LeBriefdu 2 décembre 2020
1.7 To de données pharmaceutiques françaises non sécuriséesCrédits : tonefotografia/iStock

CyberNews a découvert une base de données non protégée de plus de 1,7 To, contenant des données commerciales confidentielles sur les ventes de produits pharmaceutiques, les noms des partenaires et des employés d'Apodis Pharma, un éditeur de logiciels basé en France, les statistiques de stock des entrepôts des clients, etc.

Apodis Pharma – qui propose une plateforme de gestion de la chaîne d'approvisionnement numérique et autres logiciels pour les pharmacies, établissements de santé, laboratoires pharmaceutiques et compagnies d'assurance maladie – a corrigé le problème dans la foulée.

La base de données répertoriait notamment plus de 25 000 organisations partenaires et clientes, les quantités et identifiants des produits pharmaceutiques, ainsi que les données d'entrepôt, les heures et lieux précis où les envois ont été ramassés par les vendeurs ou les distributeurs, ainsi que des visualisations et analyses des données des consommateurs et des clients, y compris les statistiques de genre des consommateurs, et des graphiques des ventes et des stocks des entrepôts.

La base de données avait été indexée sur au moins un moteur de recherche IoT populaire, laissant supposer que les données ont pu être consultées et éventuellement téléchargées par des tiers à des fins potentiellement malveillantes, estime Cybernews.

Contactée le 22 octobre dernier, Apodis Pharma n'aurait pas répondu à Cybernews, qui a donc averti le CERT le 29. Deux semaines plus tard, la base de données était cependant toujours en ligne, et ce n'est qu'après avoir alerté le directeur technique d'Apodis que le problème a été réglé.

Qualcomm évoque son SoC Snapdragon 888, Xiaomi l'intégrera sur son Mi 11

Durant le Snapdragon Tech Summit 2020, le fabricant a annoncé que le Snapdragon 888 (le 8 est un chiffre porte-bonheur en Asie) serait sa prochaine puce haut de gamme, qui remplacera donc le 865(+). 

Les détails techniques manquent à l’appel. Tout juste savons-nous qu’elle sera gravée en 5 nm, avec un modem 5G X60 de troisième génération, directement intégré dans le SoC. Pour rappel, ce n’était pas le cas du Snapdragon 865, qui devait être couplé avec un modem X55. On retrouvera aussi de nouvelles versions des AI Engine, Hexagon, Spectra ISP et Snapdragon Elite Gaming, là encore sans plus de détail.

Pas moins de 14 fabricants lanceront des smartphones équipés de ce SoC durant les prochains mois : ASUS, Black Shark, Lenovo, LG, Meizu, Motorola, Nubia, OnePlus, Oppo, Realme, Sharp, Vivo, Xiaomi et ZTE.

Sur Twitter, Xiaomi précise que son premier terminal sera le Mi 11, dont le lancement devrait arriver « très rapidement » selon Lei Jun, le président et CEO du constructeur.

Salesforce officialise le rachat de Slack, pour 27,7 milliards de dollars

Quelques jours après avoir intégré le projet européen Gaia-X, la société américaine confirme une rumeur : la signature d’un accord « définitif » pour racheter Slack. 

« Les actionnaires de Slack recevront 26,79 dollars en espèces et 0,0776 action Salesforce pour chaque action Slack, ce qui représente une valeur d’entreprise d’environ 27,7 milliards de dollars », précise la société dans son communiqué.

Salesforce ajoute que « Slack sera profondément intégré dans chaque solution Cloud » qu’elle propose.

Avec le passage d'Orange Bank chez Mastercard, les clients perdent la garantie sur leurs achats

Avec sa carte bancaire VISA, une « garantie protection des achats » venait ajouter 36 mois à la durée de deux ans proposée en général par les constructeur. Elle était valable «  sur les Matériels blancs, bruns et gris neufs dont le prix de vente est supérieur à 75 € TTC et inférieur ou égal à 2 000 € TTC ».

Pour en profiter, les clients devaient simplement payer « partiellement ou en totalité en utilisant un moyen de paiement Orange Bank ». Mais voilà, cette garantie est liée à la carte et celle-ci va être remplacée par une Mastercard.

Une procédure rendue obligatoire par la banque, qui procède à ce renouvellement par vagues, tout devant être bouclé d'ici la fin de l'année. Certains lui ont donc demandé ce qu'il allait advenir de leur garantie 5 ans. 

La réponse est claire : elle prend fin dès la transition vers la nouvelle carte effectuée, aucune solution de remplacement n'est proposée. Ce, alors qu'aucun refus de passage à la Mastercard n'est possible.

Le service client dit « comprendre le ressenti » des utilisateurs déçus et les renvoie vers la FAQ officielle qui n'évoque pas ce sujet, précisant seulement que la garantie des moyens de paiement est préservée.

On y apprend au passage que les cartes VISA doivent être détruites et « jetées dans la poubelle jaune », sauf le modèle Premium qui nécessite une procédure de recyclage spécifique. Après la mise au rebut de Djingo, cela ne fait pas très entreprise responsable.

Le député Marc Le Fur imagine une taxe sur le chiffre d’affaires des géants de la vente en ligne

« La crise sanitaire et les mesures indispensables qui ont été prises pour y faire face ont créé une distorsion de concurrence entre différents types de commerce ».

Comme d’autres, une nouvelle proposition de loi entend taxer les géants du e-commerce pour rectifier les plateaux de la balance. 

Le député Marc Le Fur (LR) a imaginé une ponction de 1 % du chiffre d’affaires assise sur les montants 2020 et 2021.

Cette contribution frapperait, sauf exception, les entreprises « du secteur numérique » qui vendent en ligne et réalisent au moins 750 millions d’euros de C.A. à l’échelle mondiale et 25 millions d’euros en France. 

Gamestream dévoile Pleio, le cloud gaming accessible aux offres 5G de Bouygues Telecom

Dans ses derniers résultats financiers, l'opérateur avait indiqué qu'un tel service serait lancé ce 1er décembre afin de séduire les clients intéressés par la nouvelle génération de téléphonie mobile. Il est désormais officiel.

Sur le site, on retrouve le catalogue issu de l'offre de Gamestream, plutôt orientée vers la famille et les joueurs occasionnels que vers les fans du dernier AAA. 80 titres sont ainsi référencés, accessibles en illimité. 

Dans le manifeste on peut trouver des références aux racines nancéiennes de l'entreprise qui vante également « un tarif unique, sans frais cachés, pour un accès illimité à notre catalogue », des jeux sélectionnés, sans « connotation sexiste ou raciste », le travail pour une meilleure inclusion, etc. 

Des nouveautés devraient être ajoutées tous les mois, précise la FAQ, qui mentionne la possibilité de jouer à plusieurs localement (jusqu'à 4) mais aussi en ligne. L'abonnement coûte 9,99 euros par mois, le premier étant offert. Seuls les clients avec une offre 5G de Bouygues Telecom ayant au moins 20 Go de data peuvent y souscrire pour le moment. 

Une application est disponible sur le Play Store. Gamestream a pour rappel développé une PWA pour un accès via le navigateur sur des appareils mobiles tels que ceux sous iOS/iPadOS. Cette possibilité n'est pas (encore ?) évoquée par Pleio. 

La BBox Miami sous Android TV est également annoncée comme compatible via une application. Une bande passante de 4 Mb/s est recommandée au minimum, la consommation est annoncée pour 3,5 Go de l'heure environ (8 Mb/s).

Après la gestion des comptes sur le web, Revolut revoit son application mobile

Le mois dernier, la néobanque mettait enfin en place un service attendu par nombre de ses utilisateurs : l'accès en ligne à la gestion des comptes. 

Depuis, l'accent a été mis sur l'application qui gagne en fonctionnalités en ce mois de décembre. La page d'accueil peut ainsi être personnalisée, les abonnements à paiement récurrent bloqués depuis une page dédiée, les paiements entre amis concernent ceux qui ne sont pas clients de Revolut, etc. Tous les détails sont par ici.

La CNIL valide les deux premiers projets du Health Data HubCrédits : ipopba/iStock

Dans le contexte sanitaire actuel lié à l’épidémie de COVID-19, deux premiers projets ont reçu l’aval de la Commission Nationale Informatique et Liberté (CNIL) fin octobre, conditionnant leur accès effectif aux données nécessaires à leur conduite, écrit le Health Data Hub.

CoviSAS, porté par la chaire d’intelligence artificielle MIAI de l’Université Grenoble-Alpes et la société Semeia (fournisseur de  logiciels utilisant l’intelligence artificielle), vise à connaître la prévalence des formes sévères de la COVID-19 chez les patients atteints d’un syndrome d'apnées obstructives du sommeil (SAOS). 

En raison de la privation répétée d’oxygène, ces derniers développent souvent des maladies associées susceptibles de les rendre vulnérables à la COVID-19 (obésité, diabète, hypertension artérielle, maladies cardio-vasculaires). 

L'objectif est d’identifier les combinaisons de maladies associées au SAOS (comorbidités) menant à un taux supérieur de séjour en réanimation ou de décès. Pour reconstituer les parcours de soins, le projet s’appuiera sur les données de l’assurance maladie, notamment celles sur les hospitalisations et consommations de médicaments.

Frog Covid, porté par le bureau d’étude spécialisé dans des solutions de collecte de données et d'algorithmes Clinityx et l’unité de recherche de l’INSERM Cardiovascular MArkers in Stressed COndiTions (MASCOT) cherche de son côté à identifier les facteurs prédictifs du risque de développer une COVID-19 de forme sévère à très sévère, pour définir des profils de patients particulièrement à risque. 

Le projet vise aussi à mieux connaître les parcours des patients passés en réanimation, en fonction de leur durée de séjour et de leurs maladies associées. Pour chaque profil de patient caractérisé, le projet permettra de mieux prédire ses besoins médicaux, sa prise en charge à l'issue de l'hospitalisation, et les conséquences de la réanimation sur sa qualité de vie (emploi, vie sociale, etc.). 

Pour cela, il s’appuiera à la fois sur les données non nominatives issues de l’Assurance Maladie et des séjours hospitaliers de ces patients, et à titre de comparaison, sur les données de suivi de patients pris en charge par des services de réanimation pour une grippe ou une pneumopathie virale en 2017 et 2018.

La version 0.27 des PowerToys est disponible

L'équipe précise que cette version est surtout l'occasion d'améliorer l'expérience utilisateur ou des éléments pour les développeurs, sans grosse nouveauté au programme. 

L'outil consacré à la gestion des vidéoconférences est à nouveau décalé, devant arriver avec la version 0.28 lorsqu'elle passera au stade expérimental, d'ici une semaine environ. 

Pour le reste, on a droit au mode sombre pendant l'installation, des améliorations pour l'accessibilité, de nouveaux modules pour le sélecteur de couleur, le redimensionnement d'image ou la gestion multi-écrans des FancyZones. 

Tous les détails se trouvent par ici.

Switch : Nintendo déploie la mise à jour 11.0, avec transfert d’images et vidéos vers un smartphone

Le fabricant détaille la liste des changements dans ces notes de version. On y retrouve pêle-mêle des « tendances » sur la page de l’utilisateur, des améliorations sur les sauvegardes en ligne, la priorisation des téléchargements, de nouvelles icônes, etc.

De plus, « les utilisateurs peuvent connecter leur terminal mobile à leur Switch pour transférer les captures d'écran et les vidéos enregistrées dans Album ». Cela passe par un QR-Code affiché sur l’écran. Il est aussi possible de passer en USB pour un ordinateur par exemple.

Microsoft modifie son Productivity Score, après des inquiétudes liées à la vie privéeCrédits : Pinkypills/iStock

La fonction d’Office 365 avait été présentée l’année dernière, améliorée en avril et devait servir à mesurer les performances générales de l’entreprise, selon les critères qu’elle se fixe. Problème, certaines statistiques contenaient les noms des employés, pouvant alors transformer l’outil en moniteur individuel.

L’usage du Score devenait alors problématique, puisqu’il était possible de mesurer des activités comme le nombre de jours pendant lesquels une personne avait envoyé des emails, utilisé la messagerie, s’était servie des mentions, etc.

Microsoft a répondu hier soir et indiqué que la vie privée était un droit. La société admet à demi-mots qu’il y a un problème, évoquant de profonds et rapides changements dans les habitudes dans la sphère du travail depuis le début de la crise sanitaire.

Elle annonce donc deux mesures. Premièrement, plus aucune statistique ne sera nominative. Les entreprises ne pourront ainsi manipuler que des données agrégées à l’échelle de l’entreprise.

Deuxièmement, l’interface du produit est modifiée pour mieux faire refléter que l’outil n’est pas destiné à mesurer les performances d’un individu ou même d’un groupe. 

Pour le reste, le Score sera toujours indiqué dans une fourchette de 0 à 800, réunissant des résultats cumulés en communication, réunions, conférences, collaboration au contenu, travail d’équipe, mobilité, analyse des points de terminaison, connectivité et autres. 

Samsung pourrait arrêter sa série de smartphones Galaxy Note

C’est en tout cas ce qu’indiquent des sources à Reuters, « une décision qui refléterait la forte baisse de la demande de smartphones haut de gamme en raison de la pandémie de coronavirus », expliquent nos confrères.

Le fabricant coréen se concentrerait sur les Galaxy S, dont le S21 qui pourrait avoir un stylet, et ses smartphones pliables. Samsung a pour le moment refusé de commenter cette information.

De nouveaux fonds d’écran sur WhatsApp, la recherche des stickers améliorée

C’est via une vidéo sur son compte YouTube que la messagerie en dévoile certains. Chaque conversation peut avoir le sien, et ils peuvent s'adapter au thème du système, sombre ou clair (avec une transition automatique). 

Les notes de versions précisent aussi que vous pouvez « rechercher vos stickers avec des mots ou des emojis, ou parcourir les catégories populaires de stickers ». Pour profiter de ces nouveautés, il faudra avoir la version 2.20.130.

Un plan d’action « concret et opérationnel » contre le cyber-islamismeCrédits : alexskopje/iStock/ThinkStock

Marlène Schiappa, ministre déléguée chargée de la Citoyenneté,  a dévoilé les grandes lignes de ce plan comprenant trois mesures.

D’un, la plateforme de signalement Pharos va être ouverte 24h/24. « Suite aux tragiques évènements de Conflans, 20 policiers et gendarmes spécialistes dans la lutte contre la cybercriminalité sont venus renforcer la Plateforme Pharos désormais mobilisée 24h/7j ».

Une convention avec l’association Point de Contact prévoit ensuite la présence d’un conseiller gendarmerie « au sein du service de signalement en ligne des contenus illicites pour une coopération accrue avec les services de l’État ». 

Enfin, le GCP ou Groupe de Contact permanent sera réuni tous les 15 jours. Créé en 2015, il entend apporter une « réalité opérationnelle » en rassemblant les principaux acteurs (Facebook, Google, Twitter notamment) et les autorités. 

L’enjeu sera de « travailler concrètement avec les forces de sécurité intérieure sur l’inversion de la logique de signalement, les réponses aux réquisitions émises par Pharos, le partage d’informations sur les contenus d’apologie du terrorisme ainsi que la lutte contre la propagande terroriste ».

Il n’a pas été expliqué pourquoi le GCP, si utile, avait été mis en sommeil depuis un an

Le radiotélescope Arecibo s’est effondré

Il y a quelques jours à peine, la National Science Foundation (NSF) annonçait le démantellement du célèbre radiotélescope, devenu trop dangereux suite à la rupture de deux câbles – en août et novembre de cette année – soutenant une plateforme de 900 tonnes.

Ce qui devait malheureusement arriver arriva : elle s’est effondrée hier, peu avant 13h. « Nous sommes attristés par cette situation, mais reconnaissants que personne n’ait été blessé », a déclaré le directeur du NSF Sethuraman Panchanathan.

La National Science Foundation a publié une photo des importants dégâts par ici et sur Twitter, elle promet de donner rapidement d’autres nouvelles sur la suite des événements.

OpenZFS 2.0 est enfin disponible Crédits : alphaspirit/iStock

Cette version – majeure à plus d’un titre – était en préparation depuis longtemps. L’attente était conséquente, notamment parce que cette mouture met au même niveau Linux et Unix. 

OpenZFS 2.0 est déjà intégré dans FreeBSD et devrait être diffusé prochainement dans les distributions Linux, grâce à une base de code désormais unifiée. Les noyaux Linux compatibles vont de la version 3.10 à la 5.9.

Côté fonctions, on trouve quatre nouveautés majeures :

  • Sequential resilver : doit pouvoir réparer des miroirs vdev en une fraction du temps nécessaire avec un resilver traditionnel. La redondance est restaurée « aussi vite que possible » et le pool est automatiquement nettoyé pour vérifier les sommes de contrôle.
  • L2ARC permanent : le cache L2ARC résiste désormais aux redémarrages, avec un gain de temps à la clé
  • ZStandard : l’algorithme de compression est géré par le nouvel OpenZFS. Il compresse aussi bien sinon mieux que GZIP, mais avec des performances présentées comme très supérieures.
  • Réplication expurgée : permet de sélectionner des pans de données que le mécanisme de sauvegarde ne doit pas prendre en compte. Plus précisément, on clone d’abord le lot de données, on en efface les données à ne pas sauvegarder (sensibles, non importantes…) puis on enregistre le modèle.

Parmi les autres améliorations, signalons le support fallocate, de meilleures performances pour zfs destroy/send/receive, des pages man améliorées et réorganisées, une gestion plus efficace de la mémoire ou encore des performances améliorées pour le chiffrement.

Chang’e 5 s’est bien posée sur la Lune, reste à ramener des échantillons

La mission chinoise a décollé la semaine dernière à bord d’une fusée Long March 5, direction notre satellite naturel. L'agence de presse officielle Chine nouvelle annonce que l’atterrissage lunaire s’est réalisé « avec succès », comme le rapporte l’AFP.

L'atterrisseur doit maintenant récupérer 2 kg de matériaux, puis décoller afin de rejoindre la partie de la sonde restée en orbite. Elle doit ensuite faire le chemin retour vers la Terre et larguer son précieux chargement, d’ici deux semaines normalement. 

Facebook dévoile les six premiers cas étudiés par son Conseil de surveillanceCrédits : luchezar/iStock

« Plus de 20 000 cas ont été soumis […] lors du lancement des appels d’utilisateurs en octobre 2020 », explique le réseau social. 

Le Conseil explique ne pas pouvoir tous les traiter et a donc donné « la priorité aux cas pouvant potentiellement toucher de nombreuses personnes à travers le monde, ayant une importance cruciale pour le débat public ou soulevant des questions majeures ».

Six ont été sélectionnés par le Conseil, dont cinq soumis par des utilisateurs et un par Facebook lui-même. Trois concernent la question des discours haineux : les déclarations de l’ancien Premier ministre malaisien, la photo d’un enfant décédé, des églises à Bakou en Azerbaïdjan.

Il y a aussi la nudité avec des « photographies comprenant des tétons féminins visibles » dans le cadre de la campagne nationale « Octobre rose », ainsi que les personnes et organisations dangereuses (à cause d’une citation censée être de Goebbels). Enfin la dernière sur fond de Covid-19, à la demande de Facebook. 

Le Conseil de surveillance lance un appel à commentaires publics pendant sept jours. Le jury devra ensuite délibérer. Cinq nouveaux fiduciaires sont nommés au passage.

Scaleway revoit ses plans de support

Quatre niveaux sont toujours proposés. Basic (inclus) reste en place, les autres devenant Bronze, Silver et Gold. Un choix plutôt classique, pour des solutions qui diffèrent selon la priorité accordée aux demandes, l'accès au service client, l'accompagnement, etc. 

Plus rien n'est proposé sous les 9,99 euros HT par mois. Un premier palier qui est bien plus cher (+7 euros) mais gagne l'accès au service par téléphone de 9h à 18h et une réponse en moins de 12 heures. Ensuite on passe à 59 euros HT (+10 euros) avec une assistance dédiée et un temps de réponse de moins de 20 minutes. 

L'offre la plus chère reste à 499 euros HT par mois, sans changement particulier. Le temps de réponse n'est plus indiqué comme inférieur à 30 minutes, mais sur mesure, selon les besoins sur client. 

Une évolution qui s'inscrit dans un cadre de hausses multiples des tarifs ces derniers mois, exception faite de l'offre Stardust. De nouveaux types d'instances plus flexibles sont d'ailleurs attendus, mais n'ont pas encore été dévoilés.

Teams révise ses fonctions d’appels et s’étendra même au CarPlay d’Apple

À compter d’aujourd’hui, Teams reçoit une importante mouture en déploiement. Point d’orgue de cette nouvelle version, une interface centralisée pour les appels.

Elle réunit ainsi tout ce qui touche aux contacts, messages vocaux, à l’historique et à l’envoi/réception des appels. La protection contre les spams est incluse, de même que la fusion des appels en conférence et l’annuaire inversé.

Microsoft a présenté dans la foulée une liste de nouveaux téléphones fixes d’entreprise compatibles avec Teams, ce marché étant en pleine croissance. Début 2021, Teams recevra une fonction qui lui fait cruellement défaut aujourd’hui : le transfert d’appel entre mobile et desktop, dans un sens ou dans l’autre. On pourra donc décrocher depuis son bureau et continuer la conversation (audio ou vidéo) en déplacement.

Arrivera également un peu plus tard de nouvelles options d’enregistrement pour les conférences. On pourra ainsi stocker le résultat sur OneDrive ou SharePoint et plus sur le seul Microsoft Stream. L’éditeur ne le dit pas, mais il est probable qu’il s’agisse d’une demande régulière des clients pour apporter plus de souplesse dans le partage.

Un peu plus tard aussi, Microsoft implémentera le support de CarPlay. Les utilisateurs de voitures équipées avec la technologie d’Apple pourront donc répondre à leurs appels professionnels depuis la voiture. En revanche, l’éditeur n’a rien dit concernant Android Auto.

Free : eSIM, nouveau site mobile, mise à jour des Freebox Server et du répéteur

Alors que la fin de l'année approche, et avec lui le lancement des offres 5G, l'ex-trublion des télécoms multiplie les retouches discrètes. 

Tout d'abord le site de Free Mobile qui a droit à un petit lifting alors que le passage à l'eSIM est officialisé. Il faut dire qu'il devenait nécessaire pour que l'opérateur puisse avancer et soit au niveau de ses concurrents. Sa tarification est identique à la SIM classique : 10 euros.

Tout le monde attend désormais que l'équipe de Xavier Niel dévoile ses forfaits 5G, alors que cela a été fait par les trois grands opérateurs, même à travers des offres sans engagement comme B&You à 24,99 euros par mois pour 130 Go ou encore Coriolis. 

La promotion actuelle sur le forfait série limité finissant le mardi 8 décembre, peut-être que l'annonce sera faite à ce moment-là. Mais rien n'indique que ce ne sera pas plus tard.

Dans le même temps, le répéteur Wi-Fi de l'offre Freebox est mis à jour afin de corriger quelques bugs. Il en est de même pour les boîtiers Server avec une amélioration des débits via le répéteur et une API pour l'optimisation du Wi-Fi via l'application Freebox Connect.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !