Windows 11 : comment installer ou forcer la mise à jour 2022

Avec un marteau
Logiciel 5 min
Windows 11 : comment installer ou forcer la mise à jour 2022

La mise à jour 2022 est disponible pour Windows 11 depuis quelques jours. Si initialement il n’était pas possible de l’installer autrement que via Windows Update, l’image ISO du système et l’outil dédié ont été adaptés entre temps. On vous explique comment procéder, avec quelques mises en garde.

L’imposante version 2022 pour Windows 11 apporte un très grand nombre de nouveautés, que nous avions détaillées il y a quelques mois, puis complétées récemment.

Lors de notre dernière actualité, il n’y avait pas d’autre moyen pour installer cette mise à jour que d’aller dans Windows Update et d’effectuer une recherche manuelle. Il y en a maintenant d’autres, l’occasion de faire quelques rappels.

Les déploiements progressifs des mises à jour majeures

Avec Windows 11, le rythme de parution de ces évolutions est annuel, alors qu’il était semestriel avec Windows 10. Un ralentissement qui ne devrait guère ennuyer les utilisateurs qui, souvent, préfèrent ne pas être dérangés dans leurs habitudes. D’autant que Windows 11 peut recevoir des « Servicing packs » qui peuvent lui apporter des fonctions ou le support de certaines technologies.

Nous en sommes pour l’instant à la première phase. Pendant plusieurs semaines au moins, la récupération de la mise à jour se fait surtout via Windows Update, quand on va soi-même la chercher. Il n’y a pas d’installation automatique ni même de téléchargement s’il n’a pas été déclenché par l’utilisateur.

Dans les mois qui suivront, Windows se mettra à prévenir un nombre croissant de personnes que cette mise à jour existe. Microsoft procède par tamis successifs de compatibilité : les machines sans incompatibilités connues d’abord, puis progressivement les autres, au fur et à mesure que les éditeurs et constructeurs concernés sont avertis et corrigent le tir, via des patchs et pilotes.

Ce n’est qu’au bout d’un an en moyenne que Microsoft ouvre complètement les vannes, l’ensemble des machines se mettant alors à prévenir qu’il est temps d’effectuer les mises à jour. Nous ne savons toujours pas en revanche pendant combien de temps les utilisateurs pourront la repousser. Sur Windows 10, chaque mise à jour trimestrielle pouvait être repoussée pendant un an, et il est probable que Windows 11 fasse de même.

Forcer la mise à jour

Si Windows Update n’affiche rien après avoir lancé une recherche, c’est qu’il existe une ou plusieurs incompatibilités susceptibles de faire échouer la mise à jour. Notre conseil dans ce cas est simplement de patienter quelques semaines à quelques mois, le temps que ces problèmes soient corrigés.

Mais si vous ne voulez pas attendre, il existe quand même un moyen : l’Assistant d’installation de Windows 11. Cette application a été créée à l’origine pour permettre la migration depuis Windows 10, mais on peut s’en servir pour mettre à jour le Windows 11 actuel. L’application ne tient pas compte – en théorie – des limitations imposées par Windows Update. Ce qui est simultanément sa force et sa faiblesse.

Une mise à jour majeure comme celle-là n’est jamais une opération anodine. Même si les éditeurs font tout pour que le processus paraisse simplissime, il existe de multiples raisons qui peuvent entrainer une erreur. Il n’y a normalement pas de crainte à avoir dans ce cas, car la migration peut faire machine arrière et effacer les modifications. Mais il faut garder en tête que si forcer la mise à jour est possible et donc un choix, cela augmente le risque par la suite.

  • Windows 11 Assistant
  • Windows 11 Assistant
  • Windows 11 Assistant

Comme nous l’avons indiqué précédemment, ces mises à jour majeures introduisent de vastes changements techniques qui nécessitent parfois des mises à jour de pilotes ou d’applications. Windows Update garde un œil sur la configuration d’ensemble pour proposer les nouvelles versions quand la situation s’y prête. Court-circuiter ce processus d’analyse permet d’obtenir les nouveautés plus tôt, mais vous pourriez vous retrouver avec un composant, un logiciel ou un périphérique ne fonctionnant plus, par exemple parce que le constructeur concerné n’a pas mis à jour son pilote.

Dans tous les cas, forcer la mise à jour fonctionne, et Microsoft laisse le choix, ce qui est toujours bon à prendre. On aurait apprécié que cette philosophie s’étende d’ailleurs à la création des comptes utilisateurs dans Windows 11, puisqu’ils ne peuvent plus être locaux et qu’un compte Microsoft est exigé. Sauf à tricher.

Et pourquoi pas une « réinstallation propre »

Si votre système est devenu un gros bazar à force d’aligner les tests et les préversions, vous éprouvez peut-être l’envie de repartir sur une base « propre ». Et pourquoi pas après tout, car l’installation de Windows 11 depuis une clé USB sur une machine équipée d’un SSD va très vite.

L’opération en vaut-elle la chandelle ? Oui, dans une certaine mesure. Un système neuf, quand tous les pilotes sont correctement installés, est dans un état nominal. Même si Windows 11 est beaucoup moins sensible au « winrot » que les anciennes versions, réinstaller le système peut régler certains problèmes.

Dans le cas spécifique de cette version 2022, c’est également la seule manière d’activer une des nouvelles capacités de sécurité, Smart App Control. Pour rappel, ce mécanisme se base sur des algorithmes (mis à jour quotidiennement) pour vérifier le comportement des applications, par exemple quand des successions d’actions rappellent certains comportements observés chez les malwares.

Si vous souhaitez vous lancer dans une réinstallation, le plus simple est d’utiliser l’outil fourni par Microsoft pour préparer une clé USB (Création d'un support d'installation de Windows 11). Il faut disposer d’un modèle de 8 Go au moins. L’utilitaire est globalement le même depuis Windows 7 et n’a guère changé dans son fonctionnement. On confirme simplement la version que l’on veut récupérer et le périphérique qui servira, puisque l’outil récupère l’ISO, formate la clé et y décompresse les données.

Après quoi, on obtient une clé bootable sur laquelle on peut démarrer. Il faudra sans doute se rendre dans le Bios/UEFI pour modifier la séquence de démarrage si la machine ne démarre pas sur la clé.

Le problème de cette méthode, bien sûr, est qu’il faudra ensuite réinstaller tout votre environnement. Selon le nombre d’applications, jeux, pilotes et autres, l’opération peut être longue et rébarbative.

Notez que cette méthode peut être utilisée si, pour une raison ou une autre, l’Assistant n’arrive pas à installer la mise à jour 2022 sur un système actuel. Une manière radicale de contourner le problème.

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !