Contre la fracture numérique, État et acteurs privés vont financer des « pass » de formations

Pass le message à ton voisin 36
image dediée
Crédits : grinvalds/iStock
Loi
Xavier Berne

Alors que le gouvernement ambitionne de dématérialiser l’ensemble des démarches administratives d’ici à 2022, le secrétaire d’État au Numérique a présenté hier le « plan national pour un numérique inclusif ». Mesure phare : la création d'un « pass numérique », qui permettra à certaines personnes de bénéficier d’heures de formation.

« Aujourd'hui, c'est le jour où on s'engage tous à démarrer et à rentrer dans le "faire", dans le "faire ensemble" » a martelé hier Mounir Mahjoubi, le secrétaire d’État au Numérique, devant un parterre de représentants d’associations, de collectivités territoriales, d’acteurs de la médiation numérique...

Après huit mois de négociations, les pouvoirs publics, les opérateurs sociaux (de type Pôle emploi ou Allocations familiales) et certaines entreprises s’étaient réunis à Nantes pour donner le coup d’envoi du « plan national pour un numérique inclusif » (PDF).

Mounir Mahjoubi a insisté sur les ambitions des pouvoirs publics : former 1,5 million de personnes par an, dès 2019. Un chiffre à rapporter aux sept millions de Français qui ne se connectent jamais à Internet, et plus largement aux 13 millions de personnes jugées « éloignées » du numérique (celles pour qui il est trop compliqué d’effectuer une démarche administrative en ligne par exemple).

10 à 20 heures de formation grâce au « pass numérique »

Lisez la suite : 81 % de ce contenu reste à découvrir

Seuls nos abonnés peuvent lire l'intégralité de cet article.


chargement
Chargement des commentaires...