Flux RSS : Feedbin va à l'essentiel, avec quelques surprises

It's burger time 4
Accès libre
image dediée
Services
Guénaël Pépin

Alors que Feedly ou Inoreader multiplient les fonctions pour convaincre, Feedbin mise sur la simplicité et une présentation impeccable des contenus pour attirer les utilisateurs. Sans publicité ni offre gratuite, il se permet quelques fantaisies, comme une application de notification sur iOS.

Alors que Facebook et Twitter serrent la vis sur la publicité politique, le premier promettant des efforts sur la lutte contre la désinformation, nous poursuivons notre grand tour des agrégateurs de flux RSS. Cette fois, c'est Feedbin qui passe à la moulinette. Loin des dizaines de fonctionnalités d'un Feedly ou d'un Inoreader, il promet une interface pratique focalisée sur le contenu.

« Il n'y a aucune publicité, aucune distraction, aucun bullshit. Juste le contenu que vous aimez » clame le site, à l'esthétique inspirée de celle des systèmes Apple. Le service propose tout de même quelques options propres, ainsi qu'un code ouvert, malgré un prix qui pourra rebuter en l'absence d'offre gratuite.

Notre dossier sur les lecteurs de flux RSS :

Un mode de vue, le contenu en valeur

Feedbin fait dans la simplicité, en premier lieu dans l'inscription. Le service ne propose qu'un enregistrement par adresse email, sans connexion à Facebook, Google ou Twitter, contrairement à ses concurrents. Une fois arrivé sur l'interface, Feedbin ne fournit aucune suggestion de contenu, ni de version française. C'est à l'utilisateur d'ajouter lui-même des flux (via un moteur de recherche) ou d'importer un fichier OPML existant.

Le service permet également de suivre des comptes Twitter, en associant le sien. Il suffit d'entrer le pseudonyme du compte à suivre (comme @nextinpact) dans le champ de recherche pour activer le suivi. Peu d'autres services le proposent, ou limitent fortement cette possibilité pour les membres ne payant pas.

L'interface est découpée en trois panneaux, comme un client mail ou Inoreader. À gauche, la liste des flux et des catégories, puis la liste des entrées du flux sélectionné puis le contenu de chaque article. Le tout surmonté des options habituelles. Rien de révolutionnaire, mais ceci a le mérite de la clarté. La liste des entrées est bien plus claire que celle d'Inoreader, et réglable aux petits oignons, par exemple en supprimant les illustrations ou les extraits.

L'ensemble est personnalisable avec trois thèmes (dont un sombre), différentes polices et tailles de caractères, et la possibilité de donner une largeur fixe ou adaptative au contenu. Surtout, Feedbin permet de récupérer le contenu original de chaque article, via un bouton dédié, qui active l'option flux par flux. Le bouton est à ajouter dans les paramètres, et ravira ceux qui l'utilisent déjà sur Miniflux. Un mode de lecture en pleine largeur d'écran est aussi proposé.

FeedbinFeedbin

Une approche originale sur mobile

La principale fonctionnalité qui sort du simple agrégateur RSS sont les « Actions ». Elles automatisent le marquage comme lu, l'application d'un label ou la mise en favori en fonction d'un ou plusieurs mots présents dans l'article, de sa présence dans une catégorie ou dans un flux. La fonction est très simple face à Inoreader, par exemple, qui intègre de nombreux paramètres (comme l'auteur) et des possibilités fournies, comme l'envoi d'une notification par e-mail ou le surlignage d'une chaine de caractères.

Notons qu'il est possible d'associer un grand nombre de services (Facebook, Instapaper, Kindle, Pocket ou encore Twitter) pour partager ses trouvailles, avec l'option d'ajouter un service supplémentaire si on connaît son URL d'ajout. Contrairement à Feedly ou The Old Reader, les options sociales sont réduites à peau de chagrin ici. Feedbin est un lecteur de flux RSS personnel, et c'est tout.

Sur mobile, Feedbin prend tout de même une approche originale. Plutôt qu'un simple lecteur de flux RSS, le service fournit une application de notification sur iOS. Si un article est présent dans un flux, dans une catégorie ou contient un mot précis, une notification peut être envoyée, pour le consulter directement dans l'application. Feedbin est compatible avec certains clients classiques (comme Reeder sur iOS).

Sur le pur plan de la récupération des flux et de la synchronisation, Feedbin peut simplement être décrit comme fiable. Aucun problème spécifique ne nous est apparu, ni de fulgurance.

Une offre unique à 43,99 euros par an

Idéologiquement, l'avantage de Feedbin face à ses concurrents directs est que le code est libre, sous licence MIT. Il est donc possible d'installer sa propre instance, pour peu que votre serveur aime Ruby on Rails. Quelques instructions sont fournies sur GitHub. Notons que cette semaine, la société spécialisée Stream a lancé son propre lecteur de flux RSS et de podcasts libre, Winds 2.0, avec une version hébergée gratuite.

Feedbin fait aussi dans la simplicité sur son modèle : une seule offre payante à 43,99 euros par an (ou 4,49 euros par mois, 21,99 euros pour 6 mois). Une version d'essai complète de 14 jours est fournie, avec la possibilité de supprimer simplement son compte dans les paramètres. Inoreader propose une version de base à 14,99 dollars par an, avec plus d'options, difficile à battre de ce point de vue.

Le service ne révolutionne clairement pas le secteur, mais a le mérite de fournir une interface simple, esthétique, avec quelques options avancées. Pensé pour l'univers Apple, il s'accommode tout de même (très bien) des autres systèmes. Si vous cherchez un produit ouvert, avec quelques options de classement automatique, il est fait pour vous.


chargement
Chargement des commentaires...