du 15 novembre 2017
Date

Choisir une autre édition

Star Wars Battlefront II : l’absence du bouton de remboursement sur Origin est « normale »

Comme souligné par nos confrères de PC GamesN, l’absence du bouton de remboursement automatique sur Origin n’est pas due à une manœuvre récente d’EA, mais bien… le fonctionnement « normal » de la plateforme.

Nos confrères expliquent en effet que le bouton n’apparaît qu’une fois le jeu officiellement lancé, ce qui ne sera le cas que le 17 novembre, obligeant l’ensemble des joueurs à passer par le service clients pour obtenir leur remboursement.

Ce mode de fonctionnement pose toutefois un problème. Les règles pour les remboursements automatiques sont clairement établies : « Vous pouvez effectuer une demande de remboursement dans les vingt-quatre (24) heures suivant le premier lancement du jeu, dans les sept (7) jours suivant la date d'achat ou dans les sept (7) jours suivant la date de sortie du jeu s'il s'agit d'une précommande, selon la première de ces éventualités ».

Dans le cas d’une précommande offrant un accès anticipé d’une semaine, comme c’est le cas ici, il est évident que le joueur va essayer le titre plus de 24h avant la date du lancement du jeu. Le temps que l’option de remboursement apparaisse, il aura déjà rempli une des conditions lui retirant cette possibilité.

Il semble donc primordial qu’Electronic Arts revoie sa copie sur ce point, notamment dans le cas de Star Wars Battlefront II qui est actuellement au cœur d'une polémique sur son modèle économique.

chargement Chargement des commentaires...

À découvrir dans #LeBrief
Copié dans le presse-papier !

Annoncée durant l'E3 (lire notre compte rendu), elle est comme prévu disponible depuis hier dans l'eShop, et gratuite pour ceux ayant déjà acheté Minecraft: Nintendo Switch edition.

Le cross-play débarque au passage avec les consoles Xbox de Microsoft, les PC et les terminaux mobiles… mais pas la PlayStation 4. Comme avec Fortnite, Sony bloque en effet cette fonctionnalité sur ses consoles.

Copié dans le presse-papier !

SFR signe à la chaine des accords avec des opérateurs de réseaux d'initiative publique, ces projets censés apporter le très haut débit (et surtout la fibre) dans les zones rurales délaissées par les opérateurs nationaux. Après Covage, c'est au tour d'Axione (filiale de Bouygues) de s'entendre avec la marque au carré rouge.

Pour l'occasion, SFR débarque sur le réseau du Nord-Pas-de-Calais, THD 59-62. D'ici la fin 2021, l'opérateur compte proposer ses offres aux 668 000 lignes résidentielles et professionnelles prévues. Comme le relève DegroupeNews, d'ici fin août, 25 000 locaux doivent être ouverts à la commercialisation.

Copié dans le presse-papier !

SFR Sport changera de nom le 3 juillet. L'opérateur revient sur le sujet auprès de ses abonnés, avec quelques détails. Ainsi, les chaînes 1 à 3 deviennent RMC Sport Access 1, 2 et 3. SFR Sport 5 devient RMC Sport 4 alors que BFM Sport deviendra RMC Sport News en août. Elles occuperont les canaux 106 à 110.

Selon les cas, les clients auront accès à une option RMC Sport ou RMC Sport Access. Cette distinction cache une astuce. D'après nos informations, les clients SFR Sport seront considérés comme « Access » et n'auront pas droit à l'application RMC Sport, ainsi qu'à la chaîne 4K (RMC Sport UHD 1) et à certaines compétitions (Champions League, Europa League). L'option SFR Sport Europe devient RMC Sport et donnera accès à tous ces services et contenus.

Dans son email, SFR se veut rassurant : « N'ayez aucune inquiétude, vous retrouverez tous vos programmes habituels et le tarif de votre forfait mobile ne change pas ». Pour rappel, RMC Sport sera proposé en option aux nouveaux clients à 9 ou 19 euros par mois, contre 5 ou 15 euros actuellement pour SFR Sport Europe.

Dans le même temps, l'opérateur offre son option à tous ses clients qui prennent un abonnement BeIN Sports. Le pack est ainsi proposé à 15 euros par mois.

Copié dans le presse-papier !

Dans les mois à venir la société va se battre avec NVIDIA sur le terrain des écrans haut de gamme et veut mettre toutes les chances de son côté. Après avoir annoncé la seconde mouture de sa technologie FreeSync au CES 2017, avec gestion du HDR, elle veut ainsi pousser ce dernier.

Il faut dire qu'en face, NVIDIA communique sur la marque G-Sync HDR, ce qui pouvait donner l'impression d'être seul à proposer cette possibilité.

Dans une interview accordée à PC Perspective, Antal Tungler détaille également les caractéristiques nécessaires pour obtenir ce label : HDR600, 99 % du spectre BT.709 et 90 % du DCI P3, ainsi qu'une latence minimale (non précisée).

Une manière là aussi de répondre à NVIDIA qui annonce être assez strict sur ses critères et vouloir proposer peu de modèles G-Sync HDR « mais que ce soit systématiquement le meilleur de sa gamme ». Il faut dire qu'à 2500 euros pièce, on en attend pas moins.

Ainsi, la question du tarif sera l'enjeu crucial. AMD a toujours misé sur le côté plus accessible de FreeSync, quitte à ne pas être trop regardant sur les caractéristiques techniques. S'agira-t-il cette fois de proposer mieux ou aussi bien pour vraiment moins cher ? La réponse dans les semaines qui viennent.