Les smartphones à l'IFA 2018 : Android Go et One, pour les joueurs, avec caméra rétractable...

Et des cartes SD résistantes 9
Accès libre
image dediée
Crédits : Manuel-F-O/iStock
Téléphonie
Sébastien Gavois

À l'IFA, LG et Motorola présentaient des smartphones Android One, tandis qu'Archos et Alcatel misaient sur Android Go. BlackBerry descendait d'un cran avec son KEY2 LE, contrairement au Xperia XZ3 de Sony avec de l'OLED. Le salon était également l'occasion de parler 5G, smartphone pliable d'intelligence artificielle, etc.

Cette année, Android Go et One étaient à l'honneur chez plusieurs fabricants à l'occasion de l'IFA de Berlin, mais pas chez HTC qui a décidé de s'en passer sur le U12 Life. On remarque par contre qu'Android 9 Pie n'est encore que trop rarement proposé sur les nouveaux terminaux mobiles.

Des terminaux mobiles d'entrée de gamme à moins de 100 euros ont ainsi été présentés, mais aussi de nombreuses références sous les 400 euros. Des modèles dépassant cette limite existent évidemment toujours, mais ne sont pas majoritaires, loin de là même.

Notre dossier sur l'IFA 2018 de Berlin 

Des smartphones Android One chez LG et Motorola

LG profitait du salon berlinois pour présenter deux nouveaux modèles : les G7 One et G7 Fit. Comme son nom l'indique, le premier exploite Android 8.1 (Oreo) One, un programme de Google permettant de profiter d'une expérience « pure », avec des mises à jour de sécurité rapides. 

Il dispose d'un écran de HDR 6,1" (3 120 x 1 440 pixels) avec encoche, animé par un Snapdragon 835, 4 Go de mémoire vive et 32 Go de stockage. Un lecteur de cartes microSDXC permet de grimper jusqu'à 2 To supplémentaire si besoin. Des caméras de 16 et 8 Mpixels sont proposées respectivement à l'arrière et à l'avant.

Pour le reste, nous avons du Wi-Fi 802.11ac, Bluetooth 5, NFC, USB Type-C, Quad DAC reconnaissance faciale, lecteur d'empreintes digitales, batterie de 3 000 mAh avec Quick Charge 3.0, certification IP68, etc.

De son côté, le G7 Fit reprend une bonne partir des caractéristiques techniques du G7 One, dont son écran avec encoche. Il est par contre animé par un Snapdragon 821 avec 32 Go de stockage (64 Go pour le G7 Fit+), tandis que le Bluetooth n'est plus qu'en 4.2 LE. Pour les prix et la disponibilité, on repassera.

Motorola répondait également présent avec le bien nommé Motorola one. Plus entré de gamme, ce smartphone dispose d'un écran de 5,9" (HD+, format 19:9) avec un Snapdragon 625 et 4 Go de mémoire vive. Deux capteurs optiques de 13 Mpixels sont intégrés à l'arrière et un de 8 Mpixels pour les selfies. 

Android 8.1 (Oreo) est de la partie, mais le fabricant annonce que son « Motorola one sera parmi les premiers smartphones à être mis à jour en Android 9 Pie », sans plus de détails sur le calendrier pour l'instant. Le smartphone sera disponible mi-octobre en France, pour 299 euros.

LG G7 OneLG G7 FitMotorola One
LG G7 One et G7 Fit, Motorola One

Avec le U12 Life, HTC fait l'impasse sur Android One

Le U12 Life est un smartphone de 6" avec une dalle 18:9, mais sans encoche cette fois-ci. Niveau design, le fabricant met en avant « une double finition » à l'arrière : sur la coque en verre une partie comprend des rayures afin de faciliter la prise en main. Sur ce point, le U12 Life n'est donc pas sans rappeler les Pixel de Google.

Pour le reste, c'est assez classique et dans la lignée d'un smartphone « Life » de HTC visant le milieu de gamme : Snapdragon 636, 4 Go de mémoire vive, 64 Go de stockage, deux appareils photo de 16 et 5 Mpixels à l'arrière, 13 Mpixels à l'avant, batterie de 3 600 mAh, etc. La prise jack absente du U11 Life est de retour, en plus de l'USB Type-C. Toutes les caractéristiques techniques sont disponibles sur cette page.

Nous remarquons également que le U12 Life exploite Android 8.1 et pas Android 9 Pie, mais surtout qu'il ne s'agit pas d'Android One. C'était pourtant le cas du U11 Life ou HTC vantait « la meilleure expérience proposée par Google ». HTC n'explique pas les raisons de son choix. Il sera vendu en octobre à partir de 349 euros.

LG U12 Life

Android Go avec les Archos Access 57 et Alcatel 1 

Archos mise de son côté sur Android Go, une version du système d'exploitation spécialement pensée pour les smartphones d'entrée de gamme, équipés avec peu de mémoire vive (1 Go ou moins). C'est le cas du Access 57 du fabricant français, qui exploite un SoC Spreadtrum SC9832E (quatre cœurs à 1,4 GHz).

La version 3G du smartphone dispose de 8 Go de stockage, contre 16 Go pour la 4G. L'écran de 5,7" affiche 960 x 480 pixels, des caméras de 8 et 2 Mpixels sont présentes, ainsi qu'une batterie de 2 400 mAh. Bref, de l'entrée de gamme à tous les niveaux, pour un smartphone vendu à partir de 79,99 euros en version 4G, dès le mois d'octobre.

Le fabricant profitait également du salon pour exposer son smartphone et sa tablette Junior. Ils avaient déjà été annoncés en avril dernier et sont tous les deux spécialement pensés pour les enfants. Un an d'abonnement à la solution de contrôle parental Qustodio Premium est incluse (à partir de 3,58 euros par mois ensuite).

Comme sur l'Access, il faudra se contenter du minimum : écran de 5" (854 x 480 pixels) pour le smartphone, 10,1" pour la tablette (1 024 x 600 pixels) avec un SoC quatre cœurs (respectivement Spreadtrum SC7731C à 1,2 GHz et Mediatek MT8321 à 1,3 GHz) et 1 Go de mémoire vive. Les caractéristiques techniques du Junior Phone se trouvent par ici, tandis que celles de la Junior Tablet sont par là. Le tarif des deux produits est le même : à partir de 79,99 euros.

TCL, qui commerciale les smartphones Alcatel, présente son 1. Il n'est pas sous Android One comme son nom pourrait le laisser penser, mais sous Android Go (8.1, Oreo). Petit frère de l'Alcatel 1X dévoilé à l'occasion du MWC de Barcelone, il ne propose qu'un écran de 5" de 960 x 480 pixels (5,3" et même définition pour le 1x). Visant le même marché qu'Archos, il est annoncé au même tarif de 79 euros.

Alcatel 1Archos Access 57

Tablette Alcatel 3T 8 sous Android Go et smartphone 3L de 5,5" à 119 euros

Le fabricant avait aussi dans ses cartons une tablette sous Android Go : la 3T 8. Il ne s'épanche pas sur ses caractéristiques techniques, tout juste savons-nous qu'un modem 4G sera de la partie. Sur les 16 Go de stockage présent, il reste 12,7 Go disponibles pour l'utilisateur (les 3,3 Go restants sont utilisés par Android Go). Enfin, la batterie sera de 4 080 mAh. La disponibilité est prévue pour la fin de l'année, pour un prix de 119 euros.

L'Alcatel 3L est le nouveau venu dans la déjà grande famille des « Alcatel 3 ». Il est disponible à partir de ce mois de septembre pour 119 euros. Nous avons un écran de 5,5" (1 440 x 720 pixels) avec un SoC MT6739 (quatre cœurs), 2 Go de mémoire vive et 16 Go de stockage, extensibles jusqu'à 128 Go via une carte microSD. 

De la reconnaissance faciale est de la partie, mais il ne faudra pas en attendre davantage, il n'y a par exemple pas de lecteur d'empreintes digitales. Idem du côté de la connectivité : Wi-Fi 802.11n et Bluetooth 4.2 seulement. Bref, un smartphone d'entrée de gamme, avec une version d'Android non précisée.

 Alcatel 3T 8Alcatel 3L

Trois smartphones Neffos (TP-Link) : deux sous les 200 euros, un avec vidéoprojecteur

Neffos, une marque de TP-Link, n'était pas venue les mains vides. Trois smartphones avaient fait le déplacement : les X9, C9 et P1. Les deux premiers viendront épaulé le C9A déjà vendu en France depuis quelques semaines pour 109,99 euros grâce à une offre de remboursement de 30 euros.

L'écran du Neffos C9 est un peu plus grand que celui du C9A (5,99" au lieu de 5,45"), mais toujours avec la même définition de 1 440 x 720 pixels, bien faible pour cette diagonale. S'agissant d'un modèle d'entrée de gamme, il est animé par un SoC MTK6739WW (quatre cœurs à 1,5 GHz) avec 2 Go de mémoire vive, 16 Go de stockage (extensibles via une carte SD) et une batterie de 3 840 mAh.

Le Neffos X9 reprend le même écran faiblard, mais avec un SoC plus nerveux équipé de huit cœurs (MT6750). La mémoire vive grimpe à 3 Go pour la version 32 Go de stockage ou 4 Go avec 64 Go (extensibles via une carte SD). Il intègre enfin un lecteur d'empreintes. La batterie est par contre bien plus faible avec 3 060 mAh seulement.

Les Neffos C9 et X9 seront disponibles d'ici la fin de l'année pour 159,90 et 199,90 euros respectivement, avec Android 8.1 aux commandes.

Neffos C9Neffos X9
Neffos C9 et X9

Enfin, le fabricant (re)présentait son Neffos P1 avec vidéoprojecteur intégré laser (trois couleurs, définition 720p, jusqu'à 200" de large, soit 5 mètres), qui avait déjà été annoncé cet été. Écran de 5,5" (1 920 x 1 080 pixels), SoC MT6750V (huit cœurs), 4 Go de mémoire vive et 64 Go de stockage (extensibles via une carte SD) sont de la partie.

La batterie affiche 4 040 mAh, suffisant pour projeter une vidéo pendant 4h selon le fabricant. Le prix n'est par contre pas détailé et on regrettera dans tous les cas qu'Android 7.0 seulement soit aux commandes. Rien n'est précisé concernant une mise à jour vers une version plus récente d'Android.

BlackBerry : un KEY2 Light Edition à partir de 399 euros

Petit frère du KEY2 présenté début juin, le KEY2 LE (Light Edition) se veut bien plus accessible : 399 euros avec 32 Go de stockage, au bien 429 euros avec 64 Go (non extensible). Pour rappel, le BlackBerry KEY2 avait été annoncé à 649 euros avec 64 Go de stockage (extensibles jusqu'à 256 Go).

Le KEY2 LE dispose d'un châssis légèrement plus petit (150,25 x 71,8 x 8,35 mm pour 156 grammes, contre 151,4 x 71,8 x 8,5 mm pour 180 grammes), mais toujours avec un écran de 4,5" (1 620 x 1 080 pixels) et quasiment le même clavier physique, mais la partie tactile des touches a été retirée. Sur le KEY2, elle permet de faire défiler une page ou une image via des glissements de doigt.

Le Snapdragon 660 laisse sa place à un Snapdragon 636, avec 4 Go de mémoire vive au lieu de 6 Go minimum. La batterie passe de 3 500 à 3 000 mAh, les capteurs optiques arrières de 12 + 12 à 13 + 5 Mpixels, contre 8 à 5 Mpixels sur la face avant. Le capteur d'empreintes digitales sur la barre espace est toujours présent. 

Enfin, la suite d'application BlackBerry est toujours là, ainsi que la Speed Key et Android 8.1 Oreo.

BlackBerry KEY2 LE

Écran HDR OLED et Android 9 pour le Sony Xperia XZ3 à 799 euros

Six mois après le Xperia XZ2 présenté lors du MWC de Barcelone, Sony revenait avec une troisième version à l'IFA de Berlin. L'écran est un peu plus grand avec 6" au lieu de 5,7" (toujours sans encoche), mais il exploite surtout une dalle HDR OLED de 2 880 x 1 440 pixels. Il est logiquement un peu plus encombrant et la batterie grimpe jusqu'à 3 300 mAh. 

La caméra de 19 Mpixels (avec pixels de 1,22 μm et mode super ralenti à 960 ips) reste présente à l'arrière, tandis que celle en façade grimpe de 5 à 13 Mpixels. Pas de changement non plus du côté du SoC (Snapdragon 845), de la mémoire vive (4 Go) et du stockage (64 Go, extensibles).

Android 9 Pie est aux commandes (un point suffisamment rare à l'IFA pour être noté) et le fabricant ajoute quelques fonctionnalités maison comme Side sense. En appuyant deux fois sur le côté du smartphone, elle propose une liste d’applications en fonction de vos habitudes, du lieu et de l'heure par exemple. Le tout bien évidemment avec une dose d'intelligence artificielle selon le fabricant.

Le Xperia XZ3 sera disponible en début octobre pour 799 euros, soit environ 100 euros de plus que le Xperia ZX2.

Sony Xperia XZ3

Mate 20 Lite à 399 euros : Huawei mise sur l'IA... 

En attendant les Mate 20 (Pro) qui seront présentés le 16 octobre, le fabricant profitait de l'IFA pour dévoiler le premier représentant de sa prochaine gamme : le Mate 20 Lite. Un SoC Kirin 710 et 4 Go de mémoire sont aux commandes. Contrairement au Kirin 980 (du prochain Mate 20) il n'intègre pas de NPU dédiée l'intelligence artificielle.

Ce n'est visiblement pas un souci quand la situation arrange la marque : « même en l’absence de NPU, l’appareil présente une amélioration drastique en termes de performances, d’autonomie et d’expérience photographique ». Lors de l'annonce du Mate 20 avec Kirin 980, la chanson sera certainement bien différente.

Quatre capteurs sont présents : deux à l'avant (24 et 2 Mpixels) et deux à l'arrière (20 et 2 Mpixels). Selon le fabricant, « le système intelligent alimenté par l’IA a étudié plus de 100 millions d’images pour être capable de reconnaître plus de 500 scénarios, répartis en 22 catégories ». L'IA comme nouveau crédo, une situation qui devrait empirer avec le Mate 20.

Pour le reste, le Mate 20 Lite dispose d'un écran de 6,3" (2 340 x 1 080 pixels), avec une encoche sur la partie supérieure et une batterie de 3 750 mAh. Les caractéristiques techniques sont disponibles par ici. Il est d'ores et déjà disponible pour 399 euros, mais avec Android 8.1 seulement alors qu'Android 9 Pie est déjà disponible. 

Mate 20 Lite

... en attendant les Mate 20 et Magic 2 avec Soc Kirin 980 (7 nm)

Le 16 octobre marquera non seulement le lancement des Mate 20 (Pro), mais également celui du nouveau SoC de Huawei : le Kirin 980. Comme l'A12 Bionic des nouveaux iPhone d'Apple (lire notre compte rendu), il est gravé en 7 nm et intègre 6,9 milliards de transistors. Apple et Huawei se battent d'ailleurs autour du titre de premier SoC 7 nm au monde.

Le Kirin 980 exploite deux « super cores » et deux « large cores » Cortex-A76, ainsi que quatre Cortex-A55 fonctionnant de concert grâce à la technologie Flex-Scheduling (une évolution de Big.LITTLE). Ainsi, en fonction de la demande, des cœurs performants ou avec une faible consommation sont utilisés. Un GPU Mali-G76, un ISP pour le traitement photo et vidéo et deux cœurs NPU pour la reconnaissance d'image via une intelligence artificielle sont aussi présents.

Le modem 4G est capable de grimper jusqu'à 1,4 Gb/s en téléchargement et 200 Mb/s en upload, tandis que le Wi-Fi monte jusqu'à 1,7 Gb/s grâce à la puce Hi1103 (via une largeur de bande de 160 MHz).

Kirin 980Kirin 980

Le Mate 20 ne sera pas le seul smartphone à profiter de ce SoC : il sera également présent dans le Magic 2 de Honor (brièvement présenté lors de l'IFA). Comme les Vivo Nex et Oppo Find X, le fabricant propose un écran sans encoche occupant quasiment tout l'espace. Les capteurs sont relégués dans un tiroir coulissant (visiblement à actionner à la main).

Reste maintenant à connaitre le détail des caractéristiques techniques, mais aussi et surtout la robustesse du mécanisme, le prix et la disponibilité ; trois inconnues de taille.

Honor Play : un smartphone pour les joueurs, dès 329,90 euros 

Toujours avec sa marque Honor, Huawei profitait de l'IFA pour lancer son Play : « le premier d'une nouvelle série de produits » pensée pour les joueurs. Il reprend les grandes lignes du Honor 10 (notamment le SoC Kirin 970), avec un écran de 6,3" avec encoche (2 340 x 1 080 pixels, format 19,5:9), une batterie un peu plus grosse de 3 750 mAh et une définition des capteurs optiques revues à la baisse.

Le fabricant affirme que, grâce à la technologie Smart Shock, son Honor Play « est capable de reconnaître les scénarios de jeux : batailles d'équipe, utilisation de compétences spéciales, changements d’armes et tirs, etc. pour y associer un retour de vibration adapté comme sur une console de jeu ». La partie audio est également pensée pour les joueurs, avec un son en 3D.

Le smartphone exploite également la technologie GPU Turbo qui, selon les promesses du fabricant « apporte environ 60% d'amélioration des performances, 30% de réduction de la consommation d'énergie ».

Que ce soit pour GPU Turbo ou Smart Shock, il faudra pour le moment croire le fabricant sur parole : très peu de jeux exploitent la première fonctionnalité pour l'instant, tandis que la seconde n'est visiblement pas encore disponible et n'arrivera que plus tard via une mise à jour logicielle.

Le Honor Play est d'ores et déjà disponible pour 329,90 euros. On notera que les smartphones pour joueurs ont le vent en poupe chez les fabricants, notamment avec le Razer Phone et le ROG Phone (lire notre analyse), et le Razer Phone 2.

Sachez enfin que la technologie GPU Turbo n'est pas une exclusivité de ce smartphone, elle est également disponible sur le Honor 10 et 9 Lite. Elle est également prévue pour les Honor 9 et View 10, 8 Pro en novembre et 7x en décembre, via une mise à jour logicielle.

Honor Play

Caméra rétractable aussi chez Xiaomi, la 5G arrive

Xiaomi, en plein lancement de son Pocophone F1 lors de l'IFA, a publié un tweet avec des informations sur ses projets en cours. Il était notamment question d'un futur smartphone avec, là encore, un dos coulissant pour faire apparaitre les capteurs en façade. Il devrait s'agir du Mi Mix 3 et il arriverait en octobre. 

Sur  une autre photo,on peut voir ce même smartphone connecté à ce qui serait un réseau 5G. Donovan Sung, porte-parole et directeur de la production, affirme avoir « testé avec succès une connexion 5G sur des téléphones Xiaomi », sans plus de détails. Il n'y a de toute façon pas d'urgence, l'ouverture des réseaux commerciaux n'est pas prévue avant 2020 en France.

Xiaomi IFAXiaomi IFA
Crédits : Donovan Sung ‏sur Twitter

Samsung confirme son smartphone pliable pour 2018

L'annonce d'un smartphone pliable chez Samsung en 2018 n'est pas surprenante puisqu'elle avait déjà été faite au début de l'année, lors de la publication des résultats trimestriels. DJ Koh, président de la division mobile, enfonce le clou et affirme à CNBC qu'il est « temps de proposer » ce genre de produits, promis depuis des années.

Il sera possible de l'utiliser pliée « la plupart du temps » et le déplier uniquement dans certains cas. Mais alors, « quelles différences avec une tablette ? » se demande le dirigeant. Pour DJ Koh, l'usage d'un smartphone pliable doit être différent et Samsung travaille justement sur cette question avant le lancement de son produit.

Il n'en dira pas davantage, si ce n'est que « chaque appareil, chaque fonctionnalité, chaque innovation doit avoir un message significatif pour le client final ». Il faut maintenant attendre la présentation officielle, qui pourrait avoir lieu en novembre prochain lors de la Samsung Developers Conference à San Francisco.

Des cartes (micro)SD très résistantes chez SanDisk et Sony

Les microSD permettent étendre la capacité des smartphones (entre autres). Western Digital profitait donc du salon de Berlin pour annoncer de nouvelles cartes SanDisk plus rapides et résistantes.  Il y a les Extreme PRO microSDXC UHS-I pour commencer, avec une capacité de 64 à 400 Go et des débits de 170 Mo/s en lecture et 90 Mo/s en écriture.

Elles grimpent jusqu'à 512 Go, avec les mêmes débits théoriques. Comme les microSD, elles résistent « à la température, à l'eau, aux chocs et aux rayons X », mais nous n'avons aucun détail supplémentaire sur les niveaux acceptés. 

Sony aussi présentait des cartes SD résistantes : les SF-G Tough, une évolution des SF-G. Elles sont étanches (certifiées IP68), résistantes aux rayons X et à la température, mais comme SanDisk nous n'avons pas plus de détails. Les débits sont par contre plus élevés : 300 Mo/s en lecture et 299 Mo/s en écriture. Les SD SF-G Tough seront disponibles en octobre.

SF-GTough Sony


chargement
Chargement des commentaires...