LeBriefdu 27 septembre 2022
Edward Snowden se voit accorder la nationalité russe, à sa demandeCrédits : Arte

Un décret présidentiel signé par Vladimir Poutine vient d'accorder la citoyenneté russe au lanceur d'alerte américain. L'AFP rapporte que Dmitry Peskov, porte-parole du Kremlin, a expliqué aux agences de presse que la demande émanait d'Edward Snowden lui-même. Ce que l'intéressé a confirmé, dans un tweet partagé la nuit passée.

Son nom figure en effet sur un décret aux côtés de 71 autres étrangers à qui la citoyenneté russe a également été accordée, précise The Guardian. Anatoly Kucherena, l'un de ses avocats, a expliqué à l'agence Ria Novosti qu'il ne risquait pas d'être enrôlé dans l'armée russe parce qu'il n'y avait pas effectué son service militaire, et que sa femme, Lindsay Mills, qui l'avait rejoint en Russie, réclamait elle aussi la nationalité russe.

Il avait justifié cette demande, en novembre 2020, en tweetant une photo de sa femme enceinte, et au motif que leur fils allait naître en Russie : « Après des années de séparation avec nos parents, ma femme et moi n'avons aucun désir d'être séparés de notre fils. C'est pourquoi, en cette ère de pandémies et de frontières fermées, nous demandons la double nationalité américano-russe » :

« Lindsay et moi resterons américains, élevant notre fils avec toutes les valeurs de l'Amérique que nous aimons, y compris la liberté de dire ce qu'il pense. Et j'attends avec impatience le jour où je pourrai retourner aux États-Unis, afin que toute la famille puisse être réunie. Notre plus grand souhait est que, où que vive notre fils, il se sente chez lui. »

« Edward m'a dit que leur bébé devrait naître en décembre ; étant donné que le bébé aura droit à la citoyenneté russe par droit de naissance, il veut également être citoyen russe », avait précisé Anatoly Kucherena.

Snowden avait obtenu l'asile en Russie après que les États-Unis ont révoqué son passeport, l'empêchant de pouvoir quitter le pays. Le couple a depuis eu un second enfant.

WhatsApp : via un lien, on peut maintenant rejoindre un appel de groupe sans en faire partie

Les groupes permettent depuis longtemps d’activer une conversation vocale façon Discord, les membres du groupe pouvant entrer et sortir à leur gré.

Avec la nouvelle mouture de l’application, on peut maintenant inviter des personnes extérieures à ce groupe. Elles pourront alors rejoindre la conversation vocale et, une fois quittée, repartir comme elles sont venues. La fonction commence tout juste son déploiement, qui s’étalera sur la semaine.

Il n’est cependant pas possible de prévoir à l’avance un appel, comme le peuvent d’autres services comme Zoom et Google Meet. On ne sait pas non plus si la fonction est ouverte aux personnes n’ayant pas de compte WhatsApp, à la manière d’un Skype ou Jitsi par exemple.

Netflix ouvre un tout nouveau studio de jeux vidéo en Finlande

L’entreprise s’était contentée jusqu’ici de racheter des éditeurs et de les intégrer à son portefeuille. Ce qui avait abouti notamment au premier lot de cinq jeux annoncés le 3 novembre dernier, lors de la présentation de Netflix Games.

Cette fois, elle fonde un studio entièrement neuf en Finlande, à Helsinki. À la question de savoir pourquoi ce choix, la société répond que le pays comporte quelques-uns des « plus grands talents du jeu vidéo ».

Le nouveau venu rejoindra donc Next Games, Night School Studio et Boss Fight Entertainment dans le développement de jeux. Netflix précise que ce chapelet en formation permettra un plus grand nombre de titres dans davantage de styles, pour mieux répondre aux goûts des clients.

Comme une réponse à la question omniprésente de la rentabilité d’un tel investissement, Netflix ajoute en être « au tout début » et qu’il « reste beaucoup de travail », puisque « créer un jeu peut prendre des années ». L’entreprise explique être en train de développer ce nouveau socle et avoir hâte de présenter de nouvelles productions dans les années à venir.

Arcep et Arcom main dans la main sur l’empreinte environnementale et le baromètre du numériqueCrédits : William_Potter/iStock

Hier, les collèges pléniers de l’Arcep et de l’Arcom se sont rencontrés pour discuter de plusieurs sujets ensemble.

Sur les enjeux environnementaux du numérique, les deux institutions, en collaboration avec l’ADEME, ont travaillé sur trois principaux points : 

  • disposer d’une vision plus précise de l’impact environnemental des différents modes de diffusion des services de médias audiovisuels ;
  • définir le contenu d’un référentiel général d’écoconception des services numériques ;
  • publier une recommandation quant à l’information des consommateurs par les services de télévision, les services de médias audiovisuels à la demande et les services de plateforme de partage de vidéos.

Arcep et Arcom renforcent également leur collaboration sur le baromètre du numérique, dont la prochaine édition est prévue pour début 2023. Cette étude à pour objectifs : 

  • de favoriser l’appropriation du numérique par tous ;
  • de mesurer l’adoption par les Français des équipements et étudier les pratiques numériques ;
  • de détecter les inégalités d’accès et de compétences, qu’elles soient volontaires ou subies ;
  • de permettre à la puissance publique d'anticiper les grandes tendances.

Les deux institutions ont enfin poursuivi leurs « échanges sur les évolutions des secteurs du numérique et de l’audiovisuel et de présenter les différents travaux relatifs aux règlements sur les services numériques (DSA) et sur les marchés numériques (DMA) au niveau national et européen (BEREC et ERGA) ».

Apple Pay Later rencontrerait de gros soucis techniques pendant son développement

C’était l’une des nouveautés présentées par Apple dans iOS 16 lors de la WWDC de juin dernier. Pay Later, pour l’instant prévu uniquement aux États-Unis – et encore pas dans tous les États – permet d’étaler les paiements en quatre fois, répartis sur six semaines. La fonction n’est cependant pas dans la version finale déployée depuis deux semaines environ.

Si l’on en croit cependant Bloomberg, Apple rencontrerait de sérieux problèmes d’ingénierie dans le développement de la fonction, qui ne serait pas terminé.

Nos confrères notent qu’il y a bien plusieurs fonctions absentes d’iOS 16, mais toutes sont mentionnées comme arrivant plus tard, avec une période visée, dans la plupart « plus tard cette année ». Apple Pay Later est indiquée comme devant arriver « dans une future mise à jour », sans date. La firme n’a pas communiqué sur le sujet.

Amazon : des « Ventes Flash Exclusives Prime » les 11 et 12 octobre

Le revendeur a déjà proposé une première fournée d’offres à ses clients Prime cet été. Après avoir augmenté le tarif de son abonnement Prime, il va remettre le couvert les 11 et 12 octobre.

« Ce nouvel événement de 48 heures réservé exclusivement aux membres Prime permet de profiter des Ventes Flash Exclusives Prime dédiées aux promotions de fin d’année », ajoute Amazon. Les promotions débuteront le 11 octobre à 00h01.

Le Français ChapsVision veut créer une alternative européenne à PalantirCrédits : Marco_Piunti/iStock

« Le Français ChapsVision sur les traces de Palantir », titre Les Échos : « En rachetant le spécialiste de la géolocalisation pour les ministères de l'Intérieur et de la Justice Deveryware, ChapsVision se met en ordre de marche pour participer à l'appel d'offres de la DGSI » pour remporter OTDH, l'appel d'offres du ministère de l'Intérieur qui vise à terme à remplacer le géant américain du big data Palantir, le prestataire d'analyse choisi en urgence par la DGSI après les attentats de 2015 : 

« Avec cette neuvième acquisition, l'expert en analyse de données cette fois change d'échelle : il double de taille à 100 millions d'euros de chiffre d'affaires. »

Chapsvision reçoit au passage « plus de 100 millions d'euros de Tikehau et de Bpifrance pour financer cette transaction et en conclure de nouvelles ».

Olivier Dellenbach, son PDG, explique vouloir « conclure une série d'acquisitions sur des technologies similaires vendues à des clients étatiques que seuls des acteurs nationaux sont habilités à offrir, ou des technologies complémentaires d'analyse de données », précisant que « Les services régaliens sont un marché très important dont les besoins d'analyse ne font que croître ».

Chapsvision avait déjà acquis Bertin Technologies, « Partenaire majeur du Ministère des Armées », puis Elektron, acteur historique des interceptions judiciaires ayant depuis racheté Nexa Technologies (ex-Amesys, poursuivi pour avoir vendu un système de surveillance de masse aux services de renseignement militaire de Kadhafi).

Le « serial-entrepreneur » Olivier Dellenbach avait « entre autres revendu eFront, sa précédente société d'analyse pour le private equity, au géant américain BlackRock pour 1,5 milliard de dollars », précisent Les Échos.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !