Qualité de l'Internet fixe : troisième bilan bêta de l'ARCEP, avec des débits détaillés par FAI

Et une consultation en prime 19
Accès libre
image dediée
Crédits : alphaspirit/iStock/Thinkstock
FAI
Sébastien Gavois

La qualité du service fixe d’accès à Internet n'est pas toujours facile à juger entre les différents FAI. Mais c'est justement l'objet d'un observatoire de l'ARCEP qui vient d'être mis à jour. Cette fois-ci, il est question de comparer les débits, la latence et la fluidité du streaming vidéo entre Bbox, Livebox, Freebox et box de Numericable-SFR.

L'ARCEP vient de publier son troisième observatoire de la « qualité du service fixe d’accès à Internet ». Comme pour les deux précédents, le gendarme des télécoms rappelle qu'il s'agit d'une version bêta et « invite le lecteur à la prudence quant à l’interprétation des données publiées dans le présent rapport de synthèse, qui correspond à un exercice test ». 

Néanmoins, le dispositif s'améliore au fil des semestres et « la plupart des dysfonctionnements rencontrés au cours des premiers cycles ont été corrigés grâce aux travaux menés au sein du comité technique. Le 3ème cycle de mesure en a donc connu très peu ». Le régulateur explique ainsi que 88 % des mesures ont été retenues, contre 78 % seulement lors de la précédente campagne. Au total, plus de 11,7 millions de mesures ont été réalisées par IP-label, prestaire de l'ARCEP, au cours du premier semestre de l'année afin de mettre sur pied cette troisième version de l'observatoire, de quoi se faire une idée des performances de chacun.

Le VDSL2 et le FTTH parfois compliqué à prendre en compte

Les lignes en VDSL2 sont évidemment prises en comptes lorsque cela été possible, ce qui apporte des gains de performance « clairement observables », principalement sur des lignes ADSL courtes. Dans tous les cas, le régulateur n'a pas « forcé » le passage en ADSL2+ ou en VDSL2, mais il a laissé chaque box des FAI s'adapter automatiquement suivant ses propres critères. Le régulateur indique par contre qu'il « est important de noter que les seuils d’atténuation fixés par SFR sur son réseau n’ont permis à aucune de ses lignes du dispositif de migrer en VDSL ».

Il ajoute que les mesures sont réalisées « uniquement sur des lignes dégroupées » car, selon lui, « le parc des opérateurs alternatifs testés repose à plus de 70 % sur des lignes dégroupées ». Un choix qui semble par contre mettre de côté la « zone étendue » de Bouygues Telecom qui permet de souscrire à une Bbox sur des DSLAM qui ne sont pas dégroupés directement par le FAI, mais par un de ses partenaires. Or, comme nous l'avons récemment annoncé, Bouygues Telecom migre ses clients de SFR à Orange (finalisation de l'opération prévue pour 2016), ce qui peut avoir des conséquences sur les indicateurs techniques et d'usages (débits, navigation, streaming, etc.).

Le xDSL n'est pas la seule technologie à avoir subi des changements. Il y en a également sur la fibre optique jusqu'à l'abonné (FTTH) : « Outre l’offre Livebox Play Fibre, la plus représentative de ses ventes sur la période précédant le début du cycle de mesure, l’opérateur Orange a également souhaité mesurer le reste de sa gamme d’offres FTTH à savoir les offres Livebox Zen Fibre et Livebox Jet Fibre. Après concertation et avis favorable du comité technique, les résultats des mesures de ces deux offres sont donc également publiés dans la catégorie 100 Mbit/s et plus ». 

Le cas de Free est plus compliqué. Le fournisseur d'accès dispose bien de plus de 100 000 abonnés en fibre optique jusqu'à l'abonné, mais « les mesures sur les lignes FTTH de l’opérateur Free ne sont pas publiées dans le présent rapport, car l’Autorité a estimé qu’un niveau suffisant de comparabilité n’était pas assuré pour ces indicateurs ». Bref, on retrouve donc trois groupes de résultats pour les Livebox (Zen, Play et Jet) et une Box de SFR dans les tableaux FTTH de l'ARCEP :

qualité du service fixe d’accès à internetqualité du service fixe d’accès à internet

Les tests de débits détaillés pour chaque FAI

Passons aux choses sérieuses avec, pour la première fois, les indicateurs techniques détaillés pour chaque fournisseur d'accès alors qu'il n'était question que d'une moyenne par technologie (xDSL, FTTLA, FTTH) auparavant. Dans l'ensemble, SFR est le FAI qui s'en tire le moins bien en xDSL, que ce soit en téléchargement ou en upload, et ce, peu importe la longueur de la ligne. Si la marque au carré rouge ne dépasse pas 1 Mb/s en upload, c'est parce que le VDSL2 n'a pas pu être activé sur les différentes lignes de test, contrairement aux box concurrents qui ont une moyenne presque deux fois plus élevée.

À l'opposé, Bouygues Telecom est généralement en tête, tandis qu'Orange et Free sont au milieu du tableau. Ce dernier se laisse par contre un peu distancer par son concurrent sur la latence sur des mires lointaines, hors de son réseau.

Sur le FTTH, Les trois Livebox d'Orange sont bien différenciées par le débit descendant (100, 200 et 500 Mb/s respectivement, ainsi que sur le débit montant qui est de 200 Mb/s sur la version Jet et 50 Mb/s seulement sur les deux autres. SFR marque des points sur le téléchargement sur des mires lointaines, mais en perd sur l'upload dans les mêmes circonstances.

Ce tableau permet également de mettre en lumière une différence importante entre l'offre FTTLA de Numericable et celle de Bouygues Telecom (qui utilisent le même réseau) : l'upload est deux fois plus important pour le premier. Numericable propose en effet de le doubler (voir tableau ci-dessus), mais uniquement pour ses clients qui disposent d'une LaBox.

qualité du service fixe d’accès à internetqualité du service fixe d’accès à internet

SFR à la peine sur la navigation web

Il est ensuite question des indicateurs d'usages qui permettent de se faire une idée des performances des fournisseurs d'accès à Internet lors d'une utilisation courante.

Sur la navigation web, SFR est encore une fois à la traine par rapport à ses concurrents, là encore quelle que soit la longueur de la ligne xDSL. Free qui était également à la traine sur le précédent observatoire revient dans le peloton et les différences avec Bouygues Telecom et Orange sont relativement peu marquées.

Sur le FTTLA et le FTTH, les opérateurs sont quasiment tous à égalité à technologie identique.  Le câble est par contre en retrait sur la fibre avec un score moyen de moins de 2 secondes, contre un peu plus de 1,5 seconde pour la fibre optique. 

qualité du service fixe d’accès à internet

Free toujours en retrait sur la vidéo en streaming

La lecture de vidéo en streaming sur les lignes moyennes et courtes est par contre toujours en dessous de la moyenne chez Free avec un score moyen de moins de 4 points sur 5, là SFR obtient plus de 4, Orange un peu moins de 4,5 (en hausse par rapport au précédent relevé), tandis que Bouygues Telecom est toujours en tête avec plus de 4,5 sur 5.

Dans le détail, c'est toujours la fluidité qui pose problème chez Free avec un score d'un peu plus de 90 %. C'est par contre mieux que lors du précédent relevé. Alors qu'un temps de rupture de 0,2 seconde était enregistré la dernière fois, Free est cette fois-ci à égalité avec ses concurrents (0 seconde).

qualité du service fixe d’accès à internetqualité du service fixe d’accès à internet

Enfin, sur le téléchargement en P2P, les différences sont assez peu marquées sur une même technologie. On remarque par contre que Le FTTLA est logiquement plus performant que le xDSL, tandis que le FTTH met tout le monde d'accord. Une situation à peu près identique à celle des débits sur les indicateurs techniques.

Une consultation publique

En marge de ce troisième observatoire, le gendarme des télécoms lance un appel à contributions aux acteurs du secteur afin de « dresser le bilan des trois premiers cycles de mesure et à recueillir l’avis du secteur sur les enrichissements envisageables pour cet outil et, plus largement, sur l’avenir de ce dispositif de mesure en environnement contrôlé ».

Via quatre questions, il s'agit notamment de savoir si ce dispositif répond aux objectifs qui ont été fixés, s'il devrait être adapté ou enrichi et sous quelle forme il devrait être publié. Le gendarme des télécoms précise enfin que, dans un souci de transparence, il publiera « l’intégralité des contributions qui lui auront été transmises, à l’exclusion des parties couvertes par le secret des affaires ».

Bouygues Telecom en profite encore une fois pour vanter son offre

Cette fois-ci encore, Bouygues Telecom profite de cet observatoire de l'ARCEP pour publier un communiqué de presse afin d'annonce que « la qualité du service fixe d’accès à l’internet offert par Bouygues Telecom en ADSL et VDSL se détache nettement en arrivant 1er ou 1er ex-aequo sur 32 des 39 critères ADSL et VDSL mesurés par l’ARCEP ». 

Comme lors des précédents relevés, le FAI ne fait pas directement mention du caractère bêta de ce test dans le corps de son communiqué, mais signale l'avertissement de l'ARCEP tout à la fin après le « À propos de Bouygues Telecom » et en petit. On notera tout de même un changement important : un lien direct vers l'enquête est disponible alors que ce n'était pas le cas auparavant.

On rappellera enfin que le premier observatoire avait été le théâtre d'une petite guerre entre les FAI et notamment de Free qui avait mis en demeure l'ARCEP et Bouygues Telecom. Ce dernier avait d'ailleurs lancé une campagne publicitaire, tandis que le régulateur se contentait d'une timide « mises en garde quant à l’exploitation à des fins commerciales des premiers résultats de la version-test de son nouvel observatoire sur la qualité des services fixe d’accès à Internet ».

Il sera intéressant de voir si ces histoires remonteront à la surface à l'occasion de la consultation publique, tout comme le cas de la « zone étendue » de Bouygues Telecom. Affaire à suivre donc.


chargement
Chargement des commentaires...