17.0 recommandée jusqu'à présent est en effet affectée par une vulnérabilité : CVE-2021-44832

Elle permet à un attaquant autorisé à modifier le fichier de configuration Log4J d'effectuer une exécution de code à distance. La complexité de l'attaque étant élevée, le CERT-FR continue de recommander la mise à jour des composants Log4j à la version 2.17.0 pour java 8 et 2.12.3 pour java7. 

Par ailleurs, il est fortement recommandé de rester attentif aux nouvelles vulnérabilités Log4j qui pourraient être identifiées à l'avenir ainsi qu'aux correctifs proposés par Apache, conclut le CERT-FR.

Thales remporte un contrat avec l’armée « pour le soutien des systèmes de surveillance aérienne »

Dans un communiqué, l’entreprise explique que « la Direction de la Maintenance Aéronautique du Ministère des Armées (DMAé) confie à Thales le soutien pour 10 ans des principaux systèmes composant le SCCOA [système de commandement et de conduite des opérations aériennes, ndlr] avec le marché VASSCO (VerticAlisation du Soutien du SCCOA) ».

Thales prend plusieurs engagements : pérenniser la chaîne de soutien et améliorer la performance du SCCOA, piloter et coordonner les activités d’une quinzaine d’acteurs industriels du soutien du SCCOA et apporter une vision globale de l’état des systèmes critiques et des actions à mener pour un maintien en conditions opérationnelles.

Ce n’est certainement pas le travail qui manque car le SCCOA se compose « de plus de 700 systèmes complexes tels que radars de défense aérienne, centres de contrôles, systèmes de télécommunication sol-air et d’information ».

Stellantis (PSA et Fiat Chrysler) signe avec Amazon

Stellantis, fusion de PSA et Fiat Chrysler, vient de signer un accord historique avec Amazon, révèle Yves Bonnefont, chief software officer du groupe dans les colonnes de l’Express. « Après des mois de discussions, nous sommes ravis de dévoiler le plus important partenariat jamais passé par un constructeur automobile avec Amazon ».

Les données des véhicules seront hébergées par Amazon Web Service. « Le traitement de la data nous permettra d'offrir de nombreux services, comme notre propre système d'info trafic en temps réel, mais aussi des assurances calculées en fonction du nombre de kilomètres parcourus, ou selon votre type de conduite, avec des conseils pour vous améliorer et faire descendre votre facture ». Des assurances qui verront le jour dès cette année en Europe et aux États-Unis, précise l'Express. 

Le partenariat offre un pont d’or pour l’intégration d’Alexa dans les futures voitures du groupe. « La reconnaissance vocale permettra de commander de nombreuses fonctions (toute la partie multimédia, le GPS, la climatisation...), et l'intelligence artificielle d'Alexa viendra améliorer l'interface Homme/machine, en apprenant puis en devançant vos préférences selon que vous prenez votre véhicule le soir, le matin ou le week-end (types de trajets, personnes à appeler, ambiance musicale...) »

Les véhicules seront ainsi connectés aux appareils du domicile, pour un pilotage à distance. « Vous pourrez demander à Alexa de préchauffer votre voiture, ce qui est particulièrement intéressant pour les véhicules électriques -quand ils sont en charge-, car cela évite de tirer ensuite sur la batterie ».

Jeff Wilcox, responsable de l’architecture des Mac (Apple Silicon M1, T2), retourne chez Intel

C’était un des poids lourds chez Apple : il était directeur de l’équipe Mac System Architecture et il a notamment supervisé la transition vers Apple Silicon.

Il a annoncé son départ sur LinkedIn : « Après huit années incroyables, j’ai décidé de quitter Apple et de poursuivre une autre opportunité », sans entrer dans les détails dans un premier temps, comme le rapporte Ars Technica.

Quelques semaines plus tard, il explique retourner chez Intel en tant que responsable du Design Engineering Group, Client SoC Architecture. Il aura en charge la responsabilité de l’architecture de tous les SoC Intel sur l’ensemble des marchés du fabricant.

Si on parle de « retourner », c’est que Jeff Wilcox était auparavant ingénieur chez Intel entre 2010 et 2013. Il était auparavant passé pendant 17 mois chez NVIDIA entre 2007 et 2008, après avoir déjà travaillé pour Intel entre 1997 et 2007. C’est donc son troisième passage dans la société de Santa Clara.

Un mafieux en cavale rattrapé via Google Street View et FacebookCrédits : luchezar/iStock

Un chef de la mafia italienne en fuite depuis 20 ans a été retrouvé dans une ville espagnole après avoir été repéré sur Google Street View, rapporte The Guardian.

Gioacchino Gammino, 61 ans, un meurtrier figurant parmi les gangsters les plus recherchés d'Italie, avait été potentiellement identifié sur Street View. Mais c'est une photo sur la page Facebook du restaurant qu'il avait ouvert qui a confirmé son identité. 

Il était en effet reconnaissable à la cicatrice sur le côté gauche de son menton. Le menu du restaurant comprenait par ailleurs un plat appelé Cena Siciliana, ou dîner sicilien.

Après 20 ans passés dans la clandestinité, Gammino pensait avoir réussi à rompre tous ses liens avec la Sicile. Lors de son arrestation, il aurait dit à la police : « Comment m'avez-vous trouvé ? Je n'ai même pas appelé ma famille depuis 10 ans ! »

Ce n'est pas la première fois qu'un fugitif de la mafia est capturé à l'aide du Web, rappelle The Guardian. En mars de l'année dernière, Marc Feren Claude Biart avait été capturé dans les Caraïbes après être apparu dans des vidéos de cuisine sur YouTube.

Bien que les vidéos de lui faisant étalage de ses talents de cuisinier n'aient jamais montré son visage, la police avait précisé qu'il avait été trahi par les tatouages ​​​​distinctifs sur son corps.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !