Tour d'horizon des agrégateurs RSS auto-hébergeables

Still alive 34
Accès libre
image dediée
Crédits : Leontura/iStock
Services
Guénaël Pépin

Les agrégateurs RSS à installer chez soi sont bel et bien vivants. Nous passons en revue sept de leurs représentants, montrant la diversité (parfois insoupçonnée) de ces outils. Leurs principales fonctions sont ici scrutées, des poids plume aux mammouths laineux.

Ces dernières semaines, nous avons passé en revue les principaux agrégateurs de flux RSS en ligne. Si les fonctions de base sont généralement les mêmes, chacun apporte sa pierre à l'édifice, de la polyvalence d'Inoreader aux fonctions d'équipe de Feedly, en passant par l'algorithme de tri des actualités de NewsBlur. Avec pour contrepartie la centralisation et des outils souvent limités dans leurs versions gratuites.

Ce tour ne serait pourtant pas complet sans parler des agrégateurs auto-hébergeables. La plupart sont de simples projets personnels, mais d'autres intègrent certaines fonctionnalités communes aux services centralisés. Dans cet article, nous nous concentrons sur sept outils en ligne, au code ouvert, dont le développement est toujours actif. Les critères : l'ajout et l'organisation des flux, la personnalisation de l'interface, les extensions et quelques éléments d'installation.

Notre dossier sur les lecteurs de flux RSS :

FreshRSS, entre légèreté et fonctions

D'apparence classique, FreshRSS fournit les fonctionnalités attendues d'un agrégateurs RSS complet : interface personnalisable, catégories et labels, recherche dans le contenu, API... Il a tout de même quelques surprises dans sa manche. L'outil fournit ainsi des filtres de contenus, n'affichant que les entrées contenant une certaine expression, et des notifications web, étonnamment rares dans notre sélection. Il est également l'un des rares à supporter les flux WebSub.

Il n'est pourtant pas le plus flexible, n'offrant par exemple pas de récupération simple du contenu original d'un article. Une option est certes disponible dans les paramètres de chaque flux (icône engrenage dans la liste), mais elle nécessite d'entrer manuellement le bloc HTML du contenu pour chacun. La fonction est volontairement cachée.

FreshRSS est un compromis entre facilité d'installation et capacités. Des extensions sont d'ailleurs disponibles. À l'avenir, ses concepteurs comptent faire de FreshRSS un système fédéré, avec des fonctions de tri automatique des flux, ce qui le mettrait au niveau de certains services hébergés (voir notre entretien).

FreshRSSFreshRSS statistiques

Leed, le lecteur web simple

Si vous cherchez un lecteur web minimal, avec défilement infini des entrées, Leed est un bon candidat. L'agrégateur brille par sa simplicité, à défaut d'offrir une interface travaillée visuellement. Il s'installe simplement sur un hébergement mutualisé, et peut gérer plusieurs utilisateurs.

Il ne fournit aucune vue par titres, chaque entrée est présentée avec le contenu du flux. Pas de recherche, ni de notification web ou de personnalisation de l'interface. Il liste simplement les articles mis en ligne, avec la possibilité de les mettre en favoris. Il est tout de même extensible, via des greffons disponibles sur GitHub, dont l'un lui adjoint une API REST. Seule une application officielle sur Android semble en tirer parti pour le moment.

La dernière version date de septembre, et un projet de branche 2.0 a été lancé. Incompatible avec la version actuelle, elle doit entre autres améliorer la sécurité et ajouter une cohabitation « officielle » de plusieurs utilisateurs.

Leed flux RSSLeed abonnements RSS

Miniflux, minimaliste mais compatible

Miniflux est l'agrégateur qui a lancé notre série en janvier (voir notre entretien). Il mise sur une interface simple et claire, avec une colonne centrale et un menu en tête de page web menant à l'ensemble de ses capacités. Comme Leed, Miniflux est conçu pour la lecture de flux et la sauvegarde d'articles à lire, ici avec un historique des pages lues. Pas de vue multi-panneaux, de filtres ou de fonction recherche, par exemple.

L'outil n'est pour autant pas si limité. Il intègre plusieurs mesures de protection de la vie privée, ainsi qu'une récupération du contenu original des articles, à activer pour chaque flux. Il s'appuie aussi sur l'API Fever, abandonnée mais répandue, pour se lier aux applications mobiles.

Une version hébergée est proposée, pour 15 dollars par an (avec 15 jours d'essai). Destinée aux aficionados, elle ne fournira pas les fonctions d'un Inoreader pour ce prix, mais satisfera peut-être ceux qui préfèrent un outil minimal libre. À noter que l'application est désormais distribuée comme un paquet classique. Contrairement à la première branche, Miniflux 2.0 n'est plus compatible avec les hébergements mutualisés.

Miniflux catégorie RSSMiniflux abonnements RSS

NewsBlur, la plateforme mammouth

NewsBlur est l'un des services clés en main analysés dans notre série. Comme FeedBin, son code est pourtant ouvert. C'est le mètre-étalon de cette sélection, tant ses fonctionnalités sont riches. Malgré une interface rude à appréhender, ses possibilités sont nombreuses. Sa principale différence est sa capacité à apprendre les préférences de l'utilisateur, qui indique quels flux, auteurs ou thèmes il aime ou rejette.

Service commercial oblige, il dispose d'une API et de ses propres applications. Il est aussi l'un des rares à proposer une interface personnalisable. L'installation requiert un serveur dédié et Elasticsearch, ce qui n'est pas à la portée de tous. S'il est complet, cet agrégateur n'est pas le plus limpide pour celui qui voudrait esquiver le service officiel.

 NewsBlur flux RSSNewsBlur flux RSS

Selfoss, l'agrégateur web utilisable sans configuration

À l'opposé de NewsBlur, Selfoss est sûrement le logiciel le plus simple à installer. Il suffit de déposer ses fichiers sur un serveur web (avec PHP) pour qu'il fonctionne. Aucun besoin de configuration, ni de compte utilisateur pour se lancer. L'internaute peut ajouter ses flux et démarrer ses consultations sans plus de procès. Les préférences sont stockées dans un fichier INI et une base SQLite, par défaut.

Selfoss est un lecteur simple, qui n'affiche pas le contenu mais renvoie directement vers le contenu en ligne. Il a tout de même un avantage : il permet de suivre des comptes sur plusieurs plateformes, dont Twitter. En triturant son fichier de configuration, il révèle quelques fonctions, dont la création d'un compte utilisateur. Il intègre aussi l'authentification à deux facteurs, via une application type Google Authenticator.

L'outil fournit en outre des favoris et une fonction de recherche, plutôt véloce. Des applications tierces pour Android et iOS sont également disponibles, tout comme une API.

Notez que l'import d'abonnements précédents demande de changer l'extension de son fichier OPML pour XML.

Selfoss RSSSelfoss RSS

Tiny Tiny RSS, le grand-père

On ne présente plus Tiny Tiny RSS, l'agrégateur auto-hébergeable de référence. Pour une installation bien plus simple que celle d'un NewsBlur, il fournit la majeure partie des fonctionnalités à attendre d'une telle plateforme. Il bénéficie entre autres de grandes capacités d'organisation des flux et de règles pour automatiser le tri des entrées, sans parler de ses extensions. Sans entrer dans un entrainement algorithmique, il permet une configuration minutieuse.

Il reste donc une valeur sûre, éprouvée et supportée par nombre d'applications tierces, avec l'une des interfaces les plus claires du lot. Par contre, il ne fournit pas la flexibilité d'installation d'un FreshRSS, esquivant officiellement les hébergements mutualisés. Un concurrent peut donc lui être préféré pour sa légèreté. Tiny Tiny RSS est utilisable sans installation, via l'une des instances déjà en ligne, comme Framanews.

 Tiny Tiny RSSTiny Tiny RSS

Winds 2.0, le prototype de lecteur RSS et podcasts

Fin mai, Getstream.io lançait son propre agrégateur libre de flux RSS, Winds 2.0. L'objectif : montrer les capacités de ses outils commerciaux, et agréger dans une interface unique les flux RSS et les podcasts. Winds 2.0 mise ainsi sur une interface au design épuré, avec une mise en images importante, pour présenter son contenu. Elle met tant que possible articles et podcasts en parallèle.

Malgré ses qualités plastiques, l'outil pèche pour l'utilisateur voulant être efficace, voire pour celui souhaitant une gestion des podcasts aussi fine que des services dédiés comme Pocket Casts. Pas de recherche dans les contenus, ou d'historique de lecture accessible pour les émissions. Il offre tout de même un avantage pour les flux RSS : la récupération automatique du contenu des articles, restitués en version texte.

Il devrait s'enrichir dans les prochains mois, un développeur étant dédié au projet.

 Getstream Winds 2.0 RSSGetstream Winds 2.0 RSS

Des outils libres aux fonctions divergentes

Ces agrégateurs, du projet personnel à la démonstration technique, sont pour la plupart moins complets que les services propriétaires, comme Feedly ou Inoreader. Parmi les principaux manques figurent des fonctions sociales (comme des statistiques et mises en avant unifiées d'articles), les outils d'automatisation (comme IFTTT ou Zapier), d'organisation (règles, labels, surlignage...), d'équipes, ainsi que la plupart des options d'interface.

Ces outils, à la difficulté d'installation variable, restent tout de même parfaitement utilisables pour une veille complète. La plupart n'ont rien à envier aux services payants de ce point de vue.

Voici un tableau de leurs principales fonctions :

Agregateurs RSS comparatif


chargement
Chargement des commentaires...