LeBriefdu 3 décembre 2020
À qui profitent les PC portables offerts aux lycéens ?Crédits : acob Ammentorp Lund/iStock

Depuis la rentrée, le conseil régional d’Île-de-France a entrepris d’offrir des ordinateurs à tous les élèves de seconde. Trois mois après, élèves, parents et professeurs ont raconté à Mediapart le déploiement difficile de cette opération. L’opposition dénonce un coup de communication de Valérie Pécresse, présidente du conseil régional.

Censée « pulvériser la fracture numérique », pour reprendre les termes utilisés par Valérie Pécresse, l'opération a permis la distribution de 150 000 ordinateurs depuis septembre 2019, dont 108 000 depuis la rentrée de septembre, pour un investissement de 116 millions d'euros. Et 70 000 autres devraient être livrés en janvier.

Un échange de courriels, que Mediapart a pu consulter, illustre le sentiment général. Un référent informatique explique en effet qu'il serait « assez partant pour les renvoyer tous en bloc à cause du “bug #1” : ordinateurs bridés ; bios protégé ; OS [système d’exploitation – ndlr] médiocre, payant, non respectueux de la vie privée. On sent que Valérie Pécresse n’a pas lu “Les enfants ne savent pas se servir d’un ordinateur et vous devriez vous en inquiéter” », en référence à un article de blog dans lequel un professeur anglais expose sa vision du numérique à l’école.   

Parmi les difficultés, la question de la connexion à Internet revient avec récurrence. Les témoignages recueillis par Mediapart vont quasiment tous dans le même sens. « Les salles sont connectées au réseau Internet du lycée mais celui-ci est sécurisé et les élèves n’y ont pas accès, note un professeur de maths. C’est normal mais il n’y a pas d’alternative. »

Des élèves ont trouvé une parade : ceux qui ont des forfaits avec Internet partagent leur connexion avec quelques-uns de leurs camarades. Ce sont donc les lycéens, ou une partie d’entre eux, qui payent l’accès aux manuels scolaires, ironise Mediapart.

« L’autre souci, c’est que les ordinateurs se déchargent hyper vite, explique une lycéenne. On les utilise pour un ou deux cours et puis ils s’éteignent. » Or, dans les lycées franciliens de 2020, les prises se font rares et l’accès à l’électricité est précieux. 

Sur le fond, beaucoup contestent le choix politique qui a été fait d’équiper tous les élèves. « Nous, on pense plutôt que cette politique devrait s’adapter aux besoins, dit Mathieu Devlaminck de l’Union nationale des lycéens (UNL). Une étude que nous avons menée l’an dernier montrait que 25 % des élèves n’avaient pas d’ordinateur personnel. En donner à 100 %, aujourd’hui, un peu à tire-larigot, ce n’est pas une bonne idée. » 

L’opposition régionale voit dans le choix de Valérie Pécresse une manœuvre opportune, à quelques mois des élections régionales (prévues mars mais qui devraient être reportées en juin). Quand ils allument leur ordinateur pour la première fois, les élèves voient en effet s’afficher une vidéo de la présidente de Région.

Sur fond d'espionnage industriel et technologique, 1 000 chercheurs chinois quittent les États-Unis

Ces départs s’inscrivent « dans le cadre d’une répression des vols présumés de technologies », explique Reuters.

« Les chercheurs avaient quitté le pays après que le département a lancé plusieurs enquêtes criminelles contre des opérateurs chinois pour espionnage industriel ou technologique », ajoutent nos confrères, en se basant sur  des déclarations de John Demers, du département américain de la Justice. 

William Evanina, patron de l’unité de contre-espionnage de l’agence nationale du renseignement, ajoute que des agents chinois ciblaient déjà le président élu Joe Biden ainsi que ses proches collaborateurs.

SpaceX : Elon Musk prévoit un vol vers Mars en 2022, puis avec des humains dans 4 ou 6 ans

C’est une nouvelle fois Elon Musk qui est monté au créneau pour parler des plans de SpaceX pour l’avenir.

Il prévoit ainsi d’envoyer une première fusée vers Mars en 2022, lors du prochain alignement favorable des deux planètes, comme le rapporte TechCrunch. Après quoi, des humains pourraient prendre place pour un voyage dans quatre ou six ans… « avec un peu de chance ». Pour rappel, Mars et la Terre sont au plus proches l’une de l’autre tous les deux ans environ.

Ce n'est pas la première fois qu’Elon Musk donne ce calendrier, c’est exactement le même que celui dévoilé lors de l’annonce de la fusée BFR il y a trois ans, qui a depuis été renommée Starship. Pour rappel, le prototype SN8 doit réaliser un premier essai de vol à haute altitude ces jours-ci.

Vérification d'identité en ligne : l’ANSSI partage le brouillon de son référentiel, Beauvau ses exigences

Le besoin de disposer de services de vérification d’identité à distance s’est accru en France et en Europe au cours des dernières années et a été mis en lumière directement par la crise sanitaire, explique l’ANSSI. Elle vient donc de lancer un appel à commentaires au sujet de son nouveau référentiel pour les prestataires de vérification d'identité à distance (PVID). 

L’usurpation d’identité est la principale menace lors d’une vérification d’identité, qu’elle ait lieu en face-à-face ou à distance, précise l'agence en charge de la cybersécurité. Un service de vérification d’identité à distance est donc exposé aux mêmes risques qu’une vérification d’identité en présentiel, mais également, de par sa nature, à des risques spécifiques (manipulation numérique des images (deepfakes), injection de données frauduleuses, tentatives répétées et massives d’usurpation, utilisation de masques…).

À la suite du recueil et de la prise en compte des commentaires, l’ANSSI publiera une première version applicable du référentiel le 1er mars. Valorisé à terme par un visa de sécurité ANSSI, il permettra d’identifier les prestataires fournissant un service de vérification d’identité à distance avec un niveau de garantie substantiel ou élevé.

L’agence rappelle par ailleurs qu’aucun prestataire de service n’a pour le moment été certifié ou ne peut se prévaloir d’une garantie de future certification au titre de ce référentiel.

Hasard ou coïncidence, le ministère de l'Intérieur, de son côté, vient de lancer un nouveau marché de 6 millions d'euros de fourniture d'une solution de comparaison de photo et de vérification d'identité à distance, en prévision du futur Système de Gestion de l'Identité Numérique (SGIN, voir Identité numérique : Alicem a le seum). Les postulants ont quant à eux jusqu'au 5 janvier 2021 pour envoyer leurs offres.

Twitter supporte les clés 2FA physiques pour ses applications Android et iOS

Fin mai 2019, Twitter annonçait le support de WebAuthn, comme évolution du standard U2F. le service s’ouvrait alors les portes d’un plus grand nombre de clés physiques, comme celles de Yubico ou les Titan de Google.

Depuis hier soir, ce support est élargi aux appareils mobiles sous Android et iOS. Twitter n’explique pas vraiment la procédure, le lien donné n’évoquant que l’activation sur ordinateur. 

La méthode y ressemblera cependant. Il faut simplement s’assurer que la clé achetée est bien compatible avec les appareils mobiles, par exemple via un port USB-C ou du NFC.

Yubico, qui surveillait cette arrivée, a publié dans la foulée une vidéo pour annoncer la bonne nouvelle. On peut y voir un utilisateur brancher une clé ou s’en servir en NFC pour s’authentifier sur son appareil.

Le constructeur propose d’ailleurs une remise de 10 dollars pour « fêter » l’évènement. Elle court jusqu’au 9 décembre et s’obtient par le code « TWITTER10 » à la validation du panier. 

Orange (Marine) lance la construction d’un nouveau navire câblier

L’opérateur explique que « ce sera le premier navire de sa génération conçu spécifiquement pour la réparation des câbles sous-marins, que ce soit des câbles de télécommunications à fibre optique ou des câbles d’énergie reliant des éoliennes offshore ».

« Tout a été pensé pour réduire son empreinte environnementale, ce qui conduira à une réduction de 20 % des émissions de CO2 et de 80 % des émissions d’oxyde d’azote par rapport au Raymond Croze », ajoute la société.

La construction a été confiée au chantier naval Colombo Dockyard, au Sri Lanka, « assisté du norvégien Vard spécialisé dans la conception des navires spéciaux ». Le lancement est prévu pour le 1er semestre 2023. 

Libra change de nom pour devenir Diem, afin de « renforcer son indépendance »

En juin 2019, Facebook annonçait officiellement sa cryptomonnaie Libra et son portefeuille Calibra, avec une forte levée de boucliers de certaines institutions, notamment en Europe.

Un an et demi plus tard, aucun des deux noms n’est resté. Le portefeuille Calibra est devenu Novi en mai, et c’est désormais au tour de l’association Libra de changer de nom pour Diem (« journée » en latin).

Pour l'association, c’est « un nouveau jour pour le projet », mais qui ne va pas au-delà du nom : « Diem continuera de poursuivre sa mission de construction d'un système de paiement sûr, sécurisé et conforme qui donne le pouvoir aux personnes et entreprises du monde entier ».

Alors qu’elle est en attente des autorisations de la part des régulateurs, le nouveau nom permet d’appuyer sur l’indépendance de l’association face à Facebook. Selon Bloomberg, la cryptomonnaie serait baptisée Diem dollar.

Soyouz met en orbite le satellite d’observation de la Terre Falcon Eye

Après l’échec de la mission VV17 avec un lanceur Vega, Arianespace renoue avec le succès suite au lancement réussi d’une fusée Soyouz (VS24) depuis le Centre spatial guyanais. Un lancement retardé à cause des conditions météorologiques.

Il emportait Falcon Eye, « le satellite optique d’observation de la Terre à très haute performance, lancé au profit des forces armées des Émirats arabes unis ». Il est fabriqué par Airbus Defence and Space et Thales Alenia Space.

Vivaldi 3.5 pour Android supprime les données à la fermeture

La nouvelle mouture du navigateur mobile propose plusieurs petites nouveautés liées à la vie privée.

D’une part, à l’instar d’Edge, il peut maintenant effacer tout ou partie des données à la fermeture. Il faut se rendre dans Réglages > Vie privée pour activer la fonction. On pourra alors choisir d’effacer l’historique, les cookies et données du site, le cache ainsi que les onglets ouverts.

D’autre part, Vivaldi propose en option de couper la diffusion de l’adresse IP en WebRTC. Bien que la vie privée s’en trouve un peu plus protégée, l’éditeur prévient : sans adresse IP, les connexions WebRTC auront de moins bonnes performances, et certains services pourraient même présenter des incompatibilités. L’option existait déjà dans la version pour ordinateurs.

Du nouveau également pour le classement des Notes et signets. On peut ainsi réorganiser les premières selon différents critères – titre, date de création, contenu… – ou manuellement. Pour modifier l’ordre, il suffira de cliquer sur l’icône dédiée en haut à droite, juste après la loupe. Même chose pour les signets.

Android 11 chez Samsung : top départ pour les Galaxy S20, le reste au fil des sept prochains mois

Les utilisateurs américains de Galaxy S20 UW, Galaxy S20+ 5G et Galaxy S20 Ultra 5G ont accès à la dernière révision majeure d’Android, accompagnée par la nouvelle version de la surcouche maison, One UI 3.0. Du moins s'ils sont clients de Verizon.

C’est Android Police qui a le premier remarqué que l'opérateur avait ajouté trois pages de support, une pour chaque appareil. L’opérateur téléphonique y décrit à chaque fois le contenu de la mise à jour, notamment les principales fonctions d’Android 11. Cette disponibilité marque le coup d'envoi pour le système chez Samsung.

Les Galaxy S20 sont donc les premiers servis, mais en fonction du modèle que vous possédez, il faudra être plus patient. TizenHelp a récupéré le calendrier de déploiement pour l'Égypte. Les dates peuvent un peu varier, mais elles donnent un bon aperçu de ce qui attend les utilisateurs.

En janvier, ce sera donc au tour des Galaxy Note 10 (Plus), S10 (Plus/Lite), Z Fold 2, Z Flip et Note 20 (Ultra). Le Galaxy Fold devra attendre février, tandis que les modèles plus moyen de gamme n’auront rien avant mars. Ce sera par exemple au tour des Galaxy Tab S7, Note 10 Lite (oui, deux mois après les deux autres variantes), A51, M31, M30S et M21.

Ce soir, une conférence « grand public » sur le 3e catalogue du satellite Gaia, chargé de cartographier l’Univers

La publication du deuxième catalogue contenait un nombre impressionnant de données : vitesse, position et température de 1,7 milliard d'étoiles, rien que ça.

La troisième fournée arrive, avec EDR3 (Gaia Early Data Release 3). Une « conférence grand public » organisée conjointement par le CNES, le Laboratoire d’Astrophysique Bordeaux (LAB), l’Observatoire de la Côte d’Azur (OCA), l’Observatoire de Paris et l’Institut UTINAM/OSU Theta sera diffusée ce soir, à partir de 21h.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !