Next INpact devient accessible sur abonnement et repense son modèle économique

On fait le grand saut ! 770
En bref
image dediée
Annonces
Par
le lundi 03 avril 2017 à 10:00
L’équipe de Next INpact

Next INpact est l'un des rares sites indépendants dans le domaine des nouvelles technologies. En misant sur une information de qualité et un abonnement payant dès 2009, nous avons montré qu'un modèle respectueux des lecteurs est possible. Nous avons décidé de le renforcer.

Il y a huit ans, nous prenions une décision importante en mettant en place un modèle d'abonnement Premium afin de permettre à nos lecteurs d'accéder à Next INpact sans publicité, avec des services supplémentaires. Une première pour un site français spécialisé dans les nouvelles technologies, alors qu'Arrêt sur images ou Mediapart venaient de se lancer.

Un premier pari, suivi de beaucoup d'autres. Dès la création de notre société en 2003, nous avions fait le choix de miser sur une structure de presse et une équipe composée de journalistes. Notre volonté était alors d'informer sur les nouvelles technologies et les mutations du numérique au quotidien, sur le fond.

Cela s'est toujours accompagné d'engagements éditoriaux, mais aussi dans nos pratiques déontologiques ou publicitaires. C'est notamment pour cela que nous avons rejoint le SPIIL en 2013 et que nous avons obtenu la reconnaissance de site d'Information Politique et Générale (IPG) l'année dernière.

Des engagements pour nos lecteurs depuis nos premiers jours

Ainsi, nos lecteurs ont toujours été au cœur de nos préoccupations. Avec le temps, nous avons constamment revu nos choix afin de les satisfaire au mieux, allant souvent à contre-courant du modèle dominant, notamment sur les pratiques publicitaires. Car si nous misons sur une information de qualité, nous voulons vous la faire découvrir à travers un site confortable à utiliser.

D’où notre refus systématique de certains formats et habillages sur l'ensemble du site, la lecture automatique de vidéos, le tracking et l'achat programmatique ou même le contenu sponsorisé. Des sources de financement qui n'étaient pas compatibles avec nos valeurs, bien qu'elles puissent encore être lucratives pour ceux qui misent sur le modèle de l'audience à tout prix.

Voici Tracking Cookies

Plus récemment, nous avons même décidé de ne proposer que des images fixes dans nos espaces publicitaires, sans tracking spécifique, mais visibles par l'ensemble des lecteurs. Nous avions travaillé à une solution visant à étendre cette éthique à d'autres éditeurs, mais cela n'a pas été du goût des membres d'EasyList FR qui ont un temps décidé de bloquer l'ensemble des fonctionnalités du site, dont notre page d'abonnement, plutôt que de voir la moindre publicité s'afficher.

Pour autant, un site comme le nôtre se doit de disposer de finances suffisantes pour assurer sa rentabilité. C'est l'un des critères qui assure notre indépendance et nous permet de refuser tout rachat depuis près de 15 ans. Une chose qui n'est pas mince pour une équipe d'une quinzaine de personnes, dont une dizaine de journalistes, comme l'a montré la concentration de ces dernières années. Notre responsabilité est donc d'anticiper les mutations du secteur.

Next INpact : un média INdépendant et unique dans le numérique

Notre actionnaire majoritaire est ainsi toujours Christophe Neau, créateur et gérant du site. Il détient 76 % des parts, le reste étant notamment réparti entre certains employés (actuels ou passés). Nous sommes entièrement auto-financés et ne dépendons d'aucune aide directe, de l'État ou de fonds privés.

Nous ne reversons pas le moindre dividende et investissons nos revenus en quasi-totalité dans les salaires de l'équipe, le matériel, l'infrastructure technique et notre trésorerie, qui nous permet de tenir en cas de coup dur ou lors des périodes de transition de notre modèle.

Nous avons historiquement misé sur un modèle mixte. Depuis 2009 il repose sur la publicité, l'abonnement, les dons et des services tiers. Afin de nous armer contre les nouvelles pratiques publicitaires, nous avons pris une première décision en 2013 : réserver une partie de notre contenu à nos abonnés pendant une période maximale d'un mois.

Faire le choix du soutien de nos lecteurs comme modèle économique

Désormais, près d'un tiers de notre chiffre d'affaires dépend entièrement du soutien direct de nos lecteurs. Mais voilà, nous voulons aller plus loin et nous rapprocher de ce qui fait la force de confrères qui proposent une information qui nous sert de modèle, d'Arrêt sur images à Mediapart en passant par Les Jours ou encore le Canard enchaîné

Nous constatons avec dépit l'évolution de l'information en ligne ces dernières années : contenu clickbait et course à l'audience qui mène à la multiplication de ce que l'on nomme actuellement « fake news », sites impraticables, multiplications des cookies publicitaires et autres trackers, faible part réservée à l'investigation et manque de moyens pour les rédactions. Nous rêvons d'autre chose pour nous et nos confrères.

Flock Fake news 3 avril

Force est de constater que ceux qui ont opté pour une offre payante rencontrent un succès que personne ne leur prédisait il y a encore 10 ans. Nous croyons tellement en ce modèle que nous avons décidé de développer une plateforme commune profitant aux éditeurs qui l'ont mis en place : La Presse Libre.

Cette réflexion et l'évolution du secteur nous ont incités a décider d'un nouveau pari : proposer un accès majoritairement réservé aux abonnés sur Next INpact.

Des contenus majoritairement réservés aux abonnés, pour un mois maximum

Il s'agit de nous donner les moyens d'offrir une information toujours plus qualitative à nos lecteurs, d'aller plus loin dans nos analyses, sans avoir à se préoccuper de l'écume. 

Nous allons donc surtout renforcer nos pratiques et nos choix actuels d'un point de vue éditorial. Nos journalistes pourront encore plus se concentrer sur leurs dossiers, mais aussi sur des enquêtes à plus long cours. Il s'agit pour eux d'une source de motivation et de fierté supplémentaire.

Pour les lire, il faudra désormais être abonné. Ce n'est ainsi plus le type d'article qui définira le besoin d'abonnement, mais bien notre modèle : celui d'un site qui respecte ses lecteurs, dépend majoritairement d'eux pour son financement, et s'impose des règles de fonctionnement strictes.

Bien entendu, nous continuerons de publier certains contenus directement en accès libre. Ils seront cependant l'exception, non la règle. Ce sera notamment le cas pour notre traitement des présidentielles, ou certains sujets qui nous semblent d'intérêt général. 

Mais pour nous permettre de continuer à les traiter, il nous faut continuer à les financer. Fidèles à notre engagement de 2013, tous nos articles seront, dans le pire des cas, accessibles à tous passé au bout d'un mois. Nos services, le blog et le forum continueront d'être accessibles à tous.

Des nouveautés sur le site, un tarif réorganisé

D'ici au 5 mai prochain, jour de notre quatorzième anniversaire, différents changements interviendront donc sur le site. Tout d'abord, les articles réservés aux abonnés ne seront plus affichés de manière différente. Ce sera par contre le cas des contenus « gratuits », ou ceux qui le seront devenus.

Cet accès libre pour tous sera en partie financé par la publicité et nos services tiers, qui devront continuer d'assurer notre rentabilité pendant la phase de transition. L'objectif est bien entendu de dépendre de moins en moins de ces revenus, et même, à terme, de pouvoir nous en passer intégralement.

Le site subira aussi une retouche graphique au niveau de sa page d'accueil, de l'affichage de ses contenus et même de certaines pages. Vous pourrez ainsi retrouver via des URL dédiées nos contenus par ordre chronologique, ceux qui sont accessibles à tous, ceux qui sont désormais en accès libre, etc. 

Page de contenu Beta 2017

Autre modification : notre grille tarifaire. Nous sommes conscients que le modèle par abonnement peut constituer un problème pour ceux qui sont dans une situation financière difficile. Notre prix n'a ainsi que très peu bougé depuis 2009, il était alors question de 3,5 euros par mois. 

Depuis, nous avons surtout introduit une notion d'ancienneté permettant à nos habitués de payer moins cher qu'avant avec un tarif de base à 4 euros par mois. Après avoir évalué différentes stratégies, nous avons pris deux décisions : 

  • Passer notre tarif à 5 euros par mois, 50 euros par an, 90 euros pour deux ans
  • Proposer un tarif pour les lecteurs à faible revenus avec 50 % de remise

Ainsi, les étudiants, chômeurs, ceux qui disposent d'une petite retraite ou de faibles revenus de manière plus générale pourront payer moins cher leur abonnement. Comme n'importe quel autre abonné, ils pourront cumuler ce rabais avec leur remise d'ancienneté : 5 % par an, dans la limite de 20 %.

Vous pouvez choisir de vous abonner ou prolonger votre abonnement selon la grille actuelle jusqu'au 5 mai prochain. Le tarif de ceux qui ont opté pour une offre mensuelle sur le site ou La Presse Libre avant cette date ne sera pas modifié.

C'est aux lecteurs de décider de l'information qu'ils souhaitent

Nous sommes conscients de l'ampleur du changement, c'est pour cela que la migration se fera progressivement d'ici au 5 mai et que nous ouvrons aujourd'hui une discussion qui pourra se prolonger dans nos commentaires.

Nous savons que pour assurer la pérennité de Next INpact et de son modèle pour les prochaines années, il nous faut faire ce pari. Avec la mise en place de notre première déclinaison papier, nous nous préparerons à fêter nos 15 ans, notre objectif étant de rempiler pour 15 années supplémentaires.

Cela fait maintenant près de quatre ans que nous travaillons sur le renforcement de notre équipe, aujourd'hui avec l'arrivée de Flock, et nous pensons avoir fait nos preuves. Il s'agit maintenant pour nos lecteurs de décider s'ils veulent qu'un média indépendant misant sur l'information de qualité et des engagements forts continue d'exister et puisse se développer dans le domaine des nouvelles technologies en France, ou non.


chargement
Chargement des commentaires...