Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

LeBrief

du 13 mars 2020
Emmanuel Macron demande aux entreprises qui le peuvent d’opter pour le télétravailCrédits : Cecilie_Arcurs/iStock

Dans son discours hier, Emmanuel Macron a remis l’accent sur la nécessité pour ces entreprises d’organiser une solution de télétravail. 

« Quand cela est possible, je demande aux entreprises de permettre à leurs employés de travailler à distance. Les ministres l'ont déjà annoncé, nous avons beaucoup développé le télétravail. Il faut continuer cela, l'intensifier au maximum ». 

Pour soutenir l’économie, « les entreprises qui le souhaitent pourront reporter sans justification, sans formalité, sans pénalité le paiement des cotisations et impôts dus en mars ». Du côté des employés, « dès les jours à venir, un mécanisme exceptionnel et massif de chômage partiel sera mis en œuvre ».

« Je veux que nous puissions préserver les emplois et les compétences, c'est-à-dire faire en sorte que les salariés puissent rester dans l'entreprise, même s'ils sont obligés de rester à la maison, et que nous les payions ».

Sur le site Ameli,  « un nouveau service en ligne, declare.ameli.fr, est créé par l’Assurance Maladie pour simplifier les demandes d’arrêt de travail. Il est destiné aux employeurs afin qu’ils déclarent en ligne leurs salariés contraints de rester à domicile à la suite de la fermeture de l’établissement accueillant leur enfant (crèches et établissements scolaires) ». 

Si les élections municipales ne sont pas reportées, le chef de l’État a annoncé que les écoles, collèges, lycées et universités seront fermés à partir de lundi, jusqu’à une date encore indéterminée. « C'est à la fois pour les protéger et pour réduire la dissémination du virus à travers notre territoire »

Microsoft publie un correctif pour l’importante faille SMBv3

L’attente n’aura pas été très longue : deux jours après l’annonce de la brèche (qui n’était pas exploitée selon Microsoft), un correctif est disponible pour Windows 10 et Windows Server (en version 1903 et 1909 dans les deux cas).

« Cette mise à jour de sécurité corrige la vulnérabilité en modifiant la manière dont le protocole SMBv3 traite ces requêtes spécialement conçues », explique l’éditeur. Pour rappel, les conséquences pouvaient être graves puisqu’un pirate pouvait « exécuter du code sur le client ou le serveur cible ».

Le CNRS présente de « fascinants objets baromorphes »

C’est sur sa chaîne de vulgarisation Zest de Science que la vidéo a été mise en ligne. 

Fin 2018, l’équipe MecaWet du laboratoire PMMH (ESPCI Paris, Université PSL, CNRS, Sorbonne Université, Université Paris Diderot) s’était inspirée d’un problème classique – comment courber une feuille de papier pour lui faire recouvrir une calotte sphérique – pour « mettre au point un matériau qui mime la croissance biologique de certaines plantes afin d’adopter une forme souhaitée ».

L’ESPCI explique que « les chercheurs ont appelé ce matériau « baromorphe », car il contient des canaux d’air qui peuvent être gonflés, provoquant une dilatation inhomogène qui donnera la forme finale de l’objet ».

En plus d’explications simples, un « tuto » est également proposé dans la vidéo afin de créer soit même un objet baromorphe.

Lundi, la DGCCRF devrait condamner Apple pour pratiques anticoncurrentielles

Selon deux sources de Reuters, l’Autorité de la concurrence infligerait lundi une amende à Apple pour pratiques anticoncurrentielles dans son réseau de vente et de distribution.

Nos confrères n’ont par contre pas d’information supplémentaire sur le contenu de la décision et le montant de l’amende. 

Covid-19 : Free Mobile propose 1 Go de 4G à ses clients d’un forfait à 2 euros

L’opérateur explique que 5 millions de clients disposent d’une telle offre. Il leur propose « dès aujourd’hui 1 Go de données en 4G au lieu des 50 Mo mensuels habituels, soit 20 fois plus, et ce jusqu’à fin avril ».

« Les abonnés concernés n’ont aucune procédure à suivre, l’ajustement de leur forfait se fait sans surcoût, automatiquement et immédiatement », ajoute Free Mobile. Les clients bénéficiant de la remise abonnés Freebox sont évidemment concernés.

Free Mobile explique que cette offre concerne notamment les « collégiens, lycéens et étudiants fortement représentés parmi nos abonnés 0 et 2 euros », dont les écoles seront fermées à partir de lundi prochain.

Attention par contre, une fois ce quota dépassé le titulaire du forfait sera facturé en hors forfait. 1 Go peut très rapidement être consommé, l’addition peut donc être très salée. 

Pour rappel, vous pouvez utiliser notre comparateur Tous les Forfaits afin de trouver l’offre la moins chère correspondant à vos besoins. Changer d’abonnement est très simple grâce à la portabilité.

Tails 4.4 est disponible

Cette nouvelle mouture de la distribution n'apporte pas de grandes nouveautés, il est surtout question de mises à jour de composants tels que le noyau Linux (5.4.19), Tor Browser (9.0.6) ou Thunderbird (68.5.0).

Des correctifs sont également en place pour certaines puces Wi-Fi de Realtek (RTL8822BE and RTL8822CE). 

L’ANSSI autoriserait le déploiement de certains équipements Huawei pour la 5G

Suite à la mise en place de la loi dite « anti-Huawei », les opérateurs doivent demander une autorisation pour déployer certains équipements. Si tous les équipementiers sont concernés, le cas de Huawei est plus compliqué, notamment car les États-Unis l’accusent d’être à la solde de Pékin et de présenter un risque pour la sécurité nationale.

En France, cela concerne principalement Bouygues Telecom et SFR, seuls à disposer d’équipements Huawei sur leurs réseaux actuels (mais pas dans leurs cœurs de réseau). Ils ont déjà expliqué qu’en cas de bannissement de Huawei, ils attendaient une compensation financière.

Finalement et sans grande surprise, Reuters explique que l’ANSSI « va approuver des équipements Huawei, mais seulement pour les parties non sensibles du réseau, comme les antennes, considérées comme posant moins de risques en termes de sécurité », en se basant sur les déclarations de deux sources.

Logitech lance un chargeur sans fil (Qi) 3-en-1 pour iPhone, Apple Watch et AirPods

Il se destine aux amateurs de la marque à la Pomme équipés de la tête aux mains. La puissance maximum est de 10 watts pour les smartphones et la montre connectée, contre 5 watts pour les écouteurs. « Les trois blocs de charge peuvent être utilisés simultanément à leur puissance maximale », affirme le fabricant.

Cette station de charge porte le nom POWERED 3-in-1 Dock et elle est vendue 130 dollars outre-Atlantique. 

Les cookies dans la stratégie de contrôle de la CNIL pour 2020Crédits : ArtemSam/iStock

La commission a révélé sa stratégie de contrôle pour l’année en cours. « En 2020, en complément des contrôles faisant suite à des plaintes, à des sujets révélés dans l’actualité ou à des mesures correctrices », trois thèmes vont concentrer les attentions de l’autorité.

Il s’agit des données de santé, de la géolocalisation pour les services de proximité ainsi que des cookies et autres traceurs.

Sur la géolocalisation, « les contrôles porteront ainsi notamment sur la proportionnalité des données collectées dans ce cadre, les durées de conservation définies, l’information délivrée aux personnes et les mesures de sécurité mises en œuvre ».

Pour les cookies, une des briques de la directive ePrivacy du 12 juillet 2002, est une autre des pierres angulaires. La simple poursuite de la navigation ne permet plus de deviner un consentement valide au dépôt de ces traceurs. Une recommandation est attendue au printemps 2020 « pour guider les opérateurs dans la déclinaison opérationnelle des nouvelles exigences », et spécialement l’exigence de consentement explicite. Ce projet a déjà été dévoilé en début d’année.

« Elle laissera un délai de 6 mois aux organismes, à compter de la publication de cette recommandation, pour se mettre en conformité sur les obligations nouvelles résultant du RGPD. Les contrôles, sur ces obligations nouvelles, démarreront ainsi à l’automne 2020 et se poursuivront en 2021 ».

Ces trois sujets occuperont 20 % des procédures, les 80 autres % seront consacrés aux plaintes, aux sujets d’actualités, etc. « Dans le prolongement des deux précédentes années, la CNIL va poursuivre la coopération avec les autres autorités de protection des données européennes pour les traitements transfrontaliers » ajoute enfin l’autorité.  

Covid-19 : la Build de Microsoft devient un événement en ligne, la WWDC aussi

Suite à l‘épidémie de coronavirus – qui est désormais une pandémie – Microsoft a décidé d’annuler sa Build 2020 à Seattle et de la transformer en un événement en ligne, comme l’a confirmé la société à The Verge.

Les annulations vont bon train ces dernières semaines : Google a renoncé à sa conférence I/O, Amazon AWS à sa conférence à Paris, Adobe à son Summit, etc. Dans un communiqué, Apple confirme que la WWDC a pris le même chemin.

Un juge ordonne la libération de Chelsea Manning, mais elle doit toujours payer 256 000 dollars d’amende

Comme le rappelle The Verge, Chelsea Manning est en prison depuis mai 2019 pour avoir refusé de témoigner devant un grand jury sur des questions autour de ses relations avec WikiLeaks.

Dans son ordonnance, le juge Anthony Trenga explique que l’audition de Chelsea Manning n’est plus nécessaire et donc que « sa détention ne dessert plus un but coercitif ». Par contre, les pénalités financières se sont accumulées et restent d’actualité pour le juge : « En vertu de l’ordonnance, Manning devra payer un total de 256 000 dollars d’amendes », expliquent nos confrères.

Le New York Time explique enfin que Chelsea Manning a tenté de mettre fin à ses jours cette semaine, mais elle a été prise en charge à temps par les autorités. 

Google avertit les développeurs de la nullabilité dans Android 11

Le message s’adresse aux développeurs Kotlin. Le langage est, aux dires de l’éditeur, utilisé dans plus de 60 % des 1 000 applications les plus téléchargées sur Android. 

Google semble particulièrement apprécier le concept de nullabilité, qui évite certaines erreurs liées aux pointeurs. L’éditeur évoque de nombreux retours en ce sens. Problème, une partie des API d’Android est écrite en Java.

Le compilateur Kotlin accepte cependant les annotations dans les méthodes Java. Par exemple :

public @Nullable String getCurrentName() {
   return currentName;
}

L’ajout permet de s’assurer qu’en utilisant le résultat de getCUrrentName dans un fichier Kotlin, il ne pourra pas être déréférencé sans un null check. Si le développeur tente quand même, Android Studio renverra une erreur.

Ces annotations vont se multiplier avec Android 11, même si le travail a commencé dans Android 10. Les développeurs se servant de la préversion actuelle et de son SDK reçoivent donc des alertes qu’ils n’avaient pas avec la précédente version.

Google avertit que la multiplication des annotations va potentiellement entrainer de nouvelles alertes dans le compilateur, tandis que certaines alertes existant avant sont maintenant des erreurs.

GitHub publie de nouveaux outils dédiés à l’éducation

L’éditeur (racheté pour rappel par Microsoft en juin 2018) a présenté hier soir de nouveaux outils dédiés au monde de l’éducation, dont un dédié à l’autograding, c’est-à-dire la notation automatique.

Le professeur peut ainsi créer des tests et les ajouter à son flux de travail. Ils seront lancés automatiquement sur les dépôts des étudiants et notés en fonction des conditions créées par l’enseignant. Ce dernier pourra ajouter des retours directement dans le code et fournir des pull requests automatiques. 

GitHub lance également sa Teacher Toolbox, un lot d’outils et services gratuits, dont des noms de domaine en .tech, l’accès à BrowserStack, au client SSH Termius ainsi que des outils plus spécifiques provenant d’Arduino.

Amazon lance Bottlerocket, son système d’exploitation dédié aux conteneurs

Le système est basé sur Linux et doit capitaliser sur tout ce que l’éditeur a appris depuis des années dans le domaine des conteneurs, selon ses propres mots.

Bottlerocket n’inclut donc que les packages strictement nécessaires à son travail d’hôte, et permet l’intégration avec l’ensemble des orchestrateurs existants. Les images Docker sont supportées, de même que toutes celles compatibles avec le modèle OCI (Open Container Initiative).

Bottlerocket est basé sur un système d’image permettant évidemment un retour si nécessaire, en cas de problème. Son système de fichiers est en lecture unique, et dont l’intégrité est vérifiée à chaque démarrage (dm-verity).

L’accès SSH est découragé et n’est disponible que dans un conteneur admin activable au cas par cas.

Bottlerocket est pour l’instant disponible en préversion et se récupère depuis le dépôt GitHub de l’entreprise.

Coronavirus : les principaux éditeurs scolaires offrent leurs manuels et ressources en ligneCrédits : imaginima/iStock

Avec la fermeture annoncée des écoles, collèges, lycées et universités, les principaux éditeurs ont décidé de mettre gratuitement de nombreuses ressources en ligne.

« Pour aider les professeurs de lycées à assurer la continuité pédagogique à l’aide des manuels scolaires », Nathan et Pearltrees Education annoncent par exemple offrir aux « lycées utilisateurs de la plateforme Pearltrees Education » des manuels « granulaires » jusqu’à la fin de l’année scolaire. 

Outre Nathan Editions, les Editions Retz, Bordas et Le Robert indiquent eux aussi mettre « à disposition des élèves confinés et leur famille une consultation gratuite de l'ensemble de leurs manuels du CP à la 3e (toutes disciplines) ». Ces documents sont accessibles sur le site manuelnumerique.com.

Le mouvement, inédit, est de fait généralisé à l’ensemble des titres réunis au sein de l’association Les Éditeurs d’Éducation

La structure regroupe Belin Éducation, Bertrand-Lacoste, Bordas, Casteilla, Delagrave, Éditions Didier, Docéo, Fontaine Picard, Foucher, Génération 5, Le Génie Éditeur, Hachette Éducation, Hachette Technique, Hatier, Istra, Jeulin, La Librairie des Écoles, Lelivrescolaire.fr, LT Lanore, Magnard, Éditions Maison des Langues, Nathan, Nathan Technique, Retz, Le Robert, SEDRAP et Vuibert.

Tout n’est pas encore à jour : « chaque éditeur informera sur son site et/ou ses réseaux sociaux des modalités pratiques de mise en œuvre de cette décision collective ».

Le moteur de recherche Ecosia officiellement ajouté dans Chrome

Le moteur de recherche allemand est connu pour consacrer 80 % de ses bénéfices à des programmes de reforestation, en accord avec d’autres organismes non gouvernementaux. Il y a un an, Ecosia annonçait planter ainsi un arbre par seconde via 21 programmes, et avoir totalisé 50 millions d’arbres replantés.

Dans une annonce publiée hier, la société annonce que son moteur sera officiellement dans Chrome. Le déploiement général est prévu le 17 mars.

GNOME 3.36 débarque avec de nombreuses petites améliorations

La nouvelle mouture de l’environnement apporte de nombreux ajouts qui, pour la plupart, apporteront clairement un gain de facilité et/ou de productivité.

Par exemple, les extensions GNOME ont désormais leur propre application, permettant d’en gérer les mises à jour, les paramètres, l’activation/désactivation ou encore la suppression. Elles ne seront donc plus mélangées avec les applications dans Logiciels.

Outre un écran d’accueil remanié et se voulant plus simple et fonctionnel, cette version 3.36 introduit un bouton Ne pas déranger dans la fenêtre de notifications, une capacité que possèdent déjà la plupart des systèmes.

De nombreux autres petits ajouts sont présents, comme un bouton de mise en veille de l’ordinateur, l’ajout d’un œil dans les demandes de mots de passe pour voir ce que l’on écrit, un remaniement des boites de dialogue, la possibilité de renommer les dossiers d’applications et des améliorations graphiques un peu partout (notamment le calendrier et la recherche).

Les paramètres ont été également réorganisés et se veulent plus simples d’accès. La section dédiée à la vie privée liste maintenant les applications ayant obtenu des autorisations pour la position géographique, la caméra et le micro. Il est donc possible de les révoquer un par un pour chaque application.

Concernant les applications intégrées, là encore il y a du neuf. Logiciels détecte désormais les connexions limitées (avec quota) et coupe automatiquement les mises à jour, le contrôle parental peut être configuré à la première initialisation complète du système, Machines intègre un tutoriel et le navigateur Web gère le thèmes sombres et affiche directement les PDF.

Comme toujours avec GNOME, il faudra attendre que la distribution utilisée en propose la mise à jour. Dans certains cas, il est même possible que cette version soit réservée à l’itération majeure suivante du système.