L'Arcep veut chambouler l'usage de nombreuses fréquences et préparer la 5G

Démêler les bandes de fréquences 6
image dediée
Crédits : NorthernStock/iStock/ThinkStock
Téléphonie

Dans une consultation publique, l'Arcep propose de répartir nombre de bandes de fréquences entre les réseaux mobiles, l'accès Internet fixe, les réseaux privés d'entreprises et l'Internet des objets. En ligne de mire : une réorganisation des très convoitées bandes 2,6 GHz et 3,5 GHz pour cette année.

Les travaux sur le nouveau paysage des fréquences hertziennes avance. Il y a quelques jours, l'Arcep a (enfin) mis en ligne sa consultation publique sur le sujet, proposant de réaménager plusieurs bandes, des très basses (400 MHz) aux très hautes (26 GHz). L'un des buts affichés est de préparer l'arrivée de la 5G, un des objectifs industriels européens, qui doit être standardisée vers 2018 et déployée commercialement à partir de 2020.

Le but de cette consultation, ouverte jusqu'au 6 mars, est de permettre aux acteurs d'exprimer formellement leurs besoins à court et long terme. Et pas seulement des opérateurs mobiles : des organismes publics et acteurs émergents du secteur, comme les concepteurs de réseaux très bas débit (LPWAN) dédiés à l'Internet des objets.

Dans le détail, le régulateur propose de revoir l'usage des fréquences 400 MHz, 700 MHz (partie SDL), 1,4 GHz, 2,3 GHz, 2,6 GHz TDD (duplex temporel), 3,5 GHz et 26 GHz. Rien de moins. À court terme, il s'agit notamment de permettre l'émergence de l'accès Internet fixe par radio via de nouvelles entrées (comme l'expérimentent certains opérateurs), et des services mobiles professionnels à très haut débit.

L'Arcep propose donc un plan pour chaque bande de fréquences, même si l'accent est mis sur les 2,6 GHz et 3,5 GHz, les deux seules que l'Arcep pense pouvoir réattribuer en 2017. C'est un euphémisme de dire que cette consultation publique était attendue, l'Agence du numérique (Bercy) exprimant même publiquement son impatience (voir notre actualité). Techniquement, le LTE semble être la voie à suivre pour de nombreux usages, malgré leur diversité.

Un LTE polyvalent et des fréquences aux finalités multiples

Par Guénaël Pépin Publiée le 10/01/2017 à 12:01

chargement
Chargement des commentaires...