GPU externe, Mirabook ou NexDock avec Compute Card : les portables à l'heure de la modularité

LEGO bientôt géant du PC 21
Accès libre
image dediée
Portable CES
David Legrand

Au CES de Las Vegas, nous avons pu constater qu'une tendance encore discrète se préparait dans le monde des PC, notamment des machines portables. À travers de nombreuses initiatives, celles-ci gagnent en modularité, en externalisant l'intégration de tous les composants.

Ces dernières années, l'évolution dans le domaine des ordinateurs portables était assez limitée. En fait, la véritable tendance du secteur n'était pas tant dans l'évolution de la puissance ou de la finesse de ces produits, mais dans celle de leur connectique et de leur modularité.

On se retrouve en effet avec des appareils qui disposent de moins en moins de ports, le MacBook d'Apple en étant sans doute la plus flagrante illustration. Avec la montée en puissance de l'USB Type-C, de Thunderbolt 3 et du Power Delivery, on se retrouve avec un seul connecteur capable de tout faire.

Un connecteur et des docks, en attendant le Wi-Fi 802.11ad

De quoi laisser le champ libre aux fabricants de hubs en tous genres. Au CES de Las Vegas, on a ainsi vu des produits comme l'HyperDrive rencontrer un certain succès.

Ce projet, qui a levé près de deux millions de dollars sur Kickstarter, propose une sorte de gros dongle à connecter sur la gauche de votre MacBook Pro afin de lui rajouter de nombreux connecteurs (USB 3.1, MicroSD, SD, HDMI, etc.), avec gestion de l'alimentation pour 99 dollars.

Actuellement, il est proposé entre 69 et 79 dollars en précommande sur Indiegogo. Là encore, près de deux millions de dollars ont été levés par la société à l'origine du produit.

Dans les mois à venir, on s'attend à ce que ce genre de solution se fasse de plus en plus courante et que les docks reviennent sur le devant de la scène, notamment avec l'émergence de solutions sans fil à très haut débit comme le Wi-Fi 802.11ad (Lenovo propose déjà de tels produits).

Le tout pourrait d'ailleurs être porté par la convergence d'une telle technologie avec la recharge sans fil, permettant d'imaginer des appareils où les câbles ne sont plus qu'un vieux souvenir, à quelques exceptions près. De quoi réaliser la promesse faite par Intel voilà quelques IDF lorsqu'il était encore question de WiGig ? Le temps nous le dira.

En attendant, les vraies révolutions semblent ailleurs.

GPU Externe : après les promesses, le concret ?

La première est déjà connue et tient dans l'arrivée des cartes graphiques externes. En effet, outre la connectique, c'est désormais la puissance de calcul qui commence à être déportée. Avec le Thunderbolt 3, Intel a donné son feu vert pour l'existence de telles solutions.

Mais comme nous avons déjà eu l'occasion de le voir, malgré les annonces et les promesses, rien ne semble pour le moment vraiment bouger sur le terrain. ASUS a néanmoins profité du CES pour tenter de rassurer sur son produit, alors que ZOTAC a dévoilé un premier prototype.

Rencontrée à l'occasion du salon, la marque nous a confirmé qu'il ne s'agissait pas là d'un coup marketing et qu'il était bien prévu de proposer un produit réel sur le marché. Il était d'ailleurs fonctionnel sur place. Les Mini PC haut de gamme maison vont ainsi intégrer un port Thunderbolt 3 afin d'assurer une compatibilité avec ce futur produit dont une partie les détails restent encore à définir.

ZOTAC peaufine son produit et se pose la question de la taille

C'est notamment la question de la taille du produit et de la compatibilité avec les cartes graphiques qui semble se décider, en même temps que les questions de connectique. La taille des boîtiers capables d'accueillir une carte graphique est assez importante pour le moment, et peut être l'occasion de se démarquer.

ZOTAC, qui vient d'annoncer la GeForce GTX 1080 la plus compacte du marché, pourrait alors être tenté de proposer un boîtier bien plus petit que ses concurrents. Il devrait se limiter à certains modèles, dont ceux que la marque est la seule à proposer pour le moment. Reste à voir ce qui sera décidé, les mois à venir et le Computex de juin devraient être l'occasion d'en savoir un peu plus.

Zotac GPU Externe
Crédits : David Legrand (licence: CC by SA 4.0)

Et si on externalisait le cœur du PC ?

Mais la véritable surprise de ce CES était ailleurs. Elle aurait presque pu passer inaperçue tant son instigateur, Intel, a manqué de volonté de la mettre en avant sur le salon : la Compute Card. Un produit qui reprend un concept de modularité proche du Compute Module proposé pour le Raspberry Pi.

Comme nous l'avons déjà indiqué, il s'agit d'un module contenant un PC complet sous la forme d'une simple carte, permettant de faire évoluer un appareil connecté. Quelques partenaires industriels ont d'ailleurs été évoqués par la société dans son communiqué de presse et sur son site dédié.

Mais on attendait de savoir s'il était aussi prévu de l'exploiter d'une autre manière, notamment pour faire évoluer un ordinateur plus classique. Une piste qui avait déjà été creusée par d'autres avant l'annonce d'un tel produit.

Le smartphone comme module central : déjà des tentatives

Il y a bien entendu eu HP avec son Elite x3 qui exploite la solution Continuum de Microsoft autour de Windows 10. Elle a été reprise par d'autres, comme Acer. Les adeptes de logiciels libres ont aussi pu goûter à une telle solution à travers les dernières évolutions d'Ubuntu.

Cette année encore, on a pu voir ce type de solution sur le devant de la scène au CES de Las Vegas avec la société française Miraxess et son Mirabook. Pourtant, il n'y avait rien de vraiment nouveau puisqu'il est simplement question d'un ordinateur portable de moins de 1 kg dépourvu de composants « actifs ».

Miraxess Mirabook
Crédits : David Legrand (licence: CC by SA 4.0)

On retrouve certes une dalle IPS 1080p et une large batterie, mais le but est là encore de connecter un appareil Windows 10 Mobile via Continuum, ou un appareil sous Android via une application spécifique.

Le produit est actuellement au stade de prototype et l'équipe compte sur un financement participatif via la plateforme Indiegogo afin de lever un million d'euros dans le courant de l'été, le CES étant l'occasion de se faire connaître outre-Atlantique. Il y a peu, le projet Superbook dont la livraison vient d'être repousée à juin prochain a levé 3 millions de dollars sur KickStarter avec une solution similaire.

NexDock passe déjà à la Compute Card d'Intel

Cette piste avait aussi été exploitée l'année dernière par une société qui va faire parler d'elle cette semaine : Nex Computer, connue pour son NexDock. Elle dévoilait dans le courant de l'année dernière son premier projet d'ordinateur portable « vide » à utiliser en complément d'un smartphone, un Compute Stick, un Raspberry Pi ou autre. 

Après avoir effectué sa livraison en août dernier, l'équipe a travaillé sur un autre produit qui vient d'être annoncé, et celui-ci permetta justement d'exploiter la fameuse Compute Card d'Intel. 

Pour le moment, rien ne semble prêt puisque seul un rendu de la machine est diffusé. L'équipe précise néanmoins que son prochain bébé sera dans l'esprit du précédent puisqu'il supportera aussi bien les smartphones sous Windows 10 Mobile, que les Raspberry Pi ou autres appareils via un connecteur USB Type-C. 

Il sera là encore proposé à travers une campagne de crowdfunding dans le courant de l'année, les détails concernant le prix ou les caractéristiques techniques seront dévoilés un peu plus tard. Reste à savoir si ce sera durant le MWC de Barcelone qui se déroulera en février prochain.

Des produits plus évolutifs, mais pas comme l'imaginaient les géants du marché

Quoi qu'il en soit, il apparaît clairement que notre usage de l'ordinateur portable pourrait énormément changer dans les prochaines années. Il sera d'ailleurs intéressant de voir quelles seront les évolutions qui vont « prendre » ou non.

Sera-t-il possible à terme d'utiliser une carte graphique externe sur une machine exploitant un module comme une Compute Card ? La nouvelle tentative de convergences ARM/x86 opérée par Microsoft jouera-t-elle un rôle dans tout cela ? Est-ce que l'émergence de solution de « PC dans le cloud » pensés pour les jeux ou un usage bureautique, tels que le proposent Shadow ou LiquidSky, vont déporter l'intérêt des utilisateurs ?

Il est encore trop tôt pour le dire. Chacun place ses billes, peaufine ses idées et espère réussir à tirer son épingle du jeu dans la période de grands changements qui nous attend.

Mais si la révolution du tactile et du « 2-en-1 » poussée par Intel et Microsoft n'a pas rencontré le succès escompté, on voit nettement apparaître une tendance issue d'une demande récurrente des utilisateurs ces dernières années, vers laquelle de nombreux acteurs sont en train de converger : celle de la modularité et d'une plus forte capacité à lier de hautes performances et une vraie mobilité (bref, l'inverse d'un Acer Predator 21 X Gaming).

Reste maintenant à voir si chacun arrivera à jouer son rôle et à faire avancer les choses dans le bon sens, la volonté de réduire l'évolutivité des machines portables ayant plutôt été l'une des tendances lourdes des acteurs de ce marché ces dernières années.


chargement
Chargement des commentaires...