#Flock ne veut pas faire de la figuration

Et passer à l'action ! 38
Accès libre
image dediée
Dessins

Comme chaque samedi à 13h37, Flock pose son regard acide sur l'actualité dans le domaine numérique. Il publie ainsi une chronique regroupant cinq ou six dessins en rebond sur nos articles.

Nouveau drame autour de la Copie privée : les associations de consommateurs menacent de quitter en bloc la table de la Commission, où elles estiment ne pas pouvoir peser sur les décisions prises et simplement être là comme cautions. 

Mais ce coup de semonce sera-t-il entendu, ou seulement critiqué comme l'ont fait certains élus du sud de la France qui se sont fait retoquer le dispositif de portiques biométriques qu'ils comptaient mettre en œuvre dans deux lycées ? Disproportionné a jugé la CNIL. Idem pour le système d'écoute espéré par certains à Saint-Étienne.

Cela nous montre que si le futur des nouvelles technologies est encore incertain, certaines tendances ont la vie dure, comme l'avaient prévus certains auteurs de science-fiction. La surveillance de masse et les dérives de plateformes comme Facebook en sont une, qui perdurera tant que cela n'aboutira qu'à des amendes ridicules.

50 ans après la création d'Internet, il semble donc temps de repenser certains fondamentaux.

Cette chronique est financée grâce au soutien de nos abonnés. Vous pourrez la retrouver en accès libre dès la semaine prochaine, comme toutes les précédentes publications de Flock dans nos colonnes.

  • Les associations de consommateurs menacent de quitter la Commission Copie privée
  • Qu'attendre du futur ? De l'intelligence artificielle à l'humain augmenté
  • Cambridge Analytica : Facebook paiera 500 000 £ suite à un accord avec la CNIL britannique
  • La CNIL dit non aux oreilles électroniques dans les rues de Saint-Étienne
  • Reconnaissance faciale : la lettre de la CNIL adressée à Renaud Muselier
  • Internet : retour sur 50 ans d'une folle histoire

chargement
Chargement des commentaires...