NewsBlur, l'agrégateur RSS qui ne montre que ce que vous voulez

Pépite, nous voilà 6
Accès libre
image dediée
Services
Guénaël Pépin

Face à l'intelligence artificielle d'un Google Actualités, NewsBlur propose d'entrainer à la main un agrégateur d'actualités ne mettant en avant que les articles que l'on souhaite. Mais il faudra en passer par une interface peu abordable.

La plupart des agrégateurs de flux RSS misent sur l'interface, les automatismes ou l'ouverture pour convaincre les internautes. Il est rarement question de toucher au contenu des flux d'actualités suivis, encore moins de supprimer des entrées. C'est pourtant ce que propose NewsBlur, le cinquième agrégateur de notre série d'analyses.

Fondé en 2009 aux États-Unis, NewsBlur ne brille pas par la clarté de son interface ou les options d'affichage. Par contre, il se démarque par la possibilité de dire ses préférences, en fonction d'un site, d'un auteur ou d'une expression, et quelques autres attentions aux vieux routards du domaine.

Notre dossier sur les lecteurs de flux RSS :

Une longue phase d'approche

Le premier contact avec NewsBlur, à l'inscription limitée à l'e-mail, peut être rude. L'assistant de démarrage est pourtant bien pensé. Il suggère des catégories de sites (anglophones) à suivre, ainsi que l'importation d'une liste existante via un fichier OPML. Une fois cette configuration passée, le site place toutes ses options sous les yeux de l'utilisateur, rendant l'identification visuelle de chaque élément difficile.

 NewsBlur RSS

L'agencement est classique, de gauche à droite : la liste des catégories et des flux, un panneau avec les articles de la catégorie sélectionnée, puis le contenu. Chaque entrée d'un flux peut être présentée via ce qu'en contient le flux, via une version texte de la page ou une intégration de la page en question.

À chaque flux, NewsBlur attribue une couleur (souvent chatoyante), censée faciliter son identification, mais rendant l'interface brouillonne au premier abord. Il faut donc de l'entrainement pour s'y retrouver. D'autant que les entrées de chaque catégorie sont présentées à la suite par défaut, donc avec des hauteurs variables. 

L'interface, chargée mais fonctionnelle, peut être réorganisée. La liste des entrées pour chaque flux peut être personnalisée (via le bouton « Style ») pour prendre toute la largeur de l'écran, apparaître en tête ou à la gauche de la page. Plusieurs vues sont proposées, en liste classiques, en grille (correspondant à la présentation « cartes » d'autres services. Comme d'habitude, l'option est réglable pour chaque catégorie et flux. La police et la taille des caractères, ainsi que la hauteur de ligne, sont aussi modifiables. Aucun autre thème n'est proposé.

C'est l'un des seuls sites à proposer un clic droit en version web. Un élément représentatif est le bouton « Marquer comme lu » de quelques pixels de haut. Un clic sur la minuscule flèche à côté déroule quatre options pour ne prendre que les entrées arrivées depuis un jour, trois jours, une ou deux semaines. Les habitués aimeront, mais il faut le découvrir.

Des raccourcis-clavier sont aussi disponibles, se limitant à l'appui sur un ou deux boutons par action. Plutôt pratique.

Le nettoyage des flux comme différence

Le but de cette interface est de fournir de nombreux accès en un clic à l'entrainement du service. Cliquer sur le nom d'un auteur l'ajoutera aux favoris, un second à ceux à éviter, un troisième reviendra à un statut neutre. Un clic droit sur une entrée permettra de sélectionner une expression dans le titre à favoriser ou rejeter. Des sites peuvent, eux, être mis temporairement en sourdine.

Tout cela alimente la vue « Focus », accessible via un bouton dédié (le petit point vert en bas de colonne droite en version web). Cet entrainement est manuel et uniquement alimenté par ses propres choix, non par ceux des autres utilisateurs. Dans leur FAQ, les concepteurs disent tout de même réfléchir à des moyens d'automatiser ces choix.

Cet entrainement peut être fastidieux (de l'aveu même des développeurs), mais NewsBlur aide les utilisateurs au premier démarrage. Une fois les sites choisis ou importés, des caractéristiques à favoriser ou rejeter (comme les auteurs) sont présentées. Il est bien sûr possible de passer outre et d'utiliser NewsBlur comme un agrégateur classique.

De ce point de vue, il réserve aussi quelques bonnes surprises, comme une catégorie dédiée aux sites mis à jour peu souvent. L'équipe la destine clairement aux blogs, effectivement noyés dans les flux des médias classiques et leurs dizaines de publications quotidiennes. La fonction est arrivée en décembre dernier.

Il est aussi possible d'intégrer les newsletters par e-mail. Chez son fournisseur, il suffit de transférer automatiquement ces messages vers une adresse fournie par NewsBlue, voire de s'abonner directement aux newsletters via celle-ci.

NewsBlur RSS entrainementNewsBlur RSS entrainement
L'entrainement au premier démarrage, puis en cliquant sur une entrée

D'autres fonctions habituelles sont aussi de la partie, comme la sauvegarde d'articles à lire plus tard (avec labels) ou un flux alimenté par les articles les plus partagés par les utilisateurs de la plateforme. Il est aussi possible de partager les entrées sur les réseaux sociaux ou sur le service lui-même, en important des amis (de Twitter ou Facebook) ou en les cherchant sur NewsBlur. Chaque utilisateur dispose de son « BlurBlog » visible par les autres, avec une possibilité (basique) de commenter l'article partagé.

Sur mobile, NewsBlur fournit sa propre application et une API pour les lecteurs tiers. L'application officielle est plutôt classique, si ce ne sont les notifications en temps réel, filtrables. Toutes les fonctions du site web sont présentes, notamment l'ajout de nouvelles sources.

Une version gratuite limitée, mais un outil open source

À la manière d'un Feedly ou The Old Reader, la version gratuite est utilisable mais limitée. L'nternaute ne pourra y suivre que 54 sites, sans recherche ni « vue texte », qui extrait directement le contenu depuis le site distant. NewsBlur a tout de même l'élégance, à l'importation d'un fichier OPML trop volumineux au premier démarrage, de présélectionner les flux à conserver en fonction de leur popularité chez les autres utilisateurs.

La formule payante est disponible pour 36 dollars par an, sans offre mensuelle. En plus de la recherche et de la sauvegarde d'articles, elle ouvre la voie à la lecture par catégorie (aussi interdite en version gratuite), des options de vie privée pour son « BlurBlog », et des flux RSS pour chaque catégorie. Les flux sont aussi chargés jusqu'à dix fois plus rapidement même si, comme d'habitude, le problème ne s'est pas posé lors de nos essais.

Notons que NewsBlur est un logiciel open source (sous licence MIT), comme Feedbin (voir notre analyse) ou Winds 2.0.

Cet agrégateur ne conviendra sûrement pas aux néophytes des flux RSS, ou à ceux qui privilégient une interface lisible au nombre de fonctionnalités. De même, il ne convaincra pas ceux qui cherchent une brique dans un workflow professionnel, comme Feedly ou Inoreader. Par contre, pour ceux qui veulent définir précisément ce qu'ils aiment et avoir le plaisir d'entrainer un algorithme à la main, en étant sûr de ce qu'il présente, ou une interface complète dont on apprend chaque bouton au fil du temps, il mérite sûrement l'investissement.


chargement
Chargement des commentaires...