Un an après la mise en place d’une nouvelle stratégie éditoriale, Clubic est à vendre

Et c'est pas fini ? 116
Accès libre
image dediée
Société
Par
le mercredi 29 novembre 2017 à 14:12
David Legrand

Près de 10 ans après son rachat par M6 et plus de 15 ans après son ouverture, Clubic se cherche un repreneur. L'aboutissement d'une stratégie mise en place l'année dernière, qui avait mené l'ensemble des journalistes du site à quitter le navire.

Il y a un an, Clubic perdait son directeur de la rédaction, Alexandre Laurent. Le début d’une longue série. En six mois, c’est l’ensemble de l'équipe éditoriale, soit près d’une quinzaine de personnes, qui a quitté le site consacré aux nouvelles technologies du groupe M6.

Un an plus tard, où en est-il ? Ces dernières semaines, nous avons pu apprendre qu’un dossier a commencé à circuler auprès de repreneurs potentiels. Nous avons également eu la confirmation que les salariés et leurs représentants en ont été informés. Clubic est donc officiellement à vendre.

« C’est notre projet »

C’est en juillet dernier que l'équipe de Clubic a commencé à entendre parler d’une nouvelle ambition éditoriale. L’objectif était alors de miser davantage sur du contenu à fort potentiel de référencement et des guides d’achats. De quoi accompagner la mise en place du nouveau comparateur de prix, connu sous le petit nom de « Shopper v5 ».

La présentation de ce projet a fortement fait réagir la rédaction à l’époque, au point que certains le contestent. Les mécontents ont été invités à se faire connaître et jouer leur clause de conscience afin de toucher leurs indemnités de départs, majorées pour l'occasion.

Après le départ d’Alexandre Laurent, c’est Florent Maître, Directeur de la Business Unit à laquelle appartient Clubic au sein de M6 Web qui reprend le site en main. Selon nos informations, c’est à lui que reviendra la charge de mettre en place le nouveau projet qui devait être présenté publiquement début 2017 au plus tard. Cela n’aura jamais vraiment été le cas.

Le poste de responsable des contenus a été pourvu, tout comme celui de Content manager. Deux termes qui se détachent volontairement de ceux d’une rédaction de journalistes. L’équipe du site Économie matin est en charge de fournir à Clubic quelques actualités chaque jour, le tout étant accompagné de bons plans et autres dossiers, guides ou tests gérés par la nouvelle équipe et des intervenants extérieurs.

Dans la foulée, le groupe M6 qui avait absorbé Oxygem en 2015 (Radins.com, CuisineAZ, etc.) se payait la société iGraal ainsi que les radios françaises de RTL. La rédaction de cette dernière dispose d'ailleurs d'une section de son site internet consacrée aux nouvelles technologies : Futur.

Tout ne s’est pas passé comme prévu

Mais le nouveau Clubic a rencontré plusieurs problèmes. Tout d’abord l’ampleur des départs. Les premiers démissionnaires semblent en effet avoir donné des idées au reste de l’équipe puisque c’est finalement l’intégralité de la rédaction qui est partie. La direction ne s’attendait sans doute pas à tant de défections.

Même ceux dont le rôle a dans un premier temps évolué pour prendre en charge une gestion plus « SEO ready » des contenus ont finalement décidé de quitter le navire. Julien Jay, rédacteur en chef du site, sera l'un des derniers puisqu’il a officialisé son nouveau poste chez TechnikPR en février dernier.

Un ménage par le vide qui aura été coûteux à plus d’un titre. Car en plus de perdre l’ensemble de ses spécialistes, qui couvraient pour certains leurs sujets depuis plus de 10 ans, les indemnités de départ représentent un montant non négligeable. Selon nos calculs, le coût total de l’opération s'approche probablement du million d’euros.

Mais surtout, passé la « phase de transition », la mayonnaise ne semble pas avoir pris au niveau de l’audience. Selon les derniers chiffres de Médiamétrie, Clubic serait désormais loin des 4,8 millions de visiteurs uniques par mois revendiqués à l’époque. M6 n’affiche d’ailleurs plus que 3,8 millions selon les données mises à jour en mai dernier.

Suffisant pour rendre le nouvel ensemble plus rentable, du fait des économies faites sur les coûts de fonctionnement ? Impossible à dire, le groupe ne communiquant pas de chiffres site par site.

En septembre, une réorganisation a été opérée à la tête de M6 Web. Valery Gerfaud devenait ainsi directeur général Digital Innovation Technologie, notamment en charge de 6play. Ronan de Fressenel, directeur général de Ventadis (M6 Boutique, Mon album photo.fr, etc.) prenait la direction des portails thématiques, dont Clubic et Turbo.fr.

Mais surtout, les choix éditoriaux de la nouvelle équipe semblent avoir été contestés par les lecteurs, comme on peut le lire dans les commentaires, ou même sur les réseaux sociaux. Le site qui s’était fait connaître pour son analyse pointue des composants matériels et autres smartphones se voit ainsi reprocher un traitement plus léger, mais aussi des choix parfois étranges, qui s'éloignent du secteur des nouvelles technologies. Sans doute pour élargir le public.

Ainsi, l’un des derniers dossiers en date concerne la « culture indoor » avec une sélection de sept kits d’hydroponie. Rien qu'en novembre, d’autres secteurs à vocation plus grand public ont été traités : gaufriers, caves à vin et friteuses côtoient ainsi des guides sur le meilleur VPN, sur le choix d’une bonne carte graphique ou un article sur DuckDuckGo.

Ces derniers jours, le site a lancé une enquête auprès de ses lecteurs afin de connaître leurs goûts et espoirs concernant la ligne éditoriale du site. Il sera intéressant de voir si cela infléchit les choses dans les mois à venir.

« Clubic est à vendre »

Mais d’ici là, Clubic pourrait s’être trouvé un nouveau propriétaire. En effet, nous avons été informés que le site a été proposé à divers repreneurs ces derniers mois. Une décision qui a été confirmée aux salariés, en même temps qu’une réorganisation des équipes situées à Lyon.

La quinzaine de personnes en charge du site Déco.fr et de la partie CRM se voit proposer un regroupement à Lille auprès des équipes d’Oxygem, avec une prise en charge des frais. Nous n’avons pour le moment pas eu de détails concernant le sort réservé à Turbo.fr.

Les personnes avec qui nous avons pu échanger sur le sujet semblent plutôt inquiètes et dans l’attente de détails complémentaires de la part de la direction. Certains se demandent qui pourrait reprendre Clubic maintenant que le site a été en bonne partie dépourvu de ses « forces vives » côté rédaction, d’autant qu'il n’a pas connu d’évolution majeure sur le plan technique depuis un moment, aucun travail n’ayant été entrepris en dehors du « Shopper ».

Ce projet de vente s’inscrit d’ailleurs dans un cadre assez compliqué pour les sites consacrés aux nouvelles technologies qui ont connu de nombreux déboires ces dernières années. Nombreux sont en effet ceux qui ont été cédés ou fermés, faute d’un modèle économique pérenne.

Il ne reste plus qu’à espérer pour les salariés de Clubic qu’une société finira par croire au projet et à s’y investir réellement, près de 10 ans après le rachat de Cyréalis par M6. Il faudrait en tous cas éviter un scénario à la jeuxvideo.fr, fermé en 2015.

Interrogé sur le sujet, le groupe M6 n'a pas souhaité faire de commentaire.


chargement
Chargement des commentaires...