Fin des frais de roaming en Europe : quelle situation au bout de six mois ?

Seulement 59 % des français sont au courant 35
Accès libre
image dediée
Crédits : anyaberkut/iStock
Téléphonie
Par
le mardi 28 novembre 2017 à 16:12
Sébastien Gavois

Cela fait maintenant près de six mois que la fin des frais d'itinérance est une réalité dans l'Union européenne. L'occasion de faire un premier point d'étape sur les offres et les éventuels abus détectés par les opérateurs. Ceux-ci doivent en effet attendre une période minimale de quatre mois, aujourd'hui dépassée.

Après des années de débats et de retard, le nouveau règlement sur la fin des frais de roaming est en place depuis le 15 juin dernier dans l'Union européenne. Il permet aux clients des opérateurs de téléphonie mobile de profiter du roaming « comme à la maison », sous certaines conditions tout de même.

Onze dérogations, pas une de plus depuis le mois de juin

Comme nous l'avons déjà évoqué, onze opérateurs ont obtenu une dérogation de l'Arcep (valable pendant 12 mois) : Adista, Afone, Euro-Information Telecom (Crédit Mutuel Mobile, CIC Mobile, NRJ Mobile et Auchan Telecom), Euroditel, ITC Ariane Services, MIC Infinity, Scopelec, Thales Communication & Security S.A.S, Budget Telecom, International Télécommunication Network et Sybord. Elle leur permet de « facturer des frais d'itinérance supplémentaire au détail ». Depuis cette vague en juin dernier, l'Arcep n'a accordé aucune nouvelle autorisation de dérogation.

En plus de la stratégie de Bouygues Telecom, Free Mobile, Orange et SFR qui va souvent au-delà des minimums imposés par l'Union européenne, nous nous étions penchés sur les forfaits des MNVO pouvant « déroger aux règles ». Près de six mois plus tard, la situation a-t-elle changé ? Nous avons refait un tour d'horizon des offres disponibles et un point d'étape avec certains opérateurs.

Peu d'abus identifié par les opérateurs

Rappelons que les institutions européennes ont adopté une définition assez claire d'un usage raisonnable du roaming : « dès lors que vous passez plus de temps dans votre pays qu’à l’étranger, ou que vous utilisez votre portable davantage dans votre pays qu’à l’étranger, vous pouvez bénéficier de l’itinérance aux tarifs nationaux chaque fois que vous vous déplacez dans l’UE ».

Votre opérateur peut vérifier la durée de vos déplacements et votre consommation en roaming « sur les quatre derniers mois consécutifs au moins ». En cas d'abus, il vous contacte et vous avez alors deux semaines pour rentrer dans le « droit chemin », faute de quoi vous pouvez être facturé en hors forfait.

Nous avons contacté plusieurs opérateurs afin d'avoir un premier point sur la situation à l'issue de la période d'observation prévue (4 mois). Elle prenait place au moment des congés d'été, un moment propice aux voyages à l'étranger... même si 59 % des français seulement sont au courant de la fin des frais de roaming dans l'Union européenne selon l'Arcep.

Roaming Arcep
Crédits : Arcep

Orange était le premier à nous répondre : « les premiers opportunistes (les plus pressés et informés) peuvent être détectés. En première analyse, ce n’est pas réellement un problème chez nous, mais nous surveillons les abus d’usages. Sur les très très peu de clients concernés : nous les contactons et demandons de justifier leur situation ».

Même son de cloche chez Euro-Information Telecom (Crédit Mutuel Mobile, CIC Mobile, NRJ Mobile et Auchan Telecom) : « Pour le moment, nous constatons peu d’abus et des clients de bonne foi ». Idem chez Budget Mobile : « Nous n'avons pas eu, à ma connaissance, d'abus caractérisés (usage uniquement en roaming, etc.), mais les usages grimpent, c'est indéniable ».

Des usages en hausse chez Budget Mobile, des revenus en baisse

Le MVNO nous donne d'ailleurs de plus amples informations sur l'évolution des consommations en roaming, avec un comparatif entre juillet/octobre 2016 et cette même période en 2017, avec « un coefficient de calage pour être à parc égal » : 

  • Voix : +1 % d'appels, +37 % de minutes et -25 % de revenus
  • SMS : +4 % de SMS et -60 % de revenus
  • Data : +152 % en volume, -81 % de revenus 

Le nombre d'appels reste relativement constant, mais les « gens n'ont pas hésité à parler plus longtemps » nous précise l'opérateur. Sur les SMS, l'usage est resté « relativement stable », alors que celui de la data « a carrément décollé » avec 152 % d'augmentation.

Plus problématique pour l'opérateur virtuel, les « revenus liés au roaming européen ont grandement chuté ». Rappelons que si les clients ne sont plus facturés lors d'un déplacement dans les pays de l'Union européenne, les opérateurs continuent eux de se facturer les uns les autres, avec des tarifs de gros plafonnés.

Pas de changement à l'horizon... pour le moment 

Malgré tout, Budget Mobile ne compte pas modifier ses offres (le MVNO dispose d'une dérogation de l'Arcep, il pourrait ainsi facturer tous les usages en roaming)... « en tout cas jusqu'au 31 décembre 2017 sûr et certain et jusqu'au 31 mai 2018 quasi-sûr ». Même ligne de conduite chez Orange : « les offres sur le roaming restent pour le moment les mêmes », nous indique l'opérateur.

Un rapide coup d'oeil aux offres d'Afone Mobile, Budget Telecom, NRJ Mobile et Reglo (tous ayant une dérogation de l'Arcep en poche) permet de constater qu'il n'y a pas eu changement majeur. Certes les offres ont parfois été ajustées, mais le roaming inclus reste généralement le même.

NRJ Mobile ne propose ainsi que 2 Go avec Woot 10 Go à 15,99 euros par mois, ce qui est inférieur au minimum imposé par l'Union européenne. Pour rappel, le nombre de Go utilisable par mois en roaming dans l'UE est le suivant : 2x (Prix du forfait HT / tarif de gros HT), soit 3,4 Go dans cet exemple.

Chez Budget Mobile, le forfait 4G à 19,99 euros par mois ne propose toujours que 1h d'appels, 10 SMS et 100 Mo en dans l'UE. Afone permet d'utiliser 1 Go en France ou dans l'Union européenne, mais utilise sa dérogation pour la marque Reglo. Ces derniers n'incluent que 1h, 100 SMS, 10 MMS et 10 % volume d’Internet mobile en roaming.

Même chose chez les quatre opérateurs nationaux. Bouygues Telecom propose ainsi jusqu'à 25 Go de data depuis l'Union européenne, 25 Go également pour le forfait Free Mobile à 19,99 euros par mois, jusqu'à 60 Go pour Orange et jusqu'à 50 Go pour SFR

Pourquoi certains forfaits ne proposent pas de roaming sans frais ?

Il faut par contre être prudent sur un point : les opérateurs n'ont pas d'obligation de proposer du roaming dans leur forfait. Une offre peut donc être uniquement utilisable en France, et donc ne pas proposer de l'itinérance sans frais. C'est par exemple le cas des forfaits clé 4G et tablette de Bouygues Telecom, à partir de 16,99 euros par mois.

Un point que nous avait confirmé l'Arcep il y a quelques mois déjà. Par contre, à partir du moment où les opérateurs ouvrent leurs services à l'étranger, ils doivent respecter le règlement de l'UE ajoutait le régulateur des télécoms.

roaming Bouygues Telecom forfait clé 4G tablette

Pensez à vérifier les destinations incluses dans votre forfait

Comme toujours, il convient donc d'être prudent et de bien vérifier les conditions d'utilisation du roaming de votre forfait. Si certains opérateurs vont également au-delà des frontières de l'Union européenne en incluant parfois Andorre, la Suisse, les Etats-Unis ou le Canada, ce n'est pas toujours le cas.

L'UFC-Que Choisir relatait par exemple le cas d'une cliente facturée 1 122,45 euros par son opérateur lors d'un déplacement en Andorre (pour 5 SMS envoyés, 1 MMS reçu et 68 Mo de data). Elle avait finalement été remboursée de 1 039 euros, l'opérateur ayant reconnu un souci technique car la ligne n'avait pas été bloquée. Une histoire qui rappelle qu'il convient de faire très attention. 

Notre dossier sur l'itinérance au sein de l'Union européenne :


chargement
Chargement des commentaires...