Molotov.tv : on a testé le service de « télé réinventée »

En jaune et noir 116
En bref
image dediée
Crédits : Molotov.tv
Streaming
Par
le lundi 11 juillet 2016 à 09:30
David Legrand

Alors que Molotov se lance aujourd'hui, nous avons pu tester le service pendant sa phase de bêta. L'occasion pour nous de vous en dire plus et livrer un premier avis.

Cela fait maintenant plusieurs mois que le service Molotov fait parler de lui. Annoncé au départ pour novembre, c'est finalement ce 11 juillet qu’il doit ouvrir ses portes. Sa promesse ? Organiser l’offre de contenus diffusés à la TV, à la manière d’un catalogue de SVOD tel que CanalPlay ou Netflix. Une sorte de Captvty nouvelle génération, disposant d'un modèle économique et soumis à la copie privée.

Une offre gratuite, des abonnements dès 3,99 euros par mois

En France, ce terrain est déjà en partie occupé par les applications TV des FAI/opérateurs ainsi que MyCanal. Pour faire la différence, Molotov a fait le choix de proposer dans une même interface les programmes des principales chaînes françaises accessibles en replay, en direct ou ceux qui seront bientôt diffusés.

Le tout est couplé à un dispositif d’enregistrement « dans le cloud » afin de permettre une consultation hors des délais habituels du replay (notre actualité détaillée). L'accès est proposé depuis la France Métropolitaine, les DROM COM (certains programmes peuvent être exclus), ainsi qu’à Monaco et Andorre. L'utilisation d'un VPN n'est pas interdite, mais déconseillée.

Trois offres, sans publicités autres que celles du flux des chaînes, sont proposées. La première proposera 10 heures d’enregistrement, les contenus de 35 chaines (dont celles de la TNT gratuite, hors NRJ12) et la possibilité de consulter un unique flux de streaming. Celui-ci sera en qualité SD.

Molotov Tarifs 11-07-2016Molotov Tarifs 11-07-2016

La seconde à 3,99 euros par mois, qui n'est pas encore disponible, permettra de passer à 100 heures d’enregistrement et 4 flux de streaming HD (sur un maximum de 5 appareils). Enfin, l'offre « Extended » à 9,99 euros ajoute une trentaine de chaines (voir le détail plus bas). On est pour le moment encore loin de la centaine promise

Des tarifs plutôt raisonnables, même si l'abonnement le plus cher devra justifier d'une bonne dose de contenus pour convaincre. Le service fera face à Canalsat et ses nombreuses exclusivités, qui draîne aujourd'hui une bonne partie de l'offre payante sur le marché français.

Du web et de l’open source pour la partie technique

En amont de son lancement, l’équipe a accéléré l’ouverture de sa bêta. Via l’une de nos adresses « discrètes », nous avons reçu une invitation. L’occasion pour nous de faire un premier point sur ce service via ses applications macOS, Windows (version 0.7.4). Néanmoins, d’autres ont été mises en ligne à l'occasion du lancement pour Apple TV (4ème génération) et iPad avec des interfaces adaptées. Pour Linux, Android, les iPhone et les Smart TV de LG/Samsung il faudra attendre plus tard. Aucune application n'est prévue pour les boxs des opérateurs.

Pour les amateurs de détails techniques, sachez que Molotov utilise le framework Electron. Il permet de construire des applications multiplateformes en utilisant Chromium, Node.js et le trio HTML5/CSS/JS. Il est connu pour être au cœur de l’IDE Atom de GitHub, ou encore de Visual Studio Code, des clients de Slack et Wordpress. Pour autant, ne vous attendez pas à un support de Chromecast ou d’AirPlay, même s'il est annoncé par l'équipe.

Molotov iPadMolotov iPad
Molotov permet de s'inscrire sur iPad

La protection des contenus est assurée par le plugin Widevine CDM, déjà utilisé sous Chrome et Firefox. La distribution se fait à travers un paquet NuGet et Squirrel. Un petit fichier téléchargé permettra ainsi de récupérer la version la plus récente. L’équipe de Molotov semble donc avoir évité soigneusement Flash et Silverlight, qui sont progressivement abandonnées par les autres acteurs du secteur au profit des technologies web.

Il sera intéressant de voir si Linux disposera aussi de son application ou si l'on a droit à une version web, les deux étant absentes pour le moment. Un comble vu les technologies utilisées.

Une interface simple et efficace

Il en sera de même pour l'inscription qui passe uniquement par les applications. L'interface en ligne permet de son côté d'éditer ses informations, de voir les appareils liés au compte et de s'abonner, mais pas de créer un compte. Pour se connecter, un couple email/mot de passe suffit. Au premier lancement, un panneau affichera les trois fonctionnalités principales : Regarder, Suivre et Bookmarker.

Ce dernier nom désigne l’enregistrement d’un contenu en un clic afin de le lire plus tard. Il s'agissait sans doute de ne pas faire trop « génération magnétoscope » en utilisant un anglicisme, même si le terme « Sauvegarder » aurait sans doute été plus clair pour certains. Ceux qui ont suivi la genèse de Molotov noteront d’ailleurs la mention indiquant que cette fonctionnalité « sera opérationnelle dès l’entrée en vigueur de la loi Création votée le 29 juin dernier ». Dans la pratique, elle était disponible lors de nos tests, avant de disparaitre pendant le week-end.

Molotov 0.7.4 TestMolotov 0.7.4 Test

L’interface de Molotov est conforme aux captures qui avaient été dévoilées. Elle s’adaptera à la taille de votre écran, mais sans être inférieure à 1024 x 600 pixels. La partie supérieure dispose d’un moteur de recherche et d’un menu. Lors de nos tests, ce dernier était assez léger. Les informations relatives au compte de l’utilisateur dans « Mon compte » étaient indisponibles. On retrouve ainsi seulement un raccourci vers le centre d’aide, l’outil de feedback et la déconnexion.

Le menu jaune sur la gauche permet de naviguer dans les contenus alors que la partie centrale se compose presque intégralement de vignettes au format « affiche de cinéma », ce qui facilite la découverte des programmes avec une bonne densité. Elle fait la part belle aux actions directes avec une fiche d’information succincte, ainsi des boutons de lecture et d’enregistrement qui s’affichent au survol. 

Les programmes à venir se distinguent de ceux en replay par la présence d’une petite horloge. Les programmes en direct disposent d'une barre permettant de connaître leur avancée. Par contre, quand un même programme est diffusé par différentes chaînes, l'accès n'est pas unifié. Vous aimez Pawn stars ou d'autres programmes du genre ? Faites attention : plusieurs fiches seront ainsi proposées.

Si vous avez commencé la lecture d'un programme, celui-ci sera automatiquement mis de côté dans votre compte, puis affiché dans la zone « Reprendre la lecture ». Cinq éléments seront ainsi sauvegardés, le cinquième étant supprimé lorsqu'un élément se rajoute à la file. Bien entendu, vous avez aussi la possibilité de « bookmarker » ce programme afin de le retrouver quand vous le désirez. 

Molotov 0.7.4 Test

Regardez vos séries sans crainte de la fin du replay et sans surplus publicitaire

En cliquant sur un élément, vous disposerez d’une fiche assez complète avec un visuel, un petit résumé, les informations de base – comme la signalétique CSA – et les actions associées au programme. Dans le cas des séries ou des émissions récurrentes, vous verrez la liste des épisodes à venir et ceux déjà diffusés lorsque le replay est disponible.

On notera que le tri est effectué par date de diffusion et non par numérotation des épisodes (quand elle est présente). On regrettera de ne pas avoir le choix. Mais cela permet de voir comment certaines chaînes se moquent un peu du monde avec leur tendance à proposer les épisodes de manière totalement désordonnée :

Molotov 0.7.4 TestMolotov 0.7.4 Test

Vous pourrez bookmarker individuellement les épisodes, tout comme de mettre de côté tous ceux à venir. Un point intéressant, notamment lorsque certaines chaînes diffusent leurs séries à raison d’un nouvel épisode par semaine avec seulement 7 jours de replay. De quoi en louper certains si vous n’êtes pas attentifs.

Ainsi, lorsque nous avons vu que M6 lançait sa nouvelle série Quantico, nous nous sommes rendus sur la fiche du programme. De là, nous avons demandé l'enregistrement des épisodes à venir afin de nous assurer de pouvoir la regarder quand bon nous semblerait. Un dispositif pratique pour les utilisateurs, mais qui pourrait ne pas plaire aux chaînes.

En effet, outre la perte de contrôle que cela leur assure vis-à-vis de leur audience, elles peuvent dire adieu aux multiples publicités diffusées en amont d'une lecture en replay au sein de leurs applications. Un dispositif en général assez lourd et mal pensé, mais relativement lucratif. M6 et TF1 ont ainsi fait le choix de ne pas proposer leur offre de replay au sein de certaines applications comme MyCanal, hors des box proposées par le groupe Canal.

Un lecteur bien pensé, mais sans mode hors-ligne

Lorsque vous regardez un contenu, vous accéderez à un lecteur qui occupera la majeure partie de l’écran. Le menu passera alors sur la droite, avec deux possibilités : afficher les informations relatives au programme ou la liste de ceux accessibles en direct.

L’interface est simple et plutôt propre. On retrouve les fonctionnalités principales que l’on attend d’un tel service : la navigation dans la vidéo, la gestion du volume, des langues (avec support de l'audio description) et la possibilité de retour au début qui n’est proposée que par certaines chaînes.

Molotov 0.7.4 Test

Seules déceptions : l’impossibilité pour l'instant de passer à l’épisode suivant ou précédent pour les séries et les émissions, ainsi que l’absence de mode hors-ligne. N’attendez pas non plus de vidéo en 4K ou d'une qualité dingue si vous disposez de la fibre. Selon nos tests, le flux fourni se situe en général entre 5 et 8 Mb/s, soit entre 2,2 et 3,6 Go par heure. Il s’adaptera automatiquement à la qualité de votre connexion.

Pour rappel, Netflix annonce 3 Go par heure pour son offre HD, et 7 Go par heure pour son offre Ultra HD. Côté distribution du contenu, Akamai et Limelight Networks sont à la manœuvre.

De nombreuses possibilités de tri et de découverte

La navigation principale dans les contenus propose plusieurs entrées. Ainsi le menu de gauche vous permet tout d’abord de regarder les programmes en direct, ou de trier l’affichage central par chaîne ou via huit catégories : films, séries, sport, informations, documentaires, culture divertissements et enfants.

La liste des chaînes peut être modifiée à travers deux sélecteurs situés en bas de la fenêtre (dont un seul était utilisable lors de nos tests) : les chaînes TNT et « Molotov extended ». Ce dernier permet de rajouter les éléments qui ne sont accessibles que via l’offre payante à 9,99 euros par mois.

On passe alors de 35 à 71 chaînes, dont certaines habituellement proposées de manière payante ou dans des bouquets. Le plus souvent il s'agit de chaînes thématiques : Paris première, Téva, RTL9, AB1, Action, Paramount channel, TCM, Boing, Boomerang, Disney Channel (+1), Mangas, Chasse & Pêche, Histoire, Science et vie TV, M6 Music, Mezzo, Girondins TV, Golf Channel, etc.

Voici le comparatif de ce qui nous était proposé lors de nos tests dans les deux cas :

Molotov 0.7.4 TestMolotov 0.7.4 Test

La fiche de chaque chaîne sera composée de trois parties : ce qui est actuellement diffusé, ce qui vient (avec la possibilité d’étendre l’affichage aux programmes des deux prochaines semaines) et le replay. Notez que certaines chaînes ne proposent pas de replay pour le moment. Dans certains cas cela viendra sous peu, dans d’autres ce sera sans doute un peu plus compliqué (voir notre analyse).

Si vous préférez un tri par catégorie, vous verrez en priorité ce qui passe en direct, ce qui sera diffusé en soirée, ce qui est populaire sur Molotov puis de nombreuses sous catégories. On regrettera par contre un point, comme souvent dans de tels services : l’absence de filtres avancés.

Vous ne voulez voir que des éléments récents, avec ou sans signalétique CSA, qui ne seront bientôt plus disponibles ? C’est impossible et c’est bien dommage. Notez néanmoins qu'un filtre parental est proposé dans la gestion de compte utilisateur, permettant de ne pas aficher les contenus interdits au moins de 10, 12, 16 ou 18 ans.

Notez que vous pourrez retrouver directement vos bookmarks, ce qui correspond aux programmes dont vous avez demandé l’enregistrement dans votre espace de stockage. Enfin, une fonctionnalité vous permet de suivre des personnalités (acteurs, réalisateurs, scénaristes, animateurs, sportifs, etc.) afin de retrouver les programmes qui leur sont associés.

Molotov 0.7.4 TestMolotov 0.7.4 Test

Cette dernière fonctionnalité cumule d’ailleurs les deux principaux avantages de Molotov par rapport à la concurrence : l’anticipation dans la diffusion des programmes, rarement exploitée, ainsi qu’une base de personnalités que l’on retrouve plus souvent dans des services de VOD que dans des applications liées au monde de la TV.

Pour le moment, aucune fonctionnalité sociale ne semble proposée. Il est néanmoins possible d’indiquer que vous recommandez un contenu, cela devrait donc venir assez rapidement.

Un bon début, mais les mois à venir seront décisifs

Au final, Molotov semble donc plutôt tenir sa promesse. Le mélange entre les contenus en replay, en direct ou à venir est clairement un aspect positif, et l’ergonomie générale du service est plutôt réussie.

La possibilité de pouvoir anticiper l’enregistrement des programmes fait aussi la force du système. Avec des chaînes françaises qui diffusent les séries parfois n’importe comment et un replay valable seulement pour une semaine, mettre de côté un programme dans un espace de stockage en ligne est un confort plus qu’appréciable.

Il faudra néanmoins dépasser certaines contraintes légales et le manque de volonté de certains groupes qui multiplient les barrières pour les services tiers. Les applications devront également être améliorées et toucher plus de plateformes. Celles proposées lors de la phase bêta sont encore jeunes et nous avons relevé quelques plantages et autres manques de fonctionnalités lors de nos essais. Si les points d'entrée multiples et la recherche permettent en général de trouver ce que l'on cherche, il faudra là aussi savoir se distinguer en proposant des filtres que l'on ne trouve pas ailleurs et aller sur le terrain de la recommandation où Netflix règne encore en maître.

Il est en tout cas appréciable de voir arriver  sur ce marché un acteur qui n'est ni une chaîne de TV, ni un opérateur/FAI. Ces derniers vont devoir apprendre à composer avec de tels services et s'en inspirer pour leurs propres solutions. L'équipe de Molotov devra alors continuer à se démarquer et à innover pour convaincre ses abonnés de lui rester fidèle.


chargement
Chargement des commentaires...