Pour un numérique soutenable, « des bonnes intentions […] ce n’est pas suffisant »

Alors qu’une bonne contrainte…
Internet 3 min
Pour un numérique soutenable, « des bonnes intentions […] ce n’est pas suffisant »
Crédits : luza studios/iStock

Depuis plusieurs mois, la question de l’empreinte écologique du numérique prend de l’importance. Sous la présidence de Sébastien Soriano, l’Arcep s’est emparé du sujet et a récemment dévoilé ses pistes de réflexion qui tirent tous azimuts. Car de nombreux maillons de la chaîne ont leur rôle à jouer.

En juin, l’Arcep lançait sa plateforme « pour un numérique soutenable », avec un appel à contributions aux acteurs du numérique (opérateurs, entreprises, pouvoirs publics…) dans la foulée.

De septembre à novembre, cinq ateliers ont été organisés, ainsi que deux « grandes discussions ». De quoi nourrir une discussion assez dense. Le régulateur a récemment fait le point sur ce qu'il en est ressorti, ainsi que des 42 contributions écrites qu'il a reçues. Il en a tiré un premier rapport d‘étape

Trois axes principaux

Il y dévoile onze proposions pour « conjuguer développement des usages et réduction de l’empreinte environnementale ». Pour l’Autorité, il est important que le numérique prenne « part à la stratégie bas carbone, sans renoncer aux possibilités d’échanges et d’innovation ». Le tout autour de trois grands thèmes :

  • Améliorer la capacité de pilotage de l’empreinte environnementale du numérique par les pouvoirs publics.
  • Intégrer l’enjeu environnemental dans les actions de régulation de l’Arcep.
  • Renforcer les incitations des acteurs économiques, acteurs privés, publics et consommateurs.

L’Arcep propose, le pouvoir politique dispose

Dans cette bataille environnementale, l’Autorité se positionne comme une « force de proposition », ajoutant qu’il appartient au pouvoir politique de « définir le niveau d’ambition et en particulier la trajectoire dans laquelle il souhaite inscrire le secteur numérique ». Elle laisse donc au gouvernement le soin de définir « les outils de transparence, d’incitation et le cas échéant de contrainte ».

Pour apporter sa pierre à l’édifice, le régulateur récupère des données de l’ensemble des acteurs (notamment des opérateurs) selon des « méthodologies identiques afin de disposer d’indicateurs communs ». Elles manquent par contre à l’appel pour le moment, devant arriver en ce début d'année, sans plus de précisions.

Nul doute que le sujet occupera le nouveau président qui doit être nommé dans les semaines à venir. Laure de la Raudière a pour rappel été proposée par le premier ministre et doit être entendue par les parlementaires.

Ni condamner le numérique ni le mettre sur un piédestal

Avant toute chose, l’Arcep tient à préciser deux points importants : « Il ne s’agit pas de condamner le numérique en lui-même ni de brider ou restreindre a priori son utilisation : certains usages participent directement à la réduction des émissions de gaz à effets de serre. Il ne s’agit pas non plus de considérer le numérique comme un secteur dispensé des efforts à accomplir pour respecter l’Accord de Paris et ses exigences nouvelles ».

L’Autorité prône une approche « holistique » et ses pistes de réflexion concernent donc aussi bien les services, les opérateurs, les terminaux et, bien évidemment, les consommateurs à qui il faudrait donner plus d’informations… encore faut-il qu’elles correspondent à une réalité tangible et soient faciles à appréhender par tout à chacun.

Obligation de résultats, pas uniquement de moyens

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !