CES 2018 : ces produits et tendances que nous avons hâte de découvrir

C'est parti pour des heures de marche et de folie ! 18
Accès libre
image dediée
Nouvelle Techno CES
Par
le dimanche 07 janvier 2018 à 22:29
Sébastien Gavois

À quelques heures de l'ouverture du CES, nous avons mené un premier tour d'horizon de produits intéressants à suivre durant le salon. L'intelligence artificielle se met cette année encore au service des voitures  autonomes et de l'e-santé, tandis que les objets connectés sont toujours aussi nombreux.

Chaque année, le CES de Las Vegas est l'objet de nombreux lancements. Et à chaque fois, on retrouve les mêmes mécaniques. En amont du salon,  les grands constructeurs annoncent tout ou partie de leurs nouveautés alors que les plus petits acteurs tentent d'attirer les curieux sur leurs stands à grands coups de communication ou d'emails.

Ainsi, dans les deux mois qui précèdent l'ouverture du CES, ce sont de centaines de communiqués de presse et d'invitations qui nous parviennent, parfois près d'une dizaine de fois pour un même produit. Une stratégie souvent hasardeuse qui montre à quel point il est difficile de se distinguer, mais aussi de trouver la bonne attitude.

Participer au CES peut être coûteux, sauf si c'est un partenaire qui paie la note, il ne faut donc pas se louper et mettre toutes ses chances de son côté pour y faire parler de soi. Pour ce qui nous concerne, même si c'est laborieux, nous lisons tout ce qui nous est envoyé. L'occasion de découvrir (assez rarement) de bonnes surprises.

Cette année, nous avons décidé de les partager avec vous, afin de vous présenter les tendances et les produits sur lesquels nous espérons en apprendre un peu plus sur place, et si possible avoir confirmation de leur intérêt. Pour certains, nous devrions avoir un premier aperçu lors du CES Unveiled qui ouvrira ses portes cette nuit et sur lequel nous reviendrons bientôt plus en détail.

Bien entendu, nous ne nous limitons pas ici au « hardware », cette sélection concernant aussi bien la e-santé que des objets connectés et autres voitures autonomes. 

Qwant et Vivoka : des assistants indépendants des géants du Net

L'une des tendances de 2017 a été le développement des assistants et leur intégration à un grand nombre de produits. L'an dernier, le CES était l'occasion de découvrir de nombreuses initiatives, avec Alexa d'Amazon très présente sur l'ensemble du salon. 

Cette année, Google a décidé de ne pas laisser cet affront se reproduire et a considérablement squatté Las Vegas. Le célèbre Monorail est ainsi aux couleurs de son assistant maison, et l'on peut d'ores et déjà voir de nombreuses publicités et bâtiments sur le même ton un peu partout dans la ville.

Bref, attendez-vous à voir de nombreuses annonces de partenariats, plus étonnants les uns que les autres, relayées en masse par l'ensemble des médias présents sur place. Mais ce qui nous semble particulièrement intéressant cette année, c'est qu'il devrait enfin être question d'alternatives.

En effet, ces assistants sont pour le moment rattachées à des géants du secteur sans possibilité de s'en libérer, même un minimum. Une utilisation sans compte de Google Home ou des Echo d'Amazon est impossible. Et pour cause, leur objectif est avant tout de devenir une caisse enregistreuse accessible partout, à portée de voix.

Le tout devant permettre à ces acteurs de s'imposer à nouveau comme des intermédiaires incontournables pour l'achat de produits, à l'aide de vos données. Vous aider au quotidien est ainsi « le petit plus » proposé « gratuitement » pour vous inciter à craquer pour ces produits.

Pourtant, des acteurs qui défendent d'autres valeurs et mécaniques commencent à s'impliquer. Nous avons déjà vu que Mozilla propose une solution open source de reconnaissance vocale. Lors du CES, c'est Qwant qui devrait en dire plus sur son association avec le français Myxyty, dévoilée en octobre dernier, autour de l'enceinte connectée MyxyPod. Deux sociétés qui disposent de bureaux à Sophia Antipolis.

En exploitant les services de Qwant tels que Shopping ou Music, en plus d'un système de contrôle domotique, celle-ci doit permettre l'utilisation d'un assistant vocal, conçu en Europe, qui se veut respectueux de votre vie privée. Reste à voir si l'ensemble arrive à être convaincant concernant son fonctionnement et son interface.

De son côté, Vivoka présentera Zac et son intelligence artificielle Lola, qui avaient été financés sur Kickstarter à hauteur de  66 299 euros sur les 50 000 demandés fin 2016, avant que le projet ne soit annulé le 15 décembre de la même année. Le CES sera certainement l'occasion d'en savoir plus.

La jeune société lorraine sera bien sur place, afin de présenter son produit qui se distingue par l'utilisation d'un dispositif assez particulier : « Zac, le raton laveur holographique, doté d’une intelligence artificielle, capable de contrôler vocalement tous les équipements de la maison ». Tout un programme.

Il faudra alors voir si cette mascotte est un atout ou un gadget un peu inutile entourant un produit qui pourrait être intéressant s'il dispose d'un fonctionnement correct, avec de bonnes intégrations tierces.

Travis : un traducteur de parole en 80 langues autonome

Travis est un gros succès du financement participatif avec 1,7 million de dollars récoltés sur Indiegogo il y a quelques mois déjà. Il s'agit d'un petit appareil portable « qui utilise l'intelligence artificielle pour traduire la parole en 80 langues, le tout en moins de deux secondes », avec un fonctionnement online et offline (reste à voir dans quelles conditions).

Là aussi il ne s'agit pas d'une première, puisque l'on a déjà vu Google par exemple vanter une telle solution au sein de ses écouteurs connectés Pixels Buds. Mais ici il n'est pas question d'un lien avec un géant du numérique en particulier.

Afin de se démarquer, Travis explique qu'il est « spécialement conçu pour la communication en face à face », on demande à voir.  Une version Business avec transcription des échanges vocaux est également annoncée. Les tarifs oscillent entre 199 et 439 dollars suivant les options (transcriptions, carte SIM avec 1 Go data partout dans le monde, etc.).

TravisOrosound

Orosound : un casque à annulation de bruit sélective pour l'open space

Orosound présentera de son côté les « premiers écouteurs à annulation sélective et directionnelle de bruit pour l’open-space » : Tidle. L'ensemble se compose d'un tour de cou et d'écouteurs intra-auriculaires avec une télécommande (voir ci-dessus). La société n'est pas inconnue puisqu'elle a été créée en mai 2015 par deux anciens de chez Parrot.

Les écouteurs peuvent différencier les sons utiles du bruit ambiant affirment le constructeur. On ne sait par contre pas s'il est capable de faire de même au niveau de l'utilité des propos. Quoi qu'il en soit, ils permettent « de conserver la voix qui vient d’en face à 60° et de supprimer les nuisances sonores », ce qui doit permettre de travailler au calme tout en étant capable de tenir une conversation si nécessaire.

Là aussi, il faudra voir si le fonctionnement est aussi prometteur que l'annonce, la société indiquant avoir breveté certaines de ses technologies. Après une campagne de financement participatif, la précommande est proposée en direct à 359 euros. La livraison est prévue à partir de février 2018.

De l'IA au service de l'e-santé, notamment pour les diabétiques

Une des grosses tendances de cette année semble être la santé connectée, avec de nombreux produits finalisés. Rythm que nous avons déjà évoqué pour son bandeau connecté Dreem pour le sommeil et sa plateforme Morpheo sera présente, mais elle n'est pas la seule, loin de là.

La société lorraine Pharmagest viendra ainsi à Las Vegas avec de « nouveaux outils de surveillance de l'hôpital à la maison avec l'IA », autant dire que la société ratisse large dans son communiqué de presse. Il est notamment question de l'utilisation de Sailsense, un outil d'analyse comportementale utilisé pour personnaliser l'offre des pharmacies en ligne. Une solution conçue par une autre société lorraine rachetée au début de l'année par le groupe : Sailendra. 

Toujours dans le domaine de l'e-santé, le CEA (Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives) viendra en force avec de nombreuses start-ups : Aryballe Technologies et ses capteurs biochimiques pour la détection d'odeurs et de goûts, eLichens pour la qualité de l'air, APNEABAND pour les apnées du sommeil et Diabeloop.

Cette dernière présentera son « pancréas artificiel » et une intelligence artificielle pour les diabétiques de type 1. Une autre start-up s'intéresse également au cas des diabétiques : Diabilive. Là il est question application mobile « qui aidera les diabétiques à maintenir un mode de vie sain et normal en surveillant leurs doses d'insuline ». Dans les deux cas, le but est donc le même : simplifier autant que possible leur vie au quotidien.

Dépistage des pathologies cardiovasculaires avec un t-shirt connecté

CardioNexion sera également à Las Vegas pour présenter « le premier dispositif médical connecté permettant le dépistage et l'analyse ultra-précoce, en temps réel et en continu, de l'ensemble des pathologies cardiovasculaires ».

Il s'agit d'un t-shirt ou d'un soutien-gorge doté de capteurs surveillant en temps réel et tout au long de la journée de nombreuses données : fréquence cardiaque, rythme respiratoire, positionnement dans l'espace, température, etc. La start-up affirme qu'elle peut ainsi proposer « la même surveillance médicale que dans une unité de soins intensifs ».

Se pose évidemment la question de la confidentialité des données médicales des patients et du respect de leur vie privée. Le fabricant déclare que, « via le smartphone du patient, les données anonymisées, recueillies 24h/24, sont envoyées vers des serveurs sécurisés, où elles vont être analysées grâce à un algorithme propriétaire [...] Si un problème potentiel est décelé, le médecin du patient est alors prévenu. Dans les cas les plus graves, les secours sont directement alertés ».

CardioNexionCardioNexion

Always connected PC : enfin le coup d'envoi ?

Qualcomm a fait plusieurs annonces le mois dernier, mais le gros des produits devrait être à découvrir sur le salon pour une commercialisation un peu plus tard dans l'année : les PC « always connected » devraient être présents en force au CES, qu'ils soient à base de puce ARM ou Intel.

Pour rappel, il s'agit de solutions censées être accessibles, très autonomes et surtout équipées d'une puce 4G permettant d'assurer une connexion constante plutôt que de se reposer seulement sur le Wi-Fi, comme avec les smartphones et certaines tablettes. 

Outre ses modèles NovaGo à base de Snapdragon 845 dès 599 dollars, ASUS a fait une autre annonce côté Intel il y a quelques semaines : le 2-en1 Transformer Mini (T103HAF). Présenté à 449 euros, on le retrouve pour un peu plus cher chez les revendeurs. Il intègre une eSIM et propose une connectivité 3G/4G dans plus de 100 destinations différentes grâce à un partenariat avec Transatel. Les forfaits peuvent être achetés via l'application Plans Mobiles de Windows 10

Transformer Mini T103HAF

La machine n'est par contre pas très sexy avec un Atom X5-Z8350 (Cherry Trail), une dalle de 10,1 pouces (1280 x 800 pixels), et jusqu'à 4 Go de mémoire. La connectique est néanmoins correcte avec un port USB 3.1 Gen 1, un micro-USB, un micro HDMI. On retrouve également du Wi-Fi 80.11ac, du Bluetooth 3.1 et 64 Go de stockage.

L'autonomie est donnée pour 12 heures avec une batterie de 32 Wh. Notez qu'une version sans eSIM semble également proposée, mais à 319 euros seulement. Une différence de prix qui est loin d'être négligeable. Espérons donc que les prochaines initiatives du genre seront un peu plus intéressantes. 

Wi-Fi 802.11ax et généralisation du « mesh »

Nous l'avons déjà évoqué, mais le Wi-Fi 802.11ac va connaître une nouvelle évolution avec le 802.11ax qui doit proposer plus de débit avec des bandes de fréquences plus larges. Si Qualcomm et Marvell ont déjà dévoilé une partie de leurs plans, de premiers produits devraient apparaître lors du salon, notamment chez Intel.

Notez au passage que la technologie « mesh » devrait continuer de se démocratiser. Ainsi, outre Netgear qui va continuer d'étendre sa gamme Orbi, ASUS prépare une mise à jour de certains de ses routeurs en ce sens, tout comme Synology qui devrait également profiter du salon pour en dire  un peu plus sur le sujet (voir notre analyse).

Chronocam et Orcam : deux optiques différentes pour la vision artificielle

Si la vision artificielle est utile dans plusieurs domaines, ses principaux débouchés sont pour le moment du côté des malvoyants et des voitures autonomes. OrCam MyEye s'intéresse aux premiers, tout en étant issue du second monde. Cette société a en effet été créée par les fondateurs de Mobileye (rachetée depuis par Intel pour 15 milliards de dollars). 

OrCam MyEye convertit des informations visuelles en données audio : magazines, mails, SMS, visage d'une personne (150 maximum) et un produit (parmi une liste de 150 objets) préalablement enregistrés, valeur d'un billet de banque, etc. Notez que cette solution n'est pas nouvelle, étant déjà sur le marché depuis trois ans. Nous verrons si des nouveautés sont annoncées à l'occasion du CES.

De son côté, Chronocam propose « une rétine en silicium » inspirée du modèle biologique de l’œil humain pensée pour les voitures, les drones et les robots ayant besoin d'une vision. La start-up annonce avoir levé 20 millions de dollars depuis son lancement et compte Intel, Renault-Nissan et le CEA parmi ses investisseurs.

AMD et Intel : guerre des APU, NVIDIA sur le banc de touche

Si le marché des processeurs a été secoué en 2017 par l'arrivée de la gamme Ryzen d'AMD, 2018 devrait aussi connaître quelques bouleversements. Outre les nouvelles générations de puces du constructeur, c'est surtout l'arrivée de ses premiers APU de nouvelle génération qui est attendue. 

En effet, ils devraient lui permettre de s'attaquer au marché des machines bureautique, où une carte graphique indépendante n'est pas nécessaire. Après une présentation effectuée à la presse dans la journée d'hier, les premières informations et autres annonces des partenaires devraient tomber. 

Intel a de son côté déjà évoqué sa propre solution : les processeurs Core de 8ème Génération « G » avec Radeon RX Vega M, dont la présentation détaillée a fuité un peu plus tôt dans la journée (voir notre analyse). Seul grand absent de ce secteur : NVIDIA. Si certains espèrent que Tegra sera proposé à terme pour les PC « always connected », pour le moment, ses deux concurrents semblent surtout tout faire pour tenter de lui récupérer quelques parts de marché.

Intel Radeon RX Vega M Slides

HDMI 2.1 avec rafraichissement variable, Thunderbolt 3 et USB Type-C enfin généralisés ?

Prochaine évolution de la norme HDMI, la version 2.1 dévoilée l'année dernière et finalisée en novembre doit apporter quelques nouveautés comme la 10K, le 120 ips, eARC et la gestion du rafraichissement variable. Actuellement, cette dernière est seulement exploitée par AMD à travers le DisplayPort et chez NVIDIA via G-Sync. Cette édition du CES devrait nous permettre d'en savoir plus sur l'évolution de la norme et son intégration. 

En mai dernier, Intel annonçait ouvrir sa technologie Thunderbolt 3. Depuis, on ne peut pas dire que cela a produit un effet dingue sur le marché. Néanmoins, on espère que ce CES sera l'occasion de voir de nouvelles initiatives naître. Surtout que le constructeur a dévoilé trois nouveaux contrôleurs JHL7x40 (Titan Ridge). Ils apportent surtout la compatibilité avec le DisplayPort 1.4, avec une subtilité intéressante.

En effet, le JHL7440, qui s'adresse avant tout aux fabricants de moniteurs, se distingue des 7540 et 7340 par une compatibilité assurée lorsque la connexion passe par un simple connecteur USB Type-C. De quoi étendre les possibilités, Intel promettant de nombreux moniteurs exploitant cette puce courant 2018.

On espère d'ailleurs voir de plus en plus d'appareils s'appuyant sur l'USB Type-C comme connectique de manière générale, notamment du côté de l'alimentation. De quoi aller vers plus de standardisation et soutenir une utilisation croissante de batteries externes, notamment avec nos ordinateurs portables.

Samsung Series 9 USB Type-C
Crédits : David Legrand (licence: CC by SA 3.0)

L'autre gros morceau du CES : les objets connectés

Comme chaque année, le CES de Las Vegas sera l'occasion pour les fabricants d'objets connectés de présenter leurs nouveautés... ou simplement les évolutions de leurs produits. C'est notamment le cas de Blocks qui, cette année encore, exposera sa montre connectée modulaire. 

La campagne Kickstarter a été lancée avec succès en 2015 et les premières précommandes ont été ouvertes lors du CES 2016. Depuis, les délais de livraison se sont beaucoup allongés et les backers de la première heure ne semblent toujours pas avoir tous été livrés. Le CES sera certainement l'occasion de faire le point sur le sujet.

Ubiant et FlowBox au service des bâtiments

Les Français d'Ubiant sont également des habitués du CES de Las Vegas. Il y a deux ans, nous évoquions par exemple la solution Hemis pour réduire la consommation énergétique des bâtiments. Cette année, l'application gagne le contrôle par la voix avec Google Home, tandis qu'Alexa arrivera courant 2018.

FlowBox se penche sur un secteur qu'elle estime trop souvent laissé de côté : la plomberie.  La société propose déjà des vannes connectées, mais promet une « révolution » pour le CES, sans plus de détails pour le moment.

D'autres sociétés dévoileront aussi leurs solutions pour la maison connectée. C'est par exemple le cas d'Oledcomm qui propose des solutions autour du LiFi (Internet par la lumière, voire cette actualité). Lancey sera également à Las Vegas avec son radiateur électrique intégrant une batterie

Dans les deux cas, il s'agit de rendre la maison toujours plus « smart ». 

Digitsole passe au monde de l'entreprise avec une chaussure de sécurité connectée

Digitsole continue de faire évoluer ses chaussures connectées et s'intéresse cette année au monde de l'entreprise avec la « première chaussure de sécurité avec intelligence artificielle embarquée » (sic). Elle peut récolter de nombreuses données : l'activité au travail (marches, distance, escaliers), l'analyse biomécanique (pronation et supination) et de la posture, la détection des vibrations et de la fatigue, les glissages et les chutes, etc. 

Il faudra voir si la CNIL et les représentants du personnel ne trouveront rien à redire à ce genre de dispositif capable de suivre de très près les mouvements et les déplacements des employés au quotidien au sein de l'entreprise. La gestion de la vie privée sera ainsi un élément essentiel, surtout avec ePrivacy et le RGPD qui arrivent en mai prochain en Europe. 

Des véhicules autonomes dans Las Vegas, plusieurs sociétés françaises sur place

De nombreuses annonces et présentations graviteront autour du véhicule connecté ou autonome cette année encore. Lyft propose des déplacements en voiture autonome dans Las Vegas, tandis que les Français de Transdev seront au Smart Cities Markteplace pour exposer leur véhicule de transport public « à la demande », via une application mobile.

D'autres Français seront également sur place : Navya. Pour rappel, une de leur navette autonome réalise déjà un parcours prédéfini dans Las Vegas. Elle a même été impliquée dans un léger accrochage, sans en être responsable. Dans tous les cas, l'équipe derrière l'Autonom Cab sera au CES, sur le stand de Valeo, les deux sociétés étant partenaires depuis plusieurs années.

GeForce Now et Gamestream : le streaming de jeux dans l'ombre de Shadow

Alors que Shadow se développe désormais aux USA, on attend avec impatience de voir si NVIDIA en dit plus sur l'évolution de son offre GeForce Now dans les mois à venir, notamment au niveau du modèle économique et de l'accès depuis un PC.  

Surtout qu'un nouveau concurrent compte se lancer dans le streaming de jeux vidéo : Gamestream. Cette fois-ci, ce sont des titres issus des consoles qui seront proposées en 720p ou 1080p. La société ne vise pas spécialement le grand public, mais plutôt le B2B et les intégrations pour se développer.

« Notre service sera bientôt disponible dans plusieurs pays, à la fois en B2B avec des Opérateurs Telecom (nous sommes alors inclus dans leur interface TV) et avec des Groupes d’Hôtels (Lobbys et chambres) ». Le CES de Las Vegas sera l'occasion d'effectuer quelques démonstrations.

GamestreamGamestream

Des drones pour les agriculteurs

Les drones devraient cette année encore être présents, mais sans être au niveau de la « folie » de 2015. Le gadget avec lequel on s'amuse quelques minutes/heures, pour le ranger pendant des mois, semble plutôt derrière nous et la fièvre des fabricants est plutôt retombée.

Des usages plus concrets sont désormais visés, comme les amateurs de sport et les professionnels par exemple. Dans le second cas, l'agriculture semble être un secteur porteur. Kray Technologies présentera ainsi son drone pulvérisateur pour les champs.

D'après le fabricant, il devrait être capable de remplacer avantageusement les avions et les diffuseurs au sol. Une version de préproduction sera présentée, avec un lancement sous la forme d'un test grandeur nature aux États-Unis et au Canada.

Kray drone

Puis il y aura tout le reste... et quelques surprises ?

Le CES est également le théâtre d'annonces... étranges. C'est le cas de la batterie WiBa d'Avido qui peut charger sans fil un smartphone, mais peut elle aussi être rechargée sans fil, via la technologie Qi dans les deux cas. Elle affiche une capacité de 5 000 mAh et sera disponible courant février pour 99,95 dollars.  

Dans le genre inattendu, Gemini présentera également son... PDA (oui, nous sommes bien au CES 2018). Celui-ci a été lancé sur Indiegogo au début de l'année, avec succès puisqu'il a récolté plus de 1,2 million de dollars. Il dispose d'un écran de 5,99 pouces, d'un clavier physique et fonctionne sous deux systèmes d'exploitation : Android et Linux.

Les insolites devraient d'ailleurs être nombreux cette année encore. Pour le moment, nous savons qu'il y aura par exemple un jeu d'échecs Square Off avec des pièces se déplaçant toute seule, la table Atari Pong, encore un projet lancé avec succès via un financement participatif, des cibles interactives pour le tir sportif chez Sport Quantum. Signalons enfin PowerUp (également en partenariat avec le CEA) qui propose de la gestion et maintenance de batteries Li-ion.

Bien entendu, nous découvrirons aussi sans doute des choses qui n'ont pour le moment pas été teasées et auxquels nous ne nous attendons pas. Heureusement pour nous, les salons ne sont pas qu'un grand défilé de communiqués de presse et de stands, ils sont aussi un lieu d'échange et de découverte, parfois agréablement surprenantes. 


chargement
Chargement des commentaires...