macOS High Sierra disponible : derrières les petites évolutions, des changements plus profonds

Adieu l'autoplay \o/ 29
Accès libre
image dediée
OS
Par
le lundi 25 septembre 2017 à 19:00
Vincent Hermann

macOS High Sierra est désormais disponible au téléchargement. Cette évolution douce depuis Sierra (le choix du nom n’est pas un hasard) comporte des améliorations sympathiques, mais ne brisera guère les habitudes. Le système embarque cependant quelques changements importants sous le capot.

C’est une tradition depuis des années maintenant : septembre est le mois des grandes mises à jour chez Apple, au sein d’une saison riche de nouveautés pour la plupart des entreprises du secteur. Après un iOS 11 particulièrement riche en nouveautés, les utilisateurs de Mac peuvent maintenant se reposer avec un High Sierra plus léger.

Compatibilité : pas besoin d’un Mac récent

Il ne faut pas spécialement une machine récente pour pouvoir installer et utiliser High Sierra. Cela sera par contre le cas pour profiter vraiment de certaines nouveautés, ou tout simplement des meilleures performances.

Si la mise à jour est proposée par le Mac App Store, c’est tout simplement que vous y avez droit. Dans le cas contraire, vous savez ce qui vous reste (éventuellement) à faire. Voici la liste des modèles compatibles :

  • MacBook Pro : 2010 ou ultérieur
  • MacBook : fin 2009 ou ultérieur
  • MacBook Air : 2010 ou ultérieur
  • Mac Pro : 2010 ou ultérieur
  • iMac : fin 2009 ou ultérieur
  • Mac mini : 2010 ou ultérieur

Mac avec SSD : la migration vers APFS sera obligatoire

Comme nous l’avons indiqué dans notre analyse du nouveau système de fichiers APFS d’Apple, les Mac disposant d’un SSD y passeront obligatoirement. Tous les autres modèles auront la possibilité de la faire, une case à cocher apparaissant alors dans l’assistant d’installation de High Sierra. Dans le cas où vous ne sauriez pas quel type de stockage se trouve dans votre machine, pas de panique : si la case n’est visible nulle part, c’est que vous avez un SSD.

high sierrahigh sierra

La question qui se pose est de savoir si un Mac disposant d’un disque classique ou Fusion peut passer à APFS. Dans notre article, nous listions les apports du système par rapport au vieillissant HFS+. Apple assure que la migration n’a que des avantages. La société s’est d’ailleurs « fait la main » avec iOS 10.3, qui avait migré tous les utilisateurs mobiles vers APFS.

Dans l’absolu, rien ne presse. Quelques petites incompatibilités existent, notamment pour le volume Windows installé en Bootcamp : depuis le système de Microsoft, il devient impossible de lire les partitions APFS. Par ailleurs, si la migration ne casse pas les sauvegardes Time Machine, attention tout de même à ne surtout pas convertir le disque externe utilisé pour cette fonction. Comme nous l’avions vu, Time Machine n’en veut plus.

Ne sachant guère de quoi il retourne, il est probable que beaucoup feront l’impasse s’ils ont le choix. Ce n’est pas un problème, et ce d’autant plus que s’ils se renseignent et veulent migrer plus tard, l’utilitaire Disque permettra de le faire en quelques clics.

high sierra

Les principales nouveautés logicielles

Parmi les améliorations visibles, on citera tout d’abord le cas de Safari. Menacé constamment par un Chrome omniprésent, le navigateur met les bouchées doubles. Lors de la première présentation du nouveau Safari 11, Apple n’avait pas hésité d’ailleurs à sortir les superlatifs, parlant de navigateur le plus rapide du monde, loin devant Chrome et les autres sur le JavaScript notamment (on rappellera que le web n’est pas uniquement constitué de JavaScript).

Safari 11 se veut donc beaucoup plus rapide. Bien que nous ne l’ayons pas poussé à travers les nombreux benchmarks existants, il est évident à l’utilisation qu’il se montre véloce. Les utilisateurs risquent de préférer cependant une petite nouveauté qui rétablira en partie leur tranquillité : la coupure automatique du son pour les vidéos HTML5.  La fonction possède une liste blanche dans les paramètres de Safari (section Sites Web), comme nous le notions en juin dernier.

Il s’agit d’une réponse d’Apple aux innombrables vidéos réglées en « Autoplay » pour hurler dans vos enceintes et attirer votre attention. Comme si un interlocuteur venait frapper ses mains sous votre nez pour se faire entendre.

Safari 11 permet également de mieux lutter contre le suivi publicitaire, via une analyse des trackers par apprentissage profond (ITP). Comme nous le notions au début de l'été, le but est de casser les liens entre les sites pour éviter, par exemple, qu’Amazon vous recommande tout ce qu’il aura trouvé dans votre historique web. De quoi faire grincer les dents des publicitaires, ce qui incite l'EFF à s'en féliciter.

Puisque l’on parle de publicités, sachez en outre qu’une option a été ajoutée pour que certains sites (liste blanche) s’affichent toujours en mode Lecteur. Ce dernier extrait pour rappel le texte et les images d’un contenu pour les afficher dans une forme simplifiée... et sans publicité. Là aussi, on doute que les éditeurs apprécient la manœuvre.

high sierrahigh sierra

Photos bénéficie lui aussi d’améliorations importantes. Le gestionnaire de clichés se renforce notamment sur plusieurs points, avec une synchronisation qui se veut plus rapide, ou encore une identification plus efficace des visages. On rappellera que ce processus est local, Apple ayant largement insisté sur ce point pour se différencier de Google.

Certaines nouveautés d’iOS 11 sont également présentes, comme les nouveaux filtres Live Photo (boucle, à l’envers…) ou encore les Souvenirs. Mais Photos intègre surtout un lot d’outils qui devraient contenter bon nombre d’utilisateurs : balance des blancs, courbes, niveaux, contraste, luminosité, couleur sélective, netteté ou encore vignette sont ainsi de la partie. On retrouve les mêmes filtres que sur iOS 11 pour donner rapidement une ambiance particulière, avec les limites que l’on connaît.

high sierra

Sous le capot et autres petites nouveautés

Les autres améliorations proposées par High Sierra sont plus ou moins importantes. On trouve par exemple la compatibilité avec le codec vidéo HEVC, dont Apple promet un gain grimpant jusqu’à 40 % par rapport au H.264. Signalons également la présence de Metal 2, nouvelle version de l’API graphique maison. Dans High Sierra, elle est d’ailleurs beaucoup plus utilisée pour tout ce qui touche à l’interface.

Parmi les autres apports, citons une voix plus naturelle pour Siri (ce qui ne nous a pas semblé si évident avec l’incarnation française), la prise en charge de Music par l’assistant pour mieux cerner les habitudes selon les demandes, la possibilité de prendre une Live Photo lors d’un appel FaceTime, le partage simplifié depuis iCloud Drive ou encore l’épinglage des notes importantes et la possibilité d’y ajouter des tableaux. Côté Mail, les courriers les plus pertinents sont mis en avant dans la recherche. Notez d'ailleurs qu'il peut être utilisé avec GPG Suite, mis à jour pour l'occasion.

Enfin, parce que la sécurité n’en finira jamais d’être renforcée, High Sierra inaugure un petit outil interne qui vérifie chaque semaine l’intégrité de l’EFI (Extensible Firmware Interface). Tous les Mac en sont équipés depuis longtemps, et il s’agit certainement d’une réaction d’Apple aux différentes attaques et révélations sur les agences de renseignement, particulièrement la CIA. En cas d’EFI modifié, macOS avertit l’utilisateur et propose d’envoyer un rapport à Apple.

Comme signalé par nos de confrères de MacG, il est recommandé aux utilisateurs de hackintosh de ne pas envoyer ces rapports. Apple ne compte pas leur couper le sifflet, mais les données fausseraient la base.

Un ralentissement des évolutions de macOS

Certains estimeront sans doute qu’Apple s’occupe désormais davantage d’iOS ou des autres plateformes que de macOS. Ce n’est pas forcément faux, mais le constat est sans doute à relativiser.

Cette différence de rythme peut se remarquer en fait sur l’ensemble des systèmes « fixes ». High Sierra a ceci de commun par exemple avec la Fall Creators Update de Windows 10 qu’un bon nombre de nouveautés sont des améliorations de l’existant. De nombreux systèmes d’exploitation sont dans ce cas, comme s’ils avaient atteint désormais un pallier et que les éditeurs ne pouvaient que procéder que par petites touches.

Si l’on creuse un peu bien sûr, la situation est plus complexe. APFS est un bon exemple, tant changer de système de fichiers n’a rien d’anodin. L’arrivée de Metal 2 est également un mini-évènement, bien qu'il touche surtout les développeurs, qui pourront l’utiliser par exemple pour les opérations d’apprentissage profond accéléré par GPU. Les améliorations de performances de Safari 11 sont bienvenues et montrent qu’Apple continue de s'en préoccuper.

High Sierra n’a donc rien d’une révolution. Il s’agit d’une évolution en douceur, et c’est ainsi qu’Apple l’entend. Les utilisateurs de Mac s’y sont sans doute fait depuis le temps : chaque nouveau macOS apporte une petite dose de nouveautés, mais l’époque des grands superlatifs semble terminée. La meilleure preuve reste encore le temps consacré par Apple à son système fixe dans ses conférences.


chargement
Chargement des commentaires...