Free perd 19 000 clients sur le fixe, Iliad dévisse en bourse et multiplie les promesses

Promis, la nouvelle Freebox arrive... 137
Accès libre
image dediée
Finances
Sébastien Gavois

Au premier trimestre, Iliad a perdu des abonnés et enregistre un repli des revenus sur le fixe. Face à ces mauvais résultats, le groupe annonce du changement dans son équipe dirigeante, de futures offres (fixe et mobile) et de nouvelles box d'ici septembre. Pas suffisant pour rassurer le marché, qui sanctionne lourdement Iliad.

« Les résultats du 1er trimestre étant en-dessous des attentes, aussi bien en termes de recrutements qu’en termes d’activité » reconnait l'opérateur en guise d'introduction de son bilan trimestriel. En effet, si le groupe revendique 130 000 nouveaux clients sur le mobile (et près de 250 000 sur son forfait à 19,99 euros par mois), il en perd 19 000 sur le fixe, une première depuis plusieurs années.

Le fixe en berne : abonnés, ARPU et revenus en baisse

Sur les neuf derniers mois de l'année 2017, les recrutements de Free sur le fixe étaient déjà sur une pente savonneuse, malgré de nombreuses promotions via Vente-Privée : 25 000 abonnés supplémentaires au quatrième trimestre 2017, 27 000 au troisième et 17 000 seulement au deuxième. Le premier trimestre était bien meilleur avec 66 000 clients de plus.

En 2016 par contre, les recrutements étaient bien plus importants et oscillaient entre 45 000 et 78 000 par trimestre, avec des chiffres sensiblement identiques en 2015. Alors qu'il était question de 250 000 à 270 000 clients de plus en 2015 et 2016, Free était descendu à 135 000 seulement en 2017.

Le groupe note tout de même un bon résultat : le nombre de clients en fibre (FTTH) augmente de 90 000 avec 646 000 abonnés, contre 556 000 au 31 décembre 2017 et 369 000 au premier trimestre 2017. Le nombre de prises raccordables à la fibre est aussi en hausse à 6,8 millions, contre 6,2 millions trois mois plus tôt et 4,8 millions il y a un an. Le coinvestissement en zones moins denses (ZMD), soit les agglomérations moyennes, semble porter ses fruits.

Iliad T1 2018

Pour sa part, le chiffre d'affaires du groupe grimpe de 0,8 % avec 1,2 milliard d'euros sur les trois premiers mois. Dans le détail, 672 millions proviennent du fixe (-1,6 %) et 531 millions du mobile (+3,9 %). Iliad justifie la baisse de ses revenus sur les Freebox en quatre points : forte pression concurrentielle sur le marché, « légère décroissance » de la base d’abonnés, impact des promotions et enfin impact négatif de la TVA sur les offres audiovisuelles.

Conséquence, l'ARPU passe de 33,90 à 32,90 euros, soit un euro de moins par abonné en l'espace de trois mois seulement. Là encore, c'est le score le plus bas depuis plusieurs années, puisqu'il était aux alentours de 34 euros en 2016 et 2017 (33,5 euros au minimum et 34,7 euros au maximum sur les deux années).

Iliad enclenche la machine à promesses

Face à ce constat, Iliad veut montrer qu'elle ne reste pas les bras croisés et annonce le « déploiement d’une nouvelle approche commerciale dans les prochaines semaines afin de redynamiser la croissance du Groupe et d’accélérer le déploiement du Groupe vers le Très Haut Débit fixe et mobile »... Tout un programme.

Plusieurs pistes sont évoquées : une « politique promotionnelle mieux adaptée », notamment dans le sillon des offres « Very Free » proposées directement sur son site, avec des prix plus élevés que les ventes privées (de quoi faire remonter l'ARPU), la mise en place d'une « politique active de fidélisation et de rétention » et une « segmentation plus forte des canaux de distribution ».

Iliad T1 2018

Pour les détails par contre, on repassera. Tout juste l'opérateur précise qu'il va mettre en place une « gestion proactive des fins de période de promotion » et des offres pour répondre aux clients qui changent régulièrement d'opérateur.

De nouveaux forfaits sur le fixe et le mobile arrivent

Si le trublion est avare en détail, ce n'est pas le cas des promesses : Free annonce ainsi le « lancement de nouvelles offres dans les prochaines semaines afin de relancer les recrutements et d’augmenter l’ARPU à terme ». Là encore, pour les détails on repassera.

Dans une présentation sur le premier trimestre, Iliad donne un peu plus de détails sur le calendrier : un nouveau forfait sur le mobile dans « moins de quatre semaines », de nouvelles offres (au pluriel) sur le fixe « dans les jours à venir ». La marque ne cache pas ses ambitions : « un positionnement haut de gamme conduisant à des niveaux de prix plus élevés ».

Ensuite, une promesse qui a déjà été faite à de nombreuses reprises revient sur le tapis : le lancement de « nouvelles box d’ici 4 mois ». Il serait en effet temps puisque Xavier Niel et d'autres dirigeants promettent la Freebox V7 depuis maintenant six ans (lire notre analyse).

Miser sur le Freebox V7 n'est pas nouveau pour Xavier Niel. « On a tenté de retarder ça mais il y a un moment où on ne peut plus le retarder. Donc on va revenir avec une nouvelle box, recréer du buzz et refaire de la croissance », promettait-il en septembre 2017. Huit mois plus tard, c'est donc la même rengaine. D'ici le 15 septembre, les nouvelles Freebox et leurs forfaits associés seront donc dévoilés... enfin sauf nouveau retard.

L'opérateur annonce aussi un « lancement commercial imminent » en Italie. Dans un autre document, il est question du 21 juin 2018 comme date butoir. Le réseau, les offres et les plans marketing sont prêts affirme le groupe. 

Enfin, l'équipe dirigeante sera modifiée à compter du 21 mai : Thomas Reynaud deviendra directeur général. Il remplacera donc Maxime Lombardini, qui deviendra président du conseil d’administration et prendra en charge « la représentation de la société dans ses relations avec les pouvoirs publics ». Cyril Poidatz occupera le poste de secrétaire général.

Iliad T1 2018

En bourse, Iliad est lourdement sanctionné

Cette flopée d'annonces ne suffit pourtant pas à convaincre les marchés. Au moment où nous écrivons ces lignes, Iliad perd 17 % depuis l'ouverture de la bourse ce matin. L'action est à 137,50 euros, alors qu'elle était juste à 165 euros à la fermeture hier soir.

Free compte recruter entre 300 000 et 500 000 clients en FTTH cette année (déjà 90 000 sur les trois premiers mois) pour atteindre le million à la fin de l'année. Pour rappel, Orange a dépassé le million d'abonnés en fibre optique fin 2015.

Enfin, ce bilan trimestriel est l'occasion de faire le point sur la couverture 4G de Free Mobile. L'opérateur revendique un taux « proche de 90 % », contre 97 % pour Orange, 96 % pour Bouygues Telecom et SFR. En 3G, le dernier arrivé annonce 95 % de la population. L'opérateur ne s'exprime pas sur la qualité de service, sur laquelle l'Arcep ne sait pas encore produire de carte détaillée.


chargement
Chargement des commentaires...