Ubuntu 18.04 disponible : une LTS GNOME très attendue et jouant la sécurité

Aucune mémé n'a été poussée dans les orties 55
Accès libre
image dediée
OS
Vincent Hermann

Après des mois de développement et deux bêtas, Ubuntu 18.04, alias Bionic Beaver, est disponible au téléchargement. Une version importante, d’une part parce qu’il s’agit d’une LTS (Long Term Support), d’autre part parce qu’elle ancre définitivement GNOME chez les utilisateurs. Passage en revue des nouveautés.

Pour bien comprendre l’attente générée par Ubuntu 18.04, il faut repartir un an plus tôt. Début avril 2017, Canonical fait une annonce fracassante : l’environnement Unity tombe en disgrâce, au profit d’un retour complet à GNOME.

Ce dernier était déjà présent en partie dans Ubuntu, pour l’environnement applicatif. Désormais, il faudra compter aussi sur lui pour tout ce qui touche à l’interface. Le tout sur fond de recherche de rentabilité, de retour de Mark Shuttleworth à la tête de l’entreprise et de fin de la convergence avec l’univers mobile, si longtemps cherchée.

Quand sort Ubuntu 17.10 en octobre dernier, les regards sont donc braqués sur cet important changement. Les utilisateurs vont avoir quelques efforts à faire pour maîtriser l’impact de cette bascule. Mais Canonical a travaillé sa copie : on reste dans les mêmes couleurs, la même ambiance, et de nombreux aspects de GNOME ont été modifiés pour ne pas trop bousculer les habitudes.

Mais la version réellement en ligne de mire était déjà la 18.04. Si la 17.10 pouvait en quelque sorte s’apparenter à un essai, la nouvelle n'a pas ce luxe. Ubuntu 18.04 est une LTS, signalant une mouture particulièrement travaillée pour la fiabilité et disposant d’un support de cinq ans (client comme serveur).

Le presque neuf GNOME 3.28

Commençons par GNOME. La mouture 3.28, sortie le 14 mars, a apporté des améliorations plus ou moins majeures. Parmi les plus importantes, citons les évolutions de Machines l’application dédiée aux machines virtuelles et distantes.

Elle peut désormais télécharger automatiquement les ISO des systèmes, si l’utilisateur ne les a pas déjà. Machines simplifie également les transferts de fichiers entre ordinateurs hôtes et machines virtuelles, en supportant notamment le glisser/déposer. Une barre de progression permet de suivre l’opération.

Ubuntu 18.04Ubuntu 18.04

De nombreux petits ajouts veulent également faciliter la vie de l’utilisateur. Fichiers contient par exemple une section Favoris dans laquelle on peut épingler fichiers et dossiers, Photos détecte automatiquement les périphériques de stockage amovibles et propose une importation, Musique autorise la réorganisation des listes de lecture par glisser/déposer, de nombreuses options de personnalisation pour Terminal ou encore des alertes quand les périphériques Bluetooth LE n’ont plus que peu de batterie. De quoi nettement fluidifier l’expérience.

Outre une police par défaut (Cantarell) remaniée pour être plus agréable, GNOME 3.28 enrichit tout ce qui touche à l’organisation. Contacts peut ainsi enfin trier par nom ou prénom en plus d’une interface modernisée, l’affichage des évènements dans Agenda est plus clair et intègre les prévisions météo, l’ajout possible de l’heure UTC dans Horloges et enfin To Do, dont les éléments peuvent être réorganisés par glisser/déposer (décidément) et qui gère mieux Todoist.

Enfin, bien qu’elle ne soit pas intégrée par défaut dans GNOME 3.28, signalons une nouvelle application : Utilisation. Évoquée dans les notes de version, elle permet tout simplement de suivre l’usage de son ordinateur. Statut du processeur, de la mémoire, statistiques d’utilisation, détection de certaines erreurs, remplissage des disques locaux avec mise en évidence des données supprimables. On la trouve facilement dans Logiciels (dont l’interface a été légèrement améliorée).

Ubuntu 18.04Ubuntu 18.04

Les changements techniques

Ubuntu 18.04 se veut plus rapide à démarrer. Les changements apportés ne nous ont pas permis de mesurer cette différence. Il s’agissait toutefois d’un système pratiquement neuf sur un SSD. Il démarre très rapidement dans tous les cas, mais les améliorations, provenant d’un profilage réalisé via systemd, seront peut-être plus visibles.

En plus d’un kernel Linux 4.15 apportant notamment une première ébauche des correctifs pour les failles Meltdown et Spectre pour les processeurs Intel, Ubuntu 18.04 fait le choix de revenir à X.org comme serveur d’affichage par défaut. Un pas en arrière puisque la version 17.10 s’appuyait sur Wayland. Les problèmes remontés ont cependant été nombreux, et insister dans cette voie correspondait peu à une LTS. Dans les notes de version de la 18.04, on peut lire que Canonical ne compte pas retenter l’aventure avant Ubuntu… 20.04, donc en avril 2020.

On note également un nouveau mode d’installation minimale. Il ne faut pas en attendre de miracle : seuls un navigateur et quelques outils sont présents. Le reste des logiciels est à installer, mais la base est la même. La sensation de contrôle sera cependant plus grande, l’utilisateur pouvant choisir précisément ce qu’il ajoute. La procédure est par ailleurs plus rapide, même si la classique l’est déjà. Précision : le lien Amazon, décrié depuis des années, n’est pas présent dans ce mode.

La nouvelle version du système instaure en outre une télémétrie, ce qui n’avait jamais été fait par Canonical. Au premier lancement du système, un assistant montre les nouveautés principales et en profite pour poser quelques questions. Parmi elles, l’acceptation de l’envoi des données. Version du système, type de connexion Internet, caractéristiques matérielles de base (CPU, GPU, RAM…), pays de l’utilisateur, temps requis pour finir l’installation, choix de certaines options (ouverture automatique de session, installation de codecs tiers…), partitionnement du disque dur ou encore rapports de plantages seront ainsi envoyés. Notez que le « Oui » est sélectionné par défaut, ce que certains n’apprécieront pas.

Le même assistant demande à l’utilisateur s’il veut utiliser Live Patching. Le service n’a rien de nouveau et permet pour rappel de patcher le kernel pour des mises à jour critiques de sécurité sans que le système ait à redémarrer. Le fonctionnement en est fluidifié, mais il réclame toujours un compte Ubuntu One. Un seul compte ne peut par ailleurs être lié qu’à trois machines au maximum pour Live Patching.

Signalons enfin quelques modifications pêle-mêle :

  • Les ordinateurs portables passent désormais en veille au bout de 20 minutes par défaut
  • Certains utilitaires, comme Calculatrice, Caractères et Journaux, sont fournis en paquets snap, pour simplifier leur maintenance selon Canonical
  • L’ancien pilote Synaptics pour clavier et souris peut être utilisé depuis les paramètres, bien que libinput soit utilisé par défaut. Il peut résoudre d’éventuels problèmes, mais sera supprimé dans une prochaine version du système

Interface et applications

Comme souvent avec une nouvelle version d’Ubuntu, le fond d’écran a changé, avec une résolution grimpant à 8K. Nautilus, l’explorateur de fichiers, se paye également une petite refonte graphique, avec une barre latérale gris foncé. Les icônes sont disposées sur une zone encore plus sombre, l’éternel orange d’Ubuntu restant la couleur d’accentuation.

L’ambiance graphique évolue sinon assez peu. Le « Community theme » prévu n’a pas été fini à temps. Il sera activé par défaut avec Ubuntu 18.10. On peut cependant l’installer via les commandes suivantes :

sudo add-apt-repository ppa:communitheme/ppa
sudo apt install ubuntu-communitheme-session

On se rend ensuite dans Logiciels et on installe « Ajustements de GNOME ». Dans cette petite application, on pourra alors choisir les nouveaux thèmes pour Applications, Curseurs et Icônes. Ci-dessous, une capture d’Ubuntu une fois modifié :

Ubuntu 18.04

Puisque l’on parle d’applications, Ubuntu 18.04 embarque comme toujours les dernières révisions stables de celles fournies avec le système (en installation classique bien sûr). On attend cependant de voir si l’éditeur va choisir de suivre les résultats des votes réalisés l’année dernière.

Les utilisateurs étaient invités à promouvoir les logiciels qu’ils aimeraient avoir par défaut dans Ubuntu. Dans de nombreux cas, les existants sont restés à leur place : Firefox pour la navigation, Thunderbird pour les emails, LibreOffice pour la bureautique, etc.

Pour d’autres, les attentes des 15 000 participants pourraient changer quelques habitudes chez Canonical : VLC pour tout le multimédia, Visual Studio Code pour l’IDE (oui), ou encore Pidgin pour la messagerie instantanée. Ces logiciels ne sont pas présents actuellement. Reste donc à Canonical à en prendre acte… ou pas, aucune promesse n’ayant été faite.

Du neuf aussi pour l’édition Server

Au cas où certains l’auraient oublié, Ubuntu dispose également d’une édition Server. La mouture 18.04 apporte d’ailleurs son lot de changements, dont un important pour l’installation : le passage à Subiquity.

Bien qu’il ne s’agisse que d’une étape vers le système lui-même, la modification est loin d’être anodine. L’installation d’Ubuntu Server était depuis le début basée sur celle de Debian, donc en ligne de commande. Subiquity passe en mode semi-graphique : rien à voir avec l’installeur d’Ubuntu Desktop, mais une interface organisée en texte dans laquelle on peut se déplacer avec des flèches.

Ubuntu 18.04Ubuntu 18.04

Pour les néophytes ou ceux peu habitués aux lignes de commande, Ubuntu Server devient donc plus accessible. Contrepartie, Subiquity ne gère pas toutes les fonctionnalités disponibles depuis la ligne de commande. Canonical recommande aux administrateurs concernés d’utiliser la version Alternate de l’ISO Server, notamment ceux ayant besoin des fonctions LVM, Raid, multipath ou encore vlans.

Parmi les améliorations principales proposées par Ubuntu 18.04, citons notamment :

  • LXD 3.0, qui propose le native clustering ou encore la migration physique vers conteneur via lxd-p2c
  • QEMU 2.11.1, qui intègre les correctifs pour Meltdown et Spectre et active le support pour rdma
  • libvirt 4.0, avec une très longue liste de nouveautés
  • Chrony, qui remplace ntpd comme serveur NTP par défaut
  • Cloud-init 18.2, qui prend notamment en charge les plateformes 64 bits pour VMware et améliore les performances pour le pré-previsionning Azure
  • Curtin 18.1, qui ajoute un support expérimental pour zpool et ZFS (y compris pour root)

Téléchargements

Comme toujours avec Ubuntu, Canonical pousse l’édition classique, une image ISO d’environ 1,5 Go pour le Desktop, servant à la fois d’installeur et de test Live. Le choix s’est réduit avec les années puisque seule l’édition 64 bits est fournie.

On peut toujours cependant passer par la page des téléchargements alternatifs pour récupérer l’image via d’autres moyens, ou simplement dans d’autres variantes. Par exemple, l’installeur réseau, le téléchargement par BitTorrent ou même d’anciennes versions.

Notez que dans la foulée d’Ubuntu 18.04, les variantes officielles, comme Budgie ou Xubuntu, seront très vite en ligne.


chargement
Chargement des commentaires...