Star Wars Battlefront II : tel Anakin face à Obi-Wan, EA se fait tailler en pièces par sa communauté

Come to the light side, we have wookies 64
image dediée
Jeux video
Par
le mardi 14 novembre 2017 à 17:00
Kevin Hottot

Star Wars Battlefront II , l'un des jeux les plus attendus du moment, fait l'objet de critiques virulentes de la part des joueurs. En cause, la politique commerciale d'EA venue altérer le gameplay du titre pour favoriser les micro-transactions. Rapidement, l'éditeur a revu sa copie.

Cela fait maintenant plusieurs années que les éditeurs de tous bords tirent sur la corde des micro-transactions au sein de leurs jeux vendus plein tarif. D'abord les premiers gadgets cosmétiques ont fait leur apparition, puis nous avons eu droit aux premières loot boxes, aux premiers avantages tarifés en jeu, aux applications compagnon payantes et ainsi de suite. 

Dans Forza Motorsport 5, il était déjà possible d'acheter des véhicules avec sa carte bancaire, tandis que Dead Space 3 a poussé le bouchon jusqu'à vendre des composants d'artisanat. Dans Assassin's Creed Unity, quelques euros pouvaient vous offrir trois minutes d'invisibilité pour passer plus facilement une mission trop délicate.

Si les éditeurs ont progressivement intégré les micro-transactions à leur modèle économique, c'est à cause d'un constat simple. « Pendant des années nous avons conçu des jeux où nous nous attendions à ce que le temps soit une ressource dont tout le monde dispose », expliquait en 2014 Chris Early, le vice-président de la distribution numérique d'Ubisoft.

Certains joueurs ont davantage de revenu disponible que de temps libre, il fallait donc en profiter. Surtout que commercialement, cela fonctionne très bien. EA, engrange ainsi 650 millions de dollars par an grâce aux paquets de cartes sur FIFA Ultimate Team. Ubisoft a de son côté confirmé lors de ses derniers résultats que cela peut être très lucratif.

Mais à force de tirer sur la corde...

Star Wars Battlefront II : la goutte d'eau qui fait déborder le vase

Lisez la suite : 86 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...