Numérique soutenable : les premiers résultats de l'Arcep montrent l'ampleur du chantier

Des habitudes à casser
Mobilité 2 min
Numérique soutenable : les premiers résultats de l'Arcep montrent l'ampleur du chantier
Crédits : ZU_09/iStock

L’Arcep a publié récemment les résultats de sa première enquête annuelle « Pour un numérique soutenable » portant sur les quatre principaux opérateurs. L’Autorité note quelques améliorations, mais surtout des pistes de travail. Elle met également en garde contre la poudre aux yeux de certains chiffres.

En janvier 2021, l'Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse (Arcep) annonçait qu’une enquête annuelle aurait désormais lieu pour surveiller, via onze points de contrôle, l’évolution de l’empreinte écologique du numérique en France. Un grand chantier, et pour cause : « sans renoncer aux possibilités d’échanges et d’innovation », il fallait que le numérique prenne « part à la stratégie bas carbone ».

L’Arcep se donnait alors trois grands objectifs : améliorer la capacité de pilotage de l’empreinte environnementale du numérique par les pouvoirs publics, intégrer l’enjeu environnemental dans les actions de régulation de l’Arcep, et renforcer les incitations des acteurs économiques, acteurs privés, publics et consommateurs. L’Autorité souhaitant établir des constats clairs qui se voudraient autant d’outils d’aide à la prise de décision, sans matraquer le numérique ni le glorifier.

En plus d’indicateurs désormais annuels, elle veut faire passer les entreprises concernées d’une obligation de moyens à une obligation de résultat. Les pistes d’améliorations sont nombreuses et touchent aussi bien les services et les terminaux que tout acteur de la chaine – même si les terminaux sont dans le collimateur, tout particulièrement l’obsolescence logicielle.

L’Autorité compte informer plus finement les utilisateurs. Elle juge l’information actuelle très insuffisante sur les questions écologiques et proposait par exemple de « transposer ce qui existe sur la qualité de service et la couverture à la question de l’écologie ».

Au vu des points soulevés dans cette première enquête, le travail ne fait que commencer. Quatre catégories d’indicateurs ont été intégrées : l’énergie consommée, les émissions de gaz à effet de serre, les ventes de téléphones portables et les téléphones collectés en vue d’un recyclage ou d’un reconditionnement.

Gaz à effet de serre : attention aux illusions d’optique

Vous n'avez pas encore de notification

Page d'accueil
Options d'affichage
Abonné
Actualités
Abonné
Des thèmes sont disponibles :
Thème de baseThème de baseThème sombreThème sombreThème yinyang clairThème yinyang clairThème yinyang sombreThème yinyang sombreThème orange mécanique clairThème orange mécanique clairThème orange mécanique sombreThème orange mécanique sombreThème rose clairThème rose clairThème rose sombreThème rose sombre

Vous n'êtes pas encore INpactien ?

Inscrivez-vous !