Ondes radio, infrarouge, induction (Qi) : la charge sans fil assurait le show au CES

Électrosensibles s'abstenir 51
Accès libre
image dediée
Crédits : D3Damon/iStock
Nouvelle Techno CES
Sébastien Gavois

Si les produits Qi étaient nombreux au CES, d'autres solutions de charge sans fil se montraient également. Certains utilisent de l'infrarouge pour envoyer une poignée de watts à quelques mètres, tandis que d'autres passent par les ondes radio pour multiplier la puissance et la portée. Voici un tour d'horizon des projets qui nous ont marqués.

Juste avant l'ouverture du CES de Las Vegas, Powermat rejoignait le Wireless Power Consortium (WPC), en charge de développer le standard Qi. Une annonce importante puisque la société était jusqu'à présent très impliquée dans AirFuel, un autre consortium regroupant deux alliances sur la charge sans fil : PMA (Power Matter Alliance) et A4WP (Alliance for Wireless Power).

Charge sans fil : Qi gagne une bataille, mais pas la guerre

Comme prévu, le salon était donc l'occasion pour de nombreux fabricants d'annoncer des systèmes de charge sans fil compatibles Qi. Nous pouvons par exemple citer Corsair avec sa souris Dark Core RGB SE et son tapis MM1000, concrétisation du projet Zeus annoncé au Computex de l'année dernière. D'autres fabricants comme Razer et Logitech proposent également des souris sans fil, mais via d'autres technologies (nous y reviendrons).

Sous l'impulsion des iPhone 8 (Plus) et X – tous les trois compatibles Qi – plusieurs fabricants ont profité du salon de Las Vegas pour présenter des produits pensés pour les nouveaux smartphones d'Apple : des chargeurs chez Belkin avec la gamme BOOST↑UP, chez iOttie avec les iON/Easy One Touchchez Anker, chez Scosche, etc.

Il y avait également une batterie externe WiBa chez Avidoune autre chez Mophie, un canapé connecté avec caisson de basse et chargeur par induction dans l'accoudoir chez Miliboo, etc. Bref, Qi était omniprésent.

Wi Surf veut « transformer n'importe quel meuble de la maison » en chargeur Qi

Ce standard n'est pour autant pas exempt de défaut. Premier d'entre eux, il faut que l'appareil soit très proche de la source, généralement à une distance de quelques dizaines de mm au maximum. Des sociétés tentent de contourner cette limitation, notamment la start-up française Rifft avec Wi Surf.

Il s'agit de plaques de chargement à induction modulables, personnalisables et compatibles Qi. Tous les détails techniques se trouvent par ici. Vous pouvez en assembler plusieurs entre elles afin de recouvrir un meuble, une table ou un bureau en large surface capable de charger un ou plusieurs appareils compatibles. Le fabricant annonce une puissance maximum de 60 watts par appareil.

Une campagne de financement participatif est en cours (elle se termine le 31 janvier). C'est déjà un succès avec 148 125 euros levés sur les 30 000 demandés, pour un total de 648 souscripteurs. Le lancement commercial est prévu au cours du premier semestre de l'année.

Mamba HyperFlux : une souris gamer sans fil et sans batterie chez Razer

D'autres ont décidé de se passer de Qi pour proposer une approche différente. Des constructeurs exposaient ainsi des technologies capables de transmettre du courant sur une distance de plusieurs mètres. Elles ne sont pour autant pas exemptes de défauts.

C'est le cas de Logitech avec son kit PowerPlay (tapis et souris avec charge sans fil) qui exploite la résonance magnétique. Razer s'est également lancé dans l'aventure avec sa gamme HyperFlux, là encore avec une autre technologie que Qi. Contrairement à Logitech et à Corsair, la souris n'intègre pas de batterie : le courant est transmis à la volée à la souris via un champ magnétique.

« Cette technologie est la première au monde à fournir de l'énergie directement à la souris, éliminant le besoin d'une batterie. Le résultat est une souris de jeu sans fil ultra-légère avec un poids traditionnellement atteint uniquement par des souris filaires » affirme le fabricant.

La souris Razer Mamba HyperFlux et son tapis Firefly HyperFlux sont les premiers à exploiter cette technologie. La disponibilité est prévue en mars pour un tarif de... 249 dollars tout de même. Pour rappel, le tapis PowerPlay de Logitech est vendu 129 euros seul. Avec une souris G703/G903, il faut compter 248 ou 308 euros selon les cas.

Razer HyperFlux

Wi-Charge promet une portée de 5 m avec sa lampe Lights (infrarouge)

Wi-Charge est un habitué des salons internationaux. La société y vient régulièrement, toujours avec la même démonstration : un train électrique tournant inlassablement en rond et fonctionnant sans aucune batterie.

Comme avec la lampe MyLiFi d'Oledcomm, l'installation comprend un luminaire (à fixer au plafond) baptisé Lights et un récepteur. Le transfert d'énergie passe par l'infrarouge (le fonctionnement est détaillé par ici). Le fabricant profitait du CES pour rappeler qu'il avait obtenu une certification de la part de la FDA américaine (Food and Drug Administration) et présenter au passage sa lampe Lights dans la version qui sera commercialisée.

Comparée aux autres produits du fabricant, elle fait un bond en avant côté puissance, bien que celle-ci soit encore très faible avec 2,5 watts maximum (soit 0,5A sur 5V). De plus, il faudra la répartir entre les périphériques connectés à la lampe, au maximum quatre. 

Une puissance très faible par rapport à Qi, mais avec un avantage de taille : la distance de transmission peut atteindre 5 mètres au lieu de quelques centimètres, avec un champ de vision de 100°. Le fabricant nous précise que la disponibilité de Lights est prévue pour cet été ou à l'automne, sans plus de précision. Il ne communique par contre pas de prix.

En plus de son luminaire, Wi-charge exposait sur son stand des stations de charge ainsi que des coques pour les terminaux mobiles en vue du moment (iPhone et Galaxy S8 de Samsung). 

  

Energous : une portée de plusieurs mètres, en exploitant des ondes radio

Avec sa solution WattUp, Energous a le même but que Wi-Charge, mais avec une mise en œuvre différente : elle laisse de côté les infrarouges pour exploiter les ondes radio (dans la bande des 900 MHz). Trois produits sont référencés par le constructeur : WattUp Far, Mid et Near Field, avec une portée plus ou moins importante.

Selon les cas, la distance n'est pas du tout la même : plusieurs dizaines de mètres pour le Far Field, moins d'un mètre pour le Mid Fear et quasiment au contact pour Near Field. Bien évidemment, la puissance diminue lorsque la distance augmente. Le fabricant précise qu'il est possible de configurer de manière logicielle l'émetteur. 

La société avait d'ailleurs pris les devants à quelques jours de l'ouverture du CES : son émetteur WattUp Mid Field est certifié par la  Federal Communications Commission (FCC). Le cas des autres émetteurs n'est pas précisé.

Dans sa foire aux questions, le fabricant ajoute que sa solution ne déclenche son système de charge que lorsque des terminaux ayant besoin de courant se trouvent dans son rayon d'action. « L'exposition aux ondes radio est essentiellement nulle lorsque les appareils ne sont pas en charge. Lorsqu'ils sont en cours de charge, elle est toujours inférieure, et généralement sensiblement inférieure aux limites réglementaires imposées par la FDA et la FCC » affirme le constructeur.

Le CES était également l'occasion pour Energous d'annoncer des puces permettant de créer des émetteurs/récepteurs (ou d'intégrer cette technologie dans des produits existants), ainsi que présenter les premiers produits commerciaux fonctionnels. Ils seront mis en vente au cours des prochains mois, sans plus de détails sur les prix. 

Chargeur sans fil Powercast : jusqu'à 3 watts de puissance, sur 25 mètres

Powercast profitait du salon de Las Vegas pour annoncer son PowerSpot (approuvé par la FCC américaine et l'ISED canadienne). Il s'agit d'une version plus compacte et pensée pour le grand public de son Powercaster dévoilé il y a déjà plusieurs années.

Avec son PowerSpot, le fabricant revendique une puissance de 3 watts seulement au maximum, mais avec une portée pouvant grimper jusqu'à 25 mètres environ (la puissance baisse avec la distance). Il exploite lui aussi les ondes radio (915 MHz). Des prototypes fonctionnels étaient en démonstration au CES.

Le fabricant indique que l'envoi des premiers exemplaires de production est prévu pour le troisième trimestre de l'année. Le tarif est de 100 dollars, mais Powercast espère bien tomber à 50 dollars lorsque la production de masse sera lancée. De plus amples informations et une foire aux questions sont disponibles par ici.

Powercast

FLI Charge : de la charge par « conductivité », avec un maximum de 40 watts

FLI Charge s'est lancé sur Indiegogo en 2016 avec son FLIway 40. La campagne de financement a été un succès avec 230 000 dollars récoltés (soit 219 % de l'objectif). Cette fois-ci, pas question de s'éloigner de la source puisque le récepteur doit être en contact sur la surface de charge (d'où le terme de conductivité)

En contrepartie, la puissance est bien plus élevée avec 40 watts maximum (20V, 2A). Le fabricant explique que vous pouvez poser la main ou jeter vos clés sur le pad de charge, c'est sans danger. Lorsqu'un objet inconnu est détecté, il s'arrête automatiquement.

Pour profiter de FLI Charge, il faut acheter une coque spéciale (disponible pour certains iPhone et Samsung Galaxy S), ou bien un adaptateur USB. Attention, tous les produits ne sont pas égaux en puissance : le fabricant annonce seulement 5 watts (5V, 1A) pour les iPhone 6 et 7, contre 15 watts pour les Galaxy S7/S7 edge (9V, 1,67A).

Du côté du FLICube (avec port USB Type-A), la puissance maximum est de 12 watts (5,2V, 2,4A). Dans tous les cas, la puissance combinée ne peut dépasser les 40 watts (un simulateur est disponible par ici).

Au CES, le fabricant espère trouver des partenariats afin de s'intégrer directement dans des produits mobiles ou des outils de bricolage. Sur sa boutique en ligne, le FLIway 40 est disponible pour 69 dollars, contre 29 dollars pour les adaptateurs USB. Pour les coques de protection, comptez également 69 dollars. Des kits complets sont vendus à partir de 149 dollars.

Qi pour la charge sans fil (proche), mais quid du reste ?

Le standard Qi a l'avantage d'être largement répandu avec des puissances de plusieurs dizaines de watts. On trouve des chargeurs « cachés » dans des meubles (Ikea s'est lancé il y a plusieurs années déjà), des canapés, des bureaux et il existe de nombreux accessoires pour la maison, la voiture, les magasins, etc.

Problème, cette technologie souffre de plusieurs limitations. Elle ne permet par exemple pas d'apporter du courant à des objets éloignés de plus de quelques centimètres ou même sur de larges zones. Plusieurs sociétés s'engouffrent donc dans cette brèche avec leurs solutions maison capables de grimper parfois jusqu'à plusieurs dizaines de centimètres, voire de mètres, mais avec des ondes radio.

Si la FCC a déjà donné son feu vert pour certains produits, il faudra voir si le régulateur en fera de même en France et surtout quel accueil les clients potentiels feront à ce genre de solutions. Dans tous les cas, celles-ci souffrent d'un manque d'uniformité pour le moment, chacun développant sa technologie dans son coin, quand Qi réussit justement à fédérer des acteurs de poids. Il faudra probablement attendre encore quelques années avant de voir si une solution viendra réellement concurrencer Qi sur le chargement sans fil.


chargement
Chargement des commentaires...