« Science, risques et principe de précaution » : l’analyse du Comité d’éthique du CNRS

Peur sur la ville
« Science, risques et principe de précaution » : l’analyse du Comité d’éthique du CNRS
Crédits : PeopleImages/iStock

Si tout le monde a une idée de ce que représente le principe de précaution, sa définition est assez stricte alors que son champ d’application – déjà immense – ne cesse de s’agrandir. Le Comité d’éthique du CNRS propose un tour d’horizon et formule des recommandations dans un avis d’une quarantaine de pages.

COMETS, ou Comité d’éthique du CNRS, se présente comme « une instance de réflexion » du Centre national de la recherche scientifique. Son but avoué est d’attirer « l’attention des personnels de recherche et de direction sur les dimensions éthiques et sociétales de toute recherche ». Son premier avis remonte à 1995 ; il était alors question de la communication scientifique. Une fiche de présentation est disponible par ici.

La science pour le meilleur et… pour éviter le pire

Il a récemment publié son 41e avis, axé sur le principe de précaution. Un sujet qui résonne avec l’actualité récente, notamment autour de la 5G. Dans l’ensemble, la science – au sens large du terme – a « considérablement amélioré la condition de l’humanité » et nous aide « à relever les grands défis lancés aux sociétés humaines ».

Le rapport ajoute que, même s’il « y a tout lieu d’espérer qu’elle continuera à le faire », il faut rester prudent : « certaines des applications de la recherche induisent des risques graves et irréversibles tant pour les individus que pour la planète ». Les films de science-fiction ne se privent pas d’exploiter de tels scénarios catastrophe, que ce soit avec des intelligences artificielles qui pourraient éradiquer l’humanité, les catastrophes climatiques, les virus... 

Cette prudence s’incarne par le « principe de précaution », dont le but est de tirer parti des résultats scientifiques « pour prendre des mesures conservatoires, sans attendre que l’on soit en mesure de quantifier avec précision l’ampleur des périls qui nous guettent ». Problème, on se retrouve alors « dans une tension entre le progrès de la connaissance, les développements technologiques qu’ils induisent et la conscience des risques qu’ils génèrent ».

Notre dossier sur le principe de précaution :

Le principe de précaution intégré dans la législation en 1995…

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !