LeBriefdu 24 septembre 2021
Jungle dans la fibre optique : un maire cadenasse des armoires

Olivier Clodong, maire de Yerres, pousse un « "coup de gueule" contre la dégradation et le non-entretien des armoires "fibre" dans les villes ».

Il explique qu’elles sont « trop souvent dégradées par les opérateurs et leurs sous-traitants lors de leurs interventions » et il a donc pris l’initiative d’en fermer trois par les services techniques de la ville.

« Les opérateurs qui souhaitent intervenir sur ces dernières devront désormais venir récupérer la clé de l'armoire à la Police Municipale et s’inscrire sur un registre ». Ils devront ensuite rapporter la clé. Un message a été placé sur les armoires concernées, comme on peut le voir sur ces photos.

« En fonction de la réussite de cette expérimentation, cette formule sera étendue sur d’autres armoires "fibre" de la commune », ajoute le maire.

L'accueil de cette initiative par les intervenants chargés de connecter des clients reste à voir, tout comme les interventions d’urgence, le poste de police étant ouvert de « 8h à 20h » si l’on en croit le site de la ville.

Nous avons à plusieurs reprises tenté de contacter le maire afin d’en savoir plus, sans réponse pour le moment.

La bêta d'Ubuntu 21.10 (Impish indri) est disponible

Cette publication suit le calendrier prévisionnel, selon lequel le noyau sera figé la semaine prochaine. Le « final freeze » est pour le 7 octobre et la publication finale pour le 14 octobre, 9 jours après Windows 11.

Les notes de version indiquent que GNOME passe à sa version 40 et que Wayland sera utilisé avec les pilotes graphiques de NVIDIA désormais. Comme annoncé il y a peu, Firefox sera intégré sous la forme d'un snap et non plus comme un paquet classique.

Bien entendu, les applications intégrées seront mises à jour vers des versions plus récentes. Le noyau est attendu en version 5.13. Les notes de versions de l'édition Budgie évoquent aussi une compatibilité avec le Compute Module 4 pour la version Raspberry Pi.

Ce soir, c’est la « Nuit européenne des chercheur·e·s »

Sur le site officiel de l’événement, il est expliqué qu’il s’agit d’une « invitation à partager une même soirée avec des chercheur·e·s dans des centaines de villes d'Europe, dont 14 en France ».

Cette année, Aix-en-Provence, Albi, Angers, Besançon, Bordeaux, Brest, Dijon, La Réunion, Le Mans, Limoges, Nice, Paris, Saint Étienne et Toulouse participent à l’événement. Les différents programmes sont disponibles sur cette page.

Le gouvernement annonce un « renforcement du Hub France de GAIA-X »

Lancée officiellement en juin de l’année dernière, cette initiative européenne vise à « renforcer la protection des données et l’autonomie européenne dans le domaine du cloud ».

Gaia-X est articulé autour de quatre principes : « l’interopérabilité, la portabilité, la transparence et la conformité ». Une quinzaine de hubs nationaux sont créés dans l’Union européenne, dont un en France, avec pour missions « d’animer, de coordonner et de soutenir les projets de la communauté ».

Dans un communiqué, le gouvernement annonce que « ses moyens sont renforcés. Il rassemble désormais plus de 600 participants, au sein de 12 secteurs aussi variés que l’énergie, la mobilité, la santé, les finances, l’agriculture, l’éducation, le développement durable, l’aérospatial, et la mer ».

Le Hub ouvre son comité de pilotage à l’Institut Mines-Telecom, Inria et Numéum (fusion de Syntec Numérique et Tech In France). De plus, la France « reconduira l’Appel à projets « Plateformes numériques et mutualisation de données » à partir de 2022 jusqu’en 2025 au moins, pour « cofinancer des projets d’espaces de données sectorielles ».

Directive SMA, Code des télécoms : 19 États épinglés par Bruxelles pour retard de transposition

La Tchéquie, l'Estonie, l'Irlande, l'Espagne, la Croatie, l'Italie, Chypre, la Slovénie et la Slovaquie se voient reprocher de ne pas avoir transposé dans les temps la directive SMA.

Un texte qui offre aux citoyens, différentes garanties comme l'indépendance des autorités nationales de régulation des médias ou le renforcement des mesures de protection des mineurs applicables aux services de vidéo à la demande.

Un autre lot de pays (Estonie, Espagne, Croatie, Irlande, Italie, Chypre, Lettonie, Lituanie, Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Autriche, Pologne, Portugal, Roumanie, Slovénie, Slovaquie et Suède) est critiqué pour ne pas avoir transposé le Code, notamment dans son volet de protection des consommateurs.

Ces pays auraient dû adopter une loi de transposition au plus tard fin 2020.

Face à cette procédure d'infraction, ils ont deux mois pour corriger le tir. À défaut, la Commission se réserve la possibilité de saisir la Cour de justice de l’Union européenne.

WSE-2 : Cirrascale propose le monstre à 850 000 cœurs de Cerebras à la demande

Ces derniers temps, les fournisseurs de services cloud (CSP) ne se focalisent plus que sur l'hébergement, le stockage de données ou les calculs plus ou moins lourds, une nouvelle tendance émerge : le « HPC as-a-service ».

On voit ainsi des plateformes – jusqu'ici réservées à ceux pouvant se payer des supercalculateurs – proposées à la demande et facturés selon le temps d'utilisation. C'est le cas de la nouvelle offre de Cirrascale qui propose un accès au Wafer Scale Engine de seconde génération (WSE-2) de Cerebras.

Une « puce » spécialisée dans les calculs liés à l'IA annoncée comme gigantesque par rapport à une A100 de NVIDIA. C'est un assemblage de 46 225 mm² avec 850 000 cœurs, 40 Go de mémoire intégrée et 20 Po/s de bande passante mémoire.

Elle est installée au sein d'un système CS-2 de Cerebras (6+6 alimentations de 4 kW, 12x 100 Gb/s, 15 RU), facturé 60 000 dollars par semaine, 180 000 dollars par mois ou 1,65 million de dollars par an. Aucune tarification à l'heure n'est proposée.

L’avocat général de la CJUE désenfume le DieselGateCrédits : Cour de justice de l'Union européenne

Hier, l’avocat général a rendu son opinion dans trois affaires concernant les logiciels embarqués dans les véhicules du groupe Volkswagen. Une énième étape du DieselGate, soit l’utilisation par la société de dispositifs destinés à passer frauduleusement les processus d’homologation.

En substance, les véhicules concernés sont équipés d’un logiciel faisant fonctionner un système de recyclage des gaz d’échappement dans certaines fenêtres de températures. Cœur de la question : s’agit-il des dispositifs d’invalidation, au sens du règlement de 2007 relatif « à la réception des véhicules à moteur au regard des émissions des véhicules particuliers et utilitaires légers et aux informations sur la réparation et l'entretien des véhicules » ?

Ce texte interdit par défaut les dispositifs d’invalidation qui détectent « la température, la vitesse du véhicule, le régime du moteur en tours/minute, la transmission, une dépression ou tout autre paramètre aux fins d'activer, de moduler, de retarder ou de désactiver le fonctionnement de toute partie du système de contrôle des émissions, qui réduit l'efficacité du système de contrôle ».

Dans ses conclusions, l’avocat général a relevé cependant que « sur une partie du territoire de l’Union, notamment en Autriche, la température moyenne est inférieure à 15 degrés Celsius plusieurs mois par an ». Or, la purification des gaz d’échappement est désactivée sous ce seuil, notamment.

Si ces dispositifs sont par principe interdits, des exceptions existent, en particulier pour la « protection du moteur contre des dégâts ou un accident et pour le fonctionnement en toute sécurité du véhicule » (article 5 du règlement). Seulement, pour le cas présent, elles ne peuvent jouer, selon lui, lorsque le dispositif en cause « sert principalement à ménager des pièces telles que la vanne EGR, l’échangeur EGR et le filtre à particules diesel ».

Conclusions intermédiaires : un tel véhicule n’est pas conforme au contrat de vente, faute de certificat de conformité exact. Et un consommateur devrait pouvoir demander résolution du contrat de vente.

Les arrêts de la Cour de justice de l’UE seront rendus dans quelques mois.

Les contre-mesures à prendre pour se protéger du ransomware Conti

La Cybersecurity and Infrastructure Security Agency (CISA), le Federal Bureau of Investigation (FBI) et la National Security Agency (NSA) ont publié un avis de cybersécurité au sujet de l'augmentation des cyberattaques par ransomware Conti.

La CISA et le FBI ont en effet observé plus de 400 attaques visant des organisations américaines et internationales afin d’y voler des fichiers, chiffrer des serveurs et des postes de travail et exiger une rançon pour restituer des données sensibles volées.

L'avis comprend des détails techniques sur les mesures d'atténuation que les organisations peuvent prendre pour réduire les risques vis-à-vis du ransomware.

RADV : le ray tracing (Vulkan) sur les anciennes Radeon pourrait intégrer MESA

C'est le sens d'une pull request repérée par WCCFTech, qui propose de gérer cette technologie sans accélération matérielle sur les modèles de génération Polaris, Vega et Navi.

Pour rappel, AMD ne gère pour le moment le ray tracing dans les jeux vidéo que sur ses Radeon RX 6000 (Navi 2), NVIDIA l'ayant ouvert il y a quelques temps déjà aux GeForce GTX.

Ce support est forcément limité puisque, sans accélération matérielle, les performances sont faibles. Mais cela a l'intérêt de ne pas laisser les utilisateurs de côté lorsque c'est exploitable.

L'European Processor Initiative (EPI) livre ses puces de test EPAC 1.0 (RISC-V)Crédits : matejmo/iStock

Le projet consiste à proposer un écosystème complet autour d'un processeur généraliste ainsi qu'une galaxie d'accélérateurs se basant sur une architecture ouverte.

L'EPI vient d'annoncer que les puces de tests de ces derniers ont été livrées, la fabrication ayant commencé début juin. L'EPAC 1.0 (European Processor Accelerators) contient quatre micro-tuiles pour le traitement des vecteurs (VPU).

Elles sont basées sur une unité de calcul conçue par le Barcelona Supercomputing Center et l'université de Zagreb, accompagnée d'un cœur Avispado RISC-V développé par SemiDynamics.

On trouve deux autres accélérateurs dans la puce : une Stencil and Tensor (STX) conçu par Fraunhofer IIS, ITWM et ETH Zürich, ainsi qu'un variable precision processor (VRP) du CEA LIST. Le tout est interconnecté au sein de la puce à haut débit, avec un SerDes d'EXTOLL

143 puces de test ont été fabriquées par Global Foundries, en 22 nm FS-SOI (22FDX) pour le moment, la surface finale étant de 26,97 mm², avec un packaging FCBGA (22 x 22 mm) et une fréquence de 1 GHz. 

Elles permettront aux partenaires de commencer à se familiariser avec son fonctionnement et préparer la suite, notamment le développement d'outils logiciels exploitant ces accélérateurs qui évolueront dans leur conception et leur forme dans les mois à venir. Notez au passage que l'extension Vector 1.0 de RISC-V a été finalisée il y a quelques jours.

Accessibilité : Android fait le plein de nouveautés

Dans un billet de blog, Google détaille les nouvelles fonctionnalités qui seront déployées dans les prochains mois. Certaines sont déjà accessibles dans les bêtas d’Android 12.

Il sera ainsi possible de contrôler son smartphone via des gestes faciaux (Camera Switches, Project Activate par exemple). Avec des mouvements oculaires par exemple, vous pourrez lancer des actions (prononcer une phrase, jouer de l’audio, envoyer un message…).

Dans Lookout, le mode Document permet désormais de lire du texte écrit à la main ou imprimé dans les langues latines. L'euro et la roupie sont reconnus comme des monnaies.

Parmi les autres nouveautés, il est possible d’utiliser son smartphone comme télécommande pour une Google TV ou un produit avec Android TV OS. Signalons aussi l’arrivée de plus de 1 500 nouveaux stickers dans Gboard.

Enfin, Locked Folder – qui permet de ranger des photos et vidéos dans un dossier protégé par un mot de passe – va (comme prévu) « bientôt » s’ouvrir à d’autres smartphones que les seuls Pixel.

Diablo II Resurrected : un lancement compliqué

Le « remaster » de Diablo II a été lancé hier soir à 17h. Seulement voilà, il a fallu des heures pour que les soucis de connexion se calment. À 22h, on ne pouvait toujours pas se connecter.

Une situation qui étonne d’autant plus que Blizzard, habitué des lancements très attendus, aurait pu mieux préparer le terrain. L’éditeur était en possession des chiffres sur les précommandes et il était évident que le lancement serait chargé.

À 21h36, le responsable Rod Fergusson expliquait que le nombre de joueurs était supérieur aux attentes et entraînait des soucis sur les serveurs. Les tests ont été manifestement insuffisants. Il était encore question d’ajouter de nouveaux serveurs et redémarrages à venir. Vers 23h00, les problèmes ont commencé à se calmer, mais beaucoup se sont plaint de la perte de progression sur leurs personnages, à cause des serveurs plantés.

Diablo II Resurrected propose pour rappel des graphismes largement remaniés, posés sur l’ancienne base du jeu. Au point que l’on peut désactiver cette surcouche pour revenir aux anciens graphismes.

Ce remaster est considéré globalement comme très réussi, d’autant que le compte Battle.net autorise l’arrêt sur un appareil et la reprise sur un autre parmi les plateformes prises en charge : PC, Xbox Series X/S, PlayStation 4 et 5 ainsi que Nintendo Switch. Cette qualité se paye au prix fort : 40 euros, à répéter pour chaque plateforme que l’on souhaite utiliser.

Quand un artiste se fait rouler dans les NFT

Les Non Fungible Tokens sont à la mode ces derniers temps, surtout depuis que des startups lèvent des millions en misant sur ces jetons numériques particuliers. Stéphane Bortzmeyer en avait présenté le concept il y a quelques mois.

Mais les histoires qui en découlent ne sont pas toujours idylliques. Framasoft se fait l'écho de la complainte d'un artiste adepte de la culture libre, David Revoy, qui propose le webcomic Pepper&Carrot alors qu'un tiers a gagné 10 000 euros « grâce » à son travail ou plutôt « en parasitant son travail, grâce à de la blockchain ».

Il invite donc à ne pas acheter de NFT de ses œuvres, qui n'ont pas été créées dans le but d'être privatisées sous une forme présentée comme « unique ».

« Les personnes qui gloseront sur la « bonne » ou la « mauvaise » licence pour le protéger d’une telle mésaventure risquent de passer à côté d’un élément central de ce témoignage : ceci n’est pas un dilemme légal, mais un dilemme artistique » ajoute Framasoft.

« Que cette spéculation soit légale ou non, ne change rien au fait que ce soit immoral. Ouvrir une partie de ses droits au public (par le biais d’une licence libre), ce n’est pas s’interdire de gueuler lorsqu’on trouve qu’un usage de son œuvre est nul, moche, qu’il salit nos valeurs » ajoute l'association qui a traduit le propos initial de l'artiste (avec son accord).

En Allemagne, le parti d'extrême-droite est trois fois plus partagé sur Facebook que les autresCrédits : Manuel-F-O/iStock

TheMarkUp a découvert que les publications faisant la promotion du parti d'extrême-droite Alternative für Deutschland, ou AfD, apparaissaient plus de trois fois plus souvent que celles des autres partis politiques allemands sur Facebook.

Les données obtenues grâce au projet Citizen Browser de The Markup, qui recueille des données auprès d'un panel diversifié de 473 utilisateurs allemands de Facebook, montrent que malgré sa taille modeste, l'AfD « connaît un succès remarquable sur Facebook » à l'approche d'une élection nationale historiquement controversée pour remplacer Angela Merkel.

Citizen Browser capture jusqu'à 50 messages à partir du fil d'actualité Facebook d'un panéliste une à trois fois par jour. Le balisage a catalogué chaque fois qu'un message d'une page portant le nom d'un parti politique allemand est apparu dans les flux de nos panélistes au cours des deux derniers mois, du 20 juillet au 16 septembre 2021.

Cette découverte est d'autant plus surprenante que le panel se compose de plus de personnes qui se sont identifiées comme partisans du Parti social-démocrate de centre-gauche, le SPD, et de l'Alliance politique démocrate-chrétienne de centre-droit, ou CDU/CSU (62 et 82, respectivement), en comparaison aux 44 qui se sont identifiées comme partisans de l'AfD.

Ces derniers avaient en moyenne 55 publications de pages liées à l'AfD dans leurs fils d'actualités, quand les partisans de la CDU/CSU n'avaient en moyenne que six publications affiliées à la CDU ou à la CSU dans leurs flux.

Ce succès serait dû au fait que l'AfD a très tôt investi les réseaux sociaux, que ses militants ont créé et alimentent plus de pages, et qu'ils y partagent des contenus clivants, que les réseaux sociaux ont plus tendance à propager : « Ils déclenchent la colère, la peur, des émotions anarchiques ou basiques », explique Isabelle Borucki, professeur par intérim à l'Université de Siegen qui étudie les partis politiques allemands en ligne.

ArianeGroup veut supprimer 600 postes et transférer la production du moteur Vinci en Allemagne

Dévoilé par Challenges, le programme a été confirmé à l’AFP par la directrice des ressources humaines de la société : « Nous avons effectivement annoncé un plan d’adaptation des effectifs d’un maximum de 600 personnes qui concerne la France et l’Allemagne ».

« Tous les postes de travail sont concernés, sauf les personnels en atelier », précise une source syndicale à nos confrères. ArianeGroup pour autant « ne parle pas de plan social » et affirme étudier des solutions de redéploiement de salariés vers Safran et Airbus.

« Les perspectives de lancement d’Ariane 6 portent sur un besoin de sept tirs par an, 30 % de moins que lors du lancement du projet 2014, forçant l’entreprise à réduire ses coûts », explique l’AFP.

Autre annonce, toujours selon nos confrères : « L’accord franco-allemand comprend également le transfert de la production de Vinci, le moteur réallumable de l’étage supérieur du lanceur, de Vernon (Eure) vers le site d’ArianeGroup à Ottobrunn, en Allemagne ».

Windows 11 dans le release preview channel, les ISO disponibles

La build 22000.194 diffusée mi-septembre vient de monter en grade, puisqu'elle passe du canal bêta à celui préparant les utilisateurs à la version finale. Son image est disponible par ici.

Au passage, Microsoft diffuse les builds 19043.1263 (21H1) et 19044.1263 (21H2) de Windows 10 dans le même canal. Tout ce petit monde doit être finalisé d'ici un peu moins de deux semaines.

Notez enfin la mise en ligne d'une build 22463 pour la prochaine version de Windows 11, qui intègre surtout des correctifs et un nouveau raccourci clavier : CTRL + MAJ + C copiera désormais le chemin du dossier d'un fichier sélectionné dans l'explorateur de fichiers.

Au Sénat, un rapport s'inquiète du financement de Météo France en cette période de réchauffement climatiqueCrédits : Ig0rZh/iStock

Partant du constat que « les événements météorologiques se succèdent avec leur lot de dégâts humains et matériels » et que les choses pourraient s’empirer avec le dérèglement climatique, le Sénat explique qu’il « est nécessaire de mieux les prévoir et de mieux les anticiper ».

Vincent Capo-Canellas, rapporteur spécial du programme « Expertise, information géographique et météorologie », vient de publier son rapport sur le contrôle budgétaire de Météo France.

Le constat est sans appel : « Entre 2011 et 2022, Météo-France aura fermé les deux-tiers de ses implantations territoriales. Depuis 2012, ses effectifs ont été réduits de près d’un quart et la principale subvention que lui verse l’État, sa subvention pour charges de service public, a diminué de près de 20 % ».

Il y a certes des « gains d’efficience », notamment grâce au développement de nouvelles technologies et à la mise en œuvre d’automatisations, mais « une série de défis se dressent devant l’opérateur » et il « apparaît nécessaire d’interrompre ces trajectoires budgétaires rigoureuses » selon le rapport.

Dans son rapport, Vincent Capo-Canellas « formule 28 recommandations pour que Météo-France soit au rendez-vous des attentes », car il est le « premier et le plus essentiel des maillons de la chaîne d’alerte ». Selon le Sénat, l’État devrait donc « se réengager financièrement auprès de l’établissement public pour que celui-ci puisse exercer pleinement ses missions toujours plus sensibles ».

La CNIL prépare un livre blanc sur les données et moyens de paiement

Il sera diffusé dans un peu moins de deux semaines « afin d’éclairer le public sur ces enjeux et anticiper les transformations à venir » plaide la Commission qui tiendra un évènement en ligne.

« Les données de paiement (données d’achat, financières, contextuelles) peuvent, en effet, permettre de tracer des activités personnelles ou de cerner les comportements des individus » rappelle la CNIL. 

La présentation du livre blanc se tiendra le 6 octobre à 16h30 et « sera suivie d’une table ronde de grands témoins spécialistes de ce sujet et représentant une diversité de points de vue ».

Supercalculateurs : EuroHPC JU fête sa première année d’autonomie

C’est en effet le 23 septembre 2020 que l’European High-Performance Computing Joint Undertaking (ou entreprise commune européenne de calcul à haute performance) obtenait « son autonomie vis-à-vis de la Commission européenne, lui permettant de fonctionner par ses propres moyens et de définir son propre budget ».

Elle en profite pour revenir sur quelques éléments marquants : l’acquisition de sept supercalculateurs en Europe (dont deux déjà inaugurés : Vega en Slovénie et MeluXina au Luxembourg), le lancement de la première vague de projets sur les supercalculateurs, la mise en route de la seconde phase du développement du premier CPU pour les supercalculateurs, etc.

Pour l’avenir, EuroHPC JU prévoit d'inaugurer cinq autres machines d’ici un an (Italie, Finlande, Bulgarie, Portugal et République tchèque), d'acheter des ordinateurs/accélérateurs quantiques, mettre en place un programme de formation et d’éducation paneuropéen…

Les Power Toys désormais disponibles via le Windows Store

On peut maintenant trouver de manière officielle les outils via la nouvelle version de la boutique applicative dans Windows 11.

L'éditeur en profite pour rappeler qu'elle peut accueillir tout type d'application, qu'il s'agisse de projets open source ou non, exploitant UWP ou Win32. 

Les développeurs sont invités à se rendre sur cette page.

Facebook met à jour ses contrôles de cookies en Europe

Sur le réseau social et Instagram, de nouveaux contrôles sont diffusés afin que les utilisateurs aient davantage de choix dans la gestion des cookies.

Comme Facebook l’explique dans un billet, ce changement doit mettre la société en phase avec l’évolution des prérequis dans ce domaine, principalement par l’action du RGPD et de la directive ePrivacy.

Actuellement en déploiement, ces changements apparaissent de deux manières. D’abord dans l’acceptation initiale, plus granulaire sur les finalités. Ensuite, et surtout, un contrôle permettant de modifier le réglage. D’autant plus utile dans le cas où les cookies ont déjà été acceptés ou pour savoir ce qui est prélevé dans les habitudes de navigation.

Financement en ligne : Twitter généralise ses « Tips », ouverts au Bitcoin

La fonctionnalité était en test, elle est désormais ouverte à tous les comptes, en commençant par iOS. Les autres suivront dans les semaines à venir.

En pratique, cela permet à un utilisateur d'indiquer quel est son compte sur certaines plateformes partenaires comme Bandcamp, Cash App, Chipper, Patreon, Razorpay, Wealthsimple Cash et Venmo. Deux sont ajoutées pour l'occasion : GoFundMe et PicPay.

Comme souvent, on regrette le manque d'ouverture d'une telle option, puisque ceux qui se financent par des plateformes locales et/ou indépendantes sont exclus.

Twitter n'a pas oublié les cryptomonnaies, chères à son fondateur. Il est ainsi possible d'envoyer un « tip » via le réseau Bitcoin Lightning et la plateforme Strike accessible depuis le Salvador et les USA (sauf Hawaï et New York).

Que les adeptes d'ouverture et de décentralisation se rassurent, ils peuvent indiquer une simple adresse Bitcoin qu'ils utilisent avec le portefeuille de leur choix. Tout est détaillé sur cette page.

Support expérimental de WebGPU dans Chrome 94, la bêta de Chrome 95 disponible

Chrome 94, disponible depuis deux jours, contient dans ses entrailles un premier test de l’API WebGPU, sous forme d’un Original Trial. Il s’agit d’un ajout pour les développeurs, qui vont pouvoir en essayer les capacités.

WebGPU doit assurer la relève de WebGL. Les technologies ont grandement évolué dans les GPU ces dernières années, que ce soit avec DirectX 12 chez Microsoft, Metal chez Apple ou Vulkan chez Khronos Group. Le W3C avait donc pour mission de trouver un remplaçant, et après plusieurs années, le premier brouillon de WebGPU est disponible.

L’API a de multiples avantages, d’abord en termes de sécurité, puis de fonctionnalités. Les capacités matérielles des GPU sont exposées, y compris tout ce qui touche au machine learning. FP16, INT8, Subgroup, Systolic Array et autres deviennent accessibles, les développeurs pouvant créer des applications mêlant les deux types de pipelines, rendu et calcul.

Sur le blog d’Intel, un billet fait le point sur cette innovation et fournit plusieurs exemples. Google a également publié une vidéo de quelques minutes pour revenir sur certaines améliorations de Chrome 94, dont WebGPU et la gestion des couleurs pour les éléments canvas.

Chrome 94 étant disponible, la bêta de Chrome 95 prend le relai, avec à son bord de nombreuses nouveautés pour les développeurs là encore. Plusieurs Origin Trials sont terminés et les fonctions correspondantes sont intégrées au navigateur.

La confirmation de paiement sécurisé devient ainsi une extension de l’API Web Authentication, permettant à une banque par exemple de créer un élément PublicKeyCredential pouvant être appelé par un site marchant via l’API Payment Request. Il s’agit d’une couche supplémentaire de sécurité transparente pour l’utilisateur, faite notamment pour fluidifier le processus de paiement, surtout en Europe depuis que la loi oblige à une authentification forte.

Parmi les autres nouveautés, on peut citer le support des exceptions pour WebAssembly, l’API EyeDropper permettent – enfin – l’utilisation de pipettes pour la sélection des couleurs dans les applications web, Chrome peut mieux identifier la version de Windows utilisée (en fonction de la mise à jour semestrielle présente), etc. La liste complète des changements est disponible depuis le blog de Google.

Notez que Chrome 95 supprime définitivement son support du protocole FTP. Il ne restait plus que la prise en charge des URL, désormais absente.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !