Windows 10 : la version 21H2 montre un système désormais en simple entretien

« What did you expect ? »
Logiciel 6 min
Windows 10 : la version 21H2 montre un système désormais en simple entretien

Malgré un lancement de Windows 11 drainant l’attention, Windows 10 continue sa route. La version semestrielle 21H2 est presque prête et devrait être diffusée très prochainement. Comme on pouvait s’y attendre, elle propose peu de nouvelles fonctions, mais n’en reste pas moins importante.

Microsoft a promis que Windows 10 serait supporté jusqu’en 2025. Cette date pourrait être repoussée en fonction de la situation, comme ce fut le cas pour Windows XP et 7 en leur temps.

Pour l’instant, il faudra se contenter de cette information, signifiant qu’une immense majorité d’ordinateurs devra passer à Windows 11 pour que le plan de l’éditeur se passe sans accroc. Windows 11, justement, occupe l'éditeur. Venant d'être publié, il concentre les critiques, dont ses prérequis stricts sur le matériel, son manque de nouveautés fonctionnelles (sans nier le travail graphique accompli) et le retard pris sur certaines annonces, dont la plus importante est la compatibilité avec les applications Android (via un partenariat avec Amazon).

En attendant, Windows 10 est encore là pour plusieurs années. Et pour presque toutes les personnes se servant actuellement du système, il y aura très bientôt une nouvelle mise à jour majeure.

Estampillée 21H2, elle sera la seconde mouture semestrielle du système en 2021, ce qui signifie des changements plus importants que ceux apportés par les correctifs mensuels. On ne connait pas encore sa date de sortie, mais puisqu’elle est en test dans le canal Release Preview (depuis début septembre), elle ne saurait tarder.

Et là où on se serait attendus à un nombre élevé de nouvelles fonctions et divers compléments, le contenu de cette mise à jour se retrouve limité à la portion congrue. Jugez plutôt.

Des nouveautés, oui, mais uniquement sous le capot

Qu’apporte donc cette version 21H2 ? D’abord le support du protocole WPA3 H2E, une évolution du WPA3 que l’on ne trouve pas encore partout, loin de là même. H2E signifie « Hash-to-Element » et une version plus efficace que le protocole d’origine. Efficace d’abord car son utilisation réclame moins de puissance de calcul, mais surtout parce qu’elle doit être plus résistante aux attaques par canaux auxiliaires. Il faudra simplement attendre qu’elle soit diffusée dans les équipements réseau, mais au moins Windows 10 sera prêt pour ce nouveau protocole.

Le deuxième ajout ne concerne que les entreprises, avec une amélioration de Windows Hello baptisée « Cloud Trust ». On peut actuellement déployer Hello dans une structure et forcer l’utilisation d’un certificat ou un système de clés asymétriques. Cette méthode est évidemment compatible avec les règles de groupe (Group Policy ou de MDM).

Cloud Trust est un mécanisme issu du standard FIDO permettant de raccourcir ce qui, actuellement, peut prendre beaucoup de temps. En entreprise, il faut en effet déployer AAD (Azure Active Directory) avec un lien local pour que Windows Hello puisse fonctionner. Ce lien déclenche une synchronisation qui peut prendre de 5 min à 2 heures selon les cas. Cloud Trust autorise l’utilisation d’un script PowerShell établissant un lien de confiance. AAD génère alors un TGT (Ticket Granting Ticket, Keberos) qu’Active Directory (AD) acceptera.

Microsoft précise que cette méthode était déjà utilisée pour l’authentification sur un domaine, et qu’elle est maintenant disponible pour Hello. Notez que la version grand public de Windows Hello, qui permet d’utiliser un code PIN ou la biométrie, ne change pas.

Enfin, la version 21H2 ajoute des nouveautés importantes pour le sous-système Linux. D’abord l’exploitation du GPU pour les calculs, avec tout ce que cela implique pour le machine learning et autres applications auraient besoin de ce type de fonction. Ensuite, l’arrivée d’EFLOW (Edge for Linux on Windows) pour Azure IoT.

Il s’agit là aussi d’un ajout surtout pensé pour le machine learning, car EFLOW permet à des charges de travail sous Linux d’être exécutées sur Windows IoT, toujours dans cette optique d’inviter tous les développeurs ayant besoin de Linux à venir exécuter leurs tâches sur Windows.

Notez que pour le moment, la méthode d’installation de WSL ne change pas, contrairement à Windows 11 où elle peut désormais passer par le Store, simplifiant de beaucoup la mise en place. Microsoft n’a pas encore dit si cette démarche serait répercutée sur Windows 10.

Et c’est tout. On trouve bien sûr des corrections de bugs, mais l’aspect fonctionnel de cette mise à jour est très limité. Il l’est d’autant plus que ces ajouts… étaient déjà là dans la version 21H1 sortie en mai dernier. Ils étaient simplement en sommeil et attendaient d’être finalisées et formellement proposés aux utilisateurs.

Un aperçu du futur de Windows 10 ? Probablement

La mise à jour 21H2 représente sans doute ce qui attend Windows 10. On comprend Microsoft : autant réserver les nouvelles fonctions au système venant de sortir, même s’il n’est pas interdit que certaines soient reversées à celui dont la retraite approche désormais.

On ne sait même pas si Windows 10 continuera de recevoir deux mises à jour « majeures » par an. Il est question d’un rythme annuel pour Windows 11, et Microsoft pourrait être tenté de synchroniser les nouveautés pour des questions de cohérence technologique. Par exemple, déployer de nouveaux protocoles en même temps, pour que tout le parc soit concerné.

Mais que le rythme soit semestriel ou annuel ne change rien au fond de la question : les mises à jour ont toutes les chances de ressembler à cette 21H2, c’est-à-dire d’apporter peu en fonctions. La base du système continuera d’évoluer, de nouvelles technologies seront ajoutées de temps en temps, certains composants seront modernisés, mais l’expérience utilisateur devrait peu bouger.

Maintenant que Windows 11 est là, les nouveautés visibles vont le plus souvent lui être réservées. La version commerciale ne contient peut-être pas grand-chose, mais cette situation va évoluer. Qu’il s’agisse de fonctions natives ou d’applications renouvelées via le Store, c’est bien le nouveau système qui sera au centre des attentions.

Certains utilisateurs seront agacés parce qu’ils considèreront comme une stratégie marketing avant tout, face à un Windows 11 qui semble avoir été lancé à la va-vite. La version lancée le 5 octobre affiche d’ailleurs un beau « 21H2 » quand on exécute la commande winver. Mention qui disparaît dans la branche Dev du programme Insider.

Quoi qu’il en soit, la mise à jour sera comme d’habitude diffusée en plusieurs étapes. D’abord uniquement pour ceux qui iront cliquer sur le bouton « Rechercher » dans Windows Update, puis proposée sous forme de mise à jour facultative et enfin, après un an, recommandée de manière insistante. Chaque version semestrielle est pour rappel supportée pour 18 mois, Windows avertissant du futur problème dans les 6 derniers mois.

Si vous n’êtes pas intéressé par Windows 11, vous pouvez continuer à utiliser Windows 10 pendant plusieurs années. Le système sera entretenu et devrait continuer à recevoir des versions semestrielles. Elles n’auront simplement pas l’ampleur des versions passées, dont certaines ajoutaient des dizaines de fonctions.

Ce point mériterait d’ailleurs un débat, car on n’attend pas forcément d’une mise à jour qu’elle modifie l’expérience utilisateur. Dans l’immense majorité des cas, on souhaite que nos habitudes soient préservées. Les versions semestrielles de Windows 10 ont apporté beaucoup de nouveautés, mais peu les cherchaient et Microsoft les mettait peu en avant. Comment montrer que le système évolue sans harceler les utilisateurs avec des fenêtres d’informations ? C’est probablement ce qui a poussé l’éditeur à lancer Windows 11.

Nouveau nom, nouvelle version : on s’attend à des changements. Dans ce cas, Microsoft aurait peut-être intérêt à faire comme les autres, avec un numéro différent à chaque mouture.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !