Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

LeBrief

du 10 septembre 2020
Voici IFTTT Pro à 9,99 dollars par mois, les comptes gratuits limités à trois Applets personnalisées

Cette nouvelle déclinaison du service If This Then That propose de nouvelles fonctionnalités comme des Applets (l’ancien nom des recettes) en plusieurs étapes, des actions multiples, et une exécution plus rapide. La version Pro « va au-delà d'un seul déclencheur et d'une seule action pour créer des applets sophistiqués capables d'interroger les données de plusieurs sources avant de déclencher plusieurs actions », explique la société. 

Il est ainsi possible de créer une Applet qui va interroger à la fois ses calendriers Google et Slack avant d'allumer ou non des lumières et lire de la musique sur Spotify. Bon nombre des fonctionnalités d’IFTTT Connect fonctionnent avec IFTTT Pro. Autre changement important : les utilisateurs gratuits sont limités à trois Applets. Une manière de pousser fortement ses utilisateurs à passer à la caisse. Tous les détails de l’offre Pro se trouvent par là.

Niveau tarif, IFTTT n’y va pas avec le dos de la cuillère : « Nous pensons qu’un prix de 9,99 dollars par mois pour Pro est de l’argent bien dépensé »…

Prévoyant une forte levée de boucliers, la société prend les devants : jusqu’au 7 octobre, vous avez la possibilité de fixer votre propre tarif mensuel (valable uniquement pour la première année). Pas n’importe quel prix non plus : 1,99 dollar par mois minimum.

« Pour un numérique soutenable » : l’Arcep présente son programme

Le régulateur vient de mettre en ligne son calendrier détaillé des ateliers et discussions sur ce sujet. Le premier atelier se déroulera le 18 septembre sur le thème des pratiques commerciales, le dernier le 24 novembre sur la manière de façonner les réseaux.

En plus des ateliers, deux grandes discussions sont annoncées : « Comment articuler connectivité pour tous et soutenabilité du numérique ? » et « Comment faire vivre soutenabilité du numérique et liberté de l’utilisateur ? ».

Un rapport sera rendu public en fin d’année. 

Ubuntu 20.10 pourra se connecter à Active Directory dès l’installation

C’est un événement rare, l’ajout d’une fonction alors que le « feature freeze » est passé, c’est-à-dire la date à laquelle les développeurs arrêtent tout ajout de nouveauté pour se concentrer sur la fiabilité de l’existant.

Et pourtant, la prochaine mouture d’Ubuntu, attendue pour le mois prochain, reçoit une capacité de dernière minute : la possibilité de se connecter à un compte Active Directory depuis son processus d’installation, Ubiquity.

On pourra donc y cocher une case, puis renseigner l’identifiant, le mot de passe et le domaine. Il sera également possible d’effectuer un test de connexion. En outre, l’option ne remet pas en cause la création du compte local.

Jeux Epic sur iOS : attention aux connexions via Sign In with Apple

Le système de connexion a été présenté par Apple l’année dernière et est entré en piste peu de temps après. Il permet pour rappel d’utiliser son compte Apple comme intermédiaire de connexion, en limitant les informations octroyées, voire en fournissant une adresse aléatoire. Certains jeux Epic, dont Fortnite, ont proposé cette méthode de connexion pour s’adapter. Seulement voilà, elle pose aujourd’hui problème.

Sign In with Apple réclame en effet de passer par les serveurs d’Apple. Pour que l’entreprise utilisant la méthode puisse s’en servir, elle a besoin… d’un compte développeur valide. Or, celui d’Epic Games a été fermé par Apple en conséquence des violations des conditions d’utilisation.

Cela n’empêchait pas les joueurs de continuer à lancer les titres, mais coupait tout développement futur, tout en empêchant la réinstallation en cas de problème. Désormais, il va falloir réagir vite. Le changement sera effectif dès demain. Celles et ceux se servant de Sign In with Apple devront basculer sur un autre système de connexion, en suivant la méthode donnée par Epic (en anglais).

Dans les grandes lignes, il s’agit de se connecter au plus vite avec son compte Apple et d’effectuer un changement d’adresse email. Epic insiste pour que la manipulation soit faite avant demain, mais précise tout de même qu’il reste une possibilité une fois la date passée. Il faudra alors contacter le service client avec un code de vérification envoyé par email.

Le changement est d’autant plus important pour Epic que le compte permettant d’accéder à ses jeux est le même que pour ses boutiques. Les joueurs peuvent donc perdre leurs données, et Epic des acheteurs. Malheureusement, pour la grande majorité des joueurs, l’information aura sans doute eu du mal à passer, malgré les messages publiés par Epic sur ses comptes Twitter (officiel, Fortnite et Unreal Engine).

On ne sait pas combien de personnes sont concernées. D’après le studio lui-même, un tiers des 350 millions de joueurs de Fortnite jouent sur iOS. Si même une petite partie de ces 116 millions passe par Sign In with Apple, le manque à gagner sera palpable pour Epic, d’autant que plus aucun achat ne peut se faire désormais depuis iOS.

Yubico propose enfin une clé de sécurité USB Type-C avec NFC

C'était un peu le chaînon manquant des Yubikey, dont la version 5 existe déjà en différentes déclinaisons. Il faudra désormais compter avec la 5C NFC, annoncée à 55 dollars.

Compacte et compatible avec les smartphones, elle peut passer en USB Type-A via un simple adaptateur. Elle intègre bien entendu toutes les fonctionnalités des Yubikey 5, détaillées ici. Une vidéo de présentation est en ligne ici. Yubico en profite pour évoquer la construction de ses clés de sécurité dans un billet de blog, là aussi vidéo à l'appui. 

Pour rappel, d'autres constructeurs proposent des clés de sécurité USB Type-C et NFC. C'est notamment le cas des SoloKeys et leur approche ouverte, dont nous avions parlé il y a quelques mois

Proposées pour 35 euros, ces dernières ne se concentrent par contre que sur les standards FIDO et WebAuthn, vous ne pouvez pas les utiliser pour stocker une clé privée OpenPGP, un certificat smart card ou autre.

QNAP intègre le lecteur multimédia de Cayin pour gérer les formats HEIF et HEVC

Les deux sociétés sont déjà partenaires pour le serveur de gestion de contenu CMS Station. Aujourd'hui, c'est le MediaSign Player qui fait son entrée dans la boutique applicative de QTS.

Son intégration, qui vient d'être officialisée, date en réalité de cet été. Il a l'intérêt de proposer la lecture via une interface web complète et d'être gratuit.

Il gère nativement l'AVC (H.264), MPEG-2/4, VP8/9, WMV1/2 et le VC-1 pour la vidéo. L'ADPCM, MP3, PCM, Vorbis et AAC pour l'audio. Mais son modèle est de type Freemium. Il faut payer pour obtenir sa version « Plus » apportant le support d'HEIF et HEVC ainsi que le transcodage. Le tarif est de 20 euros

L'intérêt est alors qu'il agit comme un moteur fonctionnant de pair avec les applications QNAP comme le gestionnaire de fichiers, QuMagie ou Video Station. Une présentation détaillée cette fonctionnalité est disponible (en anglais) par ici.

Thermostats connectés : voici Smarther with Netatmo et le kit de démarrage Tado V3+ sans fil

Alors que l’été vit ses derniers jours, les constructeurs de thermostats connectés pensent déjà à l’hiver qui se profile inexorablement.  C’est le cas de Legrand qui annonce son « Smarther with Netatmo ».

Il s’installe en encastré ou en saillie, et il est compatible avec les assistants numériques (Alexa, Assistant et Siri). Son écran tactile permet d’afficher « les informations de température, de taux d’humidité et d’activer la fonction Boost qui permet de déroger temporairement à la température programmée pendant 30, 60 ou 90 mn ».

Le smarther with Netatmo est compatible avec les Thermostatiques Intelligentes Additionnelles Netatmo pour régler la température en fonction des pièces.  Le thermostat connecté sera disponible ce mois de septembre, à un tarif non précisé. Une vidéo de présentation a été mise en ligne.

Tado répond aussi présent avec un nouveau kit de démarrage sans fil V3+, vendu 229,99 euros sur le site du fabricant. La version filaire se trouve actuellement à 155 euros chez Amazon. Il est aussi question de nouvelles Sondes de température sans fil sont équipées de détecteurs de température et d'humidité. Elles sont vendues 79,99 euros.

Enfin, Tado annonce Care & Protect qui, selon le constructeur, « permet de surveiller 24h/24 et 7j/7 les systèmes de chauffage domestique pour les maintenir en bon état de fonctionnement ». Il s’agit d’une fonctionnalité logicielle ajoutée sur l’application : « Les thermostats intelligents Tado connectés au système de chauffage, connaissent le fonctionnement normal du système de chauffage. Si Tado détecte un comportement inhabituel, les utilisateurs reçoivent une notification sur leur smartphone ».

Care & Protect sera ajouté dès le mois d'octobre dans Auto-Assist (en plus du géofencing et de la détection des fenêtres ouvertes). Cette option est soumise à un abonnement, sans engagement : 2,99 euros par mois ou 24,99 euros par an.

Free met à jour le Player de sa Freebox Delta

Après des correctifs pour les boîtiers Server, c'est au tour du Player de l'offre haut de gamme du FAI d'avoir droit à un nouveau firmware. Il n'est toujours pas question du support de Dolby Atmos, seulement de bugs en moins.

Ainsi, la musique lue par Alexa qui ne pouvait parfois pas être arrêtée ne devrait plus poser de problème. Pas plus que les éventuels grésillements au niveau de l'entrée S/PDIF ou des sous-titres de vidéos lues depuis l'explorateur de fichiers, parfois affichés hors de l'écran.

Doctor Who : voici la série animée Daleks! (avec un teaser)

La BBC explique que cette mini-série prendra la forme de cinq épisodes de 10 minutes. Les titres des deux premiers sont connus : The Archive of Islos et The Sentinel of the Fifth Galaxy. Comme dans la série originale, Nicholas Briggs prêtera sa voix aux Daleks (il assurait également le doublage des Cybermen).

Voici le synopsis : « Le pillage des archives d'Islos par les Daleks révèle quelque chose d'ancien et de mortel. Skaro est attaqué et l'empereur Dalek est en fuite ! Les Daleks peuvent-ils vaincre leurs adversaires et regagner leur planète, peut-être avec l'aide d'un vieil ennemi ? ».

NVIDIA évoque le programme de sa prochaine GTC

Du 5 au 9 octobre prochain, le constructeur tiendra son événement à destination des professionnels : développeurs, éditeurs, artistes, scientifiques, etc. On s'attend à ce qu'il dévoile ses prochaines Quadro RTX basées sur l'architecture Ampere.

Mais de nombreuses sessions techniques seront également organisées, toutes disponibles en ligne. NVIDIA précise d'ailleurs que pas moins de sept flux différents ont été mis en place, pour coller à l'organisation par zone géographique habituelle : Amérique du Nord, Corée, Europe, Inde, Israël, Japon et Taïwan. 

Tout sera organisé autour des trois grandes thématiques habituelles. Le graphique d'abord, avec un fort accent mis sur le rendu par ray tracing, son impact et son évolution, mais aussi les réalités augmentées/virtuelles, la virtualisation et autres outils à destination des développeurs.

Ensuite, le calcul et le HPC où NVIDIA va entrer en concurrence plus directe avec AMD et son architecture CDNA, mais aussi Intel avec Xe. Il sera donc question de supercalculateurs, de Python, et des avantages apportés par Ampere en la matière.

Et enfin tout ce qui touche à la recherche. On s'attend aussi à ce que la voiture connectée, un secteur qui prend de l'ampleur chez NVIDIA, soit également de la partie, comme tout ce qui touche à l'IA, la robotique ou encore le médical. 

Asustor ajoute la diffusion en direct sur Facebook, Instagram et Restream.io à son application Live

Développée depuis quelques temps par le constructeur, elle permet de capturer du contenu depuis des applications comme OBS ou XSplit, puis d'utiliser son NAS pour la compression et la diffusion en ligne sur plusieurs plateformes à la fois. 

Une sorte de solution à mi-chemin entre celles où le PC du joueur prend tout en charge et celui où il dispose d'une machine dédiée à cela. Twitch et YouTube étaient gérés, mais aussi RTMP de manière plus générale. Avec la version 1.07 d'Asustor Live, il faudra également compter avec Facebook, Instagram et Restrea.io, annonce l'entreprise

Un choix qui n'est pas anodin, après la disparition de Mixer : « Cela permettra aux streamers utilisant Mixer de diffuser et de sauvegarder des enregistrements sur leur NAS ». 

Dans le cas de d'Instagram, l'idée est sans doute de viser un public plus large, au-delà des joueurs. Notez d'ailleurs que la diffusion depuis un smartphone est prise en charge depuis Streamlabs.

Waze se sépare de 5 % de ses effectifs et ferme plusieurs bureaux

L’annonce a été faite par le directeur général de la filiale de Google dans un email envoyé aux employés et repris par The Verge. Sans surprise, la société explique que ces licenciements sont liés (au moins en partie) à la pandémie et aux mesures de confinement. 

5 % des employés sont concernés, soit environ une trentaine de personnes sur les plus de 550 que compte Waze. Plusieurs bureaux en Asie-Pacifique et en Amérique latine sont fermés. 

La plupart des suppressions de postes se trouvent dans les divisions ventes, marketing et partenariats. La société prévoit néanmoins de renforcer ses équipes technologiques et  d'ingénierie dans les mois qui viennent.

Fiscalité des géants du Net : Bruno Le Maire envisage la solution européenne, à défaut d’accord à l’OCDECrédits : ronstik/iStock/ThinkStock

L’épisode de la taxation des géants du numérique prend la tournure d’une série à rebondissements sur Netflix. « C’est très clair que les États-Unis ne veulent pas de taxe sur le numérique au sein de l’OCDE. Ils créent donc des obstacles qui nous empêchent de parvenir à un accord, même si le travail technique est fait » a déclaré Bruno Le Maire, en marge d’une conférence organisée hier. 

Le bras de fer a débuté notamment lors de l’adoption par la France d’une taxe dite « GAFA », une ponction de 3 % du chiffre d’affaires visant les (grands) acteurs du Net dépassant deux seuils (750 millions d’euros de chiffre d’affaires à l’échelle mondiale, 25 millions au titre des services fournis en France).

Rapidement, les services américains ont dénoncé une pratique discriminatoire. Paris de son côté avait promis d’abroger ce dispositif fiscal, le jour où serait adoptée une fiscalité internationale permettant de frapper ces flux qui font la fortune d’entités, le plus souvent installées dans la Silicon Valley. 

D’où ce chantier initié au sein de l’OCDE, qui s’est surtout concentré dans ses premiers temps sur l’examen de solutions potentielles. En juin dernier, Bruno Le Maire dénonçait une « provocation » lorsque Washington claquait la porte des négociations. Hier, nous apprend Reuters, le ministre français a assuré que « si le blocage américain est confirmé d'ici la fin de l'année, nous comptons sur l'Union européenne pour faire une proposition formelle de taxation des activités numériques au premier trimestre 2021 »

Le Dune de Denis Villeneuve a son premier trailer

Ce sont presque trois minutes d’images que Warner Bros a publiées, sous forme d’un premier trailer pour Dune, nouveau film de Denis Villeneuve attendu pour le 23 décembre.

Comme le film de David Lynch en 1984, il relatera les évènements du livre fondateur du cycle et portant le même nom. On y retrouvera notamment Timothée Chalamet, Rebecca Ferguson et Oscar Isaac.

L’histoire suit pour rappel Paul Atreides, dont le père s’est vu remettre par l’Empereur la planète Dune comme nouveau fief. Un monde sur lequel on trouve la fameuse Epice, prolongeant la vie et ouvrant pour certains la voie de la prescience.

Service public de diffusion du droit par l'internet : un décret pour accompagner le nouveau Legifrance

Dans la perspective de la modernisation du site Légifrance le 12 septembre prochain, le gouvernement a publié ce matin un décret dont la plupart des dispositions entreront en vigueur le même jour. 

Le texte gouvernemental « tire notamment les conséquences de l'ajout de nouveaux fonds documentaires et de l'abandon de la fonction de « portail » du site dans sa version d'origine, fonction qui ne correspond plus aux usages contemporains d'internet ». 

Le même document « privilégie désormais le site « Service public » comme site de référence de la liste des procédures pour lesquelles le silence gardé par l'administration vaut accord ».

Cette dernière disposition entrera en vigueur le 1er janvier 2021. La version bêta du site peut être consulté sur ce lien

Razer se lance dans.. les chewing-gums pour joueurs

Le gaming fait vendre. Un véritable phénomène de société, bien au-delà de ce que l'on avait pu constater au début des années 2000. Et comme souvent dans ce genre de cas, le potentiel financier et ses opportunités attirent. Menant à un grand n'importe quoi. 

On avait déjà pu le voir avec des produits visant les joueurs mais n'ayant pas vraiment de sens, comme des chaussures ou un pantalon de jogging, vendus à prix d'or, principalement en raison de la couche de marketing ajoutée. 

Mais Razer vient de passer un cap en dévoilant son partenariat avec Mars Wrigley autour d'une édition « Respawn » de sa marque de chewing-gums (sans sucres) « 5 » annoncée comme « testée et approuvée par des Gamers ». La disponibilité dans certaines boutiques est annoncée comme immédiate, le prix n'a pas été évoqué. 

Trois goûts « longue durée » sont proposés : menthe fraîche, punch tropical et pastèque à la grenade. La promesse est celle de chewing-gums « développés par des experts de l'équipe d'innovation globale de Mars Wrigley ».

Ils doivent ainsi « ajouter une nouvelle couche de concentration à l'expérience de jeu [...] formulé avec des vitamines B et des nutriments tels que l'extrait de thé vert ». Le plus étonnant dans cette histoire est finalement que nous ne soyons pas le 1er avril.

Microsoft raconte la construction de son Terminal avec WinUI

Au-delà de l’évidente mise en avant des technologies maison, l’histoire est intéressante car elle raconte aussi une évolution d’UWP et de ses limites. L’éditeur relate les débuts du projet, fin 2017, et comment il a fallu attendre qu’UWP dépasse son statut de technologie limitant volontairement les droits des applications.

Il existait en effet des « restrictions spécifiques » appliquées par le système (Windows). Lancées dans des conteneurs de faible intégrité, elles n’avaient pratiquement aucun droit, pour des questions de sécurité. Pas de possibilité donc de changer de dossier de travail, d’accéder à certains dossiers ou de laisser la moindre information sur le disque en cas de désinstallation.

Ce qui était très bien pour des applications courantes, mais pas pour un terminal normalement capable de lancer des commandes système. Après évaluation des options, l’équipe de conception s’est tournée vers les XAML Islands, qui permettent à une application Win32 classique d’intégrer du contenu UWP. Les Islands font partie de l’ensemble WinUI, avec qui les développeurs du Terminal communiquent fréquemment.