Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !

LeBrief

du 21 octobre 2020
Le nouveau Microsoft Edge installé par défaut sous Windows 10 20H2, disponible sous Linux

Enfin ! La version annoncée du navigateur pour les différentes distributions Linux est désormais diffusée via le canal pour développeurs (Dev). Deux paquets sont proposés : .deb et .rpm. Il n'est pas encore exploitable via un Snap pour Ubuntu et ses partenaires.

Microsoft indique que certaines fonctionnalités ne sont pas encore présentes, notamment tout ce qui touche à la connexion, le lien avec un compte Microsoft ou Azure Active Directory. Cela arrivera dans un second temps. Un outil permettant d'effectuer des commentaires est intégré. Aucune date n'est pour le moment donnée pour une première version stable.

Une vidéo de présentation a été diffusée, elle est disponible par ici.

Dans le même temps, la mouture Octobre 2020 (20H2) de Windows 10, mise en ligne hier, intègre le nouvel Edge comme navigateur par défaut. Il sera présent dès le départ lors d'une nouvelle installation. Il remplacera la version classique en cas de mise à jour. 

Attention si vous l'utilisiez déjà : il sera installé en version 84, il faudra demander une mise à jour manuelle (edge://settings/help) pour revenir à la version 86. Si votre session apparaît vide la première fois, redémarrez le après mise à jour, cela reviendra à la normale.

Osiris-rex réussit sa délicate manœuvre de « touch-and-go » sur un astéroïde

Comme prévu, la sonde a entamé hier sa descente en douceur vers Bennu, une opération de plusieurs heures. Elle a déployé son bras robotique Touch-And-Go Sample Acquisition Mechanism (TAGSAM) de 3,35 mètres pour venir récupérer de petits échantillons.

« Toutes les données de télémétrie de l'engin spatial indiquent l'événement TAG exécuté comme prévu », affirme la NASA. La sonde a ensuite remis les gaz pour s’éloigner.

Il faudra attendre encore quelques jours avant de connaître la quantité de matière récupérée. Le retour sur Terre des échantillons est prévu pour 2023.

Contre la haine en ligne, François de Rugy a une solution

Sur France Bleu Loire Océan, le député LREM  plaide pour une nouvelle loi. Pour éviter la censure constitutionnelle, qui avait stoppé le bulldozer du premier texte, il n’est pas opposé à une réforme des textes fondateurs.

« S’il le faut, modifions pour cela la Constitution. Je suis sûr que les Français ne nous le reprocheraient pas » a-t-il déclaré. Il n’a par contre pas évoqué une réforme de la Convention européenne des droits de l’Homme. 

Contre la haine en ligne, il imagine aussi l’instauration d’un organisme « capable de prononcer des sanctions financières et ce sont les gens sanctionnés qui seraient obligés, s'ils voulaient les contester, d'aller devant un tribunal ». 

Une sorte de Hadopi contre la Haine avec des « contraventions immédiates qui seraient beaucoup plus dissuasives et efficaces à court terme pour les personnes menacées », expose-t-il, pince sans rire.

Clavier personnalisable Nemeio de LDLC : le Kickstarter bientôt lancé, un tarif public de 399 euros annoncé

Ce modèle compact, exploitant de l'e-Ink, avait fait grand bruit à l'occasion du CES 2019 mais ne s'était jamais concrétisé. 

Comme nous l'expliquions il y a quelques jours, on était sans nouvelle depuis les dernières publications du compte Twitter à l'occasion du CES 2020. Un financement participatif devait être lancé en juin dernier.

Peu après, ce compte a repris son activité pour évoquer le début de la campagne, le 9 novembre au soir. Laurent De La Clergerie est lui-même intervenu sur le service de micro-blogging pour en assurer la promotion. 

À cette occasion, il a apporté quelques détails sur le tarif attendu : « Au vu des coûts de fabrication actuel et suivant les volumes de fabrication, il devrait coûter 399 euros TTC lors de sa vente au public. Mais sera beaucoup moins cher lors du kick starter ». 

Firefox 82 améliore son Picture-in-Picture

La nouvelle mouture du navigateur ne va pas bouleverser vos habitudes, puisqu'elle se focalise essentiellement sur la mise en miniature des vidéos au sein d'une page, la fonctionnalité se voulant plus simple d'accès.

Les développeurs disent avoir revu la position et le look du bouton pour le rendre plus visible, un raccourci est également mis en place sur macOS, mais il est tout sauf simple : Option + Command + Majuscule + ]. 

Les performances auraient aussi été améliorées : 17 % de gain sur le temps de restauration d'une session, 20 % de mieux pour les sites exploitant les flexbox, l'ouverture d'une nouvelle fenêtre sous Windows 10 % plus rapide.

Pour le reste on a droit aux évolutions habituelles : correctifs de sécurité, extension de WebRender à plus de machines, accessibilité, etc. Les nouveautés pour les développeurs sont détaillées par ici.

Mises à jour Apple : iOS et iPadOS 14.1 sont disponibles, watchOS 7.0.3 pour les Series 3

Le fabricant vient de déployer une nouvelle version de son système d’exploitation pour les terminaux mobiles.

La principale nouveauté est « la prise en charge de la lecture et de l’édition de vidéos HDR 10 bits dans Photos pour iPhone 8 et versions ultérieures ». Il y a ensuite une douzaine de correctifs (notes de version)

Signalons au passage la version 7.0.3 de watchOS, spécialement pour les montres connectées Series 3. Elle corrige un problème de redémarrage intempestif. 

Apple et Google France auditionné au Sénat ce matin

La commission de l'aménagement du territoire et du développement durable entend en effet Sébastien Gros à 10h (responsable des affaires publiques de la société Apple France) et Floriane Fay à 11h30 (responsable des relations institutionnelles et politiques publiques de Google France).

Ces auditions se déroulent dans le cadre des « travaux sur l'empreinte environnementale du numérique en France ». Les deux géants s'exprimeront « sur les enjeux de sobriété des usages numériques, d'empreinte carbone des réseaux et centres de données et d'empreinte environnementale des terminaux ».

Node.js 15.0 est disponible

Comme prévu, la nouvelle version du runtime JavaScript vient d'être mise en ligne, six mois après la 14.x qui était une LTS (avec support jusqu'en avril 2023). 

Le moteur v8 passe à la version 8.6, les changements, détaillés dans ce billet de blog, sont nombreux. On pense notamment à QUIC ou à l'intégration de npm 7.

« L’anonymat » : fustigé par Gérald Darmanin, un bien « mauvais combat » pour Cédric OCrédits : Marc Rees (licence CC-BY-SA 3.0)

Dans un billet sur Médium, le secrétaire d’État juge la question de « l’anonymat », remise en exergue depuis l’attentat, comme « un très mauvais combat ». « On peut avoir une appréciation personnelle sur le courage de celles et ceux qui n’osent pas assumer leurs propos. Il n’empêche que ces personnes sont, la plupart du temps, non pas anonymes, mais simplement sous pseudonyme et que la police et la justice ont les moyens de les retrouver et de les sanctionner », rappelle Cédric O.

« Sans compter qu’une obligation d’identification serait non seulement aisément contournable, mais aussi juridiquement très incertaine ». Une petite initiation aux fondamentaux pas vraiment comprise par Gérald Darmanin hier soir sur BFM TV. « Les réseaux sociaux ne peuvent pas être la sauvagerie généralisée, le règne de l’anonymat, les menaces complaisantes à tout moment, relayées par des milliers de personnes » a estimé le ministre de l’Intérieur. 

« Il faut absolument que les plateformes en soient responsables. Elles sont responsables des contenus éditoriaux si j’ose dire (…), elles font de l’argent avec nos données. Elles doivent la responsabilité qui va avec l’argent ». Une succession d’erreurs liée soit à une profonde ignorance soit à une stratégie de manipulation : les réseaux sociaux ne sont pas le règne de l’anonymat comme l’a expliqué Cédric O.

Et ce n’est pas parce que ces entreprises « font de l’argent » avec nos données que leur statut d’hébergeur peut être remis en cause. Le point a été plusieurs fois posé par la Cour de justice de l’Union européenne, sur le socle de la directive sur le commerce électronique de 2000. 

Shopper Panel : Amazon achète des données de tickets de caisse extérieurs à sa boutique

Le revendeur commence par un « triste » constat : « En fait, Amazon ne représente que 4% des ventes au détail américaines ». Pour améliorer sa connaissance du marché, il se propose de payer certaines personnes pour récupérer leurs tickets de caisse et répondre à des sondages.

La société affirme évidemment qu’il « regroupera et anonymisera les informations que les volontaires choisissent de partager. Il les utilisera pour améliorer la mesure et la pertinence des publicités […] ainsi que pour améliorer la sélection de produits et de contenus sur Amazon ».

Bref, Amazon veut payer pour récupérer des données afin de mieux vendre sa publicité et renforcer sa position de revendeur proposant des produits mieux adaptés. En échange, il « offre aux participants la possibilité de gagner plus de 10 $ par mois ». De quoi relancer le débat sur la commercialisation de nos données en France ?

La participation à Amazon Shopper List n’est pour le moment possible que sur invitation pour les volontaires intéressés outre-Atlantique. Tous les détails se trouvent par ici.

Parallels Desktop permet de lancer Windows sur certains appareils Chrome OS

La fonctionnalité semble réservée à la gamme Enterprise des Chromebooks, HP étant annoncé comme seul partenaire pour le moment. 

L'idée est de permettre d'utiliser des applications Windows depuis le système d'exploitation de Google.

On peut néanmoins se demander pourquoi virtualiser l'OS de Microsoft pour l'utiliser dans un navigateur Chrome alors que l'inverse est tout de même bien plus simple… 

Vivo débarque officiellement dans plusieurs pays européens, dont la France

« Nous y sommes enfin ! On arrive en France, Allemagne, Pologne, Espagne et Royaume-Uni », lâche le fabricant dans un tweet. Son siège européen est installé à Düsseldorf (Allemagne) et « compte actuellement plus de 70 personnes de 16 nationalités différentes ».

L’entreprise revendique plus de 10 500 personnes, ces centres sont spécialisés dans la R&D » et elle clame son indépendance par rapport à OnePlus, Oppo et BBK Electronics, comme le rapporte Frandroid. Vivo en profite pour annoncer son  X51 5G, « qui met l’accent sur une caméra principale gimbal : intégrant un système mécanique innovant de stabilisation d'image pan-tilt, ce procédé permet une capture très fluide des images et des vidéos, aussi bien en mouvement que dans des situations de faible luminosité où une main ferme fait la différence entre un plan clair ou flou ».

Nous avons également droit à la série Y avec les « Y70, Y20 et Y11, qui ont fait l’objet d’une attention particulière en ce qui concerne la batterie, le design et les caractéristiques des appareils photo ». Les smartphones seront disponibles à partir du 30 octobre, de 199 (Y20) à 799 euros (X51). Enfin, il est aussi question de « deux séries d'écouteurs sans fil » avec Google Assistant intégré. 

Aux États-Unis, six agents du renseignement russe inculpés pour des cyberattaques mondiales

Ils « sont accusés d’avoir mené la série d’attaques informatiques la plus destructrice et perturbante jamais attribuée à un seul groupe », indique le ministre adjoint de la Justice John Demers, comme le rapporte l’AFP.

Selon l’acte d’accusation, ils sont accusés d’avoir lancé une attaque contre le réseau électrique d’Ukraine, mais aussi d’avoir soutenu « une opération de piratage et de fuites dans les jours précédant les élections françaises de 2017 ».

Nos confrères ajoutent qu’ils sont « également soupçonnés d’avoir mené l’attaque mondiale au logiciel malveillant NotPetya […] En 2018, ils sont soupçonnés d’avoir pris part à des campagnes d’hameçonnage contre les Jeux olympiques d’hiver en Corée du Sud ».

Bref, de gros poissons selon les autorités américaines. Le responsable du département de la justice ajoute : « Aucun pays n’utilise ses armes informatiques de manière aussi nuisible et irresponsable que la Russie, causant des dommages sans précédent pour poursuivre de petites avancées tactiques et satisfaire des accès de colère ».

Par contre, « les chances de voir ces agents un jour jugés sont toutefois presque inexistantes », précise Courrier International. En effet, les agents sont probablement toujours en Russie et la possibilité d’arrestation et d’extradition est très faible.

Il s’agit donc ici surtout de faire du « name and shame ».

Netflix : 2,2 millions d’abonnés supplémentaires, un bénéfice net de 790 millions de dollars

C’est un « petit » troisième trimestre pour la plateforme de streaming, mais ce résultat était attendu, la société avait déjà prévenu à plusieurs reprises.

En effet, après un très bon second trimestre avec plus de 10 millions de nouveaux abonnés payants – le confinement ayant poussé des gens à s’abonner plus tôt que prévu dans certains cas –, la croissance est bien moins importante. 

« Au cours des neuf premiers mois de l’année, nous avons ajouté 28,1 millions d'abonnements payants, ce qui dépasse les 27,8 millions de l'ensemble de 2019 », indique Netflix.

Le chiffre d’affaires est de 6,436 milliards de dollars (+22,7 % sur un an), contre 6,148 au trimestre précédent. Le bénéfice net est de 790 millions de dollars, en hausse de 70 millions de dollars sur trois mois.

Haine : la lutte contre les sites miroirs revient, dans la lignée de la loi AviaCrédits : Robert van den Eijk/iStock/ThinkStock

Dans son billet, Cédric O indique qu’une disposition sera intégrée au projet de loi contre le séparatisme pour permettre « au juge de bloquer non seulement un site donné mais également l’ensemble de ses réminiscences, quels que soient les noms ou extensions sous lesquels il réapparait ».

Cette lutte contre les sites (et contenus) miroirs souffre de « l’inadaptation de notre corpus législatif », au point de générer une « aberration ». Ainsi selon lui, « il faut des mois de procédure pour bloquer un site faisant l’apologie de contenus ouvertement djihadistes, antisémites ou xénophobes… qui réapparaîtra quelques minutes plus tard avec exactement le même contenu et même le même nom, mais une extension différente (de xxxxx.fr à xxxxx.abc par exemple) ». 

« Il faut, à nouveau, des mois de procédure pour arriver au même jeu du chat et de la souris, avec un énorme avantage pour cette dernière ». Une difficulté qu’est parvenue à contourner le secteur de la propriété intellectuelle. Pour introduire cet article, ils pourront s’inspirer de la loi Avia, qui contenait déjà un dispositif équivalent.

L’article 8 autorisait l'administration à demander aux opérateurs d'empêcher l'accès à des sites reprenant un contenu déjà jugé illicite.  Par un effet domino, la mesure avait été toutefois censurée dans la décision d’inconstitutionnalité du cœur de la loi Avia. Le gouvernement devra donc la restructurer pour éviter un sort similaire.

Lors des questions au gouvernement, Éric Dupont-Moretti a ajouté que les mesures prochaines viseront à accélérer d’une part « l’identification et le blocage des sites et des comptes haineux » et d’autre part, « la réponse pénale ».  Cette réponse sera professionnalisée « par un traitement centralisé ».

Comment ? Par l’installation du parquet numérique spécialisé, rare survivant de la loi Avia largement censurée pour atteinte à la liberté d’expression. 

La Suède bannit Huawei et ZTE pour les déploiements de la 5G

Cette annonce arrive alors que le pays doit mettre aux enchères des fréquences le mois prochain, comme le rappel Reuters.

Selon l’autorité suédoise des télécoms (PTS) reprise par nos confrères, « ces conditions font suite aux évaluations des Forces Armées et du service de sécurité suédois ». Les équipements Huawei et ZTE seront donc interdits de séjour en 2025.

Pour rappel, le Royaume-Uni a déjà banni Huawei de ses réseaux 5G, avec une date butoir en 2027.