LeBriefdu 29 avril 2021
Trois nouveaux Galaxy Book chez Samsung, dont deux versions « Pro »

Les annonces ont été faites lors de la conférence Unpacked du fabricant.

Commençons par le Galaxy Book 2021. Il mesure 356,6 x 229,2 x 15,4 mm pour un poids de 1,61 kg. Son écran PLS de 15,6" affiche 1 920 x 1 080 pixels. Il est animé par un CPU Intel Core i3 de 11e génération, avec une MX450 de NVIDIA, 8 Go de mémoire et jusqu’à 1 To de SSD PCIe.

Le Galaxy Book Pro est disponible en deux versions 13,3" et 15,6", avec un dalle AMOLED de 1 920 x 1 080 pixels dans les deux cas. Les mensurations sont de 304,4 x 199,8 x 11,2 mm pour le premier et 355,4 x 225,8 x 13,3 mm pour le second, avec des poids de respectivement 0,87 et 1,15 kg. Le choix du processeur va du Core i3 au Core i7 avec Iris X. La 4G est en option.

Enfin le Galaxy Pro 360 reprend les grandes lignes des machines précédentes, mais avec un écran inclinable à 360°. Les mensurations sont respectivement de 302,5 x 202,0 x 11,5 et 354,85 x 227,97 x 11,9 mm pour 1,04 et 1,39 kg.  Cette fois-ci c’est la 5G qui est en option.

Samsung annonce une disponibilité pour la fin de l’année, sans précision sur les tarifs français.

De nombreuses vidéos de présentations sont disponibles par ici, des infographies par là et la rediffusion de la conférence se trouve sur YouTube.

Au Canada, le Galaxy Book est annoncé à 859 dollars, soit 575 euros avec une conversion bête et méchante ne prenant pas en compte les taxes. Le Galaxy Book Pro grimpe à 1 470 dollars (985 euros) en 13,3" et 1600 dollars (1070 euros) en 15,6", tandis que le Pro 360 est à 1600 dollars (1070 euros) en 13,3" et 1730 dollars (1160 euros) en 15,6".

Reconnaissance faciale : l'interface QTS 4.5.3 de QNAP gère les TPU de Google

Une nouvelle version du système vient d'être mise en ligne et permet la gestion de ces Tensor Processor Unit, utilisés pour accélérer des calculs liés à l'IA. Ils peuvent être exploités via l'AI Core et QuMagie. 

Selon les tests de QNAP, lors de l'import de 300 photos, ils permettent un traitement de la reconnaissance faciale à 22 ips, contre 2 ips sans cette puce spécialisée. QVR Face suivra.

Seuls les NAS x86 (AMD ou Intel) sont concernés pour le moment. Les TPU gérés sont les accélérateurs M.2 (A+B Key) ou USB de Coral. Le modèle USB se trouve aux alentours de 150 euros.

Cyberpunk 2077 v1.22 est là

Cette fois, la vague de nouveautés est plus légère, avec surtout la promesse de meilleures performances graphiques et une gestion de la mémoire encore améliorée, tant sur PC que sur les Xbox One et PS5. 

Le gros des améliorations se situe cette fois au niveau des quêtes et du jeu, quelques petits bugs ayant été corrigés au passage. Tous les détails se trouvent par ici.

RGPD : près de 34 millions d'euros d'amendes au premier trimestre 2021Crédits : 3D_generator/iStock

Au premier trimestre 2021, les pays de l'UE ont infligé 33,61 millions d'euros d'amendes pour diverses violations du RGPD. L'Espagne a été le pays le plus durement touché, son régulateur ayant distribué 15,7 millions d'euros dans 34 sanctions. L'Allemagne se classe deuxième avec seulement trois, mais d'un montant total de 10,7 millions. Fait intéressant, relève le site d'information financière Finbold, les deux pays représentaient 78,53 % du total.

Ces montants mettent en évidence la capacité croissante des régulateurs européens à utiliser leur pouvoir d'exécution pour mettre en œuvre la loi entrée en vigueur il y a moins de trois ans. 

En 2020, les régulateurs avaient déjà délivré 306,3 millions d'euros d'amendes, la France arrivant en tête, avec 8 sanctions d'un montant total de 138,3 millions, suivie par l'Italie (34 amendes, 58 millions d'euros), du Royaume-Uni (3, 44 millions d'euros), et de l'Allemagne (3, 37,4 millions), la Suède (15, 14.3 millions) et l'Espagne, qui dénombrait le plus grand nombre de cas (128, pour « seulement » 8 millions).

Trois des quatre sanctions les plus importantes avaient l'an passé été infligées par la France : Google LLC (60 millions), Google Irlande (40 millions) et Amazon Europe (35 millions).

Il convient de noter, souligne Finbold, que les amendes imposées ne sont pas nécessairement payées comme l'exigent les régulateurs. Certaines entreprises sont connues pour lancer des appels qui conduisent généralement à les éliminer ou les réduire. 

En outre, certaines amendes pourraient être réduites par les effets économiques de la pandémie. Les régulateurs ont ainsi réduit celle de 205 millions d'euros infligée à British Airways en raison des effets néfastes de la pandémie sur l'industrie du transport aérien. 

Selon certains, les autorités de protection des données personnelles devraient envisager d'autres mesures punitives telles que la suspension des transferts de données ou la suppression de toutes les données acquises illégalement.

Windows 10 : la mise à jour Mai 2021 dans le canal Release Preview

La nouvelle révision semestrielle de Windows est presque là. Elle est maintenant disponible dans le canal de test Release Preview, la dernière étape de validation d’une mise à jour.

Cette mouture est officiellement nommée « May 2021 Update », mais n’a pas encore de date de sortie. Comme nous l’avons indiqué dans notre article, son statut de version semestrielle ne l’empêche pas d’être mineure. Ce n’est pas un hasard si le numéro de build ne passe que de 19042 à 19043.

Les testeurs du canal Release Preview devront aller la chercher dans Windows Update et cliquer manuellement sur le bouton pour lancer une recherche. Sans que l’on sache trop pourquoi, Microsoft n’y déclenche pas l'installation automatique.

Il ne reste donc plus qu’à attendre l’arrivée de la version finale. Notez que le nom de la mise à jour devrait signifier une diffusion avant la fin du mois prochain, mais il est arrivé que des versions semestrielles sortent avec presque deux mois de retard sur ce qu’annonçait leur petit nom.

Vivaldi 3.8 déclare la guerre aux bannières de cookies

Agacés par ces bannières apparaissant systématiquement à la première visite d’un site, voire davantage si on a tout refusé, y compris l’enregistrement de cette préférence sur l’appareil ? Les Norvégiens de Vivaldi aussi.

La nouvelle mouture 3.8 pour Linux, macOS et Windows contient une fonction Cookie Crumbler qui s’active manuellement depuis les paramètres de vie privée du navigateur.

La fonction est basée sur les listes EasyList Cookie List et « I Don’t Care About Cookies ». Selon Vivaldi, elles fonctionneront bien dans la plupart des cas, mais certains sites adoptent des techniques permettant d’échapper à cette détection.

Vivaldi 3.8 modernise également ses panneaux. Au programme, nouvelles icônes, moins de lignes de séparation ainsi que de nouvelles options. Parmi elles, la possibilité de régler l’opacité du panneau et d’y insérer une image en arrière-plan. On peut également activer un flou givré.

Parmi les autres nouveautés, on notera le raccourci Ctrl/CMD + D pour ajouter des signets sans fenêtre de dialogue, la possibilité de désactiver les gestes de la souris via les commandes rapides, ou encore, depuis ces dernières, l’ouverture d’une extension en tapant son nom.

Vivaldi en profite pour redire toute son opposition à FLoC, le mécanisme créé par Google pour remplacer les données identifiantes par des agrégats pour les publicités ciblées. Pour Vivaldi, la construction des profils par FLoC est bien trop précise et invasive. À compter de cette version 3.8, le composant ne sera plus téléchargé, et sera même supprimé s’il était présent.

Quant à Vivaldi pour Android, il permet maintenant de sélectionner la langue que l’on souhaite parmi 41 (il utilisait jusqu’ici obligatoirement celle du système), intègre le Cookie Crumbler, et peut afficher à nouveau l’icône de la page de démarrage dans la barre d’adresse

Covid-19 : les engagements de Facebook sur la vaccination

Alors que les campagnes de vaccination sont en cours dans de nombreux pays, le réseau social met en avant quatre actions qu’il est en train de mener.

Il annonce ainsi une donation de 5 millions de dollars à la collecte de fonds Go Give One de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour « l'équité mondiale en matière de vaccins ». 

Il est aussi question de la mise en avant d’informations fiables pour les communautés les plus touchées par cette maladie, de « l'amplification des messagers de confiance » ainsi que du « partage d'informations et d'outils pour une distribution équitable des vaccins ».

Tous les détails sont disponibles par ici.

Fonte des glaciers : « une cartographie complète révèle l’accélération » de ces dernières annéesCrédits : ipopba/iStock

Les chiffres du CNRS ont de quoi donner le tournis : « Depuis 2000, les glaciers perdent 267 milliards de tonnes de glace en moyenne par an et la fonte s'accélère ». 

Car la tendance est à la hausse : « Les pertes globales se sont même accélérées ces dernières années, passant de 227 gigatonnes de glace perdues par an entre 2000 et 2004 à 298 gigatonnes par an entre 2015 et 2019 ». 

C’est la conclusion d’une équipe internationale, dirigée par les chercheurs du Laboratoire d'études en géophysique et océanographie spatiales. Ils ont réalisé la « première cartographie complète et précise des changements d’épaisseur, donc de masse, de tous les glaciers du monde », soit près de 220 000.

L’étude montre aussi que si la fonte s’accélère dans certains points du globe, elle ralentit dans d’autres. Ce phénomène pourrait être dû à « une anomalie météorologique qui a provoqué des précipitations plus importantes et des températures plus basses, ralentissant ainsi la perte de glace ».

Une certitude par contre : « l'accélération globale des pertes de masse des glaciers est le résultat de la hausse des températures ».

Décès de Michael Collins, le troisième homme de la mission Apollo 11 (la première sur la Lune)

C’est au cours de cette mission que les humains ont posé pour la première fois le pied sur la Lune. Si les noms de Neil Armstrong et d’ Edwin « Buzz » Aldrin sont les plus connus, Michael Collins était aussi du voyage.

Pendant que ses deux compatriotes étaient dans le module lunaire et sur la surface de notre satellite, il était resté dans la capsule en orbite. Steve Jurczyk, administrateur de la NASA par intérim, lui rend hommage

« Aujourd’hui, la nation a perdu un véritable pionnier et un ardent défenseur de l’exploration avec l’astronaute Michael Collins. En tant que pilote du module de commande d’Apollo 11 – certains l’appelaient « l’homme le plus solitaire de l’histoire » – et tandis que ses collègues marchaient sur la Lune pour la première fois, il a aidé notre nation à atteindre une étape déterminante ».

Plus de 50 ans plus tard, les humains se préparent à retourner sur la Lune, notamment dans le cadre du programme Artemis de l’Agence spatiale américaine. 

Jedi : la contre-attaque d’Amazon (contre Donald Trump) peut continuer

Au terme d’une course entre Microsoft et Amazon, le premier avait remporté le contrat de 10 milliards de dollars avec le Pentagone. Le second avait contre-attaqué et souhaitait une enquête sur « l’ordre donné par le président Trump » pour lui nuire.

Alors que le ministère de la Justice et Microsoft avaient déposé une demande conjointe pour rejeter l'affaire d'Amazon, The Next Web rapporte qu’un juge fédéral vient au contraire de donner son feu vert pour que cette action continue. Les raisons ne sont pas précisées. 

« Le bilan de l'influence indue de l'ancien président Trump est inquiétant, et nous sommes heureux que la Cour examine l'impact important  qu'il a eu concernant l'attribution du contrat JEDI », explique un porte-parole d’Amazon.

Castex signe une circulaire pour relancer l'open data et les logiciels libresCrédits : Gouvernement.fr

Dans une circulaire signée le 27 avril, le Premier ministre demande aux ministres de « s’impliquer personnellement » pour faire de la politique de la donnée « une priorité stratégique de l’État » et renforcer l’ouverture des codes sources et des algorithmes publics, ainsi que l'usage des logiciels libres et open source, relève Acteurs Publics. 

Des indicateurs de pilotage seront mis en place pour évaluer la bonne mise en œuvre de cet engagement par les directeurs d’administrations centrales et déconcentrées. 

« Le Premier ministre a tenu à intervenir par voie de circulaire pour lever toute ambiguité et faire preuve d'autorité : cette politique n'est pas optionnelle, elle constitue l'un des soubassements de l'action publique du XXIe siècle », indique une source à Matignon. 

La circulaire fixe enfin un ultimatum, qui fait suite au référé de la Cour des comptes début 2019 : l’extinction en 2023 de toutes redevances perçues pour la réutilisation des données publiques.

« L’animation interministérielle n’est selon moi toujours pas correctement traitée », juge toutefois un haut fonctionnaire. « La circulaire rappelle surtout d’anciens engagements et donne l’impression de renvoyer la responsabilité aux ministères, mais cela nécessite une allocation de moyens et donc une réorganisation, ce qui me semble difficile à l’approche de la présidentielle », s’inquiète cette même source.

99,93 % des plaintes adressées à la CNIL irlandaise n’aboutissent pas

Malgré un financement de 19,1 millions d'euros, 99,93 % des plaintes adressées à la CNIL irlandaise n’aboutissent pas sur une décision. Le constat dressé par l’initiative noyb, fondée par Max Schrems, a été tiré d’une audition avec la commissaire irlandaise à la protection des données (CPD), Helen Dixon, devant la commission des lois du Parlement irlandais.

« Bien qu’elle ait signalé plus de 10 000 plaintes en 2020, l’autorité ne prévoit que six à sept décisions formelles en 2021, ce qui signifie que seul 0,07 % de toutes les plaintes relatives au RGPD pourraient éventuellement faire l'objet d'une décision formelle ». 

Et Max Schrems d’évoquer, face à ce naufrage, un véritable « triangle des Bermudes ».  

Telegram : Paiements 2.0, salons vocaux planifiés et nouvelles versions web

Les dernières versions de Telegram contiennent une fois encore de nombreuses nouveautés, même si certaines sont très spécifiques.

Les paiements se dotent ainsi de nouvelles capacités. Les commerçants utilisant des bots peuvent maintenant accepter les cartes de crédit pour n’importe quel type d’échange, en se basant sur huit fournisseurs tiers intégrés : Stripe, YooMoney, Sberbank, Tranzzo, Payme, CLICK, LiqPay et ECOMMPAY. Sur cette plateforme, où Telegram ne prélève aucune commission, les acheteurs peuvent aussi laisser un pourboire.

Il devient également possible de planifier un salon vocal. Ces derniers fonctionnent pour rappel à l’intérieur de groupes existants, que l’on peut joindre ou quitter à la manière de Discord. On peut désormais y planifier un rendez-vous, les membres étant prévenus et un compte à rebours s’affichant dans le groupe. Dans les salons, on peut d’ailleurs agrandir les profils et bios des participants.

Telegram fournit aussi de nouvelles moutures web. Elles apportent des fonctions existant depuis longtemps dans les applications mobiles, comme les autocollants animés, le mode sombre ou encore les dossiers d’échange. 

Telegram en propose deux variantes, dont l’esthétique varie légèrement, et que l’on peut installer depuis des navigateurs compatibles avec cette fonction, dont Chrome et Edge. La réactivité fait oublier que l’on se trouve dans une application web, et des concurrents comme WhatsApp feraient bien de sortir la tête de leur terrier.

Parmi les autres améliorations, on note la possibilité d’utiliser la pince pour zoomer directement sur les images dans une conversation sans les ouvrir d’abord, l’avance et le recul rapides dans les vidéos ou encore de nouvelles animations plus fluides dans la version Android.

Pavel Durov, fondateur de Telegram, a pour sa part annoncé que les groupes recevraient en mai une fonction attendue depuis longtemps : les appels vidéo. Partage d’écran, chiffrement (mais sans bout en bout), réduction du bruit ambiant et support de tous les appareils sont au programme.

La messagerie arrive un peu tard dans la bataille, mais la fonction est toujours bonne à prendre.

Ciblage publicitaire : GitHub bloque les FloC de Google sur ses Pages

La solution continue de fédérer contre elle. Après l'EFF, divers navigateurs ou WordPress, c'est le service d'hébergement de code open source qui s'y oppose, comme repéré par Bleeping Computer.

La façon de faire est simple : un en-tête HTTP est ajoutée au service Pages, indiquant aux navigateurs que le pistage via FloC n'est pas autorisé sur ces sites. Pour ceux qui voudraient faire de même, Boris Mallach a détaillé la procédure sur son blog.

Google : 6 milliards de dollars de bénéfice par mois, Sundar Pichai tease du lourd pour la conférence I/OCrédits : choness/iStock

La valse des résultats financiers continue avec l’entrée sur la piste de Google. La société est en forme avec 55,314 milliards de revenus sur les trois premiers mois de l’année, pour 17,930 milliards de bénéfice net, soit des hausses de 34 et… 160 %. 

Le moteur de recherche représente toujours le gros des troupes avec 31,879 milliards de dollars, tandis que le cloud continue sa progression avec 4,047 milliards. Cette branche est néanmoins toujours déficitaire avec 974 millions de pertes (1 730 millions il y a un an).

Enfin, la société revendique 139 995 employés, soit près de 17 000 de plus en un an. Tous les détails se trouvent dans ce communiqué. Durant la présentation des résultats, Sundar Pichai s‘est laissé aller à quelques remarques, comme le rapporte 9To5 Google, sur la Google I/O 2021, qui se déroulera du 18 au 20 mai, exclusivement en ligne.

Sans entrer dans les détails, il annonce des « mises à jour et des annonces de produits importantes ». Pour rappel, la première bêta d’Android 12 devrait être mise en ligne en mai, on peut donc s’attendre à un bombardement d’annonces autour de cette mouture durant la conférence.

OVHcloud lance une offre « MongoDB-as-a-Service »

Ce partenariat entre les deux vise particulièrement les clients « des marchés fortement réglementés tels que la santé, les finances ou les organisations publiques » qui veulent déployer dans le cloud des « innovations applicatives les plus récentes tout en conservant la maîtrise exclusive de leurs données ».

Ce partenariat s’inscrit « conformément aux principales initiatives en matière de souveraineté numérique telles que Gaia-X », affirme OVHcloud. Cette offre est « entièrement managée et disponible dans toute l’Europe ».

WebAssembly : Google et d’autres rejoignent la Bytecode Alliance

Cette alliance est désormais reconnue comme une organisation à but non lucratif de statut 501(c)(6) aux États-Unis, lui donnant le fonctionnement d’une entreprise.

Pour fêter l’évènement, elle annonce l’arrivée de nouveaux membres, dont le plus important – et qui faisait cruellement défaut – est Google. La firme est accompagnée par un autre poids lourd, Arm. 

Viennent également DFINITY Foundation, Embark Studios, Shopify et l’université de Californie. Ils rejoignent notamment Intel, Microsoft et Mozilla.

Les membres espèrent beaucoup du nouveau statut de l’alliance. Selon Mozilla, son fonctionnement était jusqu’ici informel. La nouvelle structure devrait aider à promouvoir WebAssembly et à y travailler en commun.

WebAssembly est pour rappel un standard du W3C, qui permet de compléter JavaScript en offrant également de meilleures performances. Le code écrit en langage de haut niveau – Rust, C, C++, C#, Go, Java, Python… – est ensuite précompilé en bytecode. Ce dernier peut ensuite être exécuté par un navigateur, qui n’a plus qu’à le compiler.

Netflix propose une nouvelle fonctionnalité pour « lancer un titre » au hasard (ou presque)

Vous n’avez pas d’idée de film ou série à regarder et la flemme de parcourir le catalogue à la recherche d’un contenu ? La plateforme de streaming propose sa propre version de la fonctionnalité « J’ai de la chance » de Google avec « lancer un titre ».

Le hasard n’est pas totalement au rendez-vous. L’algorithme maison se base sur différents critères pour faire son choix : 

  • Une nouvelle série ou un film similaire à ce que vous avez déjà regardé
  • Un épisode ou un film que vous avez déjà regardé il y a longtemps et que vous voudrez peut-être revoir
  • Un épisode d'une émission que vous avez commencé mais pas terminé

Cette fonctionnalité ne concerne pour le moment que les applications « TV » de Netflix, donc pas le client web ou les versions Android et iOS.

Sur Fire TV, au lancement de Netflix, elle nous propose effectivement de « lancer un titre » lors de la sélection du profil de l’utilisateur.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !