Microsoft : des Surface à toutes les sauces, avec un ou deux écrans et Windows 10X

Android est dans la place 17
Accès libre
image dediée
Portable
Sébastien Gavois

Avec l'annonce des Surface Pro 7, Surface X, Surface Laptop 3 (certaines versions avec des CPU AMD), Surface Neo avec Windows 10X et du smartphone Surface Duo (deux écrans), Microsoft a envoyé un message fort : la marque Surface est là pour durer, tenter d'innover et investir tous les marchés de la mobilité. 

Comme prévu, Microsoft tenait hier une conférence sur les produits Surface (le replay est disponible ici), avec de nombreuses annonces à la clé. Le fabricant tirait dans toutes les directions avec des tablettes, des ordinateurs portables, des hybrides, des écouteurs sans fil, etc. Une diversité que l'on retrouve également dans les processeurs.

Preuve de l'intérêt que porte Microsoft à cette gamme de produits, Satya Nadella était présent en personne pour un discours d'introduction. L'occasion de rappeler que la gamme Surface a été lancée il y a sept ans quasiment jour pour jour.  Pour rappel, les smartphones Lumia (à l'époque de Nokia) étaient déjà une réalité à l'époque, avec le funeste destin qu'on leur connaît. 

Le fabricant ne compte pas laisser ce gâteau à ses concurrents et tente un retour avec un Surface Duo sous Android et comprenant deux écrans de 5,6" (pour en former un grand de 8,3") annoncé pour fin 2020. Avant d'évoquer les projets pour la fin de l'année prochaine, commençons par revenir sur les produits qui arriveront prochainement. Notez que de nombreuses nouveautés sont également arrivées sur Microsoft 365... mais c'est une autre histoire. 

La Surface Pro 7 passe enfin à l'USB Type-C, avec du Wi-Fi 6

Il était ainsi question de la Surface Pro 7, soit la 7e génération de la tablette. Elle passe enfin à l'USB Type-C (qui prend la place du mini-DisplayPort), tout en gardant toujours un port USB Type-A, le port Surface Connect et la prise jack. Certains regretteront sûrement que Microsoft n'ait pas profité de ce changement pour passer au Thunderbolt 3

Le processeur est désormais un Intel Core de 10e génération : i3-1005G1, i5-1035G4 ou i7-1065G7. Microsoft annonce que la machine « sera deux fois plus rapide que la version précédente », ce qui méritera évidemment confirmation. L'autonomie est de 10,5 heures pour un usage « typique ». Le stockage varie de 128 Go à 1 To, contre 4 à 16 Go pour la mémoire.

Pas de changement sur la diagonale de l'écran : 12,3" avec une définition de 2 736 x 1 824 pixels, comme sur la Surface Pro 6. Pour le reste, il est question de Wi-Fi 6, du Bluetooth 5.0, de deux capteurs optiques de 5 et 8 Mpxiels, etc. Les caractéristiques détaillées sont disponibles par ici.

La machine mesure  292 x 201 x 8,5 mm pour un poids de 775 à 790 grammes suivant la configuration. Le Surface Pro 7 sera disponible le 22 octobre à partir de 899 euros (Core i3, 4 Go de mémoire et 128 Go de stockage) dans des coloris noir mat et gris platine. Le tarif grimpe jusqu'à 2 499 euros pour respectivement un Core i7, 16 Go et 1 To.

Surface Pro X : 13", SoC maison (avec Qualcomm), mais Wi-Fi 5 seulement 

Vient ensuite le Surface Pro X que Microsoft annonce comme l'appareil Surface 2-en-1 « le plus fin, le plus léger et le plus puissant jamais présenté pour une mobilité optimisée ». Il est animé par un processeur maison baptisé Microsoft SQ1. Le géant du Net ne l'a pas développé en interne, mais en partenariat avec Qualcomm. Le SoC exploite une partie graphique Adreno 685 et se base probablement sur le Snapdragon 8cx de Qualcomm.

Sur cette page, le constructeur annonce une vitesse capable d'atteindre « 3 GHz » comme pour jouer les gros bras, mais ne donne pas plus de détail sur le niveau de performances à en attendre, notamment comparé à un CPU Intel. 8 ou 16 Go de mémoire viennent l'épauler. L'autonomie fait un bond par rapport à la Surface Pro 7 : 13 heures.

Ses mensurations sont de 287 x 208 x 7,3 mm pour 774 grammes, mais avec un écran de 13" (2 880 x 1 920 pixels) cette fois. Deux ports USB Type-C, un port Surface Dock, un emplacement nano-SIM avec un modem 4G Snapdragon X24 (jusqu'à 2 Gb/s), deux caméras de 5 et 10 Mpixels sont également présents. Si le Bluetooth reste, le Wi-Fi descend en 802.11ac seulement (Wi-Fi 5).

Un SSD de 128 à 512 Go est disponible et le fabricant met en avant la possibilité de le retirer. Mais le diable se cache dans les mentions en bas de page : « le SSD n'est pas amovible par l'utilisateur. Le SSD ne peut être retiré que par un technicien qualifié conformément aux instructions fournies par Microsoft ».

Le Surface Pro X sera disponible en noir mat avec un stylet rechargeable dès le 19 novembre en France, à partir de 1 149 euros avec 8 Go de mémoire et 128 Go de stockage. Comptez 1 999 euros pour 16 et 512 Go. 

Un tarif élevé pour une machine ARM, dont il faudra maintenant attendre les premiers tests afin de juger de ses performances et de son autonomie. Une page dédiée au Surface Pro X est disponible par ici.

Surface Laptop 3 : enfin facilement réparable ? AMD est dans la place...

Passons ensuite au Surface Laptop 3 qui existe désormais en deux versions : 13,5" (2 256 x 1 504 pixels, comme le Surface Laptop 2) et 15" (2 496 x 1 664 pixels). Les mensurations sont de 308 x 223 x 14,51 mm pour le premier et de 339,5 x 244 x 14,69 mm pour le second. Le poids oscille entre 1,3 et 1,5 kg environ. D'aspect extérieur, on remarque que le Surface Laptop 3 de 13,5" dispose d'un pavé tactile plus grand. 

Un des points mis en avant par Panos Panay durant la conférence serait la réparabilité, grandement améliorée. Il faut dire que Microsoft n'a pas franchement bonne presse dans ce domaine. Le dirigeant a ainsi « ouvert » un portable sur scène afin de montrer qu'il est facile d'accéder aux entrailles.

surface Laptop 3

Une bonne nouvelle pour iFixit qui s'est fendu d'un billet de blog. Il faudra maintenant transformer l'essai lors d'une session de mise à nue. Pour rappel, iFixit avait attribué un 0 pointé aux deux premiers Surface Laptop, notamment car le simple fait de l'ouvrir était synonyme d'importants dégâts. 

Le modèle de 13,5" exploite un processeur Intel de 10e génération (Core i5-1035G7 ou i7-1065G7), mais ce renouvellement est également l'occasion pour Microsoft de proposer un processeur AMD Ryzen sur son modèle de 15". Une bonne idée... mais la situation se complexifie rapidement lorsque l'on plonge dans les détails.

... mais uniquement pour la gamme grand public

En effet, il faut rester dans la gamme « grand public » pour trouver un « processeur inédit » AMD Ryzen 5 3580U ou Ryzen 7 3780U sur le modèle de 15", sans possibilité de passer chez Intel. Par contre, sur la version « pour les entreprises » du Surface Laptop 3 de 15", un i5-1035G7 ou i7-1065G7 est présent, cette fois-ci sans possibilité d'avoir un CPU AMD. 

La différence est subtile, mais importante. La version grand public dispose par exemple d'un Windows 10 Famille, tandis que la gamme entreprise propose un Windows 10 Professional et un programme d'échange avancé : « Outre la garantie matérielle standard, les professionnels bénéficient de l'échange avancé, avec livraison d'un appareil de remplacement, sans frais supplémentaires ».

Des ajustement techniques ont également été effectués. Le Surface Laptop 3 de 13,5" et celui de 15" avec processeur Intel disposent du Wi-Fi 6, tandis que celui de 15,6" avec Ryzen (gamme grand public donc) se contente de Wi-Fi 5. Microsoft met aussi en avant une « puce 2.0 TPM » sur la version pour les professionnels, contre un « micrologiciel TPM » sur l'autre. Entre autres variations, la version pour les pros peut profiter d'un SSD de 1 To au lieu de 512 Go seulement.

Surface Laptop 3 entrepriseSurface Laptop 3 entreprise
Les caractéristiques techniques des Surface Laptop 3 pour les entreprises et pour le grand public

Nous aurions préféré que Microsoft laisse vraiment le choix à ses clients entre un processeur AMD ou Intel, quelle que soit la gamme de portables (et la taille de l'écran). 

Le Surface Laptop 3 sera disponible le 22 octobre (comme le Surface Pro 7) à partir de 1 149 euros pour la version de 13,5" avec un Core i5, 8 et 128 Go. Avec un Ryzen 5 3580U, 8 et 128 Go, le prix d'appel est de 1 349 euros pour le modèle de 15". 

Sur cette page, Microsoft propose un comparatif entre ses Surface Laptop 3 (dans sa version pour les pros, avec de l'Intel uniquement), Surface Pro X et Surface Pro 7.

Surface Duo : un smartphone Android avec deux écrans de 5,6"

Microsoft s'est ensuite essayé à un exercice différent avec ses Surface Duo et Neo, deux machines avec deux écrans. Le concept n'est pas nouveau, mais a le vent en poupe depuis quelque temps. Le premier est « un appareil Surface pliable qui réunit le meilleur des expériences de productivité Microsoft, des applications Android et du design Surface dans un seul device ».

Il dispose de deux écrans de 5,6" n'en formant plus qu'un de 8,3" lorsqu'ils sont dépliés. Contrairement au Galaxy Fold de Samsung, Microsoft n'a pas tenté de jouer la carte de la dalle pliable : les deux écrans sont reliés par une charnière. Ils peuvent donc prendre différentes positions : côte à côte, l'un sur l'autre, en position tente, etc. Dans ses communiqués et sur scène, Microsoft ne parle pas directement de smartphone, mais précise tout de même qu'il peut « passer des appels téléphoniques ».

Selon le communiqué français de Microsoft, un « processeur Intel Lakefield » est aux commandes... ce qui est pour le moins surprenant et très probablement une erreur. D'après nos confrères de Wired, le Surface Duo intégrerait plutôt un Snapdragon 855 avec Android 9. 

Microsoft est donc de « retour » sur le marché des smartphones, avec un modèle Android comme de nombreux signes le laissaient penser. L’éditeur a enchainé les sorties sur le système de Google et y dispose de toutes ses applications, en plus d’un launcher capable d’assurer la liaison avec les machines Windows 10. On peut cependant se demander quel sera encore son degré de pertinence quand il sortira dans plus d’un an (fin 2020).

Surface Neo : une tablette avec deux écrans de 9", clavier et stylet magnétiques

Dans un registre assez proche, nous avons également le Surface Neo qui reprend le même principe, mais avec deux écrans de 9" pour en former un grand de 13" lorsqu'ils sont côte à côte. Microsoft le présente comme une machine « pensée pour la productivité » avec « l’écran LCD le plus fin de sa catégorie [...] et un poids plume de 655 grammes ». 

Microsoft va plus loin dans son concept avec « un clavier qui se replie sur l’un des écrans ou bien s’aimante au dos ». De plus, « l’interface de l’écran s’adapte selon la position du clavier : lorsque celui-ci est activé, une partie de l’écran se transforme en écran de veille ou en barre d’outils, la "wonder bar" ». Vous pouvez ainsi avoir un écran entièrement disponible et la moitié d'un second, le reste de l'espace étant occupé par le clavier. 

D'après cette vidéo, un processeur Intel est aux commandes... certainement un Lakefield que Microsoft plaçait dans son Duo (même le fabricant semble se mélange les pinceaux...). Aucun détail supplémentaire n'a pour le moment filtré sur les caractéristiques techniques de cette tablette 2-en-1.

Comme pour le Duo, il ne sera pas disponible avant fin 2020. Les tarifs ne sont pas précisés. 

Et voilà Windows 10X, spécialement pensé pour les PC avec deux écrans

La tablette Surface Neo fonctionnera sous un « nouveau » système d'exploitation : Windows 10X, que l'éditeur présente comme « une expression de Windows 10 ».

Dans ce billet de blog, la société de Redmond explique que ce Windows 10 est spécialement pensé pour les PC avec deux écrans. En plus de sa Surface Neo, des fabricants comme ASUS, Dell (qui commence déjà à communiquer sur le sujet) et HP travaillent sur des produits du même genre.

« Les utilisateurs attendent davantage de flexibilité de la part de leurs ordinateurs », justifie Microsoft : « Windows 10X est le meilleur de Windows 10 conçu pour permettre des expériences uniques sur des ordinateurs avec deux écrans capables de prendre plusieurs positions ». La modularité est ainsi au cœur de l'expérience, avec la possibilité de bouger les éléments de l'interface comme le menu Démarrer – qui change de design pour l'occasion – et la barre des tâches en fonction de la configuration des écrans, de la présence d'un clavier, etc. 

Windows 10X ne sera pas une révolution promet Microsoft, qui ne veut pas perdre ses utilisateurs au passage : « Les fans de Windows 10 pourront aujourd'hui utiliser Windows 10X pratiquement sans apprentissage ». Des travaux ont été entrepris pour mieux gérer la batterie, qui devra alimenter deux écrans, sans plus de détail pour l'instant.

Il est également question de l'exécution d'applications Win32 dans un conteneur. Une bonne nouvelle, puisque les applications du Store ne seront donc pas les seules supportées. Microsoft précise d'ailleurs que les développeurs n'auront rien de particulier à faire, leurs applications Windows 10 devraient passer sans modification sur Windows 10X. Selon certains, Windows 10X ne chargerait le sous-système Win32 que si une application Win32 est exécutée afin d'économiser des ressources ; à confirmer. 

Des bénéfices qui pourraient aussi profiter aux portables avec un seul écran ? Ce n'est pas précisé. Dans tous les cas, « Windows 10X est conçu pour les nouveaux PC avec deux écrans et non comme une mise à niveau du système d'exploitation si vous possédez déjà un PC ». De plus amples informations seront données durant les prochains mois. 

Le système semble être la concrétisation de plusieurs années d’efforts, qui devraient avoir leurs retombées dans le Windows 10 classique, à moins que 10X ne prenne tout simplement les commandes. Il est le résultat des travaux sur Core OS, qui consiste – enfin – en une séparation des éléments les plus modernes de ceux plus âgés, avec des conteneurs pour isoler ces derniers. Tout comme la gestion de l’interface, confirmation des rumeurs autour d’Andromeda et de son nouveau shell, capable de s’adapter (en théorie) à toutes les tailles d’écrans.

One more thing ? Des Surface Earbuds

Enfin, c'est la mode : Microsoft propose elle aussi des écouteurs sans fil, à croire que si en 2019 tu n'en proposes pas, c'est que tu as raté ta vie. Ils permettent « d’interagir avec la suite Office, Spotify, de passer des appels ou encore de traduire en direct », proposent un système de réduction de bruit active et une autonomie de 24h.

Microsoft insiste en particulier sur les interactions avec Office 365 : accès au calendrier et aux emails dans Outlook avec la voix (mais aux Etats-Unis seulement), sous-titres et traductions en direct dans PowerPoint ou encore, pour ce dernier, la possibilité de passer les diapositives par un geste tactile sur un écouteur.

Ils seront disponibles dès 2020 pour 249 dollars. Il sera alors temps de les comparer à la concurrence, qui s'intensifie sur ce segment.

Microsoft tire donc dans tous les sens et ne semble pas avoir de but précis à atteindre, du moins nous ne l'avons pas clairement identifié. Entre les différents processeurs, tailles d'écran et systèmes d'exploitation, le client risque d'avoir bien du mal à s'y retrouver.

Il risque de participer, malgré lui, à une intense phase de réflexion sur la gamme de produits de Microsoft, tant les pistes sont nombreuses. Le fabricant pourrait de son côté tester l'appétence pour séparer ensuite le bon grain de l'ivraie.


chargement
Chargement des commentaires...