Lorsque l'on cherche un navigateur, Microsoft Bing a sa préférence : le nouveau Microsoft Edge

Et Google ?
Logiciel 7 min
Lorsque l'on cherche un navigateur, Microsoft Bing a sa préférence : le nouveau Microsoft Edge

Lorsque vous effectuez une recherche dans Microsoft Bing sur Microsoft Edge, il vous le présente comme le navigateur le plus tendance du moment. Logique. Mais lorsque vous faites une recherche sur un concurrent, un devoir de neutralité doit-il s'appliquer ? Microsoft semble penser que non.

Cela fait maintenant plus de 20 ans que la guerre des navigateurs agite le monde du numérique. Mais la période où Internet Explorer et Netscape s'opposaient – avant que Firefox ne monte en puissance – est désormais bien loin. Ce dernier est repassé sous la barre des 10 %, Google et son Chromium s'étant accaparés le marché, Chrome en tête.

En 20 ans, Chromium a conquis le web

De quoi contraindre jusqu'au géant Microsoft. Après des années à travailler sur son propre EdgeHTML, il jetait l'éponge fin 2018 au risque de réduire un peu plus la diversité du web. Lui aussi se rangeait du côté de Chromium, le nouvel Edge était né. Le début d'un travail de migration qui allait durer de nombreux mois.

Une préversion était disponible en avril 2019, la bêta suivant en août, puis l'ouverture aux extensions en décembre. C'est mi-janvier que le nouvel Edge était disponible pour Windows et macOS. Depuis, il a peu a peu été amélioré et adapté à d'autres plateformes : ARM64 pour Windows 10 et bientôt en version classique sous Linux.

Moteurs de recherche et navigateurs s'entraident

Ces derniers mois, c'est un autre combat que mènent les équipes de Microsoft : migrer peu à peu les utilisateurs du vieil Internet Explorer et de l'ancien Edge (Legacy), mais surtout gagner en parts de marché. Et comme c'est souvent le cas dans ce genre de situations, l'éditeur tire un peu trop sur la corde.

Notamment via son moteur de recherche nouvellement renommé Microsoft Bing, où la place faite au nouvel Edge est parfois démesurée. Comme les heures sombres de Chrome où Google multipliait les initiatives pour que tout le monde passe à son navigateur, presque de gré ou de force tant ces mises en avant étaient omniprésentes.

Google, désormais leader de ce marché et de la recherche, continue-t-il d'ailleurs de profiter de ses propres outils pour mettre en avant son navigateur et ses services ? C'est ce que nous allons voir.

En finir avec les 70 % de Chrome sur Desktop

Pour Mozilla comme pour Microsoft, le résultat est là : sur les ordinateurs de bureau, leurs navigateurs sont autant utilisés que Safari : entre 8 et 9 %. La situation varie de pays en pays. En France par exemple, le score de Firefox est doublé par rapport au niveau mondial, Safari étant à 10 %, Chrome à 60 %.

Navigateurs Q4 2020

Sur mobile, c'est pire mais différent. Si Chrome ne possède plus « que » 65 % de parts de marché, celles de Safari grimpent à près de 23 %, iOS/iPad OS oblige. Samsung s'affiche à 6,5 %. La star déchue Firefox est à moins de 0,5 %, ayant multiplié les ratés et stratégies aléatoires dans le mobile. Cette fois, la situation est identique en France.

Ainsi, Edge n'est même pas référencé dans le Top 10, rangé dans la catégorie « autres » par StatCounter. C'est cette mécanique que Microsoft veut casser. L'entreprise utilise pour cela les leviers à sa disposition.

Microsoft Bing ❤ le nouveau Microsoft Edge

Il y a certes Windows 10, où Edge Legacy est encore installé par défaut. Il sera bien, un jour, remplacé par la nouvelle version. Pour le moment, ce n'est pas le cas, l'utilisateur doit faire la modification volontairement. La mise en avant est néanmoins évidente sur un PC nouvellement installé.

Puis il y a Bing. Là aussi le service de Microsoft est utilisé par défaut. Lorsque l'on y fait une recherche concernant Edge, il y a pas moins de deux bandeaux avertissant que la nouvelle version est là. Difficile de passer à côté.

Microsoft Nouvel Edge Mise en avant Windows 10Microsoft Nouvel Edge Mise en avant Bing

On note que Microsoft joue de la comparaison avec son concurrent principal, Chrome. Il indique que son nouveau navigateur « est optimisé par la même technologie open source » et qu'il offre « la meilleure compatibilité pour le web et les extensions de sa catégorie ». Bien entendu, aucune source pour une telle affirmation.

Là où le géant américain commence à dépasser les limites, c'est qu'il affiche une mécanique similaire si l'on fait une recherche concernant des concurrents. Commençons par Firefox. Un troisième bandeau sur fond ocre s'ajoute, indiquant que : « Votre navigateur est obsolète et peut ne pas fonctionner avec certains sites web ».

Il n'est logiquement visible que sur Edge Legacy, pas sur la nouvelle version :

Microsoft Bing Firefox Edge LegacyMicrosoft Bing Firefox Nouvel Edge

Toutefois, l'internaute n'est plus informé que « Le nouvel Edge est disponible » mais qu'il faut « Passer au navigateur recommandé par Microsoft ». Terminé le beau discours sur les standards du web, il faut cette fois vanter la vitesse, la sécurité et la confidentialité du petit nouveau. Comprenez là aussi qu'il promet de faire pareil, mais mieux.

Ce discours n'est pas propre aux recherches sur le navigateur de Mozilla. Il n'y a que deux possibilités : les bandeaux affichés lors d'une recherche sur Edge et ceux pour ses concurrents. Cela concerne donc aussi Brave, Chrome ou encore Vivaldi. Tous ont droit à un large message vantant le navigateur maison.

À l'inverse, une recherche sur « navigateur » renvoie des résultats classiques, comme pour un terme général.

  • Microsoft Bing Navigateurs concurrents
  • Microsoft Bing Navigateurs concurrents
  • Microsoft Bing Navigateurs concurrents
  • Microsoft Bing Navigateurs
  • Microsoft Bing Radeon

Et du côté de Chrome ?

Contrairement à leurs concurrents, Google et Microsoft sont les seuls à posséder un moteur de recherche. Le premier est autrement plus puissant que le second, qui peine à lui faire de l'ombre. Google reste à un niveau de plus de 92 % au niveau mondial et en France, 88 % aux États-Unis.

Le leader a-t-il pour autant de meilleures pratiques ? Pour le savoir, nous nous sommes rendus sur son moteur de recherche depuis Edge et comme l'on s'y attendait, nous sommes incités à « Passer à Chrome » pour « Masquer les annonces indésirables »... comme ce message ?

Un argument d'autant plus étonnant au regard de la stratégie de Chrome, l'un des rares navigateurs à ne pas réellement embarquer de mécanique de blocage des publicités et du pistage en ligne, si ce n'est une solution créée a minima il y a quelques années. Logique, puisque ces pratiques sont le cœur de son business.

Pour faire bonne figure, le géant américain promet aussi avec son navigateur de protéger l'internaute « des logiciels malveillants sur le web ». Il incite aussi à soutenir les commerces de proximité. Un clic et vous serez renvoyé vers une liste de commerces proches de vous... au sein de Google Maps.

  • Google Message Chrome Edge
  • Google Message Recherche Edge
  • Google Message Accueil Edge

Des messages que l'on peut fermer, avec une mise en avant claire du oui sur fond bleu plutôt que blanc comme le reste de la fenêtre. Mais ils se renouvellent. À la visite suivante, vous êtes invités à configurer Google comme moteur par défaut, puis à en faire votre page d'accueil. Peu à peu, on en vient à bout.

Enfin, si vous effectuez une recherche sur Chrome ou des navigateurs concurrents dans Google, les résultats ne sont pas modifiés, aucun bandeau particulier n'y apparaît. C'est déjà ça.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !