Recherche de la vie sur Mars : ExoMars encore repoussée de deux ans

Mars a-t-elle fermé ses frontières ? 7
image dediée
Crédits : Thales/ESA
Espace
Sébastien Gavois

Les annulations et reports n’en finissent pas de tomber à cause du coronavirus (Covid-19). C’est aujourd’hui l’ESA qui évoque cet argument pour expliquer, au moins en partie, sa décision de reporter ExoMars de deux ans. Des tests doivent encore être réalisés, notamment sur les parachutes. Le directeur de l’ESA ne veut « aucune marge d’erreur ».

Il y a un peu plus de deux semaines, l’Agence spatiale européenne (ESA) annonçait une réunion entre certains de ses dirigeants et de l’entreprise spatiale publique russe Roskosmos. Les deux partenaires devaient se rencontrer aujourd'hui pour évoquer « l’état d’avancement du projet ExoMars et de sa préparation au lancement ».

Pour rappel, l’objectif principal de cette mission est de « déterminer la présence d’une vie sur Mars et mieux comprendre l’histoire de l’eau sur la planète ». C’est également celui de Mars 2020 mené par la NASA avec la collaboration du CNES.

Et voici ExoMars 2018, 2020 et enfin 2022 

Lors de la réunion d’aujourd’hui, les dirigeants des deux organisations devaient « convenir des prochaines étapes » de leur projet. Le couperet est finalement tombé : à quelques mois de son lancement, ExoMars est repoussée… encore une fois. 

Jan Wörner et Dmitri Rogozine (respectivement directeur général de l’ESA et de Roskosmos) parlent d’une « décision difficile, mais mûrement réfléchie ». Ce n’est pas forcément une surprise. Si l’Agence spatiale européenne pointe du doigt la pandémie de Covid-19, d‘autres grains de sable sont venus gripper les rouages.

Notamment les parachutes de l’atterrisseur qui posent toujours soucis. Et pour ne rien arranger, en raison des mouvements des planètes, les lancements vers Mars ne peuvent se faire dans de bonnes conditions que tous les deux ans, quand elle est suffisamment proche de la Terre. De 2020, on passe donc directement à 2022. 

Covid-19 n’est pas la seule cause

Lisez la suite : 76 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...