Le rachat de Clubic finalisé : retour de deux fondateurs autour d'anciens de M6 Web

Acheté facile ! 46
Accès libre
image dediée
Web
David Legrand

C'est fait ! Clubic SAS a été créée suite à la mise en vente du site par M6. Véritable camouflet pour le groupe : deux des co-fondateurs possèdent à nouveau la moitié du capital. Reste maintenant à relancer cette « marque » qui a perdu de sa superbe ces dernières années.

Fin avril 2008, M6 se payait Cyrealis pour quelques dizaines de millions d'euros, la société derrière le site dédié à l'informatique Clubic.com, mais aussi Jeuxvideo.fr, Jeuxvideo.tv, NetEco.com, Mobinautes.com, AchetezFacile.com et une participation significative dans Ozap.

Presque dix ans plus tard, c'est un véritable constat d'échec pour le groupe, qui vantait alors « sa stratégie de croissance rentable [se donnant] les moyens de dynamiser l’ensemble de son offre Internet et de devenir l’un des acteurs leaders sur le web, avec une offre de contenus et de services puissante et diversifiée ».

Car depuis, tous ses sites ont été fermés ou revendus.

M6 Web pour le divertissement, RTL pour l'information

Ozap a depuis intégré le groupe Webedia, NetEco et Mobinautes ont été digérés par Clubic, Jeuxvideo.fr a été fermé, tout comme AchetezFacile qui, après une période de réponse 404 renvoie désormais vers Radins.com (groupe Oxygem), racheté par le groupe en 2015.

Un changement de stratégie qui s'est accompagné du rachat d'iGraal et d'investissements dans l'e-sport avec Glory4Gamers. Le tout sur fond d'acquisition de RTL par M6, qui dispose d'une section dédiée au numérique : Futur. Il y a un an, Clubic était donc repositionné vers plus de guides d'achat.

Le premier effet a tout simplement été la démission progressive de l'intégralité de la rédaction, composée alors de journalistes, dans le cadre d'une clause de conscience. Un plan de départ dont le montant approche le million d'euros pour M6 Web, selon nos calculs.

Depuis, le site s'est reposé sur des rédacteurs web externes, pilotés par des Content Manager mais également un partenariat avec Économie matin pour assurer son fonctionnement au quotidien. Le tout était piloté par Florent Maître, directeur de la Business Unit à laquelle appartenait Clubic au sein de M6 Web.

Selon les derniers chiffres de Médiamétrie publiés par le groupe, Clubic est progressivement passé de 4,8 millions de visiteurs uniques par mois en décembre 2016 à 3,8 millions en mai 2017. Une chute qui aurait continué depuis, poussant tout d'abord la société a réorganiser la direction, puis à mettre le site en vente comme nous le dévoilions en novembre.

Les départs continuent, les fondateurs de Clubic font leur retour

La quinzaine de personnes s'occupant du site Déco.fr et de la partie CRM s'était vu proposer un regroupement à Lille auprès des équipes d’Oxygem. Mais selon nos informations, la plupart aurait refusé. 

Du côté de Clubic, de nouveaux propriétaires ont été trouvés. Il nous a été confirmé il y a quelques semaines que Jerry Nieuviarts, co-fondateur du site était l'un d'entre eux. Interrogé sur le sujet, il n'a pas donné suite. Pas plus que M6 ou Philippe Favier du Noyer, qui était en charge de Déco.fr et de la marketplace et a rejoint le projet comme actionnaire.

Les employés ont été notifiés de la nouvelle équipe et de ses plans éditoriaux. Ils n'ont pas encore été rendus publics. Pas plus que le montant de la vente, qui est sans doute bien moins élevé que celui de 2008.

On en sait par contre un peu plus sur la répartition du capital de Clubic SAS, une société de programmation informatique (Code NAF 6201Z), dont les statuts ont été déposés il y a une dizaine de jours au tribunal de commerce de Lyon. Les 375 000 euros sont ainsi répartis en autant d'actions d'un euro :

  • SARL Alive Ideas : 187 500 (50 %)
  • Florent Maitre : 75 000 (20 %)
  • Philippe Favier du Noyer : 75 000 (20 %)
  • Richard Dos Anjos : 37 500 (10 %)

Le siège de la société se situe désormais au domicile de Florent Maître qui est nommé président de Clubic SAS. Philippe Favier du Noyer est son directeur général. Richard Dos Anjos, qui était le premier développeur de Cyrealis, prend le poste de directeur technique

Derrière la société Alive Ideas, on retrouve principalement Jerry Neuviarts et Nicolas Rosset-Lanchet à part égales (599 999 euros chacun). Il s'agit de deux des co-fondateurs de Cyrealis (Jerry et Nico pour les intimes), qui avaient rejoint le comité de direction de M6 Web lors du rachat de Cyrealis en 2008. Ils ont quitté le groupe en 2011 et ont continué à investir ensemble depuis.

Quel projet pour Clubic en 2018 ?

Ils ont ainsi créé Mapado en 2012, puis Alive Ideas en 2015 afin de soutenir divers projets. Reste maintenant à voir comment ils arriveront à donner un nouveau souffle à Clubic, après une longue période de dégringolade, sans nouvelle rédaction pour le moment et une équipe en partie inchangée.

Les statuts de Clubic SAS mentionnent que Nicolas Rosset-Lanchet donne mandat à Jerry Neuviarts pour la constitution de la société et l'exécution de toutes les étapes nécessaires, mais aussi pour le représenter pendant les six premiers mois, dans une procuration signée depuis Le Cap mi-février.

Clubic StatutsClubic Statuts
Répartition du capital d'Alive Ideas / Extrait de la procuration issue des statuts de Clubic SAS 

Quid de l'équipe ? Outre les salariés gardés dans la nouvelle structure, on a vu Virgile Rasera évoquer que l'idée d'un retour « faisait son chemin » il y a peu. D'autres auraient déjà fait ce choix, sans confirmation pour le moment.

Florent Maître était à la recherche d'une nouvelle régie publicitaire mobile au début de l'année, puis d'un stagiaire pour l'équipe en charge des bons plans de Clubic devant commencer en avril. Philippe Favier du Noyer précisait alors qu'il s'agissait « d'accompagner une équipe de dix personnes sur un des sujets stratégiques du site : l'affiliation e-commerce ».

Depuis, le contenu du site n'a pas vraiment évolué, pas plus que sa forme. M6 Web est d'ailleurs toujours mentionné comme propriétaire au sein des mentions légales. Il faudra sans doute attendre encore quelques semaines pour constater les premiers effets de ce rachat. Espérons-le, pour le meilleur.


chargement
Chargement des commentaires...