Windows 10 revient sur ARM, cette fois avec les applications Win32 (x86)

Revoilà la sous-préfette 72
En bref
image dediée
OS
Vincent Hermann

Microsoft a officialisé hier soir la compatibilité dans Windows 10 des applications Win32 avec les appareils équipés de processeurs ARM. Une vague de nouveaux PC arrivera donc courant 2017, mais les détails manquent encore à l’heure actuelle.

Dans le courant de l’année prochaine, des ordinateurs portables équipés de processeurs ARM et de Windows 10 arriveront donc sur le marché. Ils seront évidemment orientés en priorité sur les applications UWP, mais auront la capacité de faire fonctionner les applications Win32. Microsoft a confirmé cette compatibilité hier soir lors de la conférence WinHEC, avec dans la foulée un accord avec Qualcomm.

Un Windows compilé en ARM64 avec émulateur x86

L’approche est différente de ce qui avait été fait pour Windows RT. Dans ce dernier, les applications Win32 intégrées au système avaient été spécifiquement recompilées pour ARM et disposaient de certificats de sécurité spéciaux. Puisqu’ils ne pouvaient pas en disposer, les logiciels tiers étaient interdits. L’utilisateur pouvait seulement se servir du Windows Store pour installer des applications WinRT.

On sait aujourd’hui que cette solution n’a pas fonctionné, les limitations imposées étant trop nombreuses. Avec Windows 10, l’histoire sera différente. Il s’agira d’un système 64 bits conçu pour fonctionner avec les puces les plus récentes de Qualcomm. L’expérience sera complète, puisque non seulement les applications UWP seront présentes (elles ne dépendent pas de l’architecture), mais également celles développées pour Win32.

Dans cette version de Windows 10, tous les binaires propres au système seront compilés pour l’architecture ARM64. Un émulateur x86 sera présent pour les logiciels Win32, mais uniquement en 32 bits. Il n’entrera en fonction que si l’utilisateur lance des logiciels classiques comme Firefox, Office ou encore Photoshop. Ils ne pourront cependant pas être installés en 64 bits, du moins pas dans un premier temps.

Une suite Office complète, Photoshop...

Microsoft souhaite avec ces machines proposer une expérience à mi-chemin entre le portable classique et le smartphone. L’éditeur parle ainsi de « PC cellulaire », puisque ce type de machine disposera systématiquement d’une connectivité 3G/4G et d’une eSIM. Les forfaits données pourront s’acheter directement dans le Windows Store, un terrain que Microsoft prépare depuis un bon moment.

Pour rappel, Samsung utilise également ce genre de carte virtuelle dans sa montre connectée Gear S2. Elle n'est pas sans rappeler l'Apple SIM, mais en étant cette fois-ci standardisée par la GSMA, une association regroupant des centaines d'opérateurs à travers le monde. En France, les grands opérateurs ne semblent pas s'y intéresser outre mesure pour le moment.

L’annonce a été accompagnée d’une démonstration faite sur une machine embarquant un Snapdragon 820 épaulé par 4 Go de mémoire vive. En d’autres termes, un smartphone puissant du début de l’année. L’ensemble s’y est montré plutôt réactif, y compris le lancement d’applications lourdes comme – justement – Photoshop. Il était sans doute trop tentant d’utiliser le célèbre logiciel de retouche pour montrer la viabilité du concept.

La délicate question de l'impact de l'émulation

Il est encore trop tôt pour savoir si l’idée générale aura du succès ou non. Les clients potentiels ont peut-être été échaudés par l’épisode Windows RT, mais si Microsoft communique bien, ce nouveau type de produit pourrait bien rencontrer son public, en entrant directement en concurrence avec les Chromebooks. Cependant, il manque encore de nombreuses informations.

Le fait par exemple d’utiliser un émulateur évoque fatalement une perte de cycles dans les calculs faits par le SoC Qualcomm, ce type d’opération étant par essence assez lourd. L’éditeur n’a donné aucune information sur ce fonctionnement, ou l’impact que cela pourrait avoir sur l’autonomie de la machine. D’autant que ce type de produit pourrait justement être mis en avant comme pouvant facilement permettre une journée entière de travail sans prise à portée de main.

Les smartphones aussi ?

On peut se demander également si Microsoft ne compte pas modifier le mode Continuum de Windows 10 Mobile pour le rendre compatible ici aussi avec les applications Win32. Les smartphones deviendraient alors des stations « complètes », et on peut tout à fait imaginer des stations de travail dédiées à ce type d’usage à l’avenir. Un concept qui a déjà été exploré par HP avec son Elite x3 (voir notre analyse), mais il s'agissait alors de virtualisation pour lancer des applications win32.

Nul doute qu’il faudra encore attendre un peu pour avoir de plus amples informations. La Creators Update, qui devrait arriver courant mars, sera peut-être l’occasion d’en savoir plus, voire de lancer cette nouvelle variante de Windows 10.


chargement
Chargement des commentaires...