Quand le ministre de l’Éducation raille le « plan tablettes » de François Hollande

Plan de sortie 47
image dediée
Crédits : FatCamera/iStock
Loi
Xavier Berne

La semaine dernière, lors d’un débat consacré au numérique à l’école, le ministre de l’Éducation nationale s’est montré particulièrement acerbe à l’encontre du « plan tablettes » cher à François Hollande. Une initiative plus que jamais enterrée.

Officiellement lancé en mai 2015, le « plan Hollande » était pour le moins ambitieux : faire en sorte que tous les collégiens soient dotés d'un « outil numérique », de type tablette ou ordinateur portable, à compter de la rentrée 2018. Pour atteindre cet objectif, le gouvernement avait misé sur un déploiement progressif, l’idée étant d’équiper chaque année de nouveaux élèves (en principe de cinquième).

Un milliard d’euros devaient ainsi être dégagés sur trois ans, afin de financer les trois volets de ce plan : l’équipement des collèges, la fourniture de ressources pédagogiques numériques et la formation des enseignants.  

La suite est désormais connue. Le fameux plan, à la mise en oeuvre particulièrement poussive, n’a pas survécu au changement de majorité. Après avoir soigneusement évité le sujet pendant des mois, le ministre de l’Éducation nationale a annoncé l’été dernier que cette initiative ne serait pas prolongée. Il aurait pu en coûter plus de 200 millions d’euros par an au Trésor public, rien qu’en matériel (voir notre article).

Jean-Michel Blanquer ne veut plus de « pluies de tablettes »

Lisez la suite : 84 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...