Très haut débit : l'UFC-Que Choisir s'alarme de la situation française, avec quelques raccourcis

Yakafokon 40
image dediée
Crédits : PeopleImages.iStock
FAI
Par
le mardi 26 septembre 2017 à 16:30
Guénaël Pépin

Pour l'UFC-Que Choisir, le déploiement de la fibre s'achèverait en 2035 en maintenant le rythme actuel. L'association critique fortement la domination d'Orange sur le nouveau réseau, ainsi que l'oubli des Français les moins bien lotis. Malgré une approche chiffrée, ce constat grave s'appuie sur une analyse aux détails parfois bancals.

Sonnette d'alarme sur l'accès Internet. L'UFC-Que Choisir publie les résultats d'une étude, selon laquelle 7,5 millions de Français seraient aujourd'hui sans « connexion de qualité » (au moins 3 Mb/s descendant), quand 500 000 personnes n'auraient pas d'accès au réseau. Cette connectivité est pourtant « indispensable pour accéder à de nombreux services essentiels », comme le notait ce matin Alain Bazot, le président de l'association.

Celle-ci pointe le retard français face aux autres pays européens, qui demeurerait malgré le plan France THD, lancé en 2013. Mais l'important est la fracture numérique. « Ainsi, dans les communes de moins de 1 000 habitants, moins des deux tiers de la population a en moyenne accès à Internet dans de bonnes conditions alors que c’est le cas pour au moins 86,8 % des consommateurs dans les autres zones », écrit l'association.

Certains départements sont plus touchés que d'autres. 31,8 % des habitants de la Meuse n'auraient pas de bon accès Internet, contre 29,8 % en Guyane et 28,9 % dans la Creuse. « Il y a au moins 16 départements où [au moins 20 %] de consommateurs n'ont pas un accès Internet minimal » note l'association. Dans l'autre sens, l'Ile-de-France affiche une part de moins de 1 %.

Un objectif de 80 % de fibre en 2022 « chimérique »

Lisez la suite : 81 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...