Non, Windows 10 pour ARM ne prendra pas la relève de l'édition Mobile

Seul au monde 100
Accès libre
image dediée
Crédits : ymgerman/iStock
OS
Par
le mercredi 19 juillet 2017 à 15:40
Vincent Hermann

En dépit des théories qui circulaient, Windows 10 on ARM n’est pas là pour prendre la suite de Windows 10 Mobile. C’est ce qu’a affirmé Joe Belfiore, vice-président de Microsoft, en charge d’une partie des travaux sur le système d’exploitation.

La situation de Windows 10 Mobile ne semble pas près de s’améliorer. Semblant en l’état de presque abandon, il ne provoque plus guère d’espoir chez les utilisateurs. Ainsi, là où Windows 10 recevra cet automne une importante Fall Creators Update, la déclinaison Mobile n’aura droit qu’à une petite mise à jour « Feature 2 » incluant quelques nouveautés. Un équivalent moderne de Windows Phone 7.8.

Aussi quelques regards se tournaient du côté de Windows 10 on ARM, dont nous avions déjà analysé le fonctionnement. Certaines espéraient en effet que cette version du système allait prendre la suite, marquant du même coup un renouvellement important de l’offre mobile de Microsoft. Mais Joe Belfiore a passablement douché cet enthousiasme.

Un système de type bureau, un point c'est tout

Il était venu initialement répondre à quelques questions dans le web cast Mixer. Interrogé sur la possibilité pour le Lumia 950 de recevoir Windows 10 on ARM, il s’est montré des plus clairs :

« L’effort Windows 10 on ARM doit permettre une expérience PC sur des appareils construits sur ARM, afin qu’ils puissent rester connectés tout le temps et avoir une meilleure autonomie. Cette expérience est donc de type bureau, pas smartphone. Pour les expériences de type smartphone sur ARM, nous avons Windows 10 Mobile ».

Alors que ces thématiques ne sont d’ordinaire pas abordées frontalement par Microsoft, le responsable s’est montré relativement prolixe. Il a ainsi expliqué qu’il n’était pas si simple de prendre un logiciel, quel qu’il soit, et de le coller sur un appareil ARM. « Le système s’entremêle avec ce que l’on appelle le BSP (board support package), et c’est de cette manière que le logiciel communique avec le SoC ».

La situation est donc très différente du monde PC où le même système peut être installé sur une presque infinité de configurations différentes. Sur ARM, Windows 10 donc doit être adapté à chaque BSP pour communiquer correctement avec le SoC. Une situation qui est en fait connue, le monde ARM étant constitué de nombreuses puces et variations, ainsi que de nombreux jeux d’instructions. Il faut adapter le système à chaque configuration pour qu’il puisse fonctionner.

Le futur flou de l’univers mobile Microsoft

Quels que soient les plans de l’éditeur dans le domaine du mobile, c’est la deuxième fois en peu de temps que les éléments pointés par des responsables visent un futur sombre, en tout cas dans l’immédiat.

Les propos de Belfiore sont en effet très clairs : Windows 10 sur ARM sera exactement ce que Microsoft en avait montré jusqu’ici. On retrouve donc un système entier ou presque, s’utilisant comme un Windows classique, à ceci près qu’il fonctionnera sur des configurations ARM. Une conception qui le rapproche davantage d’un Chrome OS, avec des limitations qui risquent fort de ressembler à celles d’un Windows 10 S. Même si 10 sur ARM exécute les binaires Win32, comme nous l’avions expliqué.

La semaine dernière, c’était Dona Sarkar, responsable du programme Windows Insider, de jeter un seau d’eau froide sur les utilisateurs de Windows 10 Mobile en déclarant : « Nous prévoyons de nombreuses fonctionnalités sur les appareils qui sont mobiles », précisant que ces derniers sont des « appareils que vous pouvez emporter partout avec vous ». Le mot smartphone n’ayant pas été prononcé, la porte avait déjà été pratiquement claquée.

De nombreuses variantes, peu d'informations

Le fait est que la stratégie de Microsoft autour de Windows est actuellement très floue. Sur PC, tout va bien : une édition grand public, une édition professionnelle. Les grandes entreprises et l’éducation ont également des moutures spécifiques (d’ailleurs presque identiques), sans parler de l’édition Server. Mais dès que l’on sort du monde x86, on se perd dans une offre qui semble se chercher même si, techniquement, elle n’est pas encore là.

Windows 10 S doit ainsi fonctionner sur des appareils semblables à des Chromebooks en se limitant aux seules applications du Store. Windows 10 sur ARM se retrouvera sur des portables et PC fixes équipés de SoC, en étant a priori capables d’exécuter la plupart des binaires récupérés depuis Internet, en plus de ceux du Store. On a d’ailleurs bien du mal à comprendre la séparation entre ces deux déclinaisons qui ne sont pas encore là.

À côté de cette offre étoffée, Windows 10 Mobile reste sur le côté, esseulé. Il n’y a pour l’instant aucun signe particulièrement encourageant, en dépit de rumeurs sur un Surface Phone qui apparaît pratiquement aujourd’hui comme sûr. Mais Microsoft a déjà « rebooté » sa plateforme mobile avec Windows Phone 7, puis une version 8 qui nécessitait de nouveaux appareils, et pratiquement la même chose avec 10. L’éditeur, quoi qu’il fasse, devra s’adresser à un public ayant déjà éprouvé plusieurs fois ces rétractations.


chargement
Chargement des commentaires...