Entre trolls, nudité et provocation politique, Steam cherche comment modérer ses jeux

Yamete kudasai 39
image dediée
Jeux video
Kevin Hottot

En ouvrant plus largement l'accès à son catalogue de jeux, Steam doit faire face à de nouvelles problématiques. Entre « trolls » de faible qualité, et l'arrivée de contenu réservé aux adultes, la plateforme cherche les limites de ce qui peut être diffusé.

Pour la publication des jeux, Steam est passé d'un modèle où chaque titre était validé par ses soins avant d'être publié, à la distribution libre d'une licence payante. Depuis juin 2017, n'importe qui peut acheter pour 100 dollars une licence Steam Direct, lui permettant de publier ses jeux sur la plateforme. Un grand pas en avant pour les plus petits studios, qui devaient jusqu'ici s'adosser à un éditeur, ou passer au travers de l'infâme Greenlight pour se faire une place sur la boutique de Valve.

Le mouvement permet aux plus petites structures de s'afficher sur la place de marché la plus célèbre du monde PC, à peu de frais. Ce sont ainsi plus d'une centaine de millions de clients potentiels qui s'offrent à eux. Revers de la médaille : de très nombreux studios se sont engouffrés dans la brèche, et pas nécessairement en proposant des titres de grande qualité, bien au contraire.  Une méthode qui oblige de nouveau Valve à faire du tri dans les publications.

Un constat : le rythme de publication des jeux s'accélère

Lisez la suite : 87 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...