Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

LeBrief

du 29 juin 2020
Le Conseil d’État ordonne à la ville de Lisses de mettre fin aux caméras thermiques dans ses écolesCrédits : WDnet/iStock

Saisi par la Ligue des droits de l’Homme, le Conseil d’État a stoppé net une initiative de la commune de Lisses. La ville avait décidé, à compter du 17 avril 2020, d’installer des caméras thermiques fixes et portables dans les locaux des services municipaux et dans ses écoles. 

Objet ? Contrôler la température corporelle des personnes, élèves et enseignants compris, dans le contexte de crise pandémique. Saisi en urgence, le juge des référés a considéré que ce dispositif entrait dans le champ du règlement général sur la protection des données personnelles. 

« Ce traitement, s’il porte sur des personnes identifiables et dès lors qu’il vise à apprécier l’état d’un paramètre significatif de leur état de santé au regard d’une pathologie particulière, porte sur des données personnelles de santé. » Concrètement, explique la décision, « les caméras affichent instantanément les contours d’un corps humain, et un code couleur indiquant l’écart à la normale de la température corporelle ».

Ainsi, si « l’identification des personnes dont la température est relevée par les agents ne permet pas de regarder cette donnée comme personnelle, il est possible que l’image traitée par le système, même non conservée, soit suffisamment précise pour être identifiante ». 

Souci : le traitement ne repose sur aucune base légale, que ce soit l’intérêt public ou le consentement des personnes concernées. Certes, la commune allègue avoir adressé à chaque famille un formulaire de consentement aux règles du protocole sanitaire de retour des enfants en classe « établipar les pouvoirs publics », mais la démarche a été jugée bien vaine. 

La ville n’a été « en mesure ni de montrer que ce consentement a été effectivement recueilli, conservé et consulté avant la mise en œuvre du traitement pour chaque enfant, ni qu’il a été donné de manière spécifique au traitement, en comportant l’ensemble des informations nécessaires ». 

Surtout, « la circonstance que l’accès des enfants à l’école soit subordonné à l’acceptation de l’utilisation de la prise de température par caméra thermique exclut en tout état de cause que le consentement puisse être regardé comme libre ».

Dans son ordonnance du 26 juin 2020, il constate une atteinte manifestement illégale aux libertés fondamentales et, contrairement au juge de Versailles saisi en premier recours, demande à la ville « de mettre fin sans délai à l’utilisation des caméras thermiques portables déployées dans les établissements scolaires ».

Jusqu'à 50 euros de crédit d'impôt pour un premier abonnement à la presse

N'ayant finalement pas eu droit à un soutien du gouvernement à travers un crédit d'impôt sur les investissements publicitaires, le secteur des médias se cherche de nouvelles idées.

Dans le monde de la presse, cela pourrait passer par un crédit d'impôt sur les abonnements, selon un amendement ajouté au nouveau projet de loi de finances rectificative pour 2020 (PLFR3), repéré par Le Figaro.

D'un montant maximal de 50 euros et réservé aux particuliers, il serait strictement encadré. Par exemple il devrait concerner « une publication périodique ou un service de presse en ligne d’information politique et générale ». 

Il ne concernerait que les abonnements d'un an minimum, 50 % de la dépense, ne serait accordé qu'une fois d'ici 2022 par foyer fiscal, dans la limite de certains revenus, etc.  

Peut-on faire face aux canicules à Paris sans climatisation ? Le CNRS donne des pistes

Le Centre nationale de la recherche scientifiques rappelle si besoin est que « les canicules, qui vont devenir de plus en plus fréquentes et intenses, constituent une menace pour le bien-être et la santé des personnes ». 

La question est donc de savoir si on pourra s'adapter à cette situation « sans recourir massivement à la climatisation, qui par son importante consommation d'énergie peut mettre en péril nos efforts de réduction des émissions de gaz à effet de serre » ?

« Dans le cas de l'Île-de-France, cela sera difficile, selon une équipe interdisciplinaire de l’École des Ponts ParisTech, du CNRS, de Météo-France et du CSTB. Cependant, la végétalisation des villes, une meilleure isolation des bâtiments, la mise en place de toitures réfléchissantes, et un usage raisonné de la climatisation pourraient permettre de réduire presque de moitié la quantité d’énergie nécessaire à celle-ci », c’est la conclusion à laquelle sont arrivés des chercheurs dans une publication sur Environmental Research Letters.

Le CNRS cite un exemple de mise en place de ces mesures qui permettraient « d’abaisser la température de plusieurs degrés (jusqu’à 4,2 °C) par rapport à la climatisation seule ». Une carte de la région parisienne après 9 jours de canicule est également proposée, sans climatisation puis avec un usage modéré et les mesures citées précédemment.

Sécurité des emails : l'ANSSI met à jour ses recommandations, des travaux sur SPF, DKIM et DMARC en coursCrédits : merznatalia/iStock

Suite à notre article, l'Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d'Information nous a indiqué que sa charte élaborée en 2015 avec les FAI était le fruit d'un groupe de travail. Elle comporte pour rappel des mesures à respecter, notamment en termes de traitement ou de mise en place du chiffrement. 

« Bouygues Telecom, Free, La Poste, Orange et Numericable-SFR ont signé la Charte pour la sécurité des courriers électroniques et témoignent ainsi de l’intérêt qu’ils portent à la protection des données personnelles de leurs utilisateurs » nous précise l'Agence.

« Les signataires de la charte ont mis en place le protocole TLS de manière systématique pour les communications entre eux ». Mais rien concernant les protocoles SPF, DKIM, DMARC ou encore ARC, alors que certains ont déjà plus d'une dizaine d'années.

Cela pourrait changer : « Les travaux de ce groupe de travail continuent et s’orientent vers leur implémentation » indique l'ANSSI. Elle a également mis à jour le 19 juin dernier son guide de recommandations relatives  à l’interconnexion d’un SI à internet.

Cette version 3.0 intègre un chapitre dédié à la sécurisation des messageries électronique. Dans la section 5.4 il détaille ainsi les « protections contre les courriels illégitimes » que sont SPF, DKIM et DMARC et la manière de les mettre en œuvre. L'Agence ajoute un rappel bienvenu : « s’il n’est pas possible de garantir la fiabilité du serveur DNS lui-même, il convient de garantir la fiabilité des données, par exemple avec l’utilisation de DNSSEC ». 

Fibre optique : des députés LR veulent sanctionner plus lourdement les actes de vandalisme

En mai dernier, plusieurs actes de vandalisme ont été commis à l’encontre des infrastructures fibre en région parisienne. Dans une proposition de loi de circonstance, des députés LR souhaitent sanctionner spécifiquement ces atteintes visant les points de mutualisation.

Ils proposent que les atteintes aux biens, en principe sanctionnées jusqu’à deux ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende, soient à l’avenir plus lourdement condamnées lorsqu’elles frappent les réseaux de fibres optiques. Les responsables encourraient jusqu’à cinq ans d'emprisonnement et 75 000 euros d'amende.

Un second article charge l’Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse (ARCEP) de vérifier « que les opérateurs mettent tout en œuvre pour assurer la sécurité effective des installations des réseaux de collecte, de transport et de distribution de fibre optique jusqu’à l’abonné, notamment pour éviter les actes de vandalisme sur les points de mutualisation de zone, de rue et d’immeuble. »

Pour les députés LR, ces dégradations soulèvent un double enjeu : l’un « de sécurité économique à moyen terme : il est indispensable de dissuader toute entrave à la pratique du télétravail, actuellement fortement encouragé ». L’autre, « de sécurité numérique à long terme, par la sécurisation renforcée des réseaux internet et fibre optique ».

Abandonware France fête ses 20 ans

Au cours des deux dernières décennies, les amateurs de rétrogaming sont certainement déjà passés sur ce site, incontournable pour les vieux jeux PC et Mac.

Pour l’occasion, Wokie (Olivier Cassou, fondateur et développeur du site) a publié un billet de blog : « Je ne vais pas vous faire le coup du "quand on a commencé, c'était avant YouTube, eBay, Amazon, Wikipedia, Facebook, les mobiles...", même si je me dis qu'on avait de l'ambition à l'époque. Internet était différent et avoir de l'espace disque et une base de données, c'étaient des technologies pas si simples à avoir et à apprivoiser. Et pourtant, on l'a fait ».

Un anniversaire sans cadeau n’est pas vraiment un anniversaire. Abandonware France propose donc 20 jeux de 2000, dont « la moitié ont été optimisés et automatisés pour vous, afin que vous n'ayez rien à configurer sous votre Windows moderne ». On retrouve par exemple Barbie Détective 2 : Les Vacances Mystérieuses, Daria’s Inferno, Motocross Madness 2 et South Park Rally.

Le site rappelle la définition de l’abandonware, qui « consiste à proposer en libre téléchargement d'anciens jeux qui ne sont plus disponibles dans le commerce à ce jour, et ce, depuis longtemps, et dont le service après-vente a été lui aussi abandonné ». « Cette pratique est illégale et n'est que tolérée actuellement », ajoute-t-il.

Ariane 7, Galileo de 2e génération : Thierry Breton veut « accélérer » dans le spatial

Le commissaire européen au Marché intérieur explique à Reuters qu’on « est une puissance spatiale autonome. Et on va non seulement le rester, mais on va accélérer ». Il reste ainsi sur la ligne de conduite de l’Europe, qui a déjà envoyé un signal fort lors de la conférence interministérielle Space19+.

« SpaceX a redéfini les standards des lanceurs, et c’est pour cela qu’Ariane 6 est une étape nécessaire, c’est une étape qui n’est pas une fin en soi : on doit dès maintenant penser à Ariane 7 [parfois appelée Ariane Next, ndlr] et aux ruptures technologiques à apporter », ajoute-t-il.

Un rapport du Sénat s’était penché sur cette question. Nous sommes également revenus récemment sur le moteur Prometheus, dont la promesse est d’être réutilisable. Les premiers essais sont attendus pour 2021.

Thierry Breton veut aussi accélérer sur le système de positionnement par satellites Galileo (concurrent du GPS américain), avec « la mise en œuvre des satellites de deuxième génération, qui seront les plus modernes du monde », dès 2024 au lieu de 2027 prévu initialement.

« L’Europe est autonome en ce qui concerne son accès à l’espace et évidemment le restera. C’est un élément essentiel de notre souveraineté », ajoute-t-il.

France Télévisions victime d’une cyberattaque, la diffusion de France 3 réorganisée

Le groupe a publié un communiqué des plus succincts : un des « sites de diffusions a été infecté par un virus informatique. Pour l’heure, les équipes sont pleinement mobilisées et la diffusion sur les antennes n’est pas impactée à court terme ».

« Néanmoins, la diffusion de France 3 va être transférée au siège de France Télévisions et le site de secours a été d’ores et déjà activé », ajoute le communiqué, laissant donc entrevoir une cyberattaque d’ampleur.

Lors du journal de 20h, Carole Gaessler a expliqué que cette situation compliquait « considérablement le travail des équipes » : « nous avons énormément de moyens déployés, nous sommes dans une situation un peu inédite pour nous à France 3 ».

Aucun détail supplémentaire n’est donné. On espère maintenant que le groupe ne va pas s’enfermer dans le mutisme comme l’avait fait Bouygues Construction au début de l’année. L'histoire n’est pas sans rappeler celle de TV5Monde, qui avait été beaucoup plus grave puisqu’elle avait entrainé défaçage et écrans noirs.

Après la boucherie constitutionnelle, vers une loi Avia 2 ?

Après la censure de la quasi-totalité de la loi contre la haine en ligne, la députée Laetitia AVia, rapporteure du texte, a annoncé la semaine dernière dans l’Obs la préparation d’un « nouveau dispositif de modération des contenus haineux ». 

Vendredi, Cédric O, secrétaire d’État au numérique a estimé qu’une telle réforme restait simplement « ouverte ». Elle fera  l’objet « d’une analyse juridique dans les prochains jours », cite l’AFP.  

« Plus les propositions européennes arriveront rapidement, plus elles seront ambitieuses, et plus la France sera encline à ne pas prendre d’initiative » a-t-il ajouté. 

L’Europe planche actuellement sur le Digital Service Act, qui entend revoir la responsabilité des hébergeurs figée depuis 2000 par la directive e-commerce. « Cela prendra plusieurs années avant qu’elles ne soient transposées dans la législation française » a regretté le secrétaire d’État.

La Commission européenne avait spécialement dénoncé que la France ait décidé de faire cavalier seule dans les sèches « observations » qu’elle lui avait adressées, et révélées dans nos colonnes.

Deux vice-présidents d'Ubisoft seraient mis à pied pour mauvais comportement

Bloomberg explique qu’il s’agit de Tommy François et de Maxime Béland, en se basant sur des sources anonymes. « Chaque homme fait face à au moins trois allégations d’une conduite déplacée, parmi une vague de messages Twitter d'accusateurs identifié et anonymes », expliquent nos confrères. D’autres cadres et employés seraient aussi concernés.

Les deux principaux intéressés n’ont pas souhaité faire de commentaire. De son côté, Ubisoft a publié un communiqué succinct : « Nous voulons créer un environnement inclusif et sécuritaire pour nos équipes, les joueurs et la communauté. Il est clair que nous avons échoué dans le passé. Nous devons faire mieux ».

« Nous avons lancé des enquêtes sur ces allégations, avec l’appui de consultants externes spécialisés. En fonction des résultats, nous sommes pleinement engagés à prendre toutes les mesures disciplinaires appropriées. Comme ces enquêtes sont en cours, nous ne pouvons pas faire d’autres commentaires », ajoute l'éditeur.

LaPresse.ca ajoute que cette affaire a « emporté » le directeur créatif du prochain épisode d’Assassin’s Creed : « Je me retire de mon projet bien-aimé pour gérer correctement mes problèmes personnels […] Les vies de ma famille et la mienne sont brisées. Je suis profondément désolé pour tous ceux qui ont été blessés par cela ».

Nos confrères indiquent que le compte et le message ont depuis été supprimés. Ils publient également des témoignages accablants de plusieurs (ex-)employés d’Ubisoft.

Linux Mint 20 (Ulyana) est disponible

En bêta depuis deux semaines, cette nouvelle mouture aura rapidement été finalisée. Ce, malgré de nombreuses nouveautés.

On pense bien entendu à la « guerre » autour de snapd avec Ubuntu, ce qui n'a pas empêché Canonical de féliciter l'équipe pour cette mise en ligne.

Mais aussi à l'outil d'échange de fichiers au sein d'un réseau local, Warpinator. 

Microsoft abandonne les boutiques physiques

La firme va fermer l’ensemble de ses boutiques, à l’exception de quatre, qui seront reconverties en showrooms, sans plus vendre directement de matériel.

Une aventure qui n’aura duré que quelques années. L’entreprise y avait pourtant mis le paquet, allant jusqu’à ouvrir une boutique à Manhattan, proche du fameux cube d’Apple sur la célèbre Cinquième avenue.

Il semble que la crise sanitaire soit liée à la décision : « Puisque les différentes boutiques Microsoft ont fermé fin mars à cause de la pandémie de Covid-19, l’équipe de vente au détail a aidé de petites entreprises et des clients dans l’éducation à réaliser leur transformation numérique, entrainé virtuellement des centaines de milliers de clients […] à travailler à distance et mieux connaître les logiciels […] ».

La communication de l’entreprise s’oriente vers les employés de ces boutiques, qui rassemblent manifestement nombre des qualités que l’éditeur apprécie… et qui iront travailler dans des domaines plus profitables.

TikTok promet, encore une fois, de ne plus puiser dans le presse-papier d’iOS

TikTok lit constamment dans le presse-papier d’iOS, une pratique découverte en fait l’année dernière, mais que l’entreprise avait juré en début d’année d’arrêter.

Malheureusement, la première bêta d’iOS 14 a révélé que rien n’a été fait. La nouvelle mouture du système renforce en effet divers aspects de la protection de la vie privée, incluant notamment des alertes quand une application accède au presse-papier.

À The Verge, qui relaye l’information, la société chinoise ByteDance, éditrice de TikTok, a indiqué avoir déjà envoyé une mise à jour vers l’App Store, en attente de validation. La fonction a été décrite comme une mesure « anti-spam », sans que l’on n’en sache plus.

ByteDance s’est vu à plusieurs reprises sous les feux de la rampe pour des problèmes de sécurité ou de vie privée au cours des 18 derniers mois. L’application TikTok a en particulier été bannie de nombreuses administrations américaines et au sein de l’armée, à cause des connexions supposées entre l’entreprise et le gouvernement chinois

En février 2019, ByteDance a été condamnée à 5,7 millions de dollars d’amende pour défaut de consentement à la collecte de données. Plus spécifique, TikTok ne faisait rien pour contrôler que l’utilisateur avait au moins 13 ans. Des mises à jour ont été déployées par la suite pour accentuer le contrôle parental.

La tête dans les étoiles : voici ESERO France, pour « encore plus d'espace pour les élèves et leurs professeurs »

L’Agence spatiale européenne (ESA) et le Centre nationale des études spatiales (CNES) ont officiellement inauguré le bureau français de L’European Space Education Resource Office (ESERO). C’est le 17e bureau du genre dans les États membres de l’ESA.

Cette dernière rappelle que « le programme ESERO soutient l’enseignement scolaire en s’appuyant sur le pouvoir de fascination qu’exerce le domaine spatial, une approche qui s’est déjà révélée très efficace pour l’enseignement et l’apprentissage des « STEM » (sciences, technologies, ingénierie et mathématiques) en milieu scolaire ».

Le CNES ajoute que ce programme « s’adresse principalement aux enseignants, par le biais de formations et de ressources directement utilisables en classe, ou par le biais de projets éducatifs et d’activités scolaires interdisciplinaires ».

 « Nous devons veiller à ce que les futurs citoyens disposent des connaissances et des compétences scientifiques que l’on attend d’eux au XXIème siècle et qu’ils soient en mesure de continuer à encourager l’innovation. Le contexte spatial s’est révélé être un moyen incroyablement puissant pour y parvenir », explique Jan Wörner, directeur général de l’ESA.

Xbox Series X : des autocollants pour les jeux optimisés pour la nouvelle console

« Optimized for Xbox Series X » désignera les titres développés spécifiquement pour la console à venir ou ayant été profondément modifiés pour en tirer parti.

Microsoft pousse les avantages offerts par sa Series X (on se demande quand la firme apprendra à se choisir des noms) : des framerates jusqu’à 120 fps, l’absence de temps de chargement grâce à l’architecture Xbox Velocity, le raytracing, etc.

L’autocollant ne renverra bien sûr pas vers une liste spécifique de caractéristiques prises en compte. Certains jeux seront ainsi pensés pour la 4K, d’autres se contenteront du 1080p mais chercheront l’image la plus fluide possible. N’imaginez pas cumuler 4K, raytracing et 120 fps.

Le logo en lui-même est facile à reconnaître, un hexagone vert allongé avec un gros X blanc.

23 jeux sont mentionnés dans le communiqué : Assassin’s Creed Valhalla, Bright Memory Infinite, Call of the Sea , Chivalry 2, Chorus , Cyberpunk 2077, Destiny 2, DiRT 5, FIFA 21, Gears 5, Halo Infinite, Hitman 3, Madden NFL 21, Marvel’s Avengers, Outriders, Scarlet Nexus , Scorn, Second Extinction, The Ascent, The Medium, Vampire: The Masquerade – Bloodlines 2, WRC 9 FIA World Rally Championship et Yakuza: Like a Dragon.

Décarbonation : Atos veut atteindre « zéro émission nette » d’ici 2035

Le Français est la énième société à faire une annonce du genre. La société s’engage donc à arriver à ce résultat « 15 ans plus tôt que l'horizon 2050 préconisé par l'Accord de Paris afin de limiter la hausse des températures mondiales à 1,5 °C au-dessus des niveaux préindustriels ».

« Cette décision positionne la décarbonation comme un élément central de la stratégie de croissance d’Atos », explique la société. Elle en profite pour donner quelques chiffres sur sa vision à moyen terme : « croissance du chiffre d’affaires à taux de change constant: +5 % à +7 % ; taux de marge opérationnelle : 11 à 12 % du chiffre d’affaires ; flux de trésorerie disponible : un taux de conversion de la marge opérationnelle en flux de trésorerie disponible supérieur à 60 % ».

Boycott de Facebook : Mark Zuckerberg perd 7,2 milliards de dollars en un jour

Le boycott publicitaire de Facebook, par un nombre croissant de grandes marques, a fait perdre à son fondateur 8 % de sa fortune, estimée à 82,3 milliards de dollar, estime le Bloomberg Billionaires Index. Cette chute relègue le patron de Facebook à la quatrième place, derrière le trio de milliardaires formé par Bernard Arnault, Jeff Bezos et Bill Gates. En un an, sa fortune n’en a pas moins progressé de 5 %.

Les actions de Facebook ont chuté de 8,3 % vendredi, soit une perte de 56 milliards de dollars, après qu’Unilever a rejoint Verizon, Coca-Cola ou Ben and Jerry’s dans la campagne de boycott publicitaire #StopHateForProfit lancée par plusieurs ONG antiracisme.

Vendredi, Zuckerberg a publié sur Facebook un billet où il s’engage de nouveau à lutter contre la haine en ligne à l’aune de la présidentielle américaine de 2020, mais également à inciter 4 millions de citoyens Américains à aller s’inscrire aux listes électorales.

En réponse, #StopHateForProfit demande à Facebook de bannir les groupes racistes, conspirationnistes et antisémites, d’accepter des audits indépendants, d’arrêter d’amplifier les groupes haineux, et de permettre aux victimes de harcèlement de pouvoir échanger avec des employés de Facebook.

Pollution de l’air : la plupart des États européens sont en retard sur les objectifs Crédits : everlite/iStock

Alors que la France vit une importante bascule écologiste après la victoire d’EELV dans plusieurs grandes villes (Lyon, Bordeaux, Strasbourg, Poitiers, Grenoble…), la Commission européenne dresse un bilan morose.

Les objectifs définis pour réduire la pollution de l’air d’ici 2030 risquent de ne pas être respectés par la plupart des pays membres de l’Union.

« Le message contenu dans ce rapport est clair. Partout en Europe, trop de citoyens sont toujours menacés par l'air qu'ils respirent. Des mesures plus efficaces sont nécessaires pour réduire la pollution dans de nombreux États membres et pour lutter contre les émissions atmosphériques dans tous les secteurs, y compris les secteurs de l'agriculture, des transports et de l'énergie », estime Virginijus Sinkevičius, membre de la Commission et en charge de l’environnement, des océans et de la pêche.

La logique est, selon lui, très simple : « Le moment est propice pour faire évoluer les choses : investir dans un air plus propre revient à investir dans la santé des citoyens, dans notre climat, et à donner le coup d'envoi qu'attend notre économie. Tel est le raisonnement qui sous-tend le pacte vert pour l'Europe, et c'est la logique dont l'environnement a besoin ».

Même les États présentant de bonnes pratiques – et qui devraient être « source d'inspiration pour d'autres » - auraient bien besoin de « mesures supplémentaires ».

La Commission rappelle que l’application de la législation relative à la qualité de l’air « constitue une contribution essentielle » à l’ambition « zéro pollution » établie dans le pacte vert pour l’Europe.

La communiqué pointe vers plusieurs rapports, dont le principal sur la mise en œuvre de la politique établie à horizon 2030. Certains sont spécifiques à chaque pays, tandis que d’autres sont plus transversaux et évoquent la situation à l’échelle de l’Union.