Conférence Google : Pixel 4 (XL), PixelBook Go et écouteurs Pixel Buds

Les lentilles dans les étoiles 36
Accès libre
image dediée
Smartphones
Vincent Hermann

Google a tenu mardi soir sa conférence d’automne dédiée aux nouveautés matériels, avec quelques bonus, dont Stadia. Pièce maîtresse du show, le Pixel 4 a rappelé que la photo était désormais le principal vecteur d’innovation dans les smartphones. Des produits Nest et un nouveau Pixelbook ont également été présentés.

Plus personne n’est surpris : l’automne est consacré aux nouveautés matérielles des géants américaines de la tech. Apple est souvent le premier à démarrer avec sa fournée d’iPhone, puis viennent Microsoft, Amazon et Google.

Le Pixel 4 de ce dernier était notamment attendu par les spectateurs du combat que se livrent désormais les constructeurs de smartphones sur les nouveautés de leurs produits, mais surtout les améliorations logicielles qui se concentrent pour bonne partie sur la photographie. Avec en filigrane un machine learning local toujours plus présent.

INpact Hardware a déjà analysé la nouvelle solution de réseau maillé sans fil de Google, Nest Wifi. Quant à Stadia, le service de streaming de jeux vidéo sera officiellement lancé le 19 novembre, comme nous l’indiquions dans LeBrief.

Pixel 4 : des composants classiques, une batterie plus petite...

La présentation des nouveaux smartphones de Google était à la fois le temps fort du « spectacle » et une absence quasi totale de surprises. Et pour cause : la plupart des caractéristiques de ces appareils avaient été révélées dans d’innombrables fuites ces derniers mois, dont certaines organisées par Google en personne.

Le Pixel 4 présente donc un écran de 5,7", d’une définition de 1 080 x 2 160 (soit une résolution de 444ppp). Le modèle XL dispose d’une dalle de 6,3", pour une définition de 1 440 x 2 880 (537ppp). Les deux dalles sont OLED, compatibles HDR, ont une fréquence de rafraichissement de 90 Hz, sont recouverts de verre Gorilla Glass 5.

Elles affichent un contraste de 100 000:1 et bénéficient du mode Always-on (affichage permanent). Ambient EQ permet, comme les iPhone avec True Tone, d’adapter la luminosité ambiante.

Comme on s’en doute, le cœur du produit est un Snapdragon 855 à huit cœurs, quatre à 2,84 GHz pour les pleines performances et quatre à 1,78 GHz, plus économes en énergie pour les tâches courantes. La partie graphique est assurée par un GPU Adreno 640 et l’ensemble est accompagné par 6 Go de LPDDR4x et 64 ou 128 Go de stockage.

Le Pixel 4 présente une batterie de 2 800 mAh et affiche des dimensions de 68,8 x 147,1 x 8,2 mm pour un poids de 162 g. Le modèle XL intègre quant à lui une batterie de 3 700 mAh, affiche une taille de 75,1 x 160,4 x 8,2 mm. On s’étonne de ces batteries, plus petites que sur l’ancienne génération. Le Pixel 3 embarquait ainsi une batterie de 2 910 mAh.

Les deux sont fournis avec un chargeur rapide 18 W (2A) et compatibles avec la recharge sans fil Qi.

... mais un nouveau bond photographique

Côté caméras, on trouve à l’arrière deux objectifs : du 16 mégapixels avec ouverture de ƒ/2,4 et champ de vision de 52°, et du 12,2 mégapixels avec ouverture de ƒ/1,7 et champ de vision de 77°. Les deux sont équipées d’un autofocus à détection de phase et sont rassemblés, avec le flash, dans une zone carrée qui risque fort de devenir la norme pour les temps à venir.

Lors de la conférence, Google a assumé le choix de faire l’impasse sur l’ultra grand angle, lui préférant un téléobjectif (la caméra 16 mégapixels) avec zoom optique 2x. À l’avant, on retrouve une caméra classique de 8 mégapixels avec ouverture de ƒ/2. La mise au point est cette fois fixe.

Pixel 4

Les Pixel 4 présentent tous un cadre en aluminium avec revêtement « hybride », ont un indice d’étanchéité IP68, sont fournis avec Android 10 (trois ans garantis minimum de mises à jour de sécurité), n’embarquent qu’un port USB-C pour toute connectique, sont compatibles avec le Bluetooth 5.0 et le Wi-Fi 5 (dommage pour le 6), ne proposent qu’un emplacement pour carte SIM et sont disponibles en blanc, noir mat ou orange.

Mais les smartphones de Google ne sont pas que des collections de composants et caractéristiques. La firme a mis en avant des aspects plus spécifiques, comme Motion Sense, tirant parti d’une puce dédiée et permettant d’effectuer des gestes avec la main au-dessus du Pixel 4 pour certaines actions, comme passer au titre suivant dans une liste de lecture, couper la sonnerie d’un appel entrant ou activer le snooze sur une alarme.

À la manière d’un iPhone 11 pour lequel Apple avait largement insisté sur les améliorations logicielles, Google annonce le même type de travail. Mais comme on pouvait s’y attendre, le géant américain a surtout mis sur le devant de la scène les améliorations sur la partie photo, principal point de comparaison face à la concurrence. 

Sont surtout concernés un HDR plus intelligent, une balance des blancs basée sur le machine learning et généralisée à tous les clichés, ainsi que des contrôles pour la double exposition. Le HDR+, en particulier, voit son mode Live amélioré. Sur les démonstrations du Pixel 4, il n’y a désormais plus aucun temps d’attente entre ce que l’utilisateur voit sur l’écran avant de prendre la photo et l’application en réel du HDR.

En outre, les réglages pourront être appliqués avant que la photo soit prise. Le mode portrait est lui aussi amélioré. Google s’est d’ailleurs offert les services de la photographe Annie Leibovitz pour en faire la démonstration.

Les photos les plus impressionnantes – en tout cas sur le papier – étaient cependant celles du mode nuit, nettement amélioré. Google a tout particulièrement fait la démonstration de ciels nocturnes, dans lesquels les étoiles et la Voie Lactée étaient clairement visibles. Le résultat est obtenu à l’aide d’un trépied (ou équipement équivalent) et un temps d’exposition, découpé à travers différentes photos qui sont ensuite rassemblées (car la Terre bouge).

Cette fonction, nommée Astro Night Sight, détecte en fait ce type de vue automatiquement. Si elle estime que le téléphone est assez stable, l’exposition total peut grimper jusqu’à 4 minutes. Google promet que la fonction sera répercutée sur les Pixel 3 et 3a, mais le résultat ne sera pas aussi probant.

Dans tous les cas, il faudra affronter la pollution lumineuse, très présente en zone urbaine.

Pixel 4 Astro Night SightPixel 4 Astro Night SightPixel 4 Astro Night Sight

Le Pixel 4 est en précommande au tarif de 769 euros, tandis que le XL grimpe à 899 euros (les tarifs américains sont de 799 et 899 dollars). Les livraisons et la disponibilité générale sont annoncées pour le 24 octobre. Malheureusement, en France, les choix sont pour l’instant limités : seules les versions 64 Go et le noir mat sont proposés pour les deux modèles. Les autres choix seront probablement débloqués plus tard.

Notez que ces smartphones seront fournis avec une nouvelle version du Google Assistant, prenant mieux en charge le contexte et l'enchainement des questions. On retient aussi la transcription en direct d'une réunion. Mais il faudra cependant attendre 2020 (sans plus de précisions) pour que ces nouveautés soient répercutées sur le marché français.

Pixelbook Go : Google revient sur un Chromebook plus classique

Pas de format 2-en-1 ou convertible cette année, mais un ordinateur portable classique à charnière, orienté performances et devant synthétiser la vision de l’informatique telle que vue par Google.

Le Pixelbook Go se veut aussi bien un produit d’inspiration pour le reste des constructeurs qu’un vrai portable destiné à une commercialisation de masse. La machine n’est disponible qu’en une seule taille, basée sur une dalle tactile de 13,3". La coque est en magnésium et présente une base crénelée que Google décrit comme plus pratique à attraper et maintenir.

Le tarif d’attaque est nettement plus agressif que d’habitude : 649 dollars, soit presque la moitié du premier modèle lancé par Google. Pour ce prix, la configuration embarquera un Core m3 d’Intel, épaulé par 8 Go de RAM et proposant 64 Go de stockage, le tout avec un écran 1080p.

Trois autres configurations sont proposées, pour monter en gamme :

  • Core i5, 8 Go de RAM, 128 Go de stockage : 849 dollars
  • Core i5, 16 Go de RAM, 128 Go de stockage : 999 dollars
  • Core i7, 16 Go de RAM, 256 Go de stockage et écran 4K : 1 399 dollars

Côté autonomie, Google annonce 12 heures pour chaque modèle. Avec la recharge rapide, l’utilisateur devrait récupérer 2 heures d’autonomie en 20 minutes. On retrouve à chaque fois une webcam 1080p, des enceintes stéréo, un clavier plus discret (Hush Keys) ainsi qu’une puce Titan-C intégrée pour la sécurité

Chaque modèle est actuellement disponible à la précommande, mais très partiellement. Par exemple, seul le noir mat est proposé, le « Not pink » devant n’arriver que plus tard. Idem, seuls les deux premiers modèles sont en précommande, le troisième est en liste d’attente et le dernier affiche simplement « bientôt ».

En outre, les intéressés en France devront se faire une raison : le Pixelbook Go n’est disponible qu’aux États-Unis et au Canada. Pour l’instant, le seul autre pays prévu est le Royaume-Uni en janvier.

Google aura bien sûr ses propres écouteurs : les Pixel Buds

Ils ne sont pas prévus avant le printemps prochain, mais Google tenait bien sûr à donner un avant-goût de sa propre version de ce que doivent être des écouteurs sans fil, dans le sillage d’un Apple dont les AirPods se sont vendus comme des petits pains. Même Microsoft s’est jeté à l’eau récemment.

Les caractéristiques techniques sont à l’avenant. La communication Bluetooth « longue portée » permettra selon Google de communiquer avec le smartphone séparé d’une à trois pièces dans une maison, et jusqu’à un terrain de foot en extérieur (on demande à voir).

Les microphones seront capables de se concentrer sur la voix de l’utilisateur, tout en détectant l’environnement pour gommer les sons parasites comme le vent. La batterie devrait permettre de tenir environ 5 heures, le boitier livré (désormais classique) devant fournir 24 heures supplémentaires.

Les temps de recharge pour les écouteurs et le boitier ne sont pas indiqués. Les Pixel Buds seront vendus 179 dollars à leur arrivée. Hors des États-Unis, on ne sait pas encore quels marchés seront concernés.


chargement
Chargement des commentaires...