Bras de fer entre Molotov, TF1 et M6 : pourquoi nous saisissons la Hadopi

La Télé ré-éventée 56
image dediée
Crédits : Molotov.tv
Justice
Marc Rees

Molotov subit depuis son lancement de nombreuses restrictions imposées par M6 et TF1, en particulier sur le terrain des bookmarks, petit nom maison des enregistrements réalisés sur l’autel de la copie privée. Nous avons décidé de saisir la Hadopi pour tenter de purger ces difficultés qui sont autant de préjudices pour les utilisateurs. 

Molotov, la télé réinventée chère à Pierre Lescure, Jean-David Blanc et Jean-Marc Denoual, a depuis ses origines vocation à réconcilier les internautes avec la télévision. Comme exposé lors du lancement, le service en ligne, accessible sur n’importe quel écran, veut remettre la fameuse expérience-utilisateur au goût du jour, en poussant aux oubliettes la télévision de papa. 

Replay, live, classements des chaînes, moteur aux petits oignons, et cerise sur le gâteau, une fonction d’enregistrement des programmes en cours ou à venir (« les bookmarks »). Un moyen « de ralentir le temps audiovisuel », dixit ses fondateurs, agacés de ces masses de flux audiovisuels jusqu’à présent noyés dans le siphon cathodique. 

Sur le papier, tout était huilé. Le projet de loi Création tombait au bon moment pour véhiculer une révolution : l’extension de la copie privée des supports tangibles à cette forme de stockage dans le « cloud ». Une technique vieille comme le monde : face à un mur infranchissable, autant le contourner ! Molotov allait donc profiter de cette exception pour évincer la douloureuse case de l’autorisation des créateurs, nécessaire en principe dès lors qu’on veut « fixer » leurs œuvres. 

Un travail législatif inachevé, une pluie de restrictions

Lisez la suite : 77 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...