LeBriefdu 29 novembre 2022
Orange arrête sa Maison connectéeCrédits : denphumi/iStock/ThinkStock

Au 15 janvier 2023, Orange arrêtera ce service, lancé pourtant en 2019. L’aventure n’aura pas duré bien longtemps, et Que Choisir s’est penché sur les clients : à quelle sauce vont-ils être mangés ?

Tout dépend des produits achetés. S’il s’agit de ceux exclusifs à Orange, c’est peine perdue : ils arrêteront tout simplement de fonctionner. Ils utilisent un protocole peu courant, mais qui avait le gros avantage pour Orange d’être pilotables par sa box… Du moins jusqu’à l’avant dernière génération. La Livebox 6 ne prend en effet pas en charge le protocole DECT ULE.

S’il s’agit des produits d’autres fabricants (Philips, Netatmo, Bosch, D-Link…), ils continueront à fonctionner car leurs protocoles sont autres. Selon les mises à jour, ils seront accessibles via Matter, HomeKit ou autre. En revanche, il faudra en passer par une reconfiguration depuis les applications de ces fabricants.

En outre, tous les produits exclusifs à Orange achetés à compter du 15 janvier 2021 peuvent faire l’objet d’un remboursement. Comme le précise Que Choisir, il ne faudra cependant pas être pressé, car les demandes ne seront traitées qu'à l’arrêt du service – donc le 15 janvier prochain – et pourront prendre jusqu’à huit semaines. Une application simple de la garantie légale de conformité de deux ans.

Le journal ajoute que confier sa maison connectée à un fournisseur d’accès n’est pas forcément une bonne idée, puisque les services seront perdus en cas de changement de crèmerie. Il rappelle également que les applications intégrées dans les smartphones sont souvent capables de gérer tous ces objets (Home sur Android, Maison sur iOS).

Orange expédie actuellement des courriers pour prévenir les personnes concernées. Le FAI a décidément du mal avec ces aventures, après une enceinte connectée Djingo qui n'a jamais pu voir le jour.

Protection des données : l’Europe sanctionne Meta d’une amende de 265 millions d’euros

La DPC (Data Protection Commission) avait ouvert une enquête en avril 2021 suite à la découverte d’une fuite de données personnelles sur 533 millions de comptes.

Elle portait sur les outils Facebook Search, Facebook Messenger Contact Importer et Instagram Contact Importer sur une période allant de mai 2018 à septembre 2019. La sanction est tombée : 265 millions d’euros.

Google met à jour Chrome pour colmater une brèche critique et déjà exploitée

Google a tout récemment publié une nouvelle version de Chrome pour s’occuper de la vulnérabilité CVE-2022-4135, dont la sévérité est décrite comme haute. Exploitée, elle permet à un code malveillant de s’extraire de la sandbox et donc d’interagir avec le système, potentiellement d’en prendre le contrôle.

Et exploitée, elle l’est justement. La mise à jour ayant été publiée le 24 novembre, il y a de bonnes chances pour que vous l’ayez déjà, Chrome appliquant les nouvelles versions quand il est fermé. 

Cependant, s’il vous arrive de garder longtemps le navigateur ouvert avec vos onglets, par exemple en mettant toujours votre ordinateur en veille plutôt qu’à l’arrêt, alors jetez un coup d’œil en haut à droite de la fenêtre, car un bouton rouge y sera peut-être apparu pour prévenir.

Le CNES veut surveiller les câbles sous-marins, la pollution, la piraterie, les trafics et les migrantsCrédits : Marco Rosario Venturini Autieri/iStock

Le Centre national d'études spatiales (CNES) a lancé le 10 novembre dernier un appel d'offres de « Démonstration d’un service de fourniture de données de Surveillance maritime » et de « détection des émissions de radiofréquence (RF) depuis l'espace » qui « vise à monitorer les abords des câbles sous-marins français », relève La Lettre A : 

« L'appel d'offres du CNES, lancé en partenariat avec Bpifrance, sera clos le 13 décembre. Il prévoit un montant maximal de 18 millions d'euros sur trois ans, prélevés sur les 1,5 milliard d'euros du volet spatial de France 2030. Cela permettra d'identifier les bateaux, dont les radars produisent ces signaux, à l'approche des infrastructures sous-marines. »

L'objectif est en effet de « surveiller des bandes de 100 km centrées sur les câbles sous-marins, particulièrement sur les 51 câbles connectant la France », soit une surface à surveiller « estimée à 40 millions de kilomètres carrés », qui devra être monitorée quotidiennement : 

« Outre les enjeux liés aux câbles internet sous-marins, le marché intègre une surveillance en matière de flux migratoires, piraterie, trafics et des plateformes offshore au sein de la Zone économique exclusive (ZEE) française, de la Manche, du canal du Mozambique et du golfe de Guinée. »

Un service de surveillance ponctuelle devra en outre répondre à des « besoins express, liés à une urgence sur une zone délimitée [...] de 400 kms x 400 kms ou de 1000 kms x 1000 kms », ou « en vue du suivi d’un navire cible ou au long d’une trajectoire définie ».

WhatsApp permet maintenant de se parler à soi-même

La fonction n’a rien d’original : on la trouve dans de nombreuses messageries, dont Teams et Telegram. Elle permet de s’envoyer des messages, photos, vidéos, fichiers et autres dans une conversation ressemblant à n’importe quelle autre, si ce n’est que les bulles sont toutes à droite.

Cette conversation peut s’avérer très pratique, puisqu’elle fonctionne comme une collection de favoris ou même un pense-bête, dans laquelle on pourra par exemple transférer un message d’une autre discussion. On peut également épingler la conversation pour en simplifier l'accès.

WhatsApp débute tout juste le déploiement de cette fonction, qui peut donc prendre un peu de temps à arriver, selon TechCrunch.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !