Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil

Options d'affichage

Abonné

Actualités

Abonné

Des thèmes sont disponibles :

Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !
« Edgium » : les développeurs peuvent publier leurs extensions

À compter d’aujourd’hui, Microsoft n’accepte plus les propositions d’extensions pour l’ancien Edge, qui sera remplacé le 15 janvier par le nouveau, basé sur Chromium.

En théorie, les développeurs ayant publié au moins une extension à ce jour ont été contactés. Microsoft les invite à donner leur consentement pour que leurs créations soient automatiquement converties vers le modèle Chromium et figurent ainsi dans la boutique intégrée.

Ils doivent se connecter au Developer Dashboard pour vérifier les évènements en attente. Si la ou les extensions ont été converties, il suffira alors de contrôler que tout fonctionne bien. Après migration, les développeurs retrouveront le contrôle et la gestion de leur code.

À compter du 15 janvier, le petit groupe d’utilisateurs qui sera migré vers le nouvel Edge verra ainsi ses extensions modifiées de la même manière.

Microsoft précise que les extensions ne seront migrées que si un équivalent existe pour le « nouveau » modèle (Chromium). L’éditeur insiste cependant pour que les développeurs gèrent la transition le plus vite possible, pour qu’il n’y ait pas « d’interruption » dans l’expérience utilisateur.

Traduction : extensions correspondantes ou pas, il y aura mise à jour vers le nouvel Edge. On aurait aimé un processus plus respectueux de l’utilisateur. Il suffirait d’afficher une fenêtre informant de la situation et proposant un choix : rester encore un peu sur l’ancien Edge, ou basculer sur le nouveau sans les extensions problématiques.

La transition devrait cependant bien se passer, dans la mesure où le nouveau modèle des extensions n’a, en fait, rien de neuf : c’est le même que Chrome. En théorie, tout ce que les développeurs ont à faire, c’est proposer leur code pour validation à Microsoft, pour qu’elles apparaissent dans le Store intégré.

Notez qu’Edgium laisse dans tous les cas l’utilisateur se rendre dans le Chrome Web Store pour installer ce qu’il veut, si la case correspondante à été cochée dans le panneau des extensions. Il y a peu de chances cependant pour que l’utilisateur lambda aille la chercher, d’où l’insistance de l’entreprise auprès des développeurs.

0 commentaire
Il n'est plus possible de commenter cette actualité.