Le cours du bitcoin franchit la barre des 1 000 dollars, retour sur un périple long de 3 ans

Buy low, sell high 58
image dediée
Crédits : Antana CC-BY-SA 2.0
Crypto-monnaie

Le cours du bitcoin est enfin retourné au niveau qu'il avait connu entre fin 2013 et début 2014, avant la chute de Mt.Gox, qui était alors la plus grande plateforme d'échange. Ce niveau est atteint après une hausse soudaine, démarrée fin octobre 2016.

Certains s'attendaient à ce que le bitcoin (BTC) franchisse le seuil des 1 000 dollars avant la fin 2016, il aura fallu attendre le premier de l'an pour qu'il soit finalement atteint. Il s'agit surtout d'un cap symbolique pour la crypto-monnaie, dont la technologie commence à intéresser les milieux plus traditionnels de la finance. Atteindre un tel cap reste une étape importante pour le petit monde des crypto-monnaies, mais avant d'en arriver là, les obstacles ont été plus que nombreux.

2013 : La barre des 1 000 dollars et l'affaire Mt.Gox

Ce n'est toutefois pas la première fois que la célèbre crypto-monnaie franchit ce cap. C'était déjà le cas fin 2013, et à ce moment-là, la plus grande plateforme d'échange mondiale était basée au Japon, s'appelait Mt.Gox et avait été fondée par Mark Karpèles, un entrepreneur français.

Le cours du bitcoin s'est effondré en même temps que cette plateforme. En février 2014, elle annonce avoir été victime d'un « bug dans le protocole Bitcoin ». Celui-ci aurait mené à la perte de plus de 850 000 BTC, pour une valeur approchant les 700 millions de dollars à ce moment. Une théorie rapidement mise de côté par une équipe de chercheurs suisses, expliquant que l'exploitation de ce bug à l'échelle mondiale avant la mise en faillite de Mt.Gox ne concerne que des transactions dont le montant total s'élève à... 400 bitcoins.

Un trou colossal qui sera ramené à environ 650 000 bitcoins, après la découverte dans les locaux de l'entreprise d'un portefeuille physique renfermant 200 000 bitcoins. Le trou reste néanmoins suffisamment important pour que la société ne parvienne pas à refaire surface. 

Bitcoin Mt.Gox
Cours du bitcoin entre octobre et décembre 2013, avant la chute de Mt.Gox - Crédits : Bitcoin Charts (licence: CC by SA 3.0)

Quelques mois plus tard, une autre théorie est mise en avant par d'autres chercheurs. En analysant des données dérobées sur l'un des serveurs personnels de Mark Karpèles, contenant l'historique des transactions effectuées sur la plateforme entre 2011 et 2013, ils sont parvenus à déterminer que Mt.Gox faisait appel à des bots pour influencer le cours de la crypto-monnaie, notamment à la hausse. Entre le début et la fin du mois de novembre 2013, la valeur d'un bitcoin est ainsi passée de 198 dollars à 1 124 dollars.

2014 : la crise de confiance

Les conséquences de la fermeture de Mt.Gox ne se sont pas limitées au seul cours de la monnaie. Dans de nombreux pays, les autorités ont alors tenté d'imposer une régulation sur la circulation et l'usage des crypto-monnaies. Au Japon, il était ainsi question de chercher un moyen de taxer les transactions réalisées en bitcoins. 

En France, Pierre Moscovici, alors ministre de l'Économie et des finances, assurait qu'« Il ne s'agit pas de bannir ces monnaies mais il faut en assurer un encadrement précautionneux ». Il poursuivait alors plusieurs objectifs, la lutte contre le blanchiment d'argent mais aussi la protection des clients des plateformes d'échange afin d'éviter des cas aussi dramatiques que la faillite de Mt.Gox. En juillet, l'Autorité des marchés financiers prend également position sur le sujet en rappelant les « risques particulièrement élevés » qu'elles impliquent, et les qualifiant de « placement hasardeux ».

Bitcoin Cours Historique
Cours du bitcoin en 2014 - Crédits : Bitcoin Charts (licence: CC by SA 3.0)

À cette époque, la moindre rumeur concernant un éventuel bannissement des crypto-monnaies en Chine suffisait à faire chuter significativement le cours du BTC. En janvier 2015, la valeur d'un bitcoin est descendue sous la barre des 200 dollars, avant de se stabiliser sous les 300 pendant une large partie de l'année. 

2014-2015 : Les banques entrent dans la danse

Pendant ce temps, les banques traditionnelles ont eu vent de l'éclosion du bitcoin, et ont commencé à s'intéresser à la technologie qui l'accompagne : la blockchain. Goldman Sachs est l'une des premières à se pencher sur la question dans un numéro de sa revue maison « Top of Mind », distribuée à certains de ses gros clients.

La banque y explique qu'à ses yeux, le BTC ne peut être considéré comme une monnaie au vu de son énorme volatilité, ou de l'absence de mécanisme garantissant la stabilité de son cours. Elle le définit plutôt comme un bien financier spéculatif utilisé comme moyen d'échange. 

Par contre, Goldman Sachs détecte déjà une partie du potentiel de la crypto-monnaie, dans le cadre des échanges interbancaires. Elle estime ainsi que dans un scénario où le protocole Bitcoin serait adopté massivement dans l'ensemble des pays du monde, les différents intermédiaires se chargeant des transactions auraient beaucoup à perdre.

Bitcoin Cours Historique
Cours du bitcoin en 2015 - Crédits : Bitcoin Charts (licence: CC by SA 3.0)

Au total, Goldman Sachs estime alors que 200 milliards de dollars pourraient être économisés par les marchands chaque année s'ils utilisaient Bitcoin pour leurs paiements, plutôt que le système bancaire traditionnel. Les grands gagnants de ce changement seraient les plateformes d'échange de bitcoins, qui s'assureraient un marché très juteux, d'environ 115 milliards de dollars par an.

Un écho tombé dans l'oreille de neuf banques, parmi lesquelles Crédit Suisse, JP Morgan et UBS. Elles ont formé un groupement visant à utiliser cette technologie pour assurer les échanges sur les marchés, et donc économiser d'importants frais de transaction. Pour Bank of England, il s'agit là d'une « innovation technologique clé ».

2016 : Blockchain my heart

Si 2016 est vue par certains comme la pire année de l'Histoire, du côté des amateurs de crypto-monnaies, ce fut pourtant un très bon millésime. Le bitcoin y a connu une croissance quasi permanente de son cours, passant d'environ 400 dollars au début de l'année, à près de 1 000 dollars au 31 décembre.

Il faut dire que de nombreuses initiatives ont été prises tout autour du monde pour remettre les crypto-monnaies sur le devant de la scène. Les gouvernements ne parlent plus d'interdire Bitcoin, mais plutôt d'encadrer son usage, tandis que la blockchain fait valoir ses atouts du côté des banques et des assurances.

Le développement d'Ethereum, un nouveau protocole dérivé de Bitcoin, n'est pas étranger à cet essor. Lors d'un colloque organisé par la CSNP, Sandrine Duchene, directrice des affaires publiques chez Axa, expliquait ainsi que pouvoir inscrire des contrats dans une blockchain, et d'en exécuter les termes quand leurs conditions sont remplies, est à regarder de près. Plusieurs avantages étaient mis en avant par l'assureur, dont la perspective d'avoir sous la main un « registre inviolable » et la possibilité de faire exécuter ces contrats plus rapidement et de façon moins coûteuse. 

Bitcoin Cours Historique
Cours du bitcoin en 2016 - Crédits : Bitcoin Charts (licence: CC by SA 3.0)

Encore faut-il que ces contrats soient correctement rédigés. L'incident de TheDAO en juin a montré qu'un contrat mal écrit peut être la source de failles catastrophiques pour une entreprise. Dans le cas présent, 50 millions de dollars avaient pu être dérobés à une entreprise décentralisée hébergée sur la blockchain d'Ethereum. Une situation qui a pu être résolue avec un « fork » de la chaîne de blocs. Un précédent d'une importance cruciale dans l'histoire des crypto-monnaies : pour la première fois, un des fameux « registres infalsifiables » qui plait tant aux assureurs et aux banquiers vient d'être altéré, via un fork permettant de revenir à un statut antérieur.

En janvier 2016, à Davos, MasterCard admettra également « étudier avec attention comment appliquer au mieux le concept de la blockchain » dans ses activités. Et pour cause, les commissions encaissées par les gestionnaires de cartes de paiement étaient le poste d'économies le plus important pointé par l'étude de Goldman Sachs, et seraient donc les premiers perdants en cas d'adoption massive des crypto-monnaies.

L'intérêt croissant des géants des nouvelles technologies

Si le cours du bitcoin a pu dépasser les 1 000 dollars, c'est aussi grâce à l'arrivée de gros acteurs des nouvelles technologies. On se souviendra par exemple en février 2016 de l'arrivée d'IBM et de Microsoft avec des solutions dites de « Blockchain-as-a-service » ou BaaS. 

IBM s'est également illustré en apportant quelque 44 000 lignes de codes au projet Hyperledger, soutenu par la Linux Foundation, visant à faire évoluer la technologie de la blockchain. Cet apport n'était toutefois pas innocent, puisque Big Blue avait signé un accord avec Japan Exchange Group (JPX), l'entreprise gérant la bourse de Tokyo. Celle-ci doit grâce au code fourni par IBM à Hyperledger se lancer dans des expérimentations afin de traiter des transactions sur des marchés boursiers à faible liquidité, en employant cette technologie. 

Chez Microsoft, c'est au sein d'Azure que les blockchains doivent s'épanouir. Le géant de Redmond avait conclu un accord avec Ethereum pour rendre accessible cette chaine de blocs à ses clients Azure, mais l'entreprise assurait vouloir que ses utilisateurs puissent « accéder à n'importe quelle blockchain, même celle de deux gus dans un garage qui ont fait un fork de Bitcoin avec une idée géniale que les gens veulent essayer ». 

Pour IBM, les objectifs sont également très larges, l'entreprise voyant une quantité « quasiment illimité d'endroits où la comptabilité décentralisée peut être employée », et donc autant de marchés à conquérir.

Et pour 2017 ?

Il est toujours compliqué de se lancer dans des prévisions concernant l'évolution du cours du bitcoin tant son marché est volatil. Une chose est cependant certaine, les analystes du secteur sont pour l'instant très optimistes. Michael Terpin, cofondateur de BitAngels, un fonds d'investissement en crypto-monnaies, explique à nos confrères de Coindesk que le cours du BTC pourrait atteindre 2 200 dollars avant la fin de l'année prochaine, voire davantage « si certaines monnaies s'effondrent ». Un risque directement lié aux diverses tensions géopolitiques tout autour du monde. 

D'autres entrepreneurs du secteur interrogés par Coindesk sont toutefois un peu plus prudents et s'attendent à une stabilisation autour de la zone des 1 200 à 1 500 dollars, avec pour certains, des pointes ponctuelles autour de 2 000 dollars. À condition que cette fois-ci, aucune plateforme ne vienne soudainement faire faillite en emportant avec elle des centaines de milliers de bitcoins et les espoirs de toute une industrie.

Publiée le 03/01/2017 à 12:02
Kevin Hottot

Journaliste spécialisé dans l'univers du jeu vidéo. Passionné par le Dogecoin, le financement participatif. Ne se déplace jamais sans son poney.

Soutenez nos journalistes

Le travail et l'indépendance de la rédaction dépendent avant tout du soutien de nos lecteurs.

Abonnez-vous
À partir de 0,99 €


chargement
Chargement des commentaires...