LeBriefdu 8 avril 2021
TousAntiCovid : 4,8 millions d’euros de dépenses de comm’

Questionné sur le budget alloué à l’application StopCovid (devenue TousAntiCovid), Cédric O relève que le Gouvernement a redoublé d’efforts et « déploie une campagne de communication depuis le mois de mai 2020 pour sensibiliser les Français à l'utilité de l'application TousAntiCovid ».

Montant des dépenses de campagnes, partagées entre Bercy et le service d'information du Gouvernement ? « 2 793 000 euros entre les mois de mai et septembre 2020 et de 1 983 000 euros depuis le mois d'octobre 2020, toujours en cours à ce jour ».

Soit, près de 4,8 millions d’euros.

Bien plus que les 2,8 millions d’euros évalués par Anticor voilà quelques semaines, en appui de sa saisine de la Cour de Justice de la République, lorsque l’association a dénoncé l’absence de procédure de passation de marché public. 

« Cette campagne s'appuie sur des achats d'espaces publicitaires ainsi que la réquisition d'espaces gratuits (affichage, télévision, radio et digital) » indique Cédric O, en réponse à la question parlementaire.

Le secrétaire d’État au Numérique assure que « l'efficacité de l'application TousAntiCovid dépend notamment de son taux d'adoption ». 

Ainsi, « une étude de l'INSERM du 22 octobre 2020 démontre que l'application a une utilité avérée dès 4 % d'adoption et que son efficacité s'accroit en fonction de l'augmentation du taux d'adoption. Ainsi avec un taux d'adoption à 15 %, on observe une réduction significative des transmissions allant jusqu'à 18 % ».

La SNCF passe la « première commande de trains à hydrogène en France »

Les régions Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne-Franche-Comté, Grand Est et Occitanie sont concernées. Il s’agit d’une « étape historique de la mobilité durable » selon la SNCF. Dans la pratique, il s’agit de trains bi-mode électrique et hydrogène. 

Les quatre régions se partageront 12 trains (avec deux rames optionnelles supplémentaires) de la gamme Coradia Polyvalent pour Régiolis développée par Alstom. Le montant total est de 190 millions d’euros.

Chaque train est composé de quatre voitures, il mesure 72 mètres de long et propose une capacité de 218 places assises. Son autonomie est de « 600 km sur les portions de lignes non électrifiées ». Les performances dynamiques et le confort seraient les mêmes que sur les trains bi-mode électrique et diesel.

« Robotisation du champ de bataille » : Spot de Boston Dynamics en exercice à Saint-Cyr Coëtquidan

L’écoles de formation des officiers de l'armée de Terre a publié des photos sur Twitter d’un exercice de recherche appliquée organisé par l'École militaire interarmes et le centre de recherche.

« L’homme reste au cœur de la décision tactique. Les élèves-officiers ont eu l’opportunité de piloter ces robots et de mesurer sur la base d’indicateurs imaginés par le CREC, les gains et contraintes dans la conduite de la manœuvre ». On peut voir dans le lot un quadrupède Spot de Boston Dynamics.

La SFR Box 8 peut désormais être accompagnée de répéteurs Wi-Fi 6 « intelligents »

Avec la montée en puissance de la fibre, disposer d'un réseau sans fil à quelques Mb/s ne suffit plus. Les clients s'aperçoivent alors des limites des solutions embarquées dans les box, nécessitant parfois de multiples répéteurs, selon la surface à couvrir. 

Les FAI se sont donc organisés. Free a développé sa solution maison là où ses concurrents se reposent en général sur des produits tiers, adaptés à leurs besoins. Orange travaille par exemple sur un nouveau modèle Wi-Fi 6 depuis quelques mois via son projet Proxima.

De son côté, SFR vient d'annoncer ses répéteurs Smart WIFI, compatibles avec le Wi-Fi 6 de sa Box 8. Ils seront disponibles dès le 13 avril, pour un surcoût de 3 euros par mois et par répéteur. Cette offre sera réservée dans un premier temps aux nouveaux clients fibre et sera étendue au fil des semaines promets la marque au carré rouge. 

Côté technique, c'est un produit plutôt classique, qui n'a d'intelligent que le nom, comme on pouvait s'y attendre. Il s'agit ainsi de répéteurs dual-band (MU-MIMO 4x4) avec un débit cumulé annoncé à 5,4 Gb/s (sans doute 600 Mb/s en 2,4 GHz et 4,8 Gb/s en 5 GHz) avec deux ports RJ45 à 1 Gb/s. Ses dimensions sont de 113 x 86 x 50/40 mm pour un poids de 210 grammes.

Sa consommation est donnée pour 12 watts. Bonne nouvelle tout de même : il répond à la norme EasyMesh et peut donc être appairé avec d'autres appareils utilisant ce standard, comme certains kit Netgear

Rachat de Xilinx par AMD : les actionnaires donnent leur feu vert

En octobre, les deux protagonistes officialisaient leur deal à 35 milliards de dollars. Une procédure qui promettait d’être longue, comme le rachat d’Arm par NVIDIA.

Une étape vient d’être franchie : « Les actionnaires d’AMD et de Xilinx approuvent massivement » cette acquisition. Il s’agit d’une étape et il faut encore attendre le feu vert des autorités compétentes. La finalisation est attendue pour la fin de l’année.

La Google I/O 2021 se déroulera en ligne, du 18 au 20 mai

Après avoir annulé sa conférence l’année dernière à cause de la crise sanitaire, la société de Mountain View annonce que l’édition 2021 se déroulera du 18 au 20 mai. 

Il s’agira d’un événement entièrement virtuel, accessible gratuitement à tout le monde précise Sundar Pichai

Demande de retrait abusif : en France, aucune procédure « ayant entraîné une condamnation »Crédits : mactrunk/iStock

En France, il est interdit pour une personne de présenter à un hébergeur (Twitter, YouTube, Facebook...) un contenu comme étant illicite « dans le but d'en obtenir le retrait ou d'en faire cesser la diffusion », alors que cette personne sait l'information inexacte. 

Le 4 du I de l’article 6 de la loi sur la confiance dans l’économie numérique prévoit alors une peine d'un an d'emprisonnement et de 15 000 euros d'amende, pour l’auteur de cette dénonciation reposant sur des bases fallacieuses. 

Le député LREM Raphaël Gérard a interrogé le Garde des Sceaux « sur l'utilisation détournée des dispositifs de signalement de contenus illicites à des fins de cyber-harcèlement sur les réseaux sociaux », et l’a interrogé en conséquence sur le nombre de condamnations sur le fondement de ce texte. 

Réponse d’Éric Dupond-Moretti : « d'après les données statistiques issues des juridictions, il n'y a pas eu de procédure ayant entrainé une condamnation », sur ce fondement. Causes ? « Cet état de fait s'explique notamment par la difficulté à déterminer l'intention d'un signalant et ainsi à distinguer les signalements abusifs de ceux qui sont simplement erronés ».

Le texte oblige en effet la victime de démontrer que la personne à l’initiative du signalement savait que son alerte était fausse. Anticipant ce résultat nul, Raphaël Gérard a demandé si le gouvernement comptait « mettre en œuvre des mesures pour assurer une meilleure effectivité de cette disposition ».

Réponse d’EDM : « le ministère de la Justice encourage les hébergeurs (…) à lui signaler tout détournement manifeste du dispositif ». Et il rappelle que le futur Digital Services Act  prévoit en son article 17 « des mesures contre les signalements abusifs concernant les réseaux sociaux ». 

Pour mémoire, cet article 17 concerne les systèmes internes de traitement des réclamations.

Android 12 : la Developer Preview 2.2 corrige quelques bugs

Alors que la troisième (et normalement dernière) Preview de la prochaine version majeure d’Android devrait être publiée ce mois-ci, Google propose une petite mise à jour en attendant.

Les notes de versions ne font état que de sept correctifs, notamment sur le plantage d’applications lors de l'accès aux paramètres Bluetooth, la sauvegarde des mots de passe Wi-Fi, la disparition de certains widgets, etc.

Comme toujours, la procédure est détaillée par ici. Pour rappel, seuls les Pixel 3 à 5 peuvent en profiter pour le moment.

Patreon lève 155 millions de dollars et atteint une valorisation de 4 milliards de dollars

Ce dernier tour de table a été mené par un nouvel investisseur Tiger Global Management, avec la participation d’anciens partenaires de la société, comme l’explique The Wall Street Journal.

Toujours selon nos confrères, l'entreprise serait ainsi valorisée 4 milliards de dollars, soit trois fois plus qu’en septembre dernier (lors d’une levée de fonds de 90 millions de dollars), excusez du peu.

Certificat vert numérique Covid-19 : le « oui mais » des deux CEPDCrédits : Patrick Daxenbichler/iStock

Le Comité européen de la protection des données et le Contrôleur européen de la protection des données ont publié, le 6 avril 2021, un avis conjoint sur la proposition de règlement relatif au certificat vert numérique (Digital Green Certificate) de la Commission européenne, relève la CNIL. Il revient sur les garanties que ce dispositif doit apporter pour les droits et libertés fondamentaux des personnes.

La Commission européenne propose en effet de faciliter la libre circulation au sein de l’Union européenne en mettant en place un certificat vert numérique. Cette proposition a pour objectif de créer un cadre européen harmonisé et interopérable pour la délivrance, la vérification et l’acceptation des certificats au sein de l’Union européenne.

Le certificat permettrait de prouver qu'une personne a été vaccinée contre la Covid-19, ou qu’elle a reçu un résultat négatif à un test de dépistage, ou encore qu’elle s’est rétablie de la Covid-19.

Le certificat vert, délivré dans un format numérique de sorte qu’il puisse être affiché sur un smartphone ou sur papier, inclurait un code QR interopérable contenant notamment une signature numérique visant à garantir son authenticité.

Un portail, mis en place par la Commission européenne, permettrait de vérifier les signatures des certificats dans l'ensemble de l'UE sans que des données personnelles du titulaire du certificat ne soient transmises à celui-ci.

Si une personne prend l’avion pour se déplacer à l’étranger, elle pourrait ainsi montrer son certificat sur son smartphone (sous forme de code QR) aux contrôles aux frontières pour prouver qu’elle a bien été vaccinée contre la Covid-19.

L’avis conjoint des deux CEPD souligne que cette proposition ne permet pas et ne doit en aucun cas conduire à la création d'une base centrale de données personnelles au niveau de l’UE : elle doit seulement permettre la vérification décentralisée des certificats.

Sur le format du certificat, l’avis conjoint rappelle la nécessité de mettre à disposition de chacun une version numérique et papier des certificats afin d’assurer l’inclusion de l’ensemble des résidents européens dans le dispositif.

Par ailleurs, les deux autorités rappellent que le principe de limitation de la conservation des données nécessite notamment que les données obtenues lors de la vérification des certificats ne soient pas conservées par les États membres et les opérateurs de services de transports habilités à procéder aux vérifications. 

Enfin, l’avis insiste sur le caractère nécessairement temporaire du dispositif : le certificat vert numérique devrait être limité à la pandémie de Covid-19 et suspendu une fois la pandémie surmontée, c’est-à-dire que la proposition devrait préciser que les États membres ne devraient plus avoir accès aux données personnelles à l’issue de la crise.

De plus, si elles accueillent favorablement la couverture des différentes situations auxquelles sont confrontés les résidents de l’UE (vaccination, tests négatifs et rétablissement), les deux autorités demandent à la Commission européenne de préciser, dans la proposition de règlement, que les États membres devraient accepter ces trois types de certificats afin d’éviter la discrimination des personnes non encore vaccinées ou ne souhaitant pas l'être.

En Italie, iliad prend 12 % d’Uniero… qui pourrait servir de tremplin au lancement de la Freebox

Unieuro est un distributeur informatique disposant de près de 500 boutiques physiques dans le pays, dont 200 proposent déjà des cartes SIM de l’opérateur. 

Dans son communiqué, l’entreprise indique : « alors qu’elle s’apprête à entrer sur le marché du réseau fixe, Iliad a décidé d’investir dans le capital d’Unieuro pour l’accompagner dans sa croissance ».

Aucun calendrier pour le lancement des offres sur le fixe n’est précisé. Cela pourrait arriver cet été, mais un retard n’est jamais à exclure… surtout avec iliad/Free. Il faudra probablement attendre l’annonce officielle pour en apprendre davantage.

Apple ouvre son programme Find My (Localiser) aux constructeurs tiers

La société l’avait promis l’année dernière, c’est désormais chose faite : tout constructeur ayant des produits mobiles peut demander à intégrer le réseau Find My (Localiser), qui ne sert habituellement qu’aux produits Apple.

Cette fonction, qui retrouve habituellement les iPhone, Mac et autres AirPods, accueille donc pour la première fois d’autres fabricants. La première vague de produits contient les SoundForm Freedom True Wireless Earbuds de Belkin, les vélos électriques S3 et X3 et VanMoof ou encore le ONE Spot de Chipolo.

Les entreprises intéressées devront respecter les termes du programme Made for iPhone (MFi), notamment tout ce qui touche à la vie privée. Après quoi, ils pourront profiter du maillage Bluetooth utilisé pour repérer un produit qui n’aurait ni Wi-Fi ni réseau cellulaire.

La France Insoumise veut « passer de la société du jetable à celle du durable »Crédits : MicroStockHub/iStock

La France Insoumise vient de déposer une proposition de loi destinée à lutter contre l’obsolescence programmée, ce afin de « passer de la société du jetable à celle du durable ».

Comment ? Dans ce texte, fourre-tout, le groupe plaide déjà pour une extension de la garantie légale de 2 à …10 ans.  « Les produits sont faits pour durer, au moins le temps de la garantie, sans quoi le constructeur ou le distributeur devront prendre à leur charge les coûts de la réparation ».

L’article 2 veut contraindre à la disponibilité des pièces détachées sur cette durée décennale, « a minima ». « À l’heure actuelle, les fabricants limitent volontairement leur disponibilité afin de provoquer l’obsolescence, il s’agit donc de mettre en place un droit à la réparation, avec garantie de la réparabilité des objets et de la disponibilité des pièces détachées ».

Une autre disposition interdit la publicité « qui inciterait directement ou indirectement à dégrader, abandonner ou remplacer prématurément des produits dont la fonction principale est encore fonctionnelle ». 

Serait considéré comme tel, « tout contenu publicitaire (…) incitant au rachat à neuf de biens en état de marche, incitant au non‑entretien ou au mésusage des produits, incitant à l’achat en vue de la revente et non en vue de l’utilisation durable ou valorisant les produits jetables au détriment des produits réutilisables. »

Bêtas 7 pour iOS et iPad 14.5, watchOS 7.4 et tvOS 14.5

À ce stade de développement, il n’y a plus grand-chose à dire. En fait, on s’attendait plutôt à des versions finales, mais force est de croire qu’il y a encore des bugs à corriger.

Rappelons qu’iOS 14.5 est particulièrement attendu, pour deux raisons essentiellement : l’accès à l’identifiant publicitaire sera soumis à autorisation de l’utilisateur, et les possesseurs d’Apple Watch pourront déverrouiller leur iPhone tout en portant un masque.

Ces préversions sont accessibles à l’ensemble des testeurs, développeurs et grand public.

Curieusement, aucune nouvelle bêta pour macOS 11.3 n’a été diffusée.

Twitter publie son Global Impact Report pour montrer ses efforts

La société vient de publier un rapport dense de 53 pages à la gloire de ses actions dans de multiples domaines.

Le rapport est organisé en cinq grandes catégories : le service lui-même, la gouvernance, les personnes et la culture, Twitter for Good, et enfin planète.

Les thématiques abordées sont donc très nombreuses, avec notamment les actions entreprises pour que tout un chacun puisse s’exprimer librement sur le réseau, la modération proactive, les règles transparentes, privilégier le contexte, la vie privée, les standards publicitaires, la supervision, la sécurité, la diversité au sein de l’entreprise ou encore les actions pour l’environnement.

Même si l’entreprise apparaît sous un jour favorable, la lecture du document reste intéressante pour les thématiques abordées, ne serait-ce que pour la vue d’ensemble de ses activités.

Apple met à jour son document éducatif sur la sécurité des donnéesCrédits : twinsterphoto/iStock

« A Day in the Life of Your Data » est un document présenté sous forme de PDF et existant depuis quelque temps déjà. À travers des cas simples d’utilisation, il propose d’explorer les bases du stockage et de la sécurité des données, et insiste surtout sur les notions de vie privée.

Il vient d’être mis à jour pour intégrer plusieurs notions, tout particulièrement ce qui touche au pistage publicitaire sur les appareils mobiles.

Le document revient ainsi sur la notion d’identifiant, explique ce que c’est l’IDFA dans iOS et pose surtout la question : Apple peut-elle garantir qu’une application ne me piste pas si je sélectionne « Demander à l’application de ne pas me suivre » ?

Apple avait l’occasion de jouer totalement la transparence et de répondre « non », car refuser à une application le droit d’utiliser l’IDFA ne signifie pas qu’elle ne traquera pas les données personnelles d’une autre manière.

La société ajoute quand même : « Le développeur de l’application doit également respecter votre choix au-delà de l’identifiant publicitaire. Cela est requis par les règles que le développeur accepte […] – si nous apprenons qu’un développeur piste les utilisateurs ayant demandé à ne pas l’être, nous exigerons qu’il mette à jour ses pratiques pour respecter votre choix, ou son application pourra être rejetée de l’App Store ».

Nul doute que cette mise à jour intervient car le lancement d’iOS 14.5 est imminent. La nouvelle mouture doit pour rappel activer le mécanisme ATT (AppTrackingTransparency) et donc réclamer l’autorisation pour accéder à l’IDFA.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !