Très haut débit : Emmanuel Macron fustige une promesse du « 100 % fibre » qui n'existe pas

Discours à géométrie variable 88
Accès libre
image dediée
Crédits : Gregory_DUBUS/iStock
FAI
Par
le mercredi 14 juin 2017 à 14:30
Guénaël Pépin

Pour le chef de l'État, il faudrait cesser de promettre rapidement la fibre jusqu'au dernier hameau. Un réalisme qui correspond au plan déjà mis en place par le précédent gouvernement et les opérateurs, depuis cinq ans. Dans le même temps, il promet la 3G et la 4G partout sous deux ans.

Emmanuel Macron prône le réalisme en matière de fibre. Selon la Caisse des dépôts, lors d'un déplacement près de Limoges, le président de la République a déclaré qu'« il ne faut pas mentir aux gens ». La fibre ne sera pas rapidement déployée « jusqu'au dernier kilomètre, dans le dernier hameau », du moins pas avant des décennies.

100 % de très haut débit en 2022, dont 80 % de fibre

Le locataire de l'Élysée met en avant un mix technologique, « une solution mixte où on marie la fibre et les innovations technologiques qui permettent d'avoir la 4G à bon niveau ». Autrement dit, cessons de promettre la fibre partout rapidement et privilégions des solutions intermédiaires. Par chance, c'est exactement ce qui est prévu depuis des années (voir notre rétrospective).

En fait, on se demande bien qui « ment aux gens » au sujet de la fibre en faisant une telle promesse. Emmanuel Macron joue certainement sur la mauvaise compréhension du « 100 % de très haut débit et 80 % de fibre », souvent entendu comme « 100 % de fibre ». Autrement dit, au lieu de pourfendre un mensonge, le président se contente de répéter ce qui est déjà promis depuis cinq ans.

L'objectif est clair depuis au moins 2012 : l'ensemble de la population en très haut débit en 2022, dont 80 % en fibre... Soit moins de la moitié de la population en zones rurales, la majorité devant passer par la montée en débit, les réseaux radio terrestres (comme la 4G fixe) et le satellite pour les plus reculés.

Du réalisme après de grandes promesses de campagne

Comme le relevait la Cour des comptes, des plans des réseaux publics placent déjà la fin des déploiements du très haut débit à 2030. Notons que les observateurs sont nombreux à douter de l'objectif 2022, notamment du côté du Sénat.

La 4G fixe gagne d'ailleurs ses galons ces derniers mois. Fin 2015, un lobby d'industriels faisait pression sur Bercy pour obtenir plus de place pour la « radio », l'Arcep doit attribuer de nouvelles fréquences cet été et les premiers réseaux LTE dédiés à l'Internet fixe se mettent en place cette année, notamment chez NomoTech. Cela sans parler d'offres sur réseaux mobiles, initiées par Bouygues Telecom et sa 4G Box.

Le discours du président Macron est plus souple que celui du candidat, un mois et demi plus tôt. Lors d'une réunion à Arras, le 26 avril, il promettait monts et merveilles. «18 mois seront laissés aux opérateurs de téléphonie pour déployer partout la fibre ou la 3G et la 4G. Ensuite, l'État prendra ses responsabilités et déploiera lui-même par le plan d'investissement que nous avons décidé » lançait-il, oubliant presque les énormes moyens industriels que demande la pose de la fibre et des réseaux mobiles sur tout le territoire. L'extrait est visionnable à 52min20 dans cette vidéo.

Désormais, donc, il ne faut plus « mentir » aux Français en leur promettant rapidement la fibre ou le très haut débit mobile partout. La tirade du président semble être volontairement floue, sachant très bien que la fibre n'est déjà pas promise sur tout le territoire. Le réel message serait donc d'intégrer plus de technologies alternatives, alors que les plans de déploiement des collectivités sont quasiment tous déjà validés par les services de l'État, voire bien entamés.

Malgré tout, il faut bien maintenir la pression sur les opérateurs, notamment sur la question des zones blanches. Il faut « contraindre davantage les opérateurs qu'on ne l'a fait, pour qu'ils s'alignent » sur les objectifs d'aménagement numérique du territoire. En la matière, l'Avicca, une association de collectivités, salue la prise de conscience du précédent gouvernement sur la question de la couverture mobile, notamment en zones blanches. Elle demande tout de même plus d'obligations pour les opérateurs, via les licences de fréquences mobiles.

En zones blanches, les opérateurs dépendant des pouvoirs publics

Cette position de « pression » était déjà celle de l'ex-ministre de l'Économie, qui a signé avec les opérateurs un accord en mai 2015, leur demandant de résorber les dernières zones blanches mobiles à fin 2016. L'idée était de pouvoir passer des appels en extérieur dans les centaines de centres-bourgs sans réseau. Cette posture de négociation, avec le spectre d'une prise en main par l'État en cas de manquement, a été modérément efficace jusqu'ici.

Aujourd'hui, en zones blanches, c'est l'État lui-même qui est à la peine. Comme le relèvent les derniers chiffres de l'Arcep, les opérateurs installent bien des antennes mutualisées là où les pouvoirs publics leur fournissent des pylônes (pour 80 millions de financement public). Problème : près de 300 communes attendent encore leur pylône, aucun n'ayant été installé entre janvier et mars.

L'Agence du numérique nous explique avoir des difficultés à trouver des terrains et installer les points hauts. Selon une enquête de la Caisse des dépôts, les collectivités seraient parfois démunies face à ce défi et doivent s'organiser, notamment sur les commandes. Résultat : l'objectif de 100 % de 2G fin 2016 est manqué, tout comme celui de 100 % de population en 3G ce mois-ci.

Désormais, Emmanuel Macron estime qu'il faut désenclaver ces zones blanches, pour éliminer le sentiment de déclassement des populations, qui contribue à leur chemin vers les extrêmes.

La 3G et 4G rapidement sur toute la France

En matière de 3G et 4G, Emmanuel Macron promet une « accessibilité complète sous deux ans ». Cela avancerait le calendrier en 4G, trois opérateurs courant déjà pour tenir leurs engagements dans les zones peu denses, qui comptent 18 % de la population. Ainsi, Bouygues Telecom, Orange et SFR devaient couvrir 40 % de ces zones en janvier. Un premier jalon rempli, avant 90 % en 2022 et 97,7 % en 2027.

Avec ses 700 MHz, Free Mobile doit couvrir 50 % de la population en zones peu denses en 4G en 2022, 92 % en 2027 et 97,7 % en 2030. Si le gouvernement met la promesse du président à exécution, le rythme devrait donc grandement s'accélérer. Il reste à voir quelle forme prendra ce nouveau rythme, via un accord, une loi ou une pression supplémentaire à l'occasion du renouvellement des licences mobiles, alors que l'Agence du numérique a déjà fort à faire avec la mise en place du plan France Mobile.


chargement
Chargement des commentaires...