LeBriefdu 21 janvier 2021
L’investiture de Joe Biden, une « opportunité pour l’Europe »Crédits : Gage Skidmore from Peoria, AZ, United States of America, CC BY-SA 2.0

Depuis hier, Joe Biden est officiellement le 46e président des États-Unis, il succède à Donald Trump. « Ce jour représente l’opportunité de donner un nouveau souffle à nos relations transatlantiques qui ont grandement souffert ces quatre dernières années », explique le Parlement européen.

Ursula von der Leyen (présidente de la Commission) en ajoute une couche : « L’Europe a désormais un ami à la Maison-Blanche et est prête pour un nouveau départ avec son partenaire le plus ancien et le plus fiable. Nous devons faire avancer le changement mondial sur la base de valeurs communes ». 

Elle en profite pour appeler à une régulation des géants du Net : « Le pouvoir politique incontrôlé des géants de l’internet doit être maîtrisé »,  leur comportement doit être dicté par des lois et non des « décisions arbitraires d’un PDG de la Silicon Valley ». 

Il faudra aller au-delà des ronds de jambe et une première échéance arrive à grands pas : « nous proposerons aux États-Unis, lors du Sommet sanitaire du G20 qui se tiendra à Rome en mai, de renforcer notre coopération en matière de prévention sanitaire et de préparation et de réaction aux crises sanitaires », explique von der Leyen dans son discours.

Elle revient également sur les images de l'assaut du Capitole : « Nous devrions considérer ces images provenant des États-Unis comme un avertissement. Malgré notre confiance fondamentale dans notre démocratie européenne, nous, Européens, ne sommes pas à l'abri de telles évolutions ».

Reprise des contenus de presse et rémunération : Google et l'APIG trouvent un accord

Après des mois (voir des années) de bataille autour de la question des droits voisins, le géant américain a réussi à s'entendre avec L’Alliance de la Presse d’Information Générale qui représente les grands éditeurs de presse français. 

« Cet accord fixe les principes selon lesquels Google négociera des accords individuels de licence avec les membres » de l'association, précise le communiqué. Rien n'est précisé concernant les autres éditeurs, qui semblent mis de côté, comme cela a été le cas sur d'autres sujets visant à assurer un financement de la presse par Google par le passé.

« Ces accords individuels de licence couvriront les droits voisins, et ouvriront l’accès à News Showcase, un nouveau programme de licence de publications de presse lancé récemment par Google, qui permettra aux lecteurs d’accéder à un contenu enrichi » précise Google.

« La rémunération prévue dans les accords de licence entre chaque éditeur de presse et Google est basée sur des critères tels que, par exemple, la contribution à l'information politique et générale, le volume quotidien de publications ou encore l’audience Internet mensuelle » Il faudra donc publier beaucoup et attirer le plus grand nombre avant tout. 

Bac 2021 : Parcoursup a ouvert ses portes

Hier n’était pas seulement synonyme de lancement des soldes d’hiver, mais aussi celle du serveur de Parcoursup pour ajouter ses vœux d'orientation post-bac. 

L’inscription se fait dans un climat étrange puisque les lycéens ne savent pas exactement comment va se dérouler la fin de l’année et les modalités de passage des épreuves du Bac, d’autant qu’il s’agit de la nouvelle formule.

Parcoursup est ouvert jusqu’au 11 mars inclus. Vous avez ensuite jusqu’au 8 avril pour compléter votre dossier et confirmer vos vœux. La phase d’admission débutera le 27 mai et se déroulera jusqu’au 16 juillet.

Bandai, Capcom, Focus, Valve, Zenimax… : 7,8 millions d’euros d’amendes pour « blocage géographique »Crédits : ADragan/iStock

« Valve et les éditeurs ont restreint les ventes transfrontières de certains jeux vidéo sur PC sur la base de la localisation géographique des utilisateurs au sein de l'Espace économique européen (EEE), se livrant ainsi à des pratiques dites de "blocage géographique" », explique la Commission européenne.

Une centaine de jeux sur PC étaient concernés, avec des genres variés, comprenant notamment « des jeux de sport, de simulation et d'action ». Les blocages géographiques mis en place « ont empêché des consommateurs d'activer des jeux vidéo sur PC vendus par les distributeurs des éditeurs, soit sur des supports physiques, comme des DVD, soit par téléchargement, et d'y jouer ». Une enquête avait été ouverte il y a quatre ans.

Les amendes infligées aux éditeurs (Bandai Namco, Capcom, Focus Home, Koch Media et ZeniMax) ont été réduites de 10 à 15 % car ils ont coopéré avec les autorités. Par contre, « Valve a choisi de ne pas coopérer avec la Commission et s'est vu infliger une amende de plus de 1.6 million d'euros ».

Voici le détail des amendes, avec la remise accordée entre parenthèses :

  • Focus Home (10 %) : 2 888 000 euros
  • ZeniMax (10 %) : 1 664 000 euros
  • Valve (0 %) : 1 624 000 euros
  • Koch Media (10 %) : 977 000 euros
  • Capcom (15 %) : 396 000 euros
  • Bandai Namco (10 %) : 340 000 euros
Le fichier Contact Covid (significativement) étendu aux personnes « co-exposées »

Un décret publié au Journal officiel modifie le traitement « Contact Covid », l’un des deux fichiers du « contact tracing » en France.  Désormais, les personnes « co-exposées » pourront « être identifiées afin de bénéficier des mesures mises en place pour les personnes contacts à risque ». Une modification qui n’a pas laissé insensible la CNIL

Même si ce dispositif reste conditionné au volontariat, « cette modification conduira à une extension significative du nombre de personnes dont les données seront traitées (…), données qui seront identiques à celles concernant les cas contacts ».

La Commission relève en effet que la notion de personne « co-exposée » renvoie à une personne s'étant « trouvée dans le même lieu, rassemblement ou évènement, où les gestes barrières n'ont pu être pleinement respectés, identifié par le "patient zéro" comme étant à l'origine possible de sa contamination ». 

Le texte complète également la liste des données traitées « pour les adapter aux besoins nouveaux et permettre notamment d'identifier les lieux et situations dans lesquelles des contaminations ont eu lieu afin de mettre en place les mesures barrières dans les meilleurs délais », explique le décret. 

À l'Assemblée, temps de chien pour la zoopornographie en ligneCrédits : leungchopan/iStock

La Commission des affaires économiques a terminé l’examen de la proposition de loi visant à renforcer la lutte contre la maltraitance animale. La PPL part maintenant pour la séance. Plusieurs amendements ont été adoptés pour aiguiser la lutte contre la zoopornographie, l’une des cibles du texte

Les députés ont décidé que les personnes, ayant commis des délits contre les animaux, seraient à l’avenir inscrites dans le fichier national des personnes recherchées au titre de décision judiciaire. Cela concerne « toutes celles condamnées pour des infractions à l’encontre des animaux ou pour l’utilisation d’animaux afin de commettre ou tenter de commettre des infractions ». Un amendement issu de discussions menées avec l’association Animal Cross.

La proposition de loi prévoyait à l’origine de sanctionner « le fait, en vue de sa diffusion, de fixer, d’enregistrer ou de transmettre l’image ou la représentation d’un animal domestique, ou apprivoisé, ou tenu en captivité lorsque cette image ou cette représentation présente un caractère zoopornographique ». 

Les élus ont supprimé l’expression « en vue de sa diffusion », jugée trop restrictive. Selon eux, en effet, « il convient de sanctionner les individus qui commettent cette infraction même en vue de consulter les images et représentations produites à titre personnel. »

Dans l’amendement CE175, le secret médical pesant sur les vétérinaires est levé pour signaler tous sévices graves, de nature sexuelle et autres actes de cruauté. Dans le CE205, le Code pénal est enrichi pour frapper « le fait, publiquement ou non, d'exercer des sévices à caractère sexuel envers un animal domestique, ou apprivoisé, ou tenu en captivité ». Infraction punie là encore de quatre ans d'emprisonnement et 60 000 euros d'amende.

Enfin, une disposition a été ajoutée pour combler un trou dans le texte initial, celui ciblant cette fois les petites annonces en ligne notamment. Ainsi, « le fait de proposer, de solliciter ou d’accepter des relations sexuelles » avec un animal, sera puni d’un an d’emprisonnement et 15 000 euros d’amende.

La députée LREM Sophie Beaudouin-Hubiere cite plusieurs exemples : « Je cherche un mec et un chien pour plan avec les deux », « je suis propriétaire d’un chien mâle, mesdames si ça vous intéresse, contactez-moi », « recherche femme zoophile ou couple zoophile avec chien ou poney ».

Dunant et AMITIÉ : deux câbles entre les États-Unis et la France, 100 Tb/s pour Orange

Annoncé il y a plusieurs années et arrivé récemment sur les côtes françaises, le câble Dunant est « désormais mis en service pour les clients wholesale et entreprise ». Il dispose de 12 paires de fibre avec une capacité de 30 Tb/s chacune, soit une capacité totale « trois fois supérieure à celle des câbles sous-marins transatlantiques de la génération précédente ».

Le FAI en profite pour annoncer la signature d’un autre partenariat pour le câble sous-marin AMITIÉ, qui devrait être mis en service au début de l’année prochaine : « Après validation des autorités locales aux États-Unis, le câble devrait relier le Massachusetts à Le Porge, une commune proche de Bordeaux ».

Ce câble disposera de « 16 paires de fibre d’une capacité maximale de 23 Tb/s chacune [qui] garantiront la résilience et la continuité du trafic sur cet axe vital et majeur ». Orange affirme que « ces deux câbles auront une capacité supérieure à celle de tous les systèmes existants en service sur le front transatlantique ».

Le FAI est responsable de la partie française et « bénéficiera de deux paires de fibre sur les deux systèmes transatlantiques pour une capacité totale de 100 Tb/s ».

Covid-19 : France TV se positionne sur Twitch pour répondre aux questions des internautes

Samuel Étienne, présentateur de la matinale de France Infos, enchaîne depuis quelque temps avec une revue de presse à succès sur la plateforme de streaming d'Amazon, de 9h30 à 11h : La Matinée Est Tienne.

Cela semble avoir donné des idées à son employeur, qui organise demain à 9h30 une émission sur son propre compte où Samuel Étienne et Damien Mascret répondront en direct à des questions sur la vaccination.

Elle se veut comme une extension du dispositif OnVousRépond. « Lancé le 13 mars dernier, [il] s'appuie sur le site franceinfo.fr [et] a réuni plus 150 000 questions en 2020. Avec ce live Twitch, l'interactivité avec les téléspectateurs et les internautes monte encore en puissance » ajoute le communiqué.

De son côté, Samuel Étienne précise : « France Tv ne "débarque" pas sur Twitch, France Tv reconnait la formidable interactivité que permet ce média, et vous propose de répondre à vos questions sur les vaccins contre le Covid19… »

Aux États-Unis et au Canada, les caméras piétons seraient relativement apaisantesCrédits : pixinoo/iStock

Docteur en sciences de l'information et de la communication et fonctionnaire de police, Fabrice Lollia revient pour The Conversation sur les recherches scientifiques effectuées au sujet des caméras piétons à l'international, censées apaiser les éventuelles tensions entre justiciables et policiers.

Une expérience conduite en 2013 à Rialto, en Californie, a montré que l’emploi de la force par les policiers était deux fois moins fréquent parmi le groupe expérimental (les policiers qui portaient des caméras corporelles) et qu’il y avait eu une baisse de 87 % des plaintes pendant la période d’essai. 

On a depuis observé le même effet dans d’autres villes américaines, dont Mesa (Arizona), Phoenix (Arizona), Orlando (Floride), Las Vegas (Nevada), Milwaukee (Wisconsin) et Spokane (État de Washington) ainsi que dans sept autres villes non précisées.

Les policiers portant des caméras corporelles auraient aussi davantage tendance à procéder à l’arrestation du conjoint agresseur dans les cas de violence conjugale et à effectuer globalement moins d’interpellations. 

Aux États-Unis, les caméras corporelles ont ainsi été associées à des baisses statistiquement significatives de l’emploi de la force, des plaintes envers les policiers, des agressions envers les policiers, des comportements entravant le travail policier et de la contestation judiciaire.

Il est également noté une amélioration de la productivité policière, de la satisfaction des citoyens des services offerts et du niveau de politesse des citoyens et des policiers lors des interventions. A contrario, trois études conduites au Canada ont certes montré une diminution de l’agressivité et de l’impolitesse des citoyens, mais sans que la présence des caméras ne s'accompagne d’une réduction significative en termes d’emploi de la force par la police.

Fabrice Lollia rappelle par ailleurs que l’aspect culturel du pays est aussi à considérer dans l’usage de l’outil : au Canada, les résultats sont à nuancer dans la mesure où les relations citoyens-police sont très bonnes. Il relève en outre que les caméras corporelles ne pourraient avoir un impact significatif qu’aux endroits où la police agit de façon problématique.

Corellium fait fonctionner un Ubuntu complet sur les Mac M1

Démonstration technique pour l’entreprise, spécialisée dans la virtualisation. Elle est d’ailleurs en procès avec Apple, qui l’a attaquée pour avoir proposer un outil permettant de virtualiser iOS.

Chris Wade, directeur technique de Corellium, indique dans un tweet qu’Ubuntu 20.04 est « complètement utilisable » sur un Mac mini M1. Le système démarre depuis une clé USB, les réseaux fonctionnent grâce à un dongle USB-C, et le support est assuré pour l’USB (on s’en doutait), I2C et DART.

La réalisation est d’autant plus intéressante qu’elle a depuis été largement documentée par Corellium, qui fournit sur son blog la démarche pour faire ses propres essais. Le dépôt GitHub de l’entreprise s’est également enrichi de plusieurs composants écrits pour l’occasion.

En outre, les modifications faites à Ubuntu ont servi de base à une première proposition de support de l’architecture Apple au sein du noyau. Un support très limité pour l’instant, avec le contrôleur d’interruption et quelques pilotes secondaires. Mais c’est un début.

Dans une interview donnée fin novembre à ZDnet, Linus Torvalds expliquait que faire fonctionner Linux sur les Mac M1 n’arriverait pas de sitôt. L’expérience de Corellium déjoue sans doute le pronostic, mais on est encore loin d’un système exploitant réellement la machine.

Torvalds précisait ainsi que la partie la plus difficile à gérer serait le GPU, dont Apple ne donne aucune spécification. Et, de fait, l’Ubuntu de Corellium fonctionne avec un traitement logiciel, rendant son interface très peu réactive. L’étape reste marquante.

Sosh : la nouvelle interface TV d'Orange débarque dans l'offre La Boite avec décodeur TV

Le fournisseur d’accès rappelle qu’il s’agit « de rendre l'interface plus moderne, plus ergonomique et pratique avec une navigation plus horizontale ».

Il y a également des raccourcis pour accéder directement « aux univers Canal, Netflix ou Youtube (décodeur UHD uniquement) ».

Cette interface a déjà été déployée sur les Livebox Play, TV 4 et TV UHD. C’est désormais au tour des clients Sosh d’en profiter. Notez que « le déploiement général prendra sûrement plusieurs semaines ». 

Une vidéo de présentation est disponible par ici.

Red Hat : RHEL gratuit pour les petits environnements de production

Mi-décembre, Red Hat a annoncé la fin de CentOS dans sa forme classique. L’éditeur veut se concentrer sur la branche Stream, dont le développement est basé sur la branche bêta de RHEL (Red Hat Enterprise Linux). 

La décision a provoqué de nombreux remous dans la communauté, en particulier pour CentOS 8, dont le support ne sera assuré que jusqu’au 31 décembre de cette année. CentOS 7, très utilisé, ira jusqu’au bout de son cycle en 2024.

Consciente que CentOS était largement utilisé en entreprise, Red Hat propose plusieurs extensions à son programme Developer. 

D’abord, l’abonnement individuel, gratuit, s’étend en production et prend en charge jusqu’à 16 systèmes. C’est bien sûr un changement important, car cette formule était jusque-là liée à une seule personne. Il sera actif le 1er février.

Ensuite, pour les abonnements payants, Red Hat élargit le programme aux équipes, que les développeurs peuvent maintenant déclarer sans coût supplémentaire. RHEL peut alors être déployé via Cloud Access et est disponible sur les plateformes principales de cloud, dont AWS, Google Cloud Platform et Microsoft Azure.

Red Hat se dit consciente que ces changements ne couvrent pas tous les scénarios, et c’est un euphémisme. Aux entreprises plus grandes, la société ne peut pour l’instant rien proposer d’autre qu’une migration vers RHEL.

Jack Ma fait un rapide retour, comme si de rien n’était (ou presque)

Début janvier, la « disparition » de l’homme d’affaires chinois, milliardaire et cofondateur d’Alibaba, faisait couler beaucoup d’encre. Il n’avait pas été vu publiquement depuis le 24 octobre, après un discours critique envers le système financier du pays.

Mercredi, il est réapparu lors d’une discussion en vidéoconférence en direct avec un groupe d’enseignants, explique Reuters. Son intervention était courte (la vidéo ne dure que 50 secondes) et nos confrères ne pouvaient pas dire où se trouvait la pièce depuis laquelle Jack Ma était en direct. 

« Je suppose qu'il a décidé (avec quelques encouragements) de faire profil bas pendant quelque temps, suite à ses propos qui ont agacé le gouvernement », explique un spécialiste du secteur à Reuters. Quoi qu’il en soit, cette courte apparition est suffisante pour redonner des couleurs à l’action d’Alibaba qui gagnait plus de 6 % après son apparition.

L’Agenda de Google a de nouveau son mode hors ligne

La fonction a existé et disparu deux fois jusqu’à présent, la dernière remontant à l'arrivée du nouveau design en 2018. Elle est de retour et en déploiement, pas d’inquiétude donc si vous ne la voyez pas tout de suite. L’opération peut prendre jusqu’à 15 jours.

Le fonctionnement du mode hors ligne est le même qu’avant. Les données du service sont consultables sur la version web sans avoir de connexion et, en cas de modification, les changements sont appliqués dès que l’accès Internet est restauré. Agenda limite à quatre semaines la visibilité des anciens évènements, mais pas de ceux à venir.

L’option n’est pas activée par défaut. Pour vérifier que le mode est disponible, rendez-vous dans les paramètres du service. Dans la colonne de gauche, sous « Paramètres généraux », une nouvelle section « Hors ligne » doit apparaitre. Si ce n’est pas le cas, il faudra probablement attendre quelques jours.

En entreprise, Google note que la fonction sera active par défaut. Les administrateurs peuvent cependant la désactiver.

Aux États-Unis, une première flottille de drones commerciaux entièrement automatisésCrédits : 4X-image/iStock

La Federal Aviation Administration (FAA) américaine vient d'approuver les premiers vols de drones commerciaux entièrement automatisés, donnant à une petite entreprise le feu vert pour exploiter des drones sans supervision directe de contrôleurs humains ou de pilotage habité, rapporte le Wall Street Journal.

La décision de la FAA stipule que les drones d'American Robotics Inc. (Marlborough, Massachusetts) ne fonctionneront que dans les zones rurales à des hauteurs inférieures à 400 pieds (122 mètres). Ses drones Scout volent selon des programmes prédéterminés et disposent d'une technologie qu'ils peuvent utiliser pour éviter les oiseaux et autres aéronefs.

L'agence a déclaré dans des documents d'approbation publiés sur son site Web qu'une utilisation commerciale accrue des drones automatisés pourrait apporter « des gains d'efficacité à de nombreuses industries qui alimentent notre économie, telles que l'agriculture, les mines, les transports et la fabrication non durable. »

« De plus, les opérations permettront de réduire l'impact environnemental, car elles impliqueront un petit avion ne transportant ni passagers ni équipage, plutôt qu'un avion habité de taille nettement plus grande. Compte tenu de ces considérations, la petite opération UAS [de systèmes d'aéronefs sans pilote], que le pétitionnaire mènera en vertu de cette exemption, est dans l'intérêt public », a déclaré la FAA. 

La FAA avait précédemment approuvé des drones pour inspecter les infrastructures telles que les voies ferrées et les pipelines. La décision de la FAA fait suite à quatre ans de tests dans huit États et soulève la perspective de tests plus larges pour d'autres industries.

Des hackers d'État chinois piratent les données PNR

Chimera, un groupe de hackers d'État considéré comme travaillant pour la République populaire de Chine, s'attaque au secteur aérien depuis quelques années dans le but d'obtenir des données sur les passagers pour suivre le mouvement des personnes d'intérêt, rapporte ZDNet.

En 2020, un rapport présenté à la conférence Black Hat avait déjà mentionné une série d'attaques coordonnées contre l'industrie taïwanaise des supraconducteurs. Mais un nouveau rapport publié la semaine dernière par NCC Group et sa filiale Fox-IT avance qu'il s'attaque aussi à d'autres industriels des semi-conducteurs en-dehors de l'Asie, afin de leur voler leur propriété intellectuelle, et à des compagnies aériennes afin d'obtenir des dossiers passagers (PNR).

Une fois qu'ils ont trouvé et collecté les données qu'ils recherchaient, ils les téléchargent sur des services de cloud public tels que OneDrive, Dropbox ou Google Drive, à mesure que le trafic vers ces services n'est a priori pas inspecté ni bloqué à l'intérieur des réseaux piratés.

OnlyOffice lance son offre VIP pour les entreprises, les précommandes sont ouvertes

Tout en illimité ou presque, c’est le créneau de la nouvelle offre VIP d’OnlyOffice, qui n’a même pas encore de tarification.

L’offre est hébergée dans le cloud, les serveurs étant ceux de Velia.net. le nombre d’utilisateurs est illimité, de même que ceux des connexions simultanées aux documents et d’administrateurs ou d’invités sur le portail.

Chaque utilisateur dispose d’une session distante et de 250 Go de stockage pour ses documents.  La société promet en outre des options avancées pour les marques blanches, la possibilité de créer plusieurs portails (jusqu’à 5 000 utilisateurs chacun), l’authentification unique via Google SSO et SAML, LDAP, les sauvegardes automatiques et manuelles, des salles privées chiffrant les documents pendant leur co-édition, etc.

L’annonce se termine par un bouton « Précommander » qui ne nous apprend rien de plus, car il ouvre simplement votre client mail avec l’adresse à laquelle demander des informations. L’entreprise ne donne aucune information sur ce que l’on est censé formuler.

IA et éthique : aprés Timnit Gebru, Google enquête sur Margaret Mitchell, une autre de ses employéesCrédits : DNY59/iStock

Il y a un peu plus d’un mois, Google était au centre des attentions suite au départ/licenciement de la chercheuse Timnit Gebru, une des rares afro-américaines spécialistes des questions éthiques sur l’intelligence artificielle. Timnit Gebru explique avoir reçu un courrier de sa direction acceptant sa démission, démission qu’elle réfute avoir donnée. 

L’histoire revient sur le devant de la scène avec Margaret Mitchell, une chercheuse qui travaille avec l'équipe dirigeante de Google sur les sujets d'intelligence artificielle, comme le rapporte Axios

Selon des sources de nos confrères, « Mitchell utilisait des scripts automatisés pour parcourir ses messages afin de trouver des exemples montrant un traitement discriminatoire de Gebru, avant que son compte ne soit verrouillé ».

Google confirme, mais précise que c’est une « protection » mise en place automatiquement : « Nos systèmes de sécurité verrouillent automatiquement le compte d'un employé lorsqu'ils détectent qu’il risque d'être compromis en raison de problèmes d'identification ou lorsqu'une règle automatisée impliquant le traitement de données sensibles a été déclenchée ».

C’est ce qu’il se serait passé avec Margaret Mitchell : « Nos systèmes ont détecté qu'un compte avait exfiltré des milliers de fichiers et les avait partagés avec plusieurs comptes externes. Nous l'avons expliqué à l'employé plus tôt dans la journée », ajoute l’entreprise dans un communiqué transmis à Axios.

Sur Twitter, Timnit Gebru se demande si Mitchell « ne va pas recevoir un e-mail acceptant sa "démission" sur son adresse personnelle ». 

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !